Auteur
Le 15 oct 2014

Ebook, édition livre. Mon aventure de financement participatif

Sandra Lehner, auteure monBestSeller, a fait appel au crowfunding pour publier sa trilogie de science fiction "La dernière âme" en versions numérique et papier. Au départ, rien ne la prédestinait à l’écriture. Et lorsqu’elle a terminé son premier manuscrit, elle n’avait aucune formation Internet, pas d’ordinateur, pas de Word… Une machine à écrire plus tard, essorée par « la spirale des maisons d’éditions réputées » comme elle le dit, elle se résigne et range son texte malgré les encouragements de ses proches. Dix ans plus tard, elle le ressort et achète un ordinateur. Elle est prête à le publier. Oui, mais comment faire ? Elle raconte.
Le financement participatif : une autre façon d’aborder le statut d’auteurLe financement participatif : une autre façon d’aborder le statut d’auteur

Un soir je vois une pub pour My Major Company mettant en scène une chanteuse. Je me dis : « dommage qu’ils ne fassent pas ça pour les auteurs ! ». Je cherche sur Internet : financement participatif dans l’édition. Je tombe sur Bookly. 

Le principe est simple : un auteur propose son texte. S’il est retenu, il est ouvert au financement participatif. Les internautes qui aiment l’ouvrage investissent de 10 à 500 €. En échange : achat du livre remboursé pour la phase ebook, et pour la version papier : livre offert dès 50 € d’investissement et dédicacé dès 100 €. Chaque supporter a son nom ou son pseudo en page « remerciements » du livre, peut voter parmi quatre maquettes de couverture proposées par les infographistes de l’équipe et reçoit des dividendes sur les ventes au prorata de sa mise.

Je télécharge mon texte sur le site pensant être de nouveau recalée car la plateforme travaillant en partenariat avec les éditions Prisma, il fallait que le texte ait un réel potentiel. Quelques semaines après : accord. L’équipe me contacte pour me dire que le sujet de mon livre est intéressant, original et que j’ai toutes mes chances. Je démarre l’aventure le 30 décembre 2012. 

Le défi ? Réunir 5 000 € en quatre mois (désormais, le budget à atteindre pour l’édition au format ebook est de 3 000 €). Et contre toute attente, avec un extrait de mon livre, je récolte les fonds en 3 mois ! Plus de 50 % de mes 58 supporters me sont inconnus.
La première phase ebook réussie, j’entame la seconde : récolter 10 000 € en huit mois (désormais, 7 000 €), pour la version papier. Dur ! 102 supporters se sont mobilisés pour m’aider à faire de mon rêve une réalité. Résultat : mon premier roman La dernière âme-Damnation sort dans toutes les grandes librairies le 14 novembre 2014.
Au final, 146 personnes ont rendu mon rêve d’édition possible et je leur en serai toujours reconnaissante, car sans eux et sans les lecteurs je ne serai pas auteure aujourd’hui !

L’équipe m’a suggéré des pistes de réécriture, des petites modifications, me laissant néanmoins libre de la décision finale. Cela m’a permis de peaufiner encore et encore le texte. La correction ultime revient à des correcteurs professionnels.
Entre temps j’ai terminé l’écriture de La dernière âme-Persécution et en février 2013 j’ai proposé ce second volet qui a été également accepté. On me fait comprendre que j’ai une imagination incroyable qui se rapproche des scénarios des films fantastiques hollywoodiens ! Je prends ça comme un compliment, car mon rêve est justement de voir un jour ma trilogie sur grand écran. Après tout il n’y a pas que les américains pour faire des scénarios de fou ! lol.
J’ai réussi la collecte des fonds avec huit jours d’avance et 59 supporters. Parmi eux, certains avaient financé le premier, mais il y en avait de nouveaux que je ne connaissais pas. J’entame dans quelques semaines la collecte pour la version papier. Souhaitez-moi bonne chance…

Plus de 300 projets ont été soumis à cette plateforme. Parmi les projets validés (un peu plus de deux tiers), une vingtaine ont réussi la collecte ebook et trois pour la phase papier. À ce jour, je suis la 3ème auteure sur plus de 300 à réussir la phase papier, il est donc normal que je ressente tant de gratitude envers mes supporters, car être acceptée sur un site d’édition participative ne veut pas dire que tout est gagné. Le plus dur est à faire : toucher les lecteurs ! Cette expérience se poursuit donc avec la phase papier du second volet de ma trilogie, mais aussi avec le troisième, Mutation, l’année prochaine. Quelle aventure humaine extraordinaire ! Des souvenirs pleins la tête et une expérience enrichissante…

Sandra Lehner
La dernière âme - Volet 1 Damnation
Viscéralement. Poésies.

À lire : Comme le précise Sandra Lehner, toucher les lecteurs potentiels est un travail à part entière. Comment a-t-elle procédé ? monBestSeller lui a posé la question... Publier un livre grâce aux lecteurs, c'est possible. Interview

On vous suggère aussi :
ebook, édition papier, le crowdfunding pour les auteurs

La rubrique "Du côté des auteurs" est la tribune des auteurs monBestSeller. Vous pouvez y partager vos réflexions, articles ou billets d’humeur sur la narration, le numérique, les « trucs » pour se faire repérer ou toute pensée autour de la littérature qui puissent intéresser nos auteurs ET nos lecteurs. Lire l'article. Si vous voulez vous aussi participer, envoyez-nous vos articles à contact@monBestSeller.com.

Je fais partie des supporters des romans de Sandra Lehner et je l'ai soutenue et continue de la soutenir, car ses textes ont vraiment quelque chose de pas commun. Je suis fan de fictions, j'adore Stephen King. A une époque ou on voit trop de livres sur les vampires et les loup garou ça fait plaisir de voir un sujet différent qui traite de la religion et de la science dans un aspect fiction original. Fallait y penser! Je la soutiendrai par mon financement jusqu'au bout sur Bookly.fr et je ne le fais pas par souci du gain mais parce que j'aime lire des livres qui me sortent des sentiers battus et que j'adhère à son style d'écriture. Beaucoup de livres tombent dans du remplissage inutile et des détails qui ne facilitent pas la lecture. Ici ce n'est pas le cas, la façon d'écrire de l'auteur permet de visualiser et j'aime. Donc je vis l'aventure avec elle et tous les autres supporters et je lui souhaite de percer vraiment et j'espère qu'elle réussira à récolter les 7000 e de l'actuelle phase papier du second tome sur Bookly.fr, le crowdfunding est une belle aventure humaine car nous bâtissons un projet ensemble et ses livres sont comme nos livres en fait puisque nous avons participé à leur réalisation éditoriale. En plus comme j'ai participé au projet j'ai droit à chaque tome dédicacé.

Publié le 19 Octobre 2014

Il y a quelques exemples assez fameux recemment sur des plateformes de crowdfunding. Un jeune homme avait essaye de rassembler $60 pour preparer une salade de tomate. Il a finalement recolte quelque chose comme $50000! Et un inventeur voulait mettre au point un prototype de glaciere electronique controlee par bluetooth. Il a finalement recolte $11 millions!

Publié le 19 Octobre 2014

Je ne connaissais pas le crowfunding. Très intéressant. Bravo Sandra. CC  

Publié le 19 Octobre 2014

Malheureusement, que ce soit en crowdfunding ou sur Amazon, le "reseautage" au sens large est essentiel. Lorsque vous avez vos 200 romans imprimes, il faut les vendre. Et c'est la que ce situe souvent la difference entre un auteur auto-edite et un autre auteur auto-edite. Il faut savoir se vendre et avoir une couverture "mediatique". C'est le principe meme des periodes de promotion par lesquelles sont passes une majorite d'auteurs populaires, meme s'il existe des exceptions. Mais dans l'auto-edition, sans la machine promotionnelle d'une grande maison, et sans l'appui des media classiques, vendre 1000 copies d'un roman signfie un enorme travail derriere de la part de l'auteur(e) lui/elle-meme. Je suis aussi passe par une tres petite (micro) maison d'edition qui n'a pas vendu un seul exemplaire de mon livre. Simplement envoyer des emails, ca ne marche pas tres bien. Vendre a sa famille, soit, mais ce n'est pas tres interessant. C'est d'ailleurs bien explique dans la serie d'articles de MBS sur l'auto-edition.

Quand vous avez un ebook sur Amazon, vous pouvez le faire imprimer sur Createspace. Et des lors vous pouvez acheter 200 de vos propres livres quasiment a moitie prix si vous trouvez 200 personnes qui veulent lire ce livre. Ils/elles pourront vous l'acheter a un prix bien inferieur, et vous n'aurez rien debourse. C'est pour ca que je ne suis pas totalement convaincu par le crowdfunding dans le domaine de l'edition.

 

D'ailleurs je suis dispose a faire des achats groupes de mes deux livres jeunesse si suffisamment de lecteurs veulent avoir une version papier d'Hiver Minimus ou de Martin Contremage.

Publié le 15 Octobre 2014

Bravo ! C'est un beau succès. Et donc une démarche qui paraît très efficace. Il serait intéressant que chacun raconte comme vous son expérience d'édition.

Voici la mienne. Après m'être fait refuser par les éditeurs traditionnels (une trentaine d'envois), j'ai trouvé un éditeur pour "La Résolution", Mon Petit Editeur : publication à compte d'éditeur - j'y tenais - joli travail de correction et de fabrication. Pas de présence en librairie, mais très bonne diffusion sur toutes les librairies en ligne. Version papier éditée à la demande, délai 3 semaines. 

Résultat très décevant pour l'instant depuis la sortie en mai : 12 ventes papier + 2 ventes ebook selon le comptage de l'éditeur.  

Ma présence sur MonBestSeller, ma distinction MBS / Le Nouvel Obs ou lors du concours Polar n'a provoqué aucun "décollage".

Je dépense 1€ / jour pour une pub sur Google AdWords qui génère 8 clics en moyenne vers mon blog.

Autre expérience : j'ai mis "Chaos Debout" sur Amazon : 12 ventes à 2,99€ dans les 3 premiers mois, puis plus rien.

Ce qui n'a pas aidé : je suis incapable de solliciter mes proches, je n'ai pas de temps pour m'occuper de ma promo, j'essaie de mettre des textes et des nouvelles régulièrement sur mon blog.

Voilà pour mon expérience. Au suivant ;)

 

 

Publié le 15 Octobre 2014

Le crowdfunding est une opportunite pour beaucoup de projets. Cela dit j'ai un petit doute en ce qui concerne l'auto-edition parce qu'aujourd'hui on peut, sans debourser un centime, publier autant de livre papier qu'on veut grace aux plateformes comme Lulu ou createspace. Sans bien sur oublier les ebooks sur Amazon par exemple.

 

Publié le 15 Octobre 2014