Actualité
Le 05 Jan 2015

L’auto-édition au secours de l’édition : Place à la « fan-fiction ».

Anna Todd est l’auteur d’"After", le phénomène "littéraire" de la rentrée. Non ce n’est pas le nouveau Flaubert, non ce n’est pas une farce de Houellebecq, oui c’est le grand coup de la rentrée qui ramène "50 shades of Grey" et "Merci pour ce moment" au rang des "fours" de l’édition.
 "After" d'Anna Todd : L’auto-édition vole au secours de l’édition. "After" d'Anna Todd : L’auto-édition au secours de l’édition.

Livre numérique : romance en web fiction

Elle passe de fan à écrivain sollicité. Anna est passionnée par les histoires qui mettent en avant les membres du groupe pop « One direction ».  Ces feuilletons consacrés aux vedettes sont vénérés par les jeunes filles en fleur. Anna devient immédiatement dépendante de ces récits, que l’on baptise aux US les «fanfictions», « fanfic » pour les intimes. En 2013, elle décide de prendre le relai et de créer sa  propre saga autour du groupe. De fan, elle devient vedette.

Le leader de « one direction », Harry Styles, qui ne garde pas le même nom dans le récit  (on ne partage pas les gros lots) est transposé dans le quotidien de son université pour vivre une idylle torride avec une étudiante : Tessa et non pas Anna (elle a aussi changé le nom). La sauce prend : le feuilleton à l'eau de rose de la « good girl et du bad boy » attire des milliers de lecteurs. Les commentaires se multiplient et s’épaississent. La jeune écrivain s’enhardit et consacre alors nuit et jour à son nouvel ouvrage. Les réseaux sociaux jouent leur rôle. Elle a ses propres fans. "Quand je vois dans les commentaires que [les lectrices] commencent à comprendre ce qui se passe, j'ajoute quelque chose pour les égarer", mentionne-t-elle. Quelle finesse ! Mais attention, elle n’est pas avare de son temps, et elle entame une deuxième journée avec les réseaux sociaux. Elle passe ainsi des heures par jour avec ses lectrices pour refaçonner ses personnages et les faire évoluer avec elles, rééquilibrant des situations, punissant les coupables…

Auto édition : les réseaux sociaux comme boosteur de notoriété

Du succès au vedettariat international. Le premier tome (trois suivent) de cette jeune écrivain, une américaine de 25 ans, est tiré à 180 000 exemplaires en France. C’est le fruit, des nouveaux médias et des réseaux sociaux. Postés sur Wattpad, site libre ou chacun peut déposer son texte et recueillir des commentaires, sous forme de textes à  suivre, ses chapitres ont été lus plus d’un milliard de fois, sur le web par des ados américains et anglais. Du « jamais vu ». La jeune femme, mariée à 18 ans à un militaire, dans un Texas « monotone», aurait sans doute eu, il y a 20 ans, un cahier à spirale avec collages des visages du groupe, écriture ronde avec  « o » en forme de cœurs, et des smacks calligraphiés dans des pétales de fleurs dessinés au feutre. Seules trois copines  (et non pas trois milliards de copines) auraient partagé sa prose, en rêvant de leur star jusqu’aux larmes avec une stéréo poussée à fond...

Écrire un roman : du numérique à l'édition et au cinéma

Trop de mots peuvent gâcher l’histoire ! Elle ne se relit pas parce qu’ "utiliser trop de mots peut gâcher l’histoire". Résultat, des centaines de fautes d’orthographes (heureusement corrigées par son, ses éditeurs). Mais on peut alors s’étonner qu’il ait fallu quatre tomes pour achever la saga, soit plus de 2500 pages. Quelle promesse de densité ! Ecrite au Smartphone, (ses doigts ne se sont adaptés qu’à ce type de clavier), la saga repose sur un savant dosage de « fictions et réalités » au service de l’amour. L’une des clés du succès : la communauté de fan de « One direction »  qui se compte en millions. Les fans dévorent l’histoire,  parcimonieusement diffusée, puisqu’il y a généralement moins de 2000 mots par jour. Ce qui est rare est désirable.

Une fois de plus, l’édition court au secours de la victoire. Traduction dans 26 langues, adaptation au cinéma en 2016. On aurait aimé que la victoire ait un peu plus de classe.

Christophe Lucius

 

Pardon Laurence d'avoir tant tardé à vous répondre mais cette excellente idée à laquelle nous avions aussi pensé se heurte pour l'instant encore à la question de "comment le faire ?" Du coup, nous en avons beaucoup reparlé mais nous n'avons malheureusement pas encore les possibilités techniques pour mettre ça en place sur le site. Et vous, comment verriez-vous l'organisation ? Vos idées peuvent peut-être nous ouvrir de nouveaux horizons...
Publié le 02 Février 2015
Une idée comme ça, et si on se mettait à quelques auteurs de mbs, pour écrire un feuilleton avec une trame commune et interaction avec les lecteurs, et on verrait ce que ça donnerait ? Premier épisode, avec présentation des personnages et la situation, réaction des lecteurs, adaptation du second épisode, etc...
Publié le 10 Janvier 2015
Je suis persuadée que l'avenir de la littérature passe par l'interaction avec les lecteurs. C'est ce que j'ai essayé de faire avec mon premier roman, j'ai suggéré que mes relecteurs pourraient influer sur le scénario au fur et à mesure. Hélas je m'y suis mal prise car tous m'ont dit "ah non, c'est toi qui écrit, c'est toi qui fais le scénario". J'ai donc continué de la manière classique. Mais cette fille a su y faire, bravo !!! Mais c'est un boulot à plein temps, on ne peut se consacrer à produire une littérature de qualité et en même temps à la comm avec son lectorat. Ou alors il faut créer une entreprise avec des chargés de comm... etc... En tous cas, elle, a réussi :-)
Publié le 10 Janvier 2015
J'ai plutot l'impression que c'est un exemple extreme. Mais les fan fictions sont effectivement populaires justement grace aux communautes de fans deja constituees. Il y a de nombreux concours devoues a ces fan fictions. Mais la encore, beaucoup d'appeles et tres tres peu d'elus!
Publié le 06 Janvier 2015
Le plus intéressant dans toute cette histoire, c'est qu'elle a écrit les quatre tomes de son roman sur un smartphone Galaxy et je suppose que ses lectrices l'ont lu aussi sur leur téléphone ! L'évolution numérique est en train de modifier les habitudes de lecture (et maintenant d'écriture), il sera intéressant de voir comment cela va modifier l'horizon littéraire quand la génération smartphone va arriver à maturité. PS: À quand une version mobile pour MBS ? ;)
Publié le 06 Janvier 2015
Si seulement c'etait toujours aussi facile... :)
Publié le 05 Janvier 2015