Yvy
Présentation

Le temps nous dira.

Yvy a noté ces livres

5
Ces temps suspendus me rendent un peu ramollo. Chic alors, votre nouveau roman, Jean-François Dion, était le bienvenu pour me sortir de la torpeur. J'ai retrouvé votre agencement des mots si particulier, vos personnages sensibles et complexes. Et votre imaginaire tumultueux, bien entendu. Votre façon de disséquer les sentiments ? une plongée dans l'inattendu. Votre sens du tempo ? parfaitement maîtrisé : très rapide d'abord, puis lent, au point qu'on craint un moment l'ennui (les thermes, les bains ça ramollit c'est connu). Et puis, ça redémarre, ça pétarade. Très vite, très fort, très, très… mais non, je ne dévoilerai pas la suite ! Vos personnages me sont toujours sympathiques. Et à vous lire j'entends de mieux en mieux votre petite musique personnelle. Merci pour ce nouveau partage.
Publié le 25 Avril 2020
5
J'ai, cette fois encore, beaucoup apprécié votre écriture. Votre humour aussi. Toutefois, cette lecture m'a laissée un peu perplexe. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire un parallèle avec Des photos, votre premier livre que j'avais, aussi, beaucoup aimé : une certaine proximité entre l'auteur et son personnage principal. L'auteur, mais lequel ? Vous ? Jean ? Ambiguïté. Peut-être aussi qu'autant Des photos est féminin, Ancillaires est masculin - je n'ai pas dit macho, surtout pas, entendez-moi bien. Du reste, la furie des femmes contre Jean, à la fin, semble "surajoutée". Manière de nous dire que vous êtes conscient d'en avoir trop fait ? Faute avouée… Ma confiance vous reste acquise : vivement le prochain Dion, comme dit mBs.
Publié le 19 Avril 2019
5
Un homme, des femmes. Il les aime, toutes, de manière différente. Et ça suffit à faire un roman ? Oui, un très beau roman même, tant l'écriture est délicate, précise, soignée, émouvante. Crue, aussi, parfois ; mais parler de l'amour c'est parler de la vie. Et l'auteur est sacrément vivant. Et vivifiant. Merci à Jean-François Dion pour ces moments précieux passés en compagnie de "ses" femmes. J'attends avec impatience de le lire de nouveau.
Publié le 19 Novembre 2018