Interview
Le 15 oct 2015

Roman. Mel Pilguric, Prix Concours de l'auteur indépendant d'octobre

Lire gratuitement le livre Prix Concours du mois d'Octobre« Un paysage de brouillard car les jeux d'ombre et de lumière me définissent bien mieux qu'un portrait éclairé... »

Mel Pilguric reçoit ce mois-ci le prix littéraire des auteurs indépendants. Elle signe un roman en forme de diptyque peignant avec sensibilité et précision deux époques, deux univers, deux chemins, dans deux styles narratifs maîtrisés. Double Voie s’approche ainsi avec délicatesse du destin de deux femmes et entraîne le lecteur entre émotion et suspense. Rencontre avec un auteur qui découvre qu’au-delà du « plongeon solitaire au fond de ses tripes pour juguler un trop-plein d'émotion » qu’est l’écriture, le partage de son roman lui permet « de confronter [ses] mots à des lecteurs qui les font enfin exister. Le bonheur de l’échange... »

Question: 

À la lecture de votre roman très précis et documenté sur les soins psychiatriques, la première question que l’on se pose (et que l’on vous pose ;-) : votre livre, contient-il une forme d’autobiographie ? Et comment l'avez-vous construit ?

Réponse: 

Ce livre est une fiction. Je pourrais écrire « toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence »… et bien sûr je mentirais, car il y a dans cette histoire une réalité qui a pu m’échapper.
Le thème s’est articulé autour du personnage de Gilles. Il est au cœur de l’intrigue du début à la fin, même lorsqu’il en est absent. La première partie a jailli telle une évidence dès que la forme d’écriture s’est imposée : lettres pour Anne, journal intime pour Béatrice. À n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, je relisais la dernière page et la suite s’imposait sans que je n’aie à élaborer ni plan, ni trame.
La deuxième partie est arrivée plus tard, pour rompre la monotonie d’un style unique. Je souhaitais prolonger la route avec mes personnages, mais il me semblait important d’éviter un récit trop linéaire. J’ai cherché un chemin de traverse, une autre voie...

Question: 

Vous situez votre récit entre deux époques, très différentes en termes de mœurs mais aussi, puisque c’est votre sujet, d’accompagnement et de soins psychiatriques. Y-a-t-il dans votre livre une forme de critique ? sociale ? médicale ? ou plutôt d'hommage aux progrès réalisés ?

Réponse: 

J’ai lu de nombreux documents sur les soins psychiatriques dispensés au fil du temps et, bien sûr, j’ai été horrifiée par ce que j’ai découvert sur le traitement des malades. Mais j’ai également été éblouie par les combats menés par certains thérapeutes pour faire progresser non pas la science ni la médecine, mais peut-être l’humanisme au cœur de notre société. J’ai pris conscience que les avis qui s’affrontaient alors n’étaient pas le reflet de choix thérapeutiques, mais plutôt celui de choix de société. Est-ce que les sentiments que j’ai éprouvés en écrivant sont perceptibles par le lecteur et ressortent sous forme de critique ou d’hommage ? Je l’espère, sincèrement…

Question: 

Vous abordez un sujet sensible et le traitez avec beaucoup de réalisme et de justesse, mais aussi beaucoup de romanesque et de suspense. Comment avez-vous travaillé pour mêler ces ingrédients qui contribuent fortement à la réussite de votre récit ?

Réponse: 

Je ne sais si ces ingrédients sont réellement présents dans mon roman, mais j’imagine que je resterais bloquée devant une feuille blanche si je tentais de composer un texte réunissant toutes les qualités que vous évoquez. La seule qui m’importe est la justesse.
Je ne garde un personnage que lorsqu’il me semble vrai et lorsque son histoire me bouleverse. Alors seulement, j’écris et je peux laisser transparaître ses sentiments et ses blessures. J’ai honte de le dire, mais la recherche de trame narrative et de suspense viennent plus tard, en général à la relecture.

Question: 

Double voie parle-t-il uniquement des deux voies empruntées par vos héroïnes pour se trouver elles-mêmes ou porte-t-il une dimension philosophique plus large ?

Réponse: 

J’adorerais apporter une dimension philosophique à mon roman, mais ce serait un peu présomptueux, non ? Par contre, et en toute simplicité, le thème des voies me tient à cœur.
Le roman commence et finit dans un train, sur une voie ferrée… En y regardant de plus près, l’expression « suivre une voie » devrait signifier un déterminisme et une absence totale de liberté : on est sur la voie ou on déraille, n’est-ce pas ? Pourtant, combien d’individus passent leur vie en travers ou à côté des voies ? Pour eux, il n’y a pas d’autre choix que de tracer leur chemin dans la marge, d’avancer parmi des obstacles tels que le poids du passé, de l’enfance, de l’éducation, de la génétique... Je dois l’avouer, ce sont ces gens qui m’intéressent et la façon dont ils transforment les entraves en carburant.

Question: 

Il y a un jardin important dans votre récit. La nature a-t-elle une place particulière dans votre vie ?

Réponse: 

Vous m’avez démasquée ! La nature tient effectivement une grande place dans ma vie et dans mon écriture. D’ailleurs j’ai pris une habitude, celle de placer mes personnages dans un cadre de verdure à chaque fois que je suis bloquée dans l’intrigue. Ainsi, je les oblige à se poser, à réfléchir et je prends plaisir à écrire une scène qui n’est pas nécessaire, mais qui m’apporte de l’oxygène. À la relecture, ce sont souvent des passages que je garde.

Question: 

Pourquoi et depuis quand écrivez-vous ? Avez-vous des rituels d'écriture ? D’autres ouvrages en cours ou d’autres projets ?

Réponse: 

J’écris plus ou moins depuis que j’ai appris à lire. Je me souviens d’un temps où je cachais mes carnets sous des classeurs de sciences. On m’imaginait assidue aux révisions, alors qu’en réalité, je ne faisais qu’écrire des vers. L’année de mes onze ans, un professeur de français avait donné comme sujet de devoir : « écrire l’histoire d’un objet contenu dans notre trousse ». Imaginez le plaisir que j’avais éprouvé à inventer la vie d’un compas qui passait son temps à tourner sur la pointe parce qu’il rêvait de devenir danseur étoile ! L’espace d’une heure, j’avais gommé toute retenue et les mots m’avaient emportée. Malheureusement, ce professeur a cru bon de lire mon devoir à toute la classe et je me suis sentie tellement mise à nu que j’ai décidé, ce jour-là, de ne plus jamais partager mes textes. Il m’a fallu du temps pour passer outre et arriver jusqu’à vous…
Aujourd’hui, je ne sais plus pourquoi j’écris, mais je n’imagine pas ne pas le faire, comme je n’imagine pas arrêter de lire. Je rédige toujours plusieurs histoires en même temps car j’ai peur de finir un livre et de me retrouver « vide ». Et puis, certains personnages m’envahissent plus que d’autres et il est alors nécessaire de faire un break, de changer d’histoire, le temps de redevenir moi… ou de me glisser dans le vécu d’un nouvel individu.
Quant aux rituels d’écriture, je n’en ai pas vraiment. J’écris lorsque je suis seule. C’est un impératif. Je n’ai besoin de rien d’autre…

Question: 

Pour quelles raisons appréciez-vous monBestSeller ?

Réponse: 

J’ai connu monBestSeller en circulant sur Internet à la recherche de romans à lire. Je suis tombée sur une interview qui m’a menée jusqu’à vous. Inscrite en tant que lectrice, J’ai tout de suite remarqué que des recueils de poésies ou des pièces de théâtre avaient atteint des milliers de lectures… J’ai compris que ces lecteurs-là étaient différents. Je me suis lancée.
Le bonheur de l’échange ne m’a saisie que 5 jours plus tard, le 1er septembre, lorsque que j’ai vu apparaître un commentaire sur ma page. (Merci encore à Sandrine C. qui a posté la première critique que j’aie jamais eue) ; depuis, ce plaisir du partage se confirme jour après jour et c’est une vraie découverte.
Pour cette raison, ce réseau est formidable. Il permet à des personnes comme moi, qui écrivent discrètement au sein d’un jardin secret et n’oseront jamais envoyer un livre à un éditeur, de confronter leurs mots à des lecteurs qui les font enfin exister.
Depuis un peu plus d’un mois, des gens lisent « Double voie » et lui réservent un bon accueil. J’en suis étonnée et contente (je manque de vocabulaire car c’est beaucoup plus que cela !). Les critiques sont souvent riches et positives et j’ai un peu l’impression d’être entrée dans un cercle intime, et ce malgré le nombre d’inscrits.
Lorsque je tape « monbest » (ça suffit pour Google, succès oblige) je m’imagine pénétrant au sein d’une bibliothèque où les adhérents échangeraient en chuchotant sur leurs dernières découvertes… C’est un lieu où l’on entre sur la pointe des pieds, et j’aime ça.

Question: 

Et que vous inspire de recevoir ce Prix Concours d’octobre et d’être ainsi nominée au Prix Concours 2015 de l’auteur indépendant ?

Réponse: 

Le Prix Concours d’octobre a une saveur particulière pour moi. Sans doute le parfum des fougères d’automne qui jalonnent les sentiers. Peut-être la couleur des érables que je vois s’enflammer lorsque je regarde par la fenêtre. Ou encore la saveur d’un brouillard qui se dissiperait soudain pour mieux révéler le paysage. Octobre est le mois que je préfère ; mais vous l’aviez deviné n’est-ce pas ?
Quant au fait d’être nominée au Prix Concours 2015 de l’auteur indépendant, je ne peux rien en dire…je n’en suis pas encore revenue ! J’ai juste envie de dire merci…

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl. monBestSeller

Bien sûr que vos conseils sont utiles ! Et on vous en remercie chaque jour...même si vous employez des expressions qui me terrifient comme "construire sa plateforme de lancement" (là, je suis déjà larguée sur Mars), "communiquez sur le net" (vous savez que je viens à peine d'ouvrir une page Facebook et que je me demande encore quoi mettre dessus ?), "l'ensemble des réseaux sociaux comme force d'impact" (moi, j'avais juste glissé un manuscrit le plus discrètement possible...) En bref, vous m'ouvrez les yeux sur un monde que j'avais choisi d'ignorer pour me réfugier dans celui de l'écriture et de l'imaginaire... Mais je ne désespère pas ; avec votre aide, je finirai peut-être par entrer dans une nouvelle ère... Pour tout cela, un grand merci à toute l'équipe ! Mel
Publié le 21 Octobre 2015
Bonjour Mel. Lorsque vous vous sentirez prête à la publication de votre roman, n'hésitez pas auparavant à consulter la rubrique des conseils aux auteurs. Vous avez peut-être déjà exploré cette rubrique en cliquant sur l'onglet "Conseils et Atelier d'écriture". Dans la colonne de droite, vous avez tous les sujets fondamentaux comme : "Comment mettre en page votre livre ? Conseils clés pour être lu.", "Pourquoi et comment corriger son manuscrit ? Conseils clés"... Nous espérons qu'ils vous seront utiles.
Publié le 19 Octobre 2015
Vous avez raison, Patrick, pourquoi pas ? D'autant plus que vos explications claires et détaillées sont rassurantes pour les novices comme moi... Merci pour vos conseils de pro (si, si, j'ai vu tous vos livres sur Amazon).
Publié le 17 Octobre 2015
Merci Patrick (je peux vous appeler Patrick ?) pour votre enthousiasme qui me va droit au cœur. Je note précieusement vos conseils et je vous en remercie, même si je ne suis pas encore de taille à m'attaquer à Amazon... Pour l'instant, je me sens au chaud chez mBS et je savoure les critiques qui paraissent peu à peu sur mon roman. J'ai pu constater que les livres en tête des classements totalisaient des milliers de lecture et j'en suis encore très loin. Alors je prends mon temps, et je savoure les échanges... Merci encore pour celui-ci, Mel
Publié le 16 Octobre 2015