Auteur
Le 05 juin 2019

Littérature : il y a une quantité indénombrable de possibles.

Certains lecteurs de mon livre m'ont rapporté qu'il est de ceux qui vous bousculent, voire vous changent.
Si son écriture était remuante, apparemment sa lecture n'est pas lisse non plus. 

Lorsque j'écris, je crée un univers fondé sur des images mentales qui rejaillissent au fil de l'histoire. Un magma coloré d'impressions, des visages, sons, anecdotes, personnes aperçues ou connues. Après son esquisse, la toile du manuscrit se teinte peu à peu de toutes ces impressions. Il y a donc une quantité indénombrable de possibles. 

Il faut sérieusement "introspecter" pour donner vie à l'histoire et aux personnages, tant et si bien que l'on finit par vivre le livre. Et c'est sans doute cette véracité pourtant totalement inventée qui embarque les lecteurs dans la vie des personnages. Les lecteurs pleurent, rient, et vivent des émotions sans doute proches des miennes lorsque j'écris. Mes émotions deviennent alors les leurs. 

C'est là ce qui me parait le plus important dans le fait d'être lue. 

Marie-Amélie Garcia

Aucun commentaireAjouter un commentaire