CAMBODGE - La Longue Quête

489 pages de Kroussar
CAMBODGE - La Longue Quête Kroussar
Synopsis

1975, la mission d'espionnage de Jean-Claude "X" tourne à la catastrophe, des membres de son équipe sont tués, sa femme est livrée aux Khmers rouges, son fils est quelque part dans un camp... Toute sa vie, il n'eut qu'une obsession, celle de les retrouver.

Traqué, inquiété, parfois protégé, il dut déjouer les pièges de l'enfer pour d'éphémères bonheurs.

Même si le suspense et l'exotisme rythment cette histoire authentique et totalement méconnue, c'est avant tout un témoignage qui surprend par la force du message qu'il porte. C’est aussi une magnifique histoire d'amours. Amour pour une femme. Amour pour un peuple.

Laissez-vous submerger par ce récit bouleversant qui accuse et vous plonge au cœur de l'Indochine en vous dévoilant des secrets parmi les mieux gardés de notre temps...

12869 lectures depuis la publication le 11 Juin 2018

Les statistiques du livre

  16 Classement
  918 Lectures
  +2 Progression
  4.9 / 5 Notation
  152 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

96 commentaires , 55 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Louise Casenove
/n
Les mots me manquent pour vous témoigner ma reconnaissance. Comme JBJ avant vous,  Vous avez parfaitement perçu et décrit ce que l'on ressent à la lecture de ce témoignage. Vous avez suivi les pas de Kroussar, ressenti ses doutes, discerné sa pudeur, pour finalement vous libérer de l'angoisse à la lecture de l'épilogue. Merci à vous pour votre généreux commentaire. Amicalement Jean-Claude dit Kroussar. 

Publié le 28 Septembre 2020
5
Plus qu'un témoignage, un roman bouleversant. La plume de l'auteur nous embarque dans sa vie riche et chahutée, pour ne pas dire tourmentée. Au fil des pages, on oublie que tout cela est vrai, que tout cela est dur, car c'est tout aussi insupportable que magnifique. Votre arrivée en Asie m'a transportée, votre rencontre avec Tiane m'a éblouie, la guerre m'a déchirée et vos séparations successives m'ont touchée, terriblement. Quand à votre épilogue... c'est douloureux. Car votre pudeur aurait pu à certains moments passer pour de l'indifférence alors bien sûr on l 'aurait compris. Votre coeur et votre âme étaient ailleurs, on ne vous en voulait pas ou presque pas d'être parti même quand vous étiez encore là. ET à la lecture de ces quelques mots, je me suis effondrée pour vous et pour eux. Pour ceux qui sont partis et ceux qui restent en espérant que ce livre leur est parvenu. Auquel cas @Jean Benjain Jouteur a raison et il sera temps de le publier.
Publié le 24 Septembre 2020

@Jean Benjamin Jouteur
/n
Cher Jean Benjamin, votre chronique m'a laissé sans voix... et les larmes aux yeux.
/n
Vous avez tenu à rendre un vibrant hommage à cette histoire qui est mienne et celle d'un peuple, je vous en remercie sincèrement. Un peuple qui peine encore à se relever après plus de quarante ans de drames, trente années de guerre, quatre années de génocide.
/n
J'ai aimé le son de votre voix, le choix de vos mots, la pertinence des images, la justesse du ton employé, la justesse des comparaisons.
/n
Jean Benjamin, en plus d'être un érudit, vous êtes avant tout un homme au grand cœur.
Amitiés, Kroussar

Publié le 11 Septembre 2020

Bonjour Kroussar, je vous ai transmis le lien de ma chronique, bien plus détaillée que le retour ci dessous, par l'intermédiaire de Messenger. Amicalement.

Publié le 10 Septembre 2020

@Jean Benjamin Jouteur,
Je suis vraiment touché par votre long retour de lecture, qui témoigne de votre empathie envers ce Royaume. Ce pays qui a subi les pires drames durant plus de trente ans. Vous avez parfaitement perçu et décrit ce que l'on ressent à la lecture de ce témoignage. Votre commentaire élogieux prouve que vous fûtes sensible à cette histoire méconnue. Vos encouragements à lire mon roman me vont droit au cœur, et vous avez toute latitude pour chroniquer mon livre sur votre blog.
/n
Actuellement, je préfère le partager avec les lecteurs de mBS. L'éditer serait perçu comme une nouvelle provocation de ma part par les autorités françaises. Dans une dizaine d'années pourquoi pas ! Même à titre posthume. Merci à vous Jean Benjamin. Amicalement, Jean-Claude dit Kroussar.

Publié le 08 Septembre 2020
5
Respect Monsieur, pour votre qualité d’écriture, pour cette faculté de raconter que vous maitrisez, pour ce que vous avez vécu, mais surtout pour votre démarche. Le partage de votre vérité ! Et qu’importe qu’elle ne convienne pas à certains. Pour moi, la véritable histoire, devrait être enseignée, non pas par des livres estampillés « officiels » par un ministère de l’éducation nationale aux ordres, mais par la mémoire de ceux qui l’ont vécu de l’intérieur, qui ont souffert, qui se sont battu, qui en ont été les acteurs ou bien les victimes : Les témoins. Chaque époque possède son lot de témoins. Beaucoup ont écrit, peu on été entendu. Ils dérangent parce qu’ils dénoncent. Ils savent ! comme le chantait Béart : "Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté". Kroussar, vous êtes l’un des ces témoins. Votre histoire m’a passionné. Elle peut se lire comme un roman d’aventures, de guerre, d'amitiés ou d’espionnage… Mais l’on ressent, à peine dissimulé derrière les mots, quelques choses de bien plus grave, de bien plus "accusateur". Une cicatrice faites de révélations que les générations qui ont suivi la votre devraient connaitre. Il y a de si nombreux passages que je voudrai évoquer. Le premier qui me vient à l'esprit, c’est la description de votre mariage avec Tiane. Un beau moment, la pureté de votre amour, celle de votre respect pour cette culture qui n’est pas la votre. Vous semblez heureux, vos amis aussi, pourtant vous êtes tous conscients de cet menaçant « Redoutant les drames et les heures sombres qui s’annonçaient ». En clôture de ce trop long retour, permettez moi une remarque. Pour ceux qui fréquentent le site MbS, ce récit est une chance et une leçon, mais je pense sincèrement que vous devriez le partager avec un plus grand nombre de lecteurs… En l’éditant par exemple. Si vous le permettez, je chroniquerai votre livre sur mon blog. JBJ
Publié le 07 Septembre 2020

Bonjour @Kroussar, non je ne suis pas hugo. Je suis simplement un jeune khmer né en France enfant de parents ayant fuit le Cambodge après les guerres des années 70.

Mon but est de rétablir la vérité et les vrais faits de ce qui s'est vraiment passé. Pouvez-vous m'aider?

Cordialement

Publié le 28 Août 2020

@MaelysF,
/n
La probabilité que vous vous manifestiez dans les quarante huit heures était quasiment nulle, sauf si vous étiez LE Thierry Vitteau, ce que vous venez de confirmer en ajoutant le portrait hilare d'une jeune fille...
Ce qui est remarquable, c'est votre empressement à faire augmenter votre compteur de lecture lorsque mon roman devance le vôtre. Une grosse ARNAQUE de T.VITTEAU, qui ose accuser les autres de pratiquer comme lui.
Allez jouer ailleurs sinon...

Publié le 18 Août 2020

@Ippoz
/n
Si ma mémoire ne me trahit pas, vous êtes Hugo, le jeune stagiaire qui souhaitait me rencontrer au fond de mes rizières, mais qui n'a pas pu, pour raisons personnelles. Et votre enquête c'est bien votre thèse au sujet de la République Khmère, n'est-ce pas ?
/n
Par ailleurs, si je porte mon nom Khmer et si je me suis exilé au Cambodge c'est bien pour limiter les risques afin que les drames se renouvellent pas. Cordialement

Publié le 17 Août 2020

@Kroussar Merci pour votre réponse.
Avec toute ces révélations, même si sa date plus de 40 ans et que certains responsables sont hors services, vous ne risquez rien? Car vous donnez pas mal de noms et d'informations.

Et par hasard, savez-vous où je peux trouver le testament de Ho Chi Minh qui nous fait comprendre qu'il avait pour but de prendre tout l'indochine notamment le Cambodge?

Merci

Publié le 17 Août 2020

@MaelysF,
Vous vous trompez, ce n'est pas entre 9h et 16h, mais entre 3h du matin (heure française) et 17h que mes amis viennent lire ma page, puisque c'est une possibilité offerte par mBS. En fait, il font comme vous et les vôtres, et cela vous agace puisque nous sommes beaucoup plus nombreux ! N'est pas Thierry Vitteau
/n
Et puis, il y a deux ans, lors de votre arrivée, mon classement oscillait déjà entre 20 et 40, un peu comme vous...

Publié le 17 Août 2020
1
L'auteur ou ses amis se donnent beaucoup de mal pour que ce livre arrive dans les 20 premiers, alors qu'il a déjà deux ans ! Mais curieusement leurs "lectures" ont toujours lieu entre 9h et 16h. Après 16h plus aucune lecture ou presque, ce qui dénonce l'arnaque évidemment. Pourquoi tant de mal pour ça ?
Publié le 16 Août 2020

@Ippoz
/n
Bonjour, et merci pour votre pluie d'étoiles.
/n
Oui, je suis bien Jean-Claude et Kroussar est mon nom Khmer. Mon nom de naissance ne me sert plus que pour les formalités administratives en France. Comme vous le précisez, j'ai survécu mais je n'en suis pas sorti indemne. Tout ce qui est mentionné dans ce témoignage historique est VRAI, 100% vrai et vécu, il n'y a aucune romance, ni déformation de la vérité. Si vous souhaitez utiliser ces informations je vous rappelle quelle sont protégées par Copyright. Par contre, on peut en reparler. Cordialement.

Publié le 16 Août 2020
5
Bonjour, je viens de terminé la lecture pour la deuxième fois. Bravo pour votre écrit, le courage de témoigner, et surtout d'avoir survécu à tout ça ! Actuellement en quête de la vérité sur les faits de ce qui s'est passé au Cambodge dans les années 70. Tout d'abord j'aurais plus questions : Tout ce qui est écrit dans votre livres, notamment certaines révélations sur le soutiens des khmers rouges par la plupart des pays occidentaux, est-ce 100 réelle ou un peu "remixer?" Êtes-vous bien le fameux personnage "Jean Claude" dont vous parler dans votre libre? Comme vous indiquez qu'il s'agit d'une histoire vraie, puis-je me baser et utiliser comme source sur votre témoignage pour ma quête en renseignement sur les événements au Cambodge dans les années 70? Merci
Publié le 16 Août 2020

@L. Moussard,
/n
Cher Laurent, votre commentaire encomiastique (comme aimait le dire notre bien-aimé Roi du Cambodge) ma bouleversé. Savoir que mon témoignage a su retenir votre attention me réjouit. Savoir que Vous, homme de culture, romancier et scénariste talentueux, puissiez apprécier mon écriture est pour moi le comble du bonheur. Encore merci. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 14 Août 2020
5
Bonjour cher Kroussar, Je n'ai malheureusement pas lu tout ce que nous offre MBS en matière de romans et de récits, mais j'en ai lu beaucoup à une certaine époque. J'ai commencé votre ouvrage il y a quelques mois et, faute de temps, je n'ai pas pu le terminer. Ceci est chose faite. Je suis d'une franchise qui parfois a pu en dérouter plus d'un aussi je m'excuse d'avance auprès des auteurs auprès desquels je serais passé. Bref, assurément votre roman historique est l'un des plus marquants et des plus poignants qu'il m'est été donné de lire sur ce site. Et je pèse mes mots. J'ai également parcouru bon nombre de commentaires élogieux, lesquels reflètent on ne peut plus justement le fond de ma pensée. Il est indéniable que vous avez l'art et l'humanité requises pour marier le romanesque à l'Histoire, à votre histoire. Tout autant, pour parvenir à une telle réussite, il faut beaucoup d'abnégation, ne pas avoir peur de retranscrire son vécu, le pollen de sa mémoire sensorielle. La plupart des hommes, plutôt que de rechercher la vérité, qui leur est indifférente, préfèrent adopter les opinions qu'on leur apporte toute faites. Il y a plus de deux mille ans que Thucydide a écrit cette phrase désabusée qui n'a cessé d'être vraie. Sans exercer sur soi une discipline constante dans son écriture, la mémoire le plus souvent s'effiloche en quenouille et ne saurait prendre le lecteur aux tripes. C'est justement cela que j'ai ressenti en vous lisant, l'effort, le travail, l'incertitude sur le résultat, la justesse, la sapience, l'humanisme, lesquelles vertus de romancier méritent, par cela seul, mon admiration et mon respect. Bien à vous !
Publié le 12 Août 2020

@Annie Pic
/n
Chère Annie, comment vous remercier pour votre magnifique commentaire étoilé. Oui, une belle histoire d'amour qui m'a permis de résister dans les moments les plus difficiles et, par chance, la nature m'a donné la force de caractère pour aller au-delà des limites. Ainsi, j'ai pu reconstruire une vie, enfin méritée. Encore merci, et à très vite car je n'ai pas fini la lecture de vos romans. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 03 Août 2020
5
Bonjour Kroussar, je découvre avec horreur jusqu'où peut aller la corruption, la lâcheté, la cruauté des hommes. Vous usez de votre parfaite connaissance du Cambodge, de l'empire khmer, pour dévoiler les magouilles politiciennes, l'ingérence américaine, puis Russe, Chinoise... et des français qui ne sont pas les plus reluisants. Au fil de votre roman l'angoisse monte, vous avez l'art de la plume pour décrire des scènes à peine supportables. La précision de votre récit m'a entraînée aux confins de la barbarie, au-delà du réel. Heureusement parmi toute cette vision d'horreur, une belle histoire d'amour se dessine. Ce superbe mariage aux traditions ancestrales avec Tiane, au demeurant tragique, mais qui a porté un fruit. Un enfant, par malheur, brève fut son existence. Toujours au Cambodge, une autre romance suivra faite de bonheur et de joie. Cher Kroussar, la résilience vous habite et à l'heure du bilan, vous avez osé avouer les derniers secrets qui vous rongent. Merci pour ce partage très enrichissant. Bien à vous. Annie
Publié le 31 Juillet 2020

@Benoît Otis
/n
Benoît, je vous souhaite une bonne lecture. Il se trouve que j'étudie actuellement votre Bible du troisième millénaire. OUI. Vous avez bien lu ! J'étudie ! Car il y a beaucoup de sagesse et de connaissances dans les 48 thèmes que vous développez. Alors, on s'en reparlera également. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 29 Juillet 2020

Après la lecture du PROLOGUE, je me suis dit que cette grande portion de votre vécu vaudrait la peine qu'on s'y intéresse jusqu'au bout. Ne pas lire votre texte, ce serait passer à côté d'un contenu de grande intensité, à mon avis. Placé dans ma biblio virtuelle, je pourrai prendre tout mon temps pour le «grignoter» jusqu'à la fin car la lecture à l'écran me fatigue les yeux. On s'en reparlera.

Publié le 28 Juillet 2020

@mahaut7377  
Me permettez-vous de vous dire : Chère Catherine, Comment vous remercier pour votre élogieux commentaire que je reçois comme un cadeau et, surtout, celui d'être apprécié par d'autres auteures alors que j'ai longtemps douté de l’intérêt de mon témoignage. Mais ce qui est sûr c'est que l'écriture fut salvatrice, et m'a permis la résilience pour reconstruire une nouvelle vie. Et cette nouvelle vie me comble de bonheur. Merci encore Catherine, Amicalement Jean-Claude dit Kroussar.

Publié le 14 Juillet 2020

@Hubert,
/n
Non Hubert, tu n'as pas rêvé. ET en plus du cadeau, je te proposai autre chose. À toi de voir si cela peut se concrétiser. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 13 Juillet 2020

Jean-Claude. Ai-je rêvé ? il me semble avoir reçu de ta part un cadeau un peu douloureux et pourtant vraiment mérité. Certains "accidents de la vie" m'ont rendu un peu amorphe voir fainéant sur l'écriture. Les excuses de l'urgence éloignent souvent facilement de l'essentiel. En tout cas, un sincère merci pour ta précieuse "poussée" . Qui aime bien châtie bien (enfin pas trop quand même O>) . A bientôt j'espère.

Publié le 13 Juillet 2020
5
C'est avec émotion que je viens de terminer la lecture de votre livre. Il peut s'apparenter à un roman d'aventure, dans un pays déchiré par la guerre. Vous nous apprenez des choses incroyables, vous révélez des magouilles politiques qui nous sidèrent, des scandales insoupçonnables. Et aussi, à une autre échelle, les faiblesses humaines ordinaires: qui aurait pu croire qu'André Malraux était un voleur? L'histoire d'amour qui vous a lié à Tiane, son destin tragique et celui de votre fils sont bouleversants. Et vous avez encore eu le courage, malgré toutes ces épreuves, de rebondir, d'aller de l'avant, de rebâtir encore. Votre récit mérite d'être publié, porté à l'écran. J'espère de tout cœur que vos enfants renoueront avec vous. Bien amicalement, Catherine
Publié le 13 Juillet 2020

@Hubert,
Votre commentaire et sa constellation d'étoiles m'honorent sincèrement. Vous, l'un des plus anciens lecteurs de monBestSeller, si ce n'est le plus ancien, dont les commentaires sont toujours pertinents. Alors, encore merci pour avoir consacré du temps à cette longue quête. Amicalement Jean-Claude dit Kroussar.

Publié le 08 Juillet 2020
5
Secoué par tant de drames, on ne peut que respecter l'humanité qui ressort de ce récit. Comment peut on sacrifier tout un peuple pour satisfaire l'intérêt de quelques uns ? Merci pour ce poignant témoignage qui reste, malgré les horreurs décrites, très pudique
Publié le 07 Juillet 2020

@kroussar
Riez !
J'ai tout lu, absolument tout lu …
Sauf la note 15
Moi qui mets la famille au-dessus de tous les biens…
Riez !

Publié le 29 Juin 2020

@stanislawa
/n
Merci pour votre commentaire qui me touche sincèrement. Je n'ai malheureusement aucun retour de mes enfants. Sont-ils aussi bornés que leur père ? Peu importe, ce qui compte c'est que bouddha les aide à traverser les difficultés de la vie. Amicalement Kroussar.

Publié le 29 Juin 2020

@Fernand Fallou  
/n
Cher Fernand, merci pour votre commentaire élogieux et sa pluie d'étoiles. J''ai été sensible à vos propos. De par son côté historique, vous avez raison de dire que c'est un livre qui s'étudie et qui doit être lu plusieurs fois. Mais de par son aspect témoignage et aventures, il peut se lire comme un roman, en oubliant les détails de l'Histoire, en ne retenant que les monstruosités commises contre peuple Khmer.
/n
Vous avez bien lu, c'est bien le père de Tiane qui m'a appelé "Kroussar" pour la première fois, et c'est expliqué en page 105.
/n
Merci également pour votre lecture attentive qui a permis de détecter quelques coquilles. C'est incroyable, qu'après moult et moult lectures il en reste encore quelques-unes. Ces coquilles qui se cachent à son auteur et sautent aux yeux du lecteur...
Promis, je n'engueulerai pas Volterre.
Amicalement Jean-Claude dit Kroussar.

Publié le 29 Juin 2020
5
@Kroussar Cher monsieur Comme vous êtes le premier à avoir lu mon texte "Paradoxes" et à me faire un commentaire, je me devais de lire votre livre sur le Cambodge. Pour un naïf comme moi, c'est un livre qui s'étudie et qui doit être lu plusieurs fois. On ne peut pas (en tous cas pas moi), entrer dans votre odyssée à travers les odyssées du Cambodge, de Lon Nol, de Pol Pot et de Norodom Sihanouk. Je vous remercie pour le récit de cette épopée et la visite de Angkor Wat et de ses additifs où j'ai appris beaucoup de choses. Bravo, aussi, pour avoir fait de cette tragique réalité un conte d'une grande humanité qui finit bien. Si j'ai bien lu, c'est le père de Tiane qui vous a appelé "Kroussar" pour la première fois, mais vous n'expliquez pas pourquoi. (Ou ça m'a échappé) Bravo encore pour ce texte édifiant. FF
Publié le 28 Juin 2020

Votre témoignage est bouleversant. Vous avez fait preuve d'un courage et d'une témérité extraordinaires. Merci de m'avoir éclairée sur l'histoire des Kmers qui ne peut qu'émouvoir profondément. J'espère que vos enfants auront pris conscience du profond respect qu'ils vous doivent.

Publié le 27 Juin 2020

@F. Cassagne,
/n
"Si vivre c'est accepté l'inacceptable, alors l'auteur a connu sans nul doute l'enfer.", dites-vous ?
/n
Votre phrase résume parfaitement mon témoignage. Même si je n'ai jamais accepté l'inacceptable, mais plutôt contraint à me taire pour éviter d'autres drames. Vous ne pouvez imaginer la pression que peuvent exercer certains puissants, pour empêcher que la vérité n'éclose.
/n
Tiane, mon épouse, me disait toujours : tu ne changeras pas le monde… il est plus fort que toi. Mais fais ce que tu crois être juste, je suis avec toi.
/n
Non, je ne le changerai pas. Mais il est parfois de notre devoir de témoigner afin de dévoiler la vérité. Pendant toutes ces années de folies et de destructions , je pense avoir vu tout ce qu'un homme peut voir : des populations jetées sur les routes, des enfants jetés dans la guerre, des vainqueurs et des vaincus finalement réconciliés dans la mort.
C’est à cette époque que je perdis l’espoir dans le genre humain, où le vice demeure la partie la plus invisible, la plus redoutable de tout individu, en fonction des circonstances auxquelles il est confronté. L’homme sans contrôle ni garde-fou n’est qu’une bête immonde, avide de puissance et de pouvoir.
/n
Merci pour votre sympathique commentaire. Très cordialement.

Publié le 22 Mai 2020

@Yvan Ollive,
/n
Merci pour votre généreux commentaire. Digne d'un Kessel, dites-vous ! Ainsi que votre souhait pour un meilleur futur, qui me va droit au cœur. Vous n'êtes pas le seul à être effrayé par le côté militaire de mon témoignage, mais comme tous ceux qui ont franchi le pas, vous avez découvert une roman d'aventure, d'amour, et de drames. Je suis heureux de vous avoir fait voyager à l'autre bout du monde. Très cordialement.

Publié le 22 Mai 2020
5
@Kroussar Bonjour, lors de ma première lecture je m'étais arrêté, effrayé par le côté "militaire" du roman. J'ai avec cette institution quelques problèmes, ils relèvent d'une idéologie un peu naïve. Avec ce temps libre qui a coulé à flots ces dernières semaines, je me suis remis dans les traces de cette longue quête et j'ai découvert un roman d'aventure, digne d'un Kessel. Votre passion pour ce " ce côté du globe, où tout semble être à l'envers de l'autre ", est palpable. L'amour de ce pays et de ses habitants, aussi. Grâce à votre écriture j'ai plongé dans la jungle moite. Un grand voyage. C'est une oeuvre d'une grande humanité. Je vous souhaite, Monsieur, le meilleur. Très cordialement.
Publié le 21 Mai 2020
5
Oui, assurément 5 étoiles c'est le minimum que l'on doit donner à ce récit qui ravive les mémoires éteintes du temps. "Du sang et des larmes" aurait dit Churchill, formule qui, hélas, s'applique à cette période et à cette région du monde humainement oubliée de l'occident. Je dis à dessein "humainement" et non "politiquement" . On en a vu défiler des gens "biens" et "sérieux" qui ont des yeux statistiques avec la mesure des influences des uns et des autres sur cette partie du monde. Si vivre c'est accepté l'inacceptable, alors l'auteur a connu sans nul doute l'enfer.
Publié le 20 Mai 2020

@Marc Lebreton
/n
Marc, tout d'abord je vous remercie pour votre commentaire élogieux et sa pluie d'étoiles, comparant mon récit à ceux des grands écrivains que vous citez. Mais surtout, ce sont vos souhaits qui m'ont profondément touché. Car, même si j'ai écrit ce récit pour témoigner, c'est aussi dans l’espoir de retrouver mes enfants.
/n
Vous avez mentionné que mon sauvage vous faisait penser à Ayrton. Effectivement, il y a une petite ressemblance avec Tom Ayrton, ce personnage imaginaire, inventé sous la plume de Jules Verne. Moi, je porte encore les marques de notre rencontre, cicatrices indélébiles sur mes avant-bras, mes jambes, mon dos. Je revois encore son visage déformé par la démence lorsqu'il se jeta sur moi... 
/n
Encore un grand merci pour votre encouragement, c'est toujours un immense plaisir que de recevoir des compliments d'un autre auteur. 
/n
Il se trouve que je lis actuellement votre passionnant roman, j'en suis à la moitié et je ne manquerais pas de revenir vers vous très rapidement. Très respectueusement Jean-Claude.

Publié le 18 Mai 2020
5
Je termine tout juste la lecture de ce poignant récit. Dès les premières pages, j'ai su qu'il me plairait jusqu'au bout. Au-delà de l'immense tragédie et des drames qui ont marqué votre existence, ce récit est servi par une belle écriture et fait penser, à certains moments, à un roman d'aventure. Plus j'avançais, plus je pensais aux souvenirs lointains des grands auteurs français. Vous avez évoqué Hugo, Balzac, Malraux. C'est finalement à Jules Verne qu'il m'a fait penser, à sa façon de décrire les paysages et les évènements. Mon sentiment a été conforté lors de la rencontre avec le sauvage, qui ressemble à la rencontre de Ayrton (de mémoire), le pauvre hère abandonné seul sur une ile, dans l'ile mystérieuse. Il y a bien-sûr des éléments de modernité et la lecture politique qui sont étrangers à l’œuvre de Jules Verne. Je termine en formulant deux souhaits: que vous soyez édité un jour (mais le souhaitez-vous ?), et surtout, que vos enfants découvrent ce récit, pour qu'ils puissent mieux vous comprendre et mieux comprendre leur propre histoire. Très respectueusement. Marc
Publié le 17 Mai 2020

@Martine Fève,
/n
Chère Martine,
/n
Les mots me manquent, et je n'ai ni votre plume, ni votre belle écriture, pour vous dire combien j'ai été ému aux larmes en vous lisant.  Alors permettez-moi de vous appeler par votre prénom afin de vous remercier pour ce commentaire élogieux accompagné d'une pluie d'étoiles. Surtout, venant d'une auteure telle que vous, c'est donc beaucoup d’honneurs qui me comblent infiniment.
/n
Je suis vraiment touchée, par votre appréciation "Tout y est pour capter l'âme des lecteurs" dites-vous. C'est un magnifique compliment, car il m'en aura fallu, du temps, pour parvenir à ordonner mes pensées, à maîtriser mes vieux démons, afin de trouver les mots justes... souvent avec difficulté, mais il le fallait.
/n
Cependant, je ne cherche pas à être édité, seulement à partager mon témoignage avec le plus grand nombre, ce qui se réalise grâce à monBestSeller qui m'a permis de publier mon récit, au lieu de le censurer, comme pourrait le faire certains éditeurs à la botte de la bien-pensance ! Et c'est l'essentiel, mon témoignage peut enfin être lu et partagé avec vos proches, vos amis... Mais ce qui est sûr c'est que l'écriture fut salvatrice, et m'a permis la résilience pour reconstruire une nouvelle vie. Amicalement Kroussar.

Publié le 14 Mai 2020
5
Ouvrage très prenant qui met en scène des personnages interressants. Le travail des dialogues est particulièrement soigné et fait penser à la littérature américaine. Il mérite une grande diffusion.
Publié le 21 Avril 2020

@Chiara Catalina 
/n
Comment vous remerciez ? Votre sensibilité et votre empathie sont telles que vos mots reflètent l'union d'idées, de pensées, de sentiments que nous avons pu avoir durant votre lecture.  Quant à mes enfants, ils sont toujours aussi éloignés de leur père, et pourtant ce ne sont pas les tentatives de rapprochement qui manques.
/n
Vous dîtes Walk-in ! C'est exactement cela ! Comment de pas y croire, depuis sept ans maintenant que j'en ai la preuve au quotidien avec Lyly et  Lyna notre fille. J'ai retrouvé une partie de ma vie; celle qui me manquait cruellement. D'ailleurs, je suis étonné de découvrir que de plus en plus de personnes sont conscientes du transfert d’âme. Même si cela reste un faible pourcentage malgré tout.
/n
J'avoue que j'attendais avec impatience vos commentaires, espérant que chaque chapitre vous transporte vers de nouveaux sentiments, de nouvelles émotions, ou tout simplement vous permette de revenir en Asie.Merci Charia, merci pour ses échanges qui me manqueront sûrement à l'avenir. Amitiés Kroussar

Publié le 09 Avril 2020

Un dernier passage pour vous dire que, quelques heures après le mot FIN de votre magnifique roman, il est dans mes pensées, et nul doute qu'il y restera quelque temps. Il est si dense, si tant de choses, il apporte tant d'images de toutes natures, de sentiments... Il est, de plus, si visuel... Vous m'avez totalement "captée" et je suis imprégnée de votre Histoire. J'ai l'impression d'avoir, désormais, alors que je ne vous connais pas, un "vieil ami". Vous vous êtes livré en entier. C'est aussi ça, être auteur... Je conseille ce très beau texte. On n'en sort pas indemne, mais enrichi. Si je pouvais mettre d'autres étoiles, je le ferais... D'ailleurs, je le fais... ********************************************************...

Publié le 08 Avril 2020

Et puis vous m'avez ramenée en Asie... Un autre merci pour ça...

Publié le 08 Avril 2020
5
Voilà, j'ai touché le mot FIN. Secouée. Loin, très loin. Mon Dieu, quelle vie ! Espoir, douleur, souffrance, attente... Secrets... Vous êtes une grande âme, Monsieur Kroussar, "il y a quelqu'un dans vos yeux". Vous abordez, outre l'horreur de l'extermination, des thèmes élevés et, avec cette belle Lyly, ce que certains appellent "walk-in". Je crois volontiers à ce genre de chose... Ce roman magnifique est plein de spiritualité. Et puis le coeur... Incroyable organe dont la capacité d'aimer ne faiblit pas si l'on veille, même embourbé dans la douleur, à le laisser ouvert aux possibilités qui se présentent. Je suis heureuse d'avoir eu l'opportunité de vous lire. J'espère que vos enfants ont compris. Vous méritez de tout réunir, regrouper, ce qui, dans l'absolu, est déjà le cas. Je vais faire un lieu commun, mais je vous souhaite le meilleur jusqu'à la fin de cette incroyable existence, dans longtemps, très longtemps, avec votre femme et votre fille. Car, si chaque humain a une part de souffrance, vous avez eu la vôtre, plus chargée que celle de quiconque. Un immense merci à vous, Monsieur Kroussar, pour avoir eu la force d'écrire ce long texte qui nous apprend le monde et ceux qui le peuplent. Vous êtes un exemple. MERCI. Amitiés. Chiara.
Publié le 08 Avril 2020

@Chiara Catalina
/n
Permettez-moi de vous répondre en utilisant vos propres mots, ceux que vous décrivez avec justesse dans votre magnifique roman "Soleil Bleu".
/n
Pour s'élever il faut savoir pleurer et admettre ses erreurs. Celui qui pleure s'élève, et ne reste pas au stade animal. Un homme doit fort, oui ! Mais les émotions refoulées finissent toujours par le détruire. Alors, il doit savoir pleurer et partager ses émotions. D'autant plus lorsqu'il a un devoir de mémoire.
/n
Chère Chiara, ce roman à bien faillit finir au fond d'un tiroir... sans la découverte de monBestSeller, c'était sa destination. Alors, ici, je le propose à la lecture. Et depuis deux ans je suis comblé par les retours des lecteurs.
Amicalement, KROUSSAR.

Publié le 05 Avril 2020

Deux phrases... « Ce que je veux dire, Jean-Claude, c’est qu’en étouffant ta peine, tout ce que tu vas faire c’est te priver de tous tes souvenirs d’elle, de votre première rencontre à son dernier sourire . Tu vas tout effacer. Accepte la peine, Jean-Claude, accepte-la. »
« En m’appelant plusieurs fois par mon surnom, Kroussar… » Famille…
Je ne vais pas parler de l'histoire, la "guerre", terrifiante, vos autres lecteurs l'ont fait bien mieux que je ne le ferais. Je vais m'arrêter sur l'homme, vous...
La première... Affronter la peine, est, au-delà de la nécessité, une grande force. Fort, vous l'êtes, pour avoir su écrire de façon si prenante cette histoire qui est la vôtre. Vous êtes bien davantage que cette peine. Vous vous êtes élevé. Vous avez atteint le stade d'humain, alors que d'autres n'ont pas ou ont à peine entamé leur processus d'hominisation. C'est un ami sociologue qui le dit et je crois qu'il dit vrai. Mais être humain donne des "devoirs". Celui de transmettre en est un. Ce que vous faites de très jolie et douloureuse manière. La seconde, "Kroussar", va bien avec la première. Vous êtes de cette famille humaine et méritez ce titre. Ne laissez pas ce roman dans quelques tiroirs (forums), proposez-le à l'édition. Proposez-le, Kroussar, c'est, et vous en avez l'habitude, un devoir. Pour moi, vous serez Kroussar éternellement... Je reviens...

Publié le 03 Avril 2020

@Chiara Catalina
/n
J'avoue que vos passages successifs font naître une relation épistolaire particulière, celle de partager en direct vos émotions, vos joies et peut-être vos peines, à travers la lecture progressive de mon témoignage. C'est un merveilleux moments que de découvrir vos mots, tout en espérant que les miens vous emporteront jusqu'à la fin du récit. Merci Chiara, pour ce magnifique exercice.

Publié le 01 Avril 2020

Un deuxième passage... Je vais procéder comme ça pour votre roman que je le lis lentement, tranquillement. Je prends le temps de sentir, de goûter, et de vous dire ce qui vient sur le moment.

La rencontre avec Tiane est tout simplement merveilleuse. « Ici nous pourrons respirer l’air du soir, admirer les rayons de la lune qui se reflètent sur les eaux du Mékong, enveloppés de ce bonheur qui m’apparaît pour la première fois dans sa splendeur, embellie par vous. » Quel voyage vous nous proposez ! Il y a le visuel, le sensuel. Tout est ouvert, tous les sens, et l’imagination. L’on sent l’Asie. L’on sent cet amour naissant palpable.

Et moi, pour avoir vécu en Asie, je retrouve des souvenirs émouvants. Les sampans, la jonque. La voile de celle dont je me souviens est rouge. Je la vois, grâce à vous, naviguer sur les flots avec majesté. Je savais que vous alliez bousculer mes émotions, par l’histoire, mais j’ignorais que vous le feriez en allant chercher loin mes souvenirs. Merci…

Je continue et reviens vers vous…

Publié le 31 Mars 2020

@Chiara Catalina
/n
Les mots qui accompagnent votre premier passage me touchent particulièrement, ne serait-ce par l'empathie et les qualités humaines qu'ils portent, et vous caractérisent. Alors à très vite...

Publié le 28 Mars 2020

Je suis donc retournée à ma lecture, et voici un premier "passage". Je dois dire que pour avoir vécu en Asie trois ans, je retrouve, en lisant vos mots, les odeurs, les senteurs et la moiteur qui m'étaient familières à l'époque. J'entre tranquillement dans le récit, l'écriture est agréable. Je sais, pour avoir lu les commentaires, que mes émotions vont être chamboulées, mais c'est ce qui fait l'intérêt d'un beau roman. Je reviendrai donc vers vous à la fin, mais je peux d'ores et déjà vous dire que je pense qu'il va beaucoup me plaire. Je réserve les étoiles pour la fin... Bonne journée. Chiara.

Publié le 27 Mars 2020
5
Je suis plongé dans la lecture de votre témoignage, que je trouve des plus passionnants. J'en suis à la page 155, et il se produit de fréquents blocages. Il faut patienter, ce qui ralentit la lecture.
Publié le 16 Mars 2020

@Ima T.  
/n
Tout d'abord merci pour votre commentaire qui me touche profondément. Vous avez su mettre le doigt sur mes blessures, mes fêlures et aussi sur ma résilience. En tuant l'innocence de mon fils ; ils ont fracassé mon âme. Mais, au lieu de me tourner vers la vengeance, je me suis isolé dans le recueillement. Ainsi, j'ai pu y puiser la force pour atténuer ma colère, la force nécessaire pour réapprendre à vivre, la force pour entreprendre l'écriture de ce témoignage. Alors, encore un grand merci pour votre constellation d'étoiles qui me réchauffent le cœur.

Publié le 15 Mars 2020

@Caroline Hauduroy,

Surtout, un grand merci à vous, pour avoir pris le temps de lire ce long récit, de l'avoir trouvé passionnant... votre pluie d'étoiles qui me comble de bonheur. Bien à vous. Jean-Claude.

Publié le 10 Février 2020
5
Un grand merci d'avoir partagé votre longue quête. Un récit passionnant et une leçon d'histoire extraordinaire.
Publié le 09 Février 2020

Chère @Kroussar, je vous écris , rouge de confusion, car je ne sais comment m'y prendre pour vous remercier d'avoir consacré du temps à la lecture de "La main des vivants". D'ailleurs vous n'êtes pas la seule de ce cas... et je ne sais toujours pas accéder à la procédure me permettant de remercier avec beaucoup d'empressement tous et toutes celles et ceux qui m'ont fait l'honneur de lire ma prose.

Publié le 18 Décembre 2019

@Martine DUBEDOUT, je vous remercie sincèrement pour votre commentaire percutant et sa pluie d'étoile. Vos mots me réchauffent le cœur. Respectueusement, Kroussar.

Publié le 18 Novembre 2019
5
Captivant, une aventure humaine hors du commun. A lire absolument.
Publié le 17 Novembre 2019

@Kroussar Au vu des commentaires précédents, c'est avec enthousiasme que je vais me plonger dans la lecture de votre ouvrage, d'autant plus intrigant qu'il s'agit d'une histoire vraie. Je vous remercie par ailleurs d'avoir ajouté LIGNE DE FAILLE à votre bibliothèque. J'espère en retirer vos commentaires critiques d'auteur avisé et d'ancien officier militaire.
Au plaisir d'une discussion passionnée !
Bien à vous
Norin ANTALL

Publié le 31 Octobre 2019

@Kroussar Vous m'en voyez honoré ! Merci beaucoup.

Publié le 28 Octobre 2019

@Mickael Raimondo;
Merci pour votre sympathique commentaire étoilé. Vous avez gagné ma gratitude, seul cadeau que je puisse vous retourner pour le 6000ème clics sur ma page, en plus de la lecture de votre roman. Excellente journée à vous.

Publié le 22 Octobre 2019
5
Fantastique... Les mots me manquent pour commenter votre ouvrage différemment des précédents commentaires élogieux sur celui-ci. Aussi, je me contenterait de vous confirmer, comme les précédents lecteurs, que j'ai vraiment beaucoup aimé. On ne s'ennuie pas et la construction de votre roman travaillée et attractive. Merci pour ce partage de vie courageux. Je suis heureux d'avoir été la 6000ème personne à ouvrir votre livre pour en finir la lecture. Excellente journée.
Publié le 21 Octobre 2019

@cevennes
Excusez-moi pour ma réponse tardive, étant fort occupé actuellement. Oui, peut-être qu'un jour, un éditeur plus couillu que les autres osera publier ce témoignage. Mais, le plus important est qu'il soit lu, accessible gratuitement, et sans censures. Ce qu'offre la plate-forme monBestSeller. Je vous remercie pour votre pluie d'étoiles et votre commentaire qui me touche profondément. Cordialement Kroussar.

Publié le 27 Septembre 2019
5
Très bon livre qui mériterait d'être édité par un grand éditeur. Récit d'une incroyable vie dans un pays que j'ai eu l'occasion de visiter en touriste. Je ne suis pas surpris par l'attitude des américains, ni par la lâcheté des politiciens Comme beaucoup de monde, le génocide du Cambodge était dû à PolPot. Merci de nous avoir révélé la vérité sur ce drame humain. Sincères félicitations
Publié le 18 Septembre 2019

@R. H

Merci, votre commentaire élogieux et sa pluie d'étoiles me touchent particulièrement.

Publié le 12 Août 2019
5
Captivant du début à la fin! Bravo pour votre humanisme, un bel exemple!!!
Publié le 09 Août 2019

@tony JACQ

Du fait du décalage horaire, je ne découvre votre commentaire que ce matin. Je suis particulièrement touché par vos mots qui me vont droit au cœur : vos vœux de bonheur, ce bonheur enfin trouvé, qui me permet d'évacuer les terribles démons qui hantent encore mes nuits... Votre message de paix aux âmes de mes proches aujourd’hui disparus me bouleverse. Merci à vous pour cette pluie d'étoiles. Il se trouve que je lis votre second roman "Pour le sang", une histoire captivante, dont les rebondissements emportent le lecteur dans une intrigue parfaitement menée. Amicalement Kroussar.

Publié le 06 Août 2019
5
Je suis épuisé, moralement désemparé et subjugué par votre ouvrage que je viens de terminer. Le moins que je puisse dire est que je vais passer une sale soirée, une nuit fébrile et une autre journée désorientée tellement votre vie m'a ému ! Je me sens tout petit, insignifiant dans ma vie bien réglée, presque jaloux de votre parcours terrestre, sachant pertinemment que je n' aurai jamais pu faire le dixième de ce que vous avez pu endurer... Votre manuscrit m'a ouvert les yeux sur ce qui s est réellement passé dans ce Cambodge inconnu... Je sais que vous devriez être en tête de gondole dans tous les magasins affichant les best sellers, et je crois comprendre aussi pourquoi vous n'y êtes pas..... La censure de certaines élites politiques sans doute ! Vos mots sont choisis et votre trame nous invite a tourner page sur page. On ne sort pas indemne de votre écriture....je m'en vais de ce pas relayer votre histoire qui se doit d être connue et je vous adresse par ces quelques lignes mes sincères vœux de bonheurs, la paix aux âmes de votre proches décédés, et mon encouragement a continuer l humanisme dont vous faites preuve.
Publié le 05 Août 2019

@kroussar

Merci pour votre analyse, qui me va droit au cœur.... Effectivement votre compte rendu sur le mélange de 2 paragraphes m intéresse et je vous remercie de votre retour explicatif.

Je vais de ce pas m investir aussi dans la lecture de votre manuscrit dont le synopsis a réveillé en moi quelques curiosités . Depuis longtemps l'histoire de ce pays reste pour moi une énigme et ne serait ce géographiquement, mes connaissances sont très limitées.

Je me permettrai donc de revenir vers vous pour vous faire part de mes impressions.

Très bon weekend

Publié le 02 Août 2019

@Colette Bacro
Chère Colette, un IMMENSE merci pour avoir surmonté votre appréhension envers les récits de vie tragique. Les mots me manquent pour répondre à tant d'éloges. Vous avez perçu mes sentiments, ma résilience... Vous avez su reconnaître cette envie de vivre, cette envie d'amour et d'amitié qui peuvent nous permettre de faire face à l'adversité de la vie.
Merci encore, pour votre pluie d'étoiles qui illuminent les cieux de mon pays d'adoption. Amicalement Jean-Claude

Publié le 29 Juillet 2019
5
@Kroussar. En général, je fuis les parcours de vie tragiques, ça me remue trop, mais vous m'intriguiez, avec votre nom de baroudeur et votre portrait martial, qui ne semblaient pas cadrer avec vos commentaires sensibles et chaleureux. Ce sont vos lecteurs enthousiastes qui m'ont décidée à me laisser embarquer dans votre longue quête. Deux jours de lecture en apnée, qui m'ont passionnée, émue aux larmes, écœurée, mise en colère, fait sourire. Et ce, sans jamais faiblir. J'en sors le cœur encore serré par vos deuils terribles, avec des flashes atroces de guerre, mais aussi avec des images sublimes d'un pays magique, et un étonnant sentiment de plénitude, d'apaisement. Jean-Claude, vous êtes résilient. L'amitié et l'amour vous ont empêché de sombrer. Au lieu de vous laisser engluer dans la culpabilité et les regrets, vous avez jeté à la face du monde tous ces secrets qui vous rongeaient. Vous éprouvez aujourd'hui sur mBS qu'un fardeau porté à plusieurs est plus léger. Et nous, nous en sommes plus riches. Merci pour ce beau livre plein d'humanité. Que toutes ces étoiles brillent autant que celles que les amoureux regardent dans le ciel du Cambodge !
Publié le 27 Juillet 2019

@FANNY DUMOND
Bonjour Patricia, et merci pour votre pluie d'étoiles qui me comble de bonheur. Oui, vous avez raison de rappeler que toutes ces atrocités, ces millions de morts, qui ont été commis au Cambodge et au Vietnam, ne sont dus qu'à la mégalomanie de deux hommes qui voulaient prendre le pouvoir : Richard Nixon et Henry Kissinger, et cela par deux fois (1968 et 1972). Malheureusement, d'autres nations, d'autres hommes de pouvoirs firent en sorte que le Cambodge tombe et ne se relève pas... provoquant un chaos total jusqu'en 1994.

Publié le 25 Juillet 2019

Merci, de tout cœur, à l'équipe @monBestSeller pour cette mise en avant, tel un hommage rendu au peuple Khmer. Ce peuple si courageux, si digne, qui fut détruit sans vergogne par les Occidentaux l Laissant croire au reste du monde que les Khmers rouges étaient les seuls responsables et coupables de ce chaos...
Merci à vous chères lectrices, chers lecteurs. Vous qui avez aimé ce livre, vous qui avez laissé d'élogieux commentaires. Merci également à ceux qui ont espéré, tout comme moi, cette reconnaissance.

Publié le 25 Juillet 2019
5
Bonsoir@Kroussar Un livre qui se lit comme un roman d'aventure, de découvertes de lieux ensorcelants et qui m'interpelle sur les atrocités commises dans le seul but de gagner une élection ! Cordialement. Fanny
Publié le 23 Juillet 2019

"CAMBODGE - La Longue Quête" est le "Livre le +" du 22 juillet. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11459-krouss.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman historique sur monBestSeller.

Publié le 22 Juillet 2019

@GEISHA93 Annick

សូមអរគុណខ្លាំងណាស់ចំពោះការធ្វើអត្ថាធិប្បាយដ៏រំភើបរបស់អ្នកទាក់ទងនឹងទីបន្ទាល់របស់ខ្ញុំ។
ខ្ញុំសូមជូនពរអោយអ្នកមានអាយុវែងដូចដែលយើងបាននិយាយនៅក្នុងប្រទេសកម្ពុជា។
ខ្ញុំសង្ឃឹមថាអ្នកអាចអានភាសាខ្មែរបាន។
ដោយការគោរពដ៏ល្អបំផុតរបស់ខ្ញុំ Kroussar

Publié le 05 Juillet 2019
5
Vous êtes un grand homme Monsieur et votre livre m'a touché au plus profond de mon cœur, faisant resurgir mon premier voyage au Cambodge il y a plus de 30 ans. Le voyage en bateau rapide sur le Mékong pour rejoindre Siem Reap et la découverte de ses temples complètement déserts de touristes. Ce jour là le Cambodge m'a attrappé et je revis chaque fois que j'y reviens. Rien n'effacera les malheurs qui vous ont frappé mais votre courage et votre force vous ont permis d'aider tant de gens que je ne peux que m'incliner et vous dire ' saum arkoun lok' Annick
Publié le 02 Juillet 2019

@LAURENCE LABBE

Chère Laurence, merci pour votre magnifique commentaire et sa constellation d'étoiles. Surtout, venant d'une auteure telle que vous. Qui, en plus, est membre du mCL (Club des lecteurs du site), c'est donc beaucoup d’honneurs qui me comblent infiniment. Vous avez raison de dire qu'ici, sur la plate-forme monBestSeller, je ne risque que pas d'être censuré, comme pourrait le faire certains éditeurs à la botte de la bien-pensance ! Cependant je ne cherche pas à être édité, seulement à partager mon témoignage avec le plus grand nombre pour informer, ouvrir les yeux comme vous le dîtes si bien... Alors votre recommandation aux lecteurs de monBestSeller me touche énormément. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 31 Mai 2019
5
Comme les autres lecteurs, j'ai dévoré vos quelques centaines de pages captivantes avec bien plus de facilité que je trouve les mots pour en faire l'éloge. Vous livrez sans fard les secrets d'état, vos questionnements, vos états d'âme, la beauté de l'amour et les horreurs de la guerre et des stratégies politiques. Bravo pour votre courage ! On lit, on lit et on est tantôt émerveillé, intéressé, amusé, horrifié, étonné, et même incrédule. Vous nous livrez vos choix, vos certitudes et vos doutes, avec une simplicité qui force le respect et l'empathie. Entre romantisme, action, deuils, vies de familles brisées, amitié, vous faites défiler devant nos yeux votre vie, et quelle vie. Les magnifiques illustrations, la présentation, le style nous transportent dans votre univers et vos souvenirs, au plus profond de la jungle, auprès du peuple et des gens authentiques, à Paris, au Quai d'Orsay, sur la route des exils, sur les chemins de l'histoire et de l'archéologie, les rêves d'enfants, les enfants guerriers, les morts, les blessés, la spiritualité, la réincarnation, la générosité, les prières, l'amour... on est transporté et on ne voit plus passer le temps. Des passages sont particulièrement marquants, comme la découverte de cet homme redevenu sauvage trouvé dans la jungle, le rappel des ravages de l'agent orange et tant d'autres anecdotes... Mais chut ! A plusieurs reprises, je me suis souvenue du premier livre lu sur monbestseller, qui m'avait profondément marqué et avait reçu le prix pour la première année ("le ciel en enfer" de Patrick Letellier -un ancien légionnaire et aventurier). Ce témoignage est tout à fait différent dans le fond et la forme du roman que j'évoque, même si les intentions sont les mêmes : nous ouvrir les yeux sur ce que nous ne soupçonnons pas, parfaire notre culture et notre vision du monde et confirmer nos doutes sur les stratégies qui nous dépassent, nous offrir un écrit qui ne risque pas la censure sur le site. Pour conclure, lecteurs, lisez et bravo M. @Kroussar
Publié le 30 Mai 2019

@laurent tryon
C'est un bel hommage fait à mon récit et je vous en remercie. Vous avez apprécié son écriture, pris plaisir à sa lecture, vous avez été captivé par son histoire méconnue... Pourtant, je ne suis qu'un simple auteur qui se devait d'apporter un témoignage. Très cordialement Kroussar.

Publié le 11 Mai 2019
5
@Kroussar Après tant de livres survolés et qui ne méritaient même pas de l'être, c'est presque un miracle que d'arriver sur une oeuvre comme la vôtre. Sauf qu'arrivant après tant d'enthousiastes commentateurs, il m'est bien difficile d'inventer de nouvelles louanges pour vous dire tout le plaisir que j'ai ressenti tout au long de ma lecture (plus de 500 pages avalées en deux traites, tellement j'étais pris par votre captivant et émouvant récit). Vous êtes un écrivain rare, et je suis totalement ravi de m'être plongé dans votre ouvrage. Merci.
Publié le 10 Mai 2019

À l'intention de Son Altesse, le Prince @Ravivaddhana Monipong Sisowath
Votre Altesse, votre commentaire m'a ému aux larmes. C'est trop d'honneur que vous me faites, en ayant pris le temps de la lecture et en m'adressant vos appréciations sur mon témoignage. Je serai honoré de vous rencontrer, afin de partager avec vous un moment de recueillement sur les drames qu'a connus le Royaume du Cambodge et qui ont également touché votre famille. Recevez mes très respectueuses salutations.

Publié le 11 Avril 2019
5
Vous avez un grand don de conteur, et mêlant anecdotes réelles et romantiques descriptions, vous emportez le lecteur avec vous sans jamais sombrer dans de larmoyants atermoiments qui ne reflèteraient guère votre caractère, que l'on devine fort et sans concessions. J'ai apprécié votre sens de la formule, votre amour infini pour ma patrie devenue votre terre d'élection et je forme le souhait que nous puissions nous rencontrer un jour et connaître votre vrai nom. Bien à vous, Sisowath Ravivaddhana Monipong
Publié le 10 Avril 2019

Merci @Lys Jean-Luc Votre commentaire étoilé me touche énormément. Comme vous le disiez si bien : recevoir un commentaire généreux de la part d'un(e) autre auteur(e) est une preuve de reconnaissance plus forte que les avis bienveillants de nos proches qui, malgré tout, nous ont permis de prendre confiance en nous. Et, surtout, je vous remercie pour vos vœux de bonheur qui me vont droit au cœur, un Graal bien mérité après ce que j'ai enduré. Amicalement Jean-Claude.

Publié le 12 Mars 2019
5
Bonjour @Kroussar Quel livre magnifique ! Quelle belle aventure humaine vous nous contez là ! Cette guerre au Cambodge vue de l'intérieur, la position cynique des diplomaties occidentales et notamment de l'Etat français nous apprennent bien plus que les livres d'histoire ou la presse n'ont pu le faire. Ceci m'a rappelé de belles pages de "L'art français de la guerre", prix Goncourt, quand l'action se déroule en Indochine. Et puis ces drames humains que vous avez dû affronter et dont vous parlez sans colère et sans haine, sans jamais perdre votre humanité. On ne peut que vous souhaiter tout le bonheur possible dans cette nouvelle vie qui s'est offerte à vous, et attendre avec impatience les critiques toujours éclairées des textes des auteurs de MBS. Amicalement.
Publié le 11 Mars 2019

@Victoire Sentenac

Je suis extrêmement touché par votre commentaire. Doublement.
D'abord parce que j'ai eu un véritable coup de cœur pour votre magnifique roman qui, je l'espère, sera sélectionné pour le Prix concours 2019; d'autant plus que vous tenez la 1ère place des succès mBS; suivi de très près par deux auteures qui me sont chères également @Thalia Remmil et @Nadine Lamaison.

Ensuite, parce que vous avez apprécié mon témoignage, ressenti les drames vécus, compris mes souffrances et je vous en remercie. Amicalement, Kroussar.

Publié le 06 Mars 2019
5
Je suis impressionnée, vraiment. Par la puissance du récit, l'ampleur des événements que vous narrez, avec sobriété, justesse, sans jamais tomber dans l'excès alors même que nos yeux s'agrandissent d'effroi en vous lisant... Vous avez vécu l'inimaginable, vous avez côtoyé le pire de l'âme humaine, et vous parvenez pourtant à nous restituer un témoignage brillant d'humanité, dans lequel la "petite" histoire se mêle à la grande, et nous emporte avec elle... J'ai beaucoup appris avec cette lecture magnifique, merci pour ce partage, je vous souhaite le meilleur pour la suite. Amicalement, Victoire
Publié le 05 Mars 2019

@Catherine Secq
Chère Catherine, comment vous remercier pour votre commentaire généreux, accompagné de sa pluie d'étoiles ?

Peut-être en citant Albert Schweitzer : La gratitude est le secret de la vie. Celui qui a appris cela sait ce que vivre signifie. Il a pénétré le profond mystère de la vie...

Alors longue vie à vous également chère Catherine, et à votre plume, pour le plaisir de lire tous vos romans. Jean-Claude.

Publié le 22 Février 2019
5
@Kroussar Au moment d'écrire ce commentaire, les mots cruellement me manquent. Je suis impressionnée par votre histoire, par les atrocités et les comportements abjects que vous dénoncez dans votre roman. Votre courage et les valeurs que vous défendez forcent le respect. J'espère sincèrement que ce livre rencontrera l'écho qu'il mérite. Vous avez bien raisons; Même si la vérité n'est pas toujours bonne à dire, elle doit être dite. Je partage les commentaires précédents très élogieux. Personne ne semble sortir indifférent de la lecture de votre livre. Et c'est déjà une belle victoire. Longue vie à la longue quête ! Une admiratrice.
Publié le 21 Février 2019

@Thalia Remmil
Chère Thalia, comment vous remercier pour votre magnifique commentaire ! Vos mots me vont droit au cœur, me touchent, résonnent en moi, et donnent toute sa valeur cette longue quête qui m'a permis d'évacuer mes démons et, enfin, trouver la paix et le bonheur. Merci Thalia de m'avoir donné votre amitié. Jean-Claude.

Publié le 10 Février 2019
5
@Kroussar Difficile de mettre un commentaire à la hauteur de ce que j'aimerais exprimer ! J'avais pensé à tort que cette lecture n'était pas pour moi, et je me suis trompée ! Je l'ai fini en quelques heures et ce livre terriblement bien écrit m'a alpaguée. Je ne connaissais pas l'histoire du Cambodge, très vaguement celle des Khmers rouges et encore moins les différentes responsabilités dans ces conflits. Votre livre est un témoignage magnifique, et malgré l'horreur décrite, ce que j'ai trouvé d'extraordinaire c'est cette force d'amour qui en ressort ! Quel parcours de vie, quel courage, quelle ténacité devant l'adversité ! Au delà du témoignage historique, vos valeurs de vie et votre humanité me laisse sans voix, vous méritez, cher Kroussar de vivre en paix désormais, entouré des vôtres. Avec toute mon amitié naissante. Thalia
Publié le 09 Février 2019

@Kroussar. Votre réponse nourrit les liens sensibles et m'enrichit. Les voyages intérieurs sont ceux qui m'embarquent. Peut-être en partagerons-nous d'autres, en échos de mots et d'émotions. Bien cordialement. Nadine.

Publié le 07 Février 2019

@Nadine LAMAISON Me permettez-vous de vous dire : Chère Nadine !
Merci pour votre magnifique commentaire. Telle une radioscopie, vous avez parfaitement maîtrisé votre art, celui de l’analyse du comportement humain. Vous avez décelé l'éclatement de mes certitudes, les craquements de ma carapace, le vacarme de mes désespoirs. Comment vous remercier pour ce formidable cadeau, celui d'être apprécié par d'autres auteures alors que j'ai longtemps douté de l’intérêt de mon témoignage.
Mais ce qui est sûr c'est que l'écriture fut salvatrice, et m'a permis la résilience pour reconstruire une nouvelle vie.
Il se trouve que je lis en ce moment votre roman, je l'avais mis en bibliothèque il y a quelque temps déjà, mais la liste est longue et il est difficile d'établir des priorités entre toutes les belles plumes de mBS. Ce qui est certain, c'est que d'ores et déjà, au fil des pages, l'histoire prend corps, envoûte et on se prend à aimer vos personnages. À très vite ! Cordialement Kroussar.

Publié le 07 Février 2019
5
@Kroussar J'ai mis mes pas dans vos pas. Vous n'avez rien lâché et moi non plus. Venant de poser mes yeux sur la dernière ligne de La Longue Quête, c'est par un "Cher Jean-Claude" que j'ai envie de m'adresser à celui qui termine sa bouleversante épopée par "Votre papa qui vous aime". J'avoue ma quasi ignorance de l'histoire de l'Indochine et tout n'a été que révélations (Malraux !). Tous ceux qui ont été conquis par votre livre ont noté l'exceptionnelle approche pédagogique et la dénonciation de l'hydre du pouvoir, de la perversité politique, des mensonges d'Etat, des machines à broyer que sont les intérêts des nations. Au-delà de votre témoignage lourd et salutaire qui rend lisible le confus, c'est votre propre chemin vers vous-même qui m'a profondément touché. L'homme jeune, prêt à la fois à l'obéissance, au respect des règles et à la fascination pour un pays "aux délicieux mystères" est peu à peu tiraillé entre l'image idéale qu'il a de lui ("fragile, quel mot détestable" dites-vous) et les bouleversements affectifs, la révolte, l'abîme sans fin de la culpabilité. La vie, vos choix, vos instincts ont mené vos rêves "d'aventures et de gloire" au plus profond de l'horreur absolue. "J'ai côtoyé l'horreur jusqu'à la respirer" : ces mots disent tout d'une douleur térébrante qui vous a conduit à considérer "la bête immonde" que symbolise si bien le Khmaoït comme possiblement tapie au sein de chacun de nous et votre quête fut de l'exorciser. J'ai vécu avec vous le craquement de votre "carapace", j'ai entendu le vacarme de vos désespoirs, et j'ai ressenti la force de votre amour de la vie. Où sont nos faiblesses ? Ce que je retiens de ce périple c'est votre regard amoureux d'un territoire (et des Apsaras !), votre sensibilité, votre sensualité, votre capacité à assumer votre affect et à aller "de la pénombre verdâtre" à la lumière, de l'étouffement à la respiration de tout votre être. La question "avais-je le choix ?" a trouvé sa réponse, une paix intérieure. Je vous souhaite l'amour de tous vos enfants et vous remercie.
Publié le 06 Février 2019

@Laure Avedian Merci du fond du cœur pour votre commentaire élogieux, orné de sa constellation d'étoiles, qui résume parfaitement mon témoignage. Oui, l'écriture fut difficile et sans mes amis pour me soutenir, il n'aurait jamais vu le jour. Quel plaisir également de savoir que vous m'avez accompagné, par la description, parmi les temples d'Angkor et ressenti toute la sagesse extrême-orientale qui définit si bien le peuple Khmer. Merci à vous Laure pour cet encouragement. Cordialement Kroussar.

Publié le 25 Janvier 2019
5
Voici un livre inclassable... Leçon d'histoire écrite avec beaucoup de pédagogie, enquête journalistique au sens noble du terme sur le cynisme de la diplomatie occidentale, roman d'espionnage parfois, et bien sûr histoire d'un amour fou tellement romanesque. Merci infiniment de nous avoir fait entrer dans votre intimité, d'autant plus que l'on ressent combien cela a pu être douloureux de coucher ainsi sur le papier tous ces souvenirs, afin de nous éclairer sur l'histoire avec un grand H. J'ai été attirée par votre livre car j'ai eu la chance de découvrir le Cambodge il y a deux ans, après en avoir rêvé depuis l'adolescence, et ce fut donc également pour moi un plaisir de revisiter les temples d'Angkor en votre compagnie. Vous vivez ce pays si attachant à travers vos 5 sens, à travers toutes les pores de votre peau, et à travers votre âme (autant vos jeunes années sont pleines de fougue, autant c'est une sagesse toute extrême-orientale que l'on sent poindre dans les dernières pages...). Encore merci pour ce partage.
Publié le 23 Janvier 2019

@ C. Viti Catarina je vous remercie pour votre généreux commentaire et sa pluie d'étoiles. Je suis très honoré que mon témoignage vous ait plu, et qu'il vous ait permis de faire un parallèle avec vos connaissances sur le Vietnam. Eh oui, les Occidentaux ont toujours caché leurs crimes de guerre et c'est très regrettable.
/n
Séra avait 13 ans, le 15 avril 1975. Avec ses parents il s'était réfugié à l’ambassade de France. Malheureusement la France ne leur accorda pas sa protection, et les Cambodgiens qui s'y éraient réfugiés furent livrés aux Khmers Rouges. Le 20 avril, la France expulsa manu militari les dignitaires et les notables. Le 22 avril, elle expulsa plus d'un millier de Cambodgiens en détresse. C'est ainsi qu'il vit son père disparaître, sans un mot, sans un cri, dans le flot de ces condamnés à des lendemains sans espoir. Séra resta avec sa mère française, observant la scène sans comprendre. Beaucoup plus tard il comprit l'horreur qui s'était déroulé sous yeux.
/n
Sa bande dessinée intitulée le "Concombre Amer" ou les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975 retrace les années avant la chute de Phnom Penh, probablement avec son regard d'enfant. À cette époque, je ne connaissais pas Séra, ce jeune garçon noyé dans la foule, car nous étions plus de 3000 dans l'ambassade, il était difficile de connaitre toutes les personnes, en si peu de jours. Très Cordialement.

Publié le 13 Janvier 2019
5
Cher @Kroussar. Je viens de terminer la lecture de votre témoignage ou roman historique. (En effet, comment le qualifier le plus justement ?) Quel travail de mémoire ! Et combien de pages ont dû être difficiles à écrire ! Mais je pense qu’une motivation plus forte que toute autre considération vous a porté : celle de perpétuer la mémoire et la vie de ceux qui vous ont été arrachés, celle de témoigner. Je ne connais de l’histoire du Cambodge que ce que tout le monde sait : pas grand-chose. Pour des raisons personnelles, j’ai davantage creusé les années de guerre au Vietnam. Aussi ai-je lu votre livre avec un vif intérêt. Hélas, quand on met en parallèle votre expérience et celle retranscrite par exemple dans "L’innocence perdue" de Neil Sheehan, on arrive à des conclusions analogues sur les véritables responsabilités dans ces conflits. Pour finir, ce sont les mêmes qui trinquent quand quelques marionnettistes tirent les ficelles pour des intérêts dont on a du mal à bien comprendre le sens. Il est indispensable de revenir régulièrement sur l’histoire telle qu’elle est racontée dans les livres. Votre chapitre 6,3 "histoire secrète" souligne bien les dissimulations et les dissonances de la version "officielle". En effet, de nombreuses voix (mais toujours insuffisantes) se sont élevées au moment du "procès des Khmers Rouges" pour demander où étaient leurs complices. Mais personne n’a vu de dirigeants de pays occidentaux ni leurs ministres ni les hauts fonctionnaires à la barre des accusés. Il était plus facile de charger Pol Pot et le boucher que d’admettre les ravages causés par l’embargo de 79. ou que les SAS, sous Tatcher, avaient entraînés la fameuse "coalision", par exemple. Bref, encore des pages de l’histoire couvertes de sang, de souffrances et la liste des procès mascarade s’allonge avec celui de Phnom Penh. J’espère que votre livre sera largement diffusé. N’hésitez pas à me contacter pour la mise en page. Ces jours-ci sort une BD : "Concombres amers". Les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975. Séra. Marabulles. J’aimerais à l’occasion savoir ce que vous en pensez, et si elle vaut la peine d'être lue pour éclairer ces heures sombres. Merci pour ce partage.
Publié le 11 Janvier 2019

@Kepcity6

Chère Anne, je vous remercie pour votre gentil commentaire qui me va droit au cœur. Je ne manquerai pas de vous rencontrer lors de ma prochaine venue à Kep qui ne saurait tarder. N'hésitez pas à me contacter sur Facebook, nous pourrons échanger plus facilement. Amicalement Jean-Claude

Publié le 10 Janvier 2019

Cher Jean Claude
Je dévore votre livre avec beaucoup d’émotion car j’habite moi même ce beau pays qu’est le Cambodge depuis maintenant plus de 4 ans
Tous mes amis sont khmers et je parle leur langue plus facilement maintenant
Dans votre livre tout est Émotion
J’admire votre courage cher Jean Claude
Respect à vous
Vous êtes le bienvenu chez nous
Sincèrement
Anne

Publié le 08 Janvier 2019

@Jean Balmori
Merci Jean pour votre sympathique et chaleureux commentaire, accompagné de ses étoiles. Il se trouve que je lis votre premier roman, qui est très passionnant. Alors, je ne manquerai pas de revenir vers vous très vite. Très Cordialement Kroussar.

Publié le 28 Novembre 2018
5
Waouh ! Quelle histoire ! Elle ne laisse pas indifférent. Dans ce livre on trouve tout ce que j’aime lire : une histoire dans l’Histoire, de l’émotion, de l’aventure, de l’intrigue et du scandale ! À la fin de la lecture, je suis resté un moment pétri d’émotion. J’aime beaucoup ce livre. Bien d’autres précédents commentaires vous convaincront mieux que moi, de lire ce livre. Merci et Respect, M. Kroussar.
Publié le 27 Novembre 2018

Pages