Auteur
Le 05 avr 2017

L'imagination au centre de la conception d'un book-trailer

De plus en plus d'auteurs indépendants réalisent une bande annonce vidéo de leur livre pour en exprimer l'atmosphère, le sujet, l'intrigue..., et dévoiler en images leur univers d'inspiration. À l'heure de la toute puissance de l'audiovisuel, c'est un très bon outil de promotion sur le net. Pour les auteurs qui veulent se lancer, Sandrine Guarino qui vient de réaliser un book-trailer pour son dernier roman, partage son expérience.
Comment réaliser un book-trailer"J'ai cherché à illustrer au mieux l'ambiance de mon histoire, celle de mon univers intérieur, de ma sensibilité"

Bonjour à tous, chers auteurs de mBS,
vous les amoureux des mots et de la liberté d'expression. Vous les grands rêveurs engagés dans le partage de la culture, de la littérature et de l'intelligence émotionnelle. Fraîchement arrivée sur la plateforme, Isabelle de Gueltzl m'a soufflé l'idée de créer un article sur la conception des booktrailers. J'ai donc réfléchi à la chose, en repérant dans un premier temps les articles déjà créés sur le sujet pour ne point faire de redite inutile.
À ce sujet vous trouverez donc, ici, les deux articles que j'ai trouvés :
> Marketing digital Paris Livre 2016 : les éditeurs, à l’instar des auteurs, testent les pouvoirs du net
> Le « book trailer », c'est un spot de pub pour un livre. À quand les jingles ? 

Tout d'abord, je vais me présenter.
J'ai quinze ans de travail social derrière moi, cinq en tant qu'éducatrice et sept dans le consulting dans un cabinet privé. À côté de cela, ma passion m'a conduite à être scénariste de bande dessinée pour les éditions Soleil et à être assistante de production pour un réalisateur de la Côte d'Azur, Christian Philibert qui a, entre autres, réalisé Les Quatre Saisons d'Espigoule, financé à l'époque par Canal+, et dernièrement Afrik'Aioli. J'ai eu la chance également de traduire un livre américain The Lazy Man's Guide to Enlightenment de Thaddeus Golas qui m'a été confié par un ami storyboarder nommé Sylvain Despretz qui a notamment dans sa longue carrière, conçu la réalisation du story-board de l'un de mes films préférés, The Fountain de Darren Aronofsky, mais aussi, Gladiator, La Planète des singes de Tim Burton, Harry Potter et la Coupe de feu ou encore Tron.
J'ai eu la chance de connaître des créatifs au parcours passionnant avec lesquels j'ai beaucoup appris. En chemin, j'ai réalisé un BTS de conceptrice en communication audiovisuelle pour être à même d'exprimer ma passion créative autant pour les mots que pour l'image.
Voilà, les présentations sont faites. Concernant la manière dont je vais aborder les petits conseils que je vais vous donner, j'ai tout simplement repris la batterie de questions d'Isabelle.
C'est parti! :)

Comment avez-vous conçu votre vidéo ? 

Je l'ai conçue avec mon logiciel de montage Final Cut Pro X sur Mac. Son concurrent direct est Avid sur Pc. Personnellement, je trouve que FCPX est beaucoup plus intuitif et permet de surfer plus aisément avec son feeling créatif.
À la fin du montage, il y a l'aspect incontournable de la compression pour mettre sa vidéo en ligne, que cela soit sur youtube, son site ou une plateforme de partage. Pour compresser, je conseille Wontube, c'est un petit logiciel gratuit, qui ne prend pas de place et est très facile d'utilisation. Pour l'envoyer par mail, je conseille transfernow.net, gratuit et en ligne aussi. Evidemment, il y en a plein d'autres, la liste est non exhaustive, à vous de voir ce qui vous va le mieux.

Avez-vous fait un story board, un découpage avant de réaliser ce book-trailer ?

Oui et non. Je le fais dans ma tête à présent, j'ai tellement écrit de scénarios, de storyboards, de nouvelles et de contes que je n'ai plus besoin de passer par la case "papier". Je commence toujours par choisir la musique qui va, me semble-t-il, illustrer au mieux l'ambiance de mon histoire, celle de mon univers intérieur, de ma sensibilité. Ensuite, je pose mes doigts sur le clavier, je ne pense à rien, je me contente de ressentir la musique et le cœur de mon histoire, en même temps, comme si je cherchais d'abord intérieurement à faire fusionner les deux. Puis, les images viennent naturellement dans mon esprit, c'est là que commence le montage.
Je pose mes rushs de manière intuitive sur la time line comme ça vient, je ne cherche surtout pas à penser, à réfléchir, je tiens à laisser la primeur à l'émotion qui me vient de la musique. Je joue comme une enfant qui fait sa pastouille, je ne cherche en aucun cas un résultat en particulier, seul compte l'instant présent dans lequel je suis.
Une fois que j'ai construit l'armature principale, c'est là que je fais intervenir mon mental pour l'aspect technique, pour la construction logique de l'architecture narrative.

                      L'objectif est de bien choisir son angle dès le départ,
                pour ne pas commettre deux erreurs que je vois trop souvent.

La première est de vouloir trop en dire et d'inonder l'image de trop de textes. La deuxième est de vouloir faire un copier coller d'une bande annonce américaine... c'est une erreur. Je crois profondément à l'authenticité et certainement pas aux copies formatées de la grande industrie qui tue l'acte créatif. Savez-vous que sur la plupart des grosses productions américaines, ce sont des français qui sont engagés pour leur fameuse "French Touch" ? Et oui...
En synthèse, il faut tenter de trouver le bon équilibre entre l'image et les mots.

Quelle durée est idéale pour que les internautes ne décrochent pas avant la fin ?

Autour d'une minute, grand max une minute 15. L'objectif est de mettre en lumière l'émotion et le cœur du message que l'on a à transmettre de l'histoire que l'on a créée. Susciter l'envie d'aller plus loin.

                                    Rien ne sert donc d'en dire trop,
                            en cela l'exercice de synthèse est primordial.

Cela me fait penser à l'exercice du synopsis, je me souviens d'une discussion que j'avais eu avec Sylvain Despretz qui me disait que c'était la chose la plus délicate à réaliser. C'est bien vrai. La simplicité est un art qui se cultive par la pratique. C'est un travail d'épuration où l'on doit tailler la pierre brute de notre création pour l'affiner et tenter d'en extraire l'essence. Une sorte de retour à l'origine de la pensée finalement pour offrir l'essentiel. Le tout, à mon sens, est d'arriver à l'authenticité dans l'acte créatif. Vous savez, un peu comme un enfant qui viendrait vous offrir un bouquet de fleurs avec un grand sourire et des yeux pleins d'étoiles. Vous ne pourriez que lui ouvrir les bras. Ne me croyez pas naïve, c'est juste que face à ce monde bien trop dur et superficiel, je reste convaincue que l'émotion, celle qui nous vient de notre cœur d'enfant est l'écrin le plus beau qui soit pour faire passer les messages les plus porteurs d'espoir et d'humanité. Hmm... oui, après tout, je suis peut-être naïve, mais je m'en fiche, c'est ce en quoi je crois et ça me va bien.
Je pourrais vous parler avec des mots parfaitement élaborés, appartenant au champ lexical de la plus haute langue française, mais pour ma part cela resterait déshumanisé, je préfère parler simplement, tout comme mon approche de l'écriture et du book-trailer. C'est pourquoi, j'aime l'état d'esprit du Zen, je tâche de l'appliquer avec humilité dans ce que je crée, sans aucune prétention, juste en me faisant plaisir, qu'importe la notion de bénéfice, de rentabilité, de compétition. Je veux avant tout partager un petit bout de ce que je suis et si ça peut faire du bien à quelques-uns, j'en suis ravie.

Sur quels critères vous êtes-vous basée pour trouver votre inspiration ?

Je suis une créative, un pierrot lunaire, j'ai donc la tête plongée dans les étoiles et les deux pieds sur terre de par ma profession d'éducatrice. Ces quinze ans de travail social m'ont beaucoup impactée, j'ai rencontré le pire et le meilleur de l'humanité. J'ai mangé au resto avec un sdf qui était un ex-homme d'affaires, j'ai partagé mes sandwichs avec des sdfs dans la rue, assise par terre en regardant les gens passer, j'ai tenu dans mes bras des enfants meurtris par la vie, des prisonniers en repentance, des pauvres au cœur d'une richesse incroyable. J'ai monté des projets créatifs avec des ados de banlieue qui étaient de vrais artistes en herbe. C'est de tous ces gens que me vient mon inspiration et des leçons de vie qu'ils m'ont données. J'ai grandi avec eux dans mon humanité.

                  La créativité est utilisée dans le marketing pour faire de l'argent,
                               j'aimerais tant qu'elle serve à rendre
                      ses lettres de noblesse aux êtres humains que nous sommes.

A côté de cela, je puise dans ma culture littéraire et cinématographique, j'aime profondément Rainer Maria Rilke, Léopold Sédar Senghor, Neil Gaiman, Henri Gougaud et bien d'autres. Côté cinéma, je pense à Terrence Malick, Night Shyamalan, David Fincher, Les Wachowski  (leur dernière série Sense 8 est à tomber).
Mon inspiration vous ne la retrouverez pas dans sa pleine expression dans mon petit book-trailer fait avec mes humbles moyens, mais dans mon roman Le Royaume de Cristal où je laisse exploser toute la créativité de mon imagination. C'est une histoire non linéaire, un peu comme dans le film Mr. Nobody de Jaco van Dormael.
La physique quantique me passionne également, elle m'inspire. Le monde serait pour certains un hologramme et nous vivrions dans un univers multidimensionnel, je suis très intéressée par la pensée de Philippe Guillemant, physicien au CNRS, qui est à l'origine de la théorie de la Double Causalité.

À travers son booktrailer, Sandrine Guarino souhaite "partager un peu de [son] univers d'auteur".

En quoi pensez-vous qu'une telle bande annonce aide la promotion d'un roman ?

Les anglo-saxons utilisent ce support audiovisuel depuis pas mal de temps, ils sont doués. Pour exemple, allez voir les booktrailers de Neil Gaiman, la créativité est au rendez-vous. Tantôt dans l'expression du dessin animé, tantôt dans des sortes de spots publicitaires décalés, je pense notamment à Fortunately the Milk.
Plus techniquement, pour répondre à votre question, l'être humain est constitué de canaux sensoriels, appelés canaux VAKOG (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif et gustatif) donc en sachant cela, le message que vous souhaitez faire passer aura beaucoup plus de chances d'atteindre le cœur d'une personne avec des outils promotionnels audiovisuels. Ensuite, il s'agit de bien les utiliser grâce à une bonne communication.

Comment utilisez-vous votre vidéo ? L'envoyez-vous à des blogueurs, booktubers, etc. ?

La question me fait sourire car franchement, je ne suis pas la mieux placée pour en parler. Il s'agit de plan marketing, d'une connaissance du monde implacable du web et de sa digital activity. Théoriquement je peux vous dire, qu'il faut avoir un blog, un site, une page facebook pro, alimenter tout ça régulièrement, faire copain avec tout le monde sur la toile, dans son créneau évidement. Proposer des articles et des échantillons gratuits, envoyer des mails, créer une signature électronique, des liens call to action et blablabla.
Excusez-moi, mais avant tout, je suis auteur et je viens du véritable monde social, je n'ai jamais eu envie de faire du commerce avec ce que je crée. Je crée parce que c'est une nécessité pour moi, c'est mon oxygène, j'ai besoin de rêver dans ce monde de dingue, pour puiser la force nécessaire de croire en un monde meilleur, alors non, je ne suis pas la mieux placée pour vous parler marketing.

Avez-vous déjà des retours ?

Vous connaissez l'expression « Les cordonniers sont les plus mal chaussés » ? Je vais vous faire une confidence, je vais avoir 40 ans dans deux mois et je fais le constat que j'ai passé ma vie à mettre en lumière les autres. Question Tao, je peux dire que cela n'a pas été très équilibré de ma part, donc je viens tout juste de penser à moi et c'est pour ça que je suis venue sur la plateforme de monBestSeller.com, histoire de partager mes histoires avec une communauté d'auteurs dont la qualité et la solidarité ne peuvent que toucher une personne comme moi. Voilà, je crois que j'ai tout dit.

Pour finir, je terminerai en disant, à tous les amoureux de l'écriture et des belles histoires : lâchez prise sur la pression de la compétition qui veut que pour être reconnu, il faut que vous soyez dans le top ten des auteurs les plus en vogue du web. Faites vous plaisir, partagez, peu importe que la reconnaissance arrive ou pas, le principal est que vous soyez en accord avec ce que vous créez et que cela vous apporte de la joie ! :)

Merci à vous pour ce moment et à Isabelle  pour ses bons conseils et sa gentillesse.
Et au plaisir !

Sand (Sandrine Guarino)

15 CommentairesAjouter un commentaire

@Sandrine Guarino
Cent pour cent d'accord ! Voilà des propos très agréables à lire.
Amitiés,
Elen

Publié le 08 Avril 2017

Merci @Elen Brig Koridwen pour votre délicate remarque au sujet de mon état d'esprit. J'ai été éduqué dans un état d'esprit où la fraternité est au coeur ma vie, c'est juste normal pour moi. Merci à mon père et à ma mère pour ça. Offrir, donner, partager ne peut que nous remplir de joie. En tout cas, moi j'y crois. :)

Publié le 08 Avril 2017

@Sandrine Guarino
Bonjour Sandrine, voilà un article très intéressant, et surtout un bien bel état d'esprit ! Ravie de faire votre connaissance.
Amicalement,
Elen

Publié le 08 Avril 2017

Merci @chathymi, le partage est la plus grande source de joie que je puisse ressentir, c'est aussi pour cette raison chère à mon coeur que j'aime écrire de belles histoires pour les autres. Belle journée à vous, ChA.

Publié le 07 Avril 2017

Merci @Sandrine Guarino. J'avoue que , de tout cela, j'en ignorais tout. C'est comme si j'arrivais dans un pays étrange, étranger. J'en suis curieuse, mais je n'en ai pas trop envie pour moi même, cela ne me ressemble pas. Toutefois, j'aime bien à savoir ce que font "les autres".
C'est une joie, pour moi, de recevoir ce que vous nous avez donné. Je vais aller regarder chez vous pour me rendre compte de votre travail Bien belle journée. ChA

Publié le 07 Avril 2017

@BOSSY.
Ne regardez pas passer Gérard, le temps qui passe ne dépasse jamais le temps où l'on crée, vous le savez mieux que quiconque, vous pouvez. Vous savez, "yes we can" a dit quelqu'un ^^. Nous pouvons tous et si vous n'osez pas, faites appel aux amis :-).
Bien vôtre,
Ivan

Publié le 06 Avril 2017

Merci @Sandrine Guarino pour vos réponses et pour ces nouveaux liens, je vais aller fureter un peu^^

Publié le 06 Avril 2017

Histoire d'avoir quelques repères, voici pour ceux que ça intéresse, un petit rappel des logos du Creative Commons : http://www.geeksleague.be/internet/musique-creative-commons
Et voici un article sur les liens intéressants des plates-formes les plus connues sur le net:
SITES D'ÉCOUTE ET DE TÉLÉCHARGEMENT GRATUIT DE MUSIQUE LIBRE : http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/19254/sites-ecoute-telechargement-gratuit-musique-libre/#.WOZk1RjpNR6

Bonne pioche! :)

Publié le 06 Avril 2017

@Brian B. Merrant. Oui, Brian, je confirme pour youtube, n'hésitez pas à mettre le lien de votre trailer "D'espoir, sors moi du noir", je l'ai cherché sur youtube mais ne l'ai pas trouvé. Au plaisir d'échanger aussi.
@Ivan Zimmermann. Entièrement d'accord avec vous sur le temps que ça prend. Si le résultat est d'une minute et quelques, il faut savoir consacrer le temps nécessaire à sa conception et sa réalisation pour créer un produit de qualité. Je vous rejoins aussi sur le fait de rajouter du soundesign à la composition musicale qui ajoutera de la vie et du poids à l'image. Quand aux filtres, c'est un vrai régal de jongler avec pour créer de la matière et du corps à la texture de l'image. Merci pour votre commentaire.

Publié le 06 Avril 2017

@Bossy...Ouaouh...vous allez finir par me fiche les larmes aux yeux vous...Gérard, encore une fois merci, vraiment, ça me va droit au coeur. Vous me faites en perdre mes mots devant un si joli compliment que je prends volontiers avec joie comme un cadeau avant l'heure de mon anniversaire du 20 avril prochain. :) Merciiiiiii!! ^^

Publié le 06 Avril 2017

Bonjour @Yannick A.R. Fradin.Ah vous posez LA bonne question, concernant la musique, c'est un vrai casse tête, il y a bien des plateformes, mais souvent la qualité n'est pas au rendez-vous, alors il faut creuser vos recherches pour trouver la perle rare qui collera avec l'image. Ensuite, question droit, il faut tout simplement soit contacter directement l'artiste, soit regarder le logo de la licence, il y a toute une codification à connaitre pour ne pas faire d'erreur, car libre de droit ne veut pas dire que l'on peut l'utiliser forcément pour un usage commercial par exemple. Pour info, sur youtube, vous avez tout un listing de musique libre de droit gratos, mais bon, il y a à boire et à manger comme on dit. :)

Publié le 06 Avril 2017

Bonjour Sand,
J'aime beaucoup votre article sur la conception d'un Book-Trailer. Moi-même suis en train d'en créer un. J'utilise Movie Maker après avoir fait des masques avec PhotoShop et des bouts d'essai avec Flash. . Quand j'étais encore en activité, et pour mon entreprise perso, je créais des spots publicitaires pour mieux faire connaître mes produits. Mais attention aux droits d'auteurs sur les images utilisées et les musiques ! Pour ne pas payer de droits d'auteurs sur une musique, il ne faut pas que sa durée dépasse les quinze secondes, c'est court. @Brian B. Merrant nous conseille la bibliothèque You-Tube avec des morceaux libres de droits, c'est une bonne idée, bien que, en ce qui me concerne, le choix ne correspond pas toujours à mes désirs, mais ils peuvent servir de base. Je tente de mêler une musique avec une création d'un fond sonore constitué de "bruits" et des lectures, très courtes et significatives, en off. C'est un vrai travail qui ne prend pas cinq minutes mais plutôt plusieurs jours.

Merci d'avoir échangé votre expérience.
.

Publié le 06 Avril 2017

Bonjour bonjour, et merci pour ce partage d'expérience que je ne peux évidemment qu'appuyer, pour avoir également sorti un trailer "d'Espoir, sors-moi du noir."
C'est un exercice difficile, comme le synopsis... mais quand le résultat final s'anime... quel bonheur !
Yannick, (Sandrine confirmera probablement) en ce qui concerne les musiques, la librairie audio de YouTube, disponible lorsqu'on est dans le Creator Studio de sa propre chaîne, offre des milliers de morceaux libres de droits ! Triables par genres, ambiances, instruments, durées... Il y a largement de quoi faire sans s'inquiéter :)
C'est un sujet qui m'intéresse énormément alors je serai ravi également d'échanger avec Sandrine !

Publié le 06 Avril 2017

@Sandrine Guarino. Bonjour Sandrine. Alors tout ça, c'est trop fort pour moi ! Incapable de réaliser de telles prouesses...Mais j'ai tellement aimé le Royaume de Cristal que je n'avais pas besoin d'une video pour m''inciter à le lire. Devant une imagination époustouflante, je reste coi. Ce cosmos en pleine ébullition qui apparaît, disparaît, habité d'humanoïdes étranges, de poussières d'étoiles, d'enfants curieux plus sages que leurs aînés. Ces légendes et contes fabuleux qui malmènent le lecteur dans un monde fantastique en perpétuelle évolution font rêver en dormant ou font dormir en rêvant au milieu d'images et de films colorés pour faire peur et s'étonner. Monbestseller recèle en son sein nombre de spécialistes originaux, mais peu d'enchanteurs enchanteresses. J'ai grimpé à la cîme de l'arbre de cristal et m'y suis cramponné jusqu'à ce que mort s'en suive. J'en redescendrai le plus tard possible.Trailer ou pas, c'est une fable pour enfants adaptée à tout vieillard qui se respecte.
A 40 ans, vous êtes à votre apogée,et nous, on vous regarde passer.

Publié le 05 Avril 2017

Bonjour @Sandrine Guarino et merci pour cet article intéressant. Merci aussi pour les liens et outils que vous mentionnez. Commencer par choisir la musique, c'est très bien, mais comment vous en sortez-vous avec les droits ? Vous contactez directement l'artiste ou le groupe concerné pour obtenir une autorisation ? Je me permets cette question en commentaire, car ce point m'interpelle. Moins d'une minute à une minute quinze, ça me semble plutôt bien comme durée, suffisamment long pour donner les éléments pertinents et suffisamment court pour ne pas lasser le "spectateur". Exercice difficile de retirer l'essentiel en peu de mots. J'ai commencé à m'intéresser à l'élaboration de trailers pour mes écrits, mais pour le moment, c'en est resté au simple brouillon préliminaire. Au plaisir d'échanger avec vous sur le sujet :-)

Publié le 05 Avril 2017