Auteur
Le 30 mar 2020

Dans ma rue tout s’est tu

Les mots, les images, les sentiments, les émotions, c'est ainsi que Philyourshycat choisit d'illustrer "Ecoutez le silence". Mais c'est avant tout un rythme qui porte: d'avancées, de reculs et de pas latéraux, de la vie en réalité
Un blanc bateau en partance Le début d’une longue errance Un constat de longue souffranceUn blanc bateau en partance Le début d’une longue errance Un constat de longue souffrance

Dans ma rue tout s’est tu.

Philyourshycat

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence 

 

Parler

Toujours parler

Encore et encore

 

Sans temps mort

Propos inutiles

Stériles

 

Quelle impudence

Quelle vie

D’ennui

 

Alors j’ai choisi

C’est fini

Vive le silence 

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence 

Silence

Silence

Un monde de silence

Un rêve de silence

 

Un blanc bateau en partance

Le début d’une longue errance

Un constat de longue souffrance

 

Silence

Silence

Soudain tout se tait

Soudain plaisir désuet

Soudain faire face au silence

 

Mais pour aimer le silence

Il faut du bavardage vide

Permanent se lasser oui totalement

Délaisser tous les réseaux sociaux avides

De données à récupérer ils parlent bruyamment

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence

Silence

Silence

Oui il fait peur

On écoute son cœur

Et on s’entend pleurer

 

Tout doucement

Comme un petit enfant

Qui sa mère a enfin perdu

De l’agonie compte est rendu

Une incroyable et interne violence

 

Silence

Silence

Il a tant de saveur

Une si belle odeur

Il me laisse songeur

Et il est pure pudeur

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence

 

Silence

J’ai besoin de toi

Pour qu’enfin mes larmes coulent

Seul caché tout au fond du bois

Ma vie lentement s écroule

Silence 

Silence

Oui silence

Fuis l’orage

 

Des bavardages

Accepte l’indolence

De l’absence

 

Ou plutôt

Va vers le beau

La douceur

 

La saveur

D’une présence

Qui a du sens

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence 

 

Une ouverture

A toutes les plicatures

De ton âme

 

Va vers la femme

Ta féminité

Cachée

Caresse la

Embrasse la

Fais la jouir

 

S’évanouir

De plaisir

Avec tes poésies

 

Longuement mûries

Dans le silence

Oui le silence 

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence

 

Dans ma rue

Tout s’est tu

Dans mon quartier

Tout est bouclé

 

Ni sapience

Ni croyance

Juste le silence

Le Silence

Je vous remercie. Il est vrai que, par rapport à mon Paris du Samedi , le contraste est saisissant !
https://www.monbestseller.com/manuscrit/poesie-du-samedi-naitre-a-paris-et-autres-gazouillis

Publié le 01 Avril 2020

Merci pour ces quelques vers, @Philyourshycat, et bonne journée. Michèle

Publié le 01 Avril 2020