Interview
Du 05 aoû 2021
au 05 aoû 2021

Noces de séparation. Fabricio

Et si la nuit de noces devait être la seule, l'unique nuit... pas pour trahison ou tromperie, pas par complot ou raisons juridiques. Pour la seule raison que le bonheur n'existe pas. Et que nos mariés le savent. C'est le retour de Fabricio sur monBestSeller, un talentueux conteur de nouvelles
Une réponse à l'appel à l'écriture monBestSeller : Noces de séparation. Une nuit unique sans lendemain.Une réponse à l'appel à l'écriture monBestSeller : Noces de séparation. Une nuit unique sans lendemain.

- Ainsi Julia et Karl je vous déclare mari et femme…

- Euh… pardon Monsieur l’abbé… Mon père… donc-là nous sommes en couple ? … Ma future femme est devenue ma femme, exact ?

- Euh… oui.

- Et bien je vous annonce-donc que nous partons en noce de divorce, vous êtes évidement invité pour le vin d’honneur - mais nous-deux on se tire - on noce et on divorce ! TCHAO TOUT LE MONDE !

Là, j’ai pris la main de Julia, je l’ai serré très fort et nous avons couru tout droit vers la grande arche de l’église, laissant nos invités et surtout nos parents estomaqués - la gueule grande ouverte. On avait l’impression que chaque cerveau qui se trouvait dans l’enceinte de ce lieu de prières et de cultes se repassait le film deux ou trois fois dans tous les sens possibles pour savoir si vraiment nous allions aller jusqu’au bout de notre déclaration, ou que nous reprendrions le cours normal des évènements.

Mais non, nous avions bien disparu et laissé tout ce joli monde se remettre de leurs émotions et nous des nôtres.

Car oui, nous avions décidé d’aller jusqu’au bout du mariage mais pas plus loin - dès que nous avions su que nos carrières professionnelles allaient devoir nous séparer à pas moins de quatre cent kilomètres l’un de l’autre. Comment faire ? ni moi - ni elle ne voulait laisser le second faire le choix du sacrifice. Très vite nous nous sommes rendue compte de notre erreur.
Alors pour faire bonne figure et comme notre amour était sincère, il fallait avant tout garder un bon souvenir, ce fut notre mariage et ensuite fêter comme il se doit notre séparation dans une forme de noce au goût de divorce déjà bien entamée. Nous faisions déjà l’amour comme des dingues depuis près d’un mois.
Plus le grand jour arrivait et plus notre état d’excitation était absolument prodigieux - là nous allions le faire pour la dernière fois, mettre un point final à notre union, garder un souvenir en apothéose, abondemment surexcités pour le savourer jusqu’à sa dernière lampée.

En voiture nous rigolions comme des baleines. Nous étions presque fiers d’avoir fait subir à nos parents respectifs un tel affront. Nous voulions tellement nous payer une bonne tranche de rire, faire ce qui allait nous plaire et rien d’autre.

Oublier tous les soucis, oublier tout le monde à part nous, pour une noce, une seule noce et pas un jour de plus ensemble, nous oublier et puis c’est tout ;
car la souffrance de penser à l’autre au passé n’aurait aucun intérêt dans nos avenirs respectifs. Nous consentions à nous aimer encore ; encore, mais juste quelques heures. Ne garder aucun souvenir, juste cette sensation de désir d’un corps à corps éperdu en total lâcher prise : une folie, un grain de délire intense, un soupçon de démence, un truc de dingue égoïste, inespéré et unique.
Se laisser aller à toutes formes de choses sans vraiment savoir quoi et où cela allait nous mener, mais nous aimer pour la dernière fois, nous aimer, juste nous aimer et puis c’est tout, un point c’est tout … après ce sera fini, un au revoir et nous tracerons tout les deux notre route bien à l’opposé de ce que nous aurions pensé faire - car voilà nos chemins ne sont pas les mêmes et après tout nous sommes heureux de nous en être rendu compte aussi vite et ne pas faire souffrir ni l’un – ni l’autre.

- On est pas bien là ?!

- Si on est bien.

- On est bien qui ?

- Mon amour… Tu veux encore me l’entendre dire ?

- Oui ma chérie.

- Arrête, en ce qui me concerne je n’ai jamais eu le goût pour les diminutifs et les petits noms…

- Comment-ça ? Tu veux dire que…

- Bah oui, je t’en aurai parlé… t’emballes pas et je sais que tu aimes commencer tes mots doux ainsi, je ne t’en aurai pas privé… pas tout de suite…

- Pas du tout et je peux être doux sans diminutifs et petits noms rassures-toi !

- De toute façon on s’en fiche maintenant !

- Oui… oui…

Mais dans le fond, c’est aussi à ce moment-là précis que j’ai fait le film avec elle d’une façon à laquelle je n’avais jamais du tout pensé auparavant.

C’est à dire avec l’impression d’une vie se dégradant de jour en jour, avec les habitudes et tout ces petites choses que l’on observe tant chez les autres et pour lesquelles on imagine ne jamais tomber nous même lorsque l’amour frappera à notre porte.

Lorsque je l’ai rencontré, c’était pour moi la femme plus qu’idéale, c’était la femme, plus qu’une femme, une tout autre femme que tout autre-autre femme.

Et voilà qu’en un instant dans cette voiture en partance pour Saint Marc sur Mer, prêt à refaire les vacances du vieux film de Monsieur Hulot tel le célibataire que je redeviendrai au retour, je me rends compte que cette union n’avait rien de si extraordinaire à part l’unique amour que j’y portais moi-même.
Elle-elle ne s’est peut-être rendu compte de rien… pas encore, car la noce fut un désastre et plus encore, nous n’avons fait que nous déchirer tel un couple qui …

Fabriciobabywriter.fr

 

 

 

 

@isabelle-crepy, merci de votre touchant commentaire. Vous avez tout dis grâce à cette question de pérennité.
Votre cursus me donne le tournis et m'impressionne, par contre en cliquant sur votre Facebook je tombe sur Lou Garnier?
Dans tout les cas merci encore. je compte lire votre livre très prochainement. Je suis curieux et c'est aussi une façon de démontrer l'intérêt d'un commentaire que je trouve pas assez utilisé par les lecteurs et utilisateurs et qui nous donne beaucoup à nous écrivain.
à bientôt, isabelle ... ou Lou!!

Publié le 12 Octobre 2021

Une nouvelle assez surprenante. Des couples qui se séparent après quelques semaines de mariage, ça existe mais comme ça juste avant et de leur plein gré c'est très déconcertant et c'est ce qui fait l'originalité de votre texte. Le tout dans un style enlevé, guilleret mais aussi profond car il questionne la pérennité du sentiment amoureux. Merci pour cette découverte!

Publié le 04 Octobre 2021

Eh bien, @Fabricio, voilà une nuit de noces originale autant que surprenante. Fallait y penser.
Un bon moment de lecture. Félicitations pour cette idée partagée sur l’appel à l’écriture sur le thème : "Nuit de noces".
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 05 Août 2021