Auteur
Le 18 mai 2014

Polars ou romans d’aventure : La scène d’explication finale.

Pour un polar, moins pour un roman d’aventure, plus le suspense est fort, plus il nécessite explication, alors comment la présenter ?
La scène finale, la clé de voute d'un roman policier.La scène finale, la clé de voute d'un roman policier.

La manière classique, façon Agatha Christie : le détective réunit tous les suspects, montre que chacun pourrait être coupable, les élimine jusqu’à l’avant dernier, et explique en détail pourquoi ce ne peut être que le dernier qui a commis le forfait. Long, fastidieux, répétitif, mais si le lecteur se triture le cerveau depuis des jours pour connaitre la solution, efficace.
Le coup de théâtre : apparait un élément inattendu qui permet de tout comprendre. Elémentaire, mais un peu trop facile, mon cher Watson !
L’explication détaillée de tout : plus le roman est long, plus la dernière scène sera longue ; on se lasse.
Les explications alambiquées, façon « mystère de la chambre jaune » : plus Rouletabille explique, moins c’est crédible, ça ne passerait qu’au second degré, lequel est incompatible avec le suspense.
Les explications fournies au fil de l’eau, ou l’art de découper le suspense en tranche : il ne reste que peu à formuler, la sudation du lecteur ne s’accroit guère, mais elle l’a saisi depuis le début de la lecture.

J’aime mieux cette dernière manière, et vous ?

Patrick Liszewski

Sur MonBestSelle.com : Comme un conte de Fées, Altérations.

La rubrique "Du côté des auteurs" est la tribune des auteurs monBestSeller. Vous pouvez y partager vos réflexions, articles ou billets d’humeur sur la narration, le numérique, les « trucs » pour se faire repérer ou toute pensée autour de la littérature qui puissent intéresser nos auteurs ET nos lecteurs. Lire l'article.
Si vous voulez vous aussi participer, envoyez-nous vos articles à contact@monBestSeller.com.

A ce jour, j'aime bien procéder par touches, lâchant des indices au fil des derniers chapitres. Trop de précisions d'un seul coup peut tuer l'intérêt ou affadir le récit. Autant pour du polar que pour du fantastique, je pars du principe qu'à la fin du livre, le lecteur puisse savoir ou du moins comprendre le devenir de chaque personnage. Ensuite, après avoir dévoilé l'énigme moteur du roman, j'aime imaginer un épilogue, court, ouvrant des fenêtres sur divers possibles, qui pourraient faire traits d'unions avec un roman ultérieur...

Publié le 26 Juin 2014