Interview
Le 10 juin 2022

Le jeu de la Vie, de Nora.

Une série est une suite de nombres, d'objets, d'expressions, de composés chimiques, d'actes... qui forment un tout cohérent. Plus précisément, une succession de choses de même nature. Mais comment peut-on deviner qu'une chose unique puisse faire partie d'une série avant qu'elle n'ait une suite ?
La nouvelle de Nora pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Double jeuLa nouvelle de Nora pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Double jeu

La première fois que je l'ai vue, elle était si jeune, innocente. Je ne l'avais pas vraiment remarquée. Il faut dire que ce n'était pas mon job, je n'avais pas réellement prévu de la revoir après. Elle était si jolie avec ses cheveux virevoltant dans le vent à chaque pas de course. Je sais bien que jamais je ne trouverai mieux qu'elle, elle est mon obsession et bientôt, elle sera mienne. Cette jeune demoiselle n'est pas une adolescente comme les autres, elle me comprend en secret. Elle sait pourquoi je suis si seul. Même si on ne se parle pas, son regard m'attire. Et quand elle est avec ses copines, je n'ai pas le droit de poser mes yeux sur elle.

Si douce, si jolie... surtout innocente.

Elle ne me demande jamais rien. Mais je sais que bientôt, ça sera fait.

Lorsque j'ai compris qu'elle était seule contre tous, harcelée, je n'ai pas pu m'en empêcher malgré l'interdiction de la direction.

Nous sommes alors en avril 1983. L'adolescente se fait et se laisse martyriser dans les toilettes. Le directeur m'a bien dit que ce sont des jeux d'enfants, mais je sais que ça ne peut pas rester ainsi.

Je fonce vers les toilettes et avertis le surveillant. Ce dernier est un gros malabar mal rasé qui fiche la trouille. Là, mon maître de stage arrive : il m'ordonne de dégager de suite, ce que je refuse. Elle pisse du sang de son nez sûrement à cause d'un coup de poing donné par l'une des ignobles créatures de cet établissement.

Comme personne ne punit personne ici et que personne ne veut faire régner la loi, j'attrape la fille par les cheveux et la menace de vive voix, elle pourra dire ce qu'elle veut, personne ne la croira. De toute façon je sais quoi faire pour nier les faits.

Révolté, je suis convoqué dans le bureau du directeur après les cours, je vais sûrement m'en mordre les doigts... comme prévu, la jeune fille n'a rien dit, mais la fille qui m'intéresse a parlé enfin !

En classe je ne l'entendais jamais, on l'appelait la chouchoute du stagiaire que j'étais.

Elle n'était pas très douée en mathématiques pourtant il n'y a rien de compliqué, il suffit d'un déclic.

Nous étudions le théorème de Pythagore, elle n'y comprend rien et je veux l'aider mais elle refuse. Elle m'explique peu après que j'aurais mieux fait de la laisser se faire tabasser au lieu de venir à son secours, et qu'elle ne voulait pas de mon aide.

M'a-t-elle démasqué ? J'suis pas seulement son professeur dans cette branche. J'suis le jardinier chez ses parents à mes heures perdues. Bon faut dire que le petit boulot par-ci par-là, ça m'aide beaucoup a payer mon kot étudiant.

Donc je n'ai pas le choix, je reste à distance tandis que quand elle rentre chez elle, elle se fait engueuler pour ses mauvaises notes.

A priori, ce n'est pas sa faute, quelqu'un a échangé les copies. Et elle compte bien découvrir qui c'est.

Sa maman, que j'appellerai Joanna parce qu'elle n'a jamais voulu me donner son vrai prénom, est juge à la cour d'assise. Son père, Jérémy, travaille à temps partiel dans les bureaux de police, comme secrétaire. J'le sais, j'ai pas le droit à l'erreur avec eux dans les parages. Je lui propose de lui donner des cours privés, les parents acceptent sans savoir ce que j’ai en tête.

Rien ne sera plus jamais pareil… ce soir, alors qu’elle est à côté de moi et qu’elle rêve d’être ailleurs à une fête avec ses soi-disantes amies, je lui donne un cours. Le premier et le dernier.

J’en profite pour lui dire ce que je ressens et l’embrasse, mais très vite, elle me crie dessus : “Espèce de pervers, je vais le dire aux parents !”

Là je m’emporte et la gifle. S’en suit une agression sexuelle, mais elle se débat. Et je la frappe et continue… après quoi je lui dis de ne rien dire à personne sinon je la tue…

Quinze jours plus tard, c’en est trop, ses parents m’annoncent qu’elle s’est pendue… mais personne ne pourra jamais remonter jusqu'à moi… PERSONNE !

Sa mort n’est que le Début du Commencement… d’une longue série…

 

 

 

 

 

 

@Jenie

Merci pour votre commentaire :)

Publié le 04 Juillet 2022

@Nora,
Horrible! Ce personnage. J'ai eu une petite lueur d'espoir pour que tout se finisse bien pour la jeune fille.

J'ai bien aimé votre nouvelle.

Au plaisir de vous lire,
Tatiana

Publié le 25 Juin 2022

@Cécile Quétier

Merci pour votre commentaire. Il me fait très plaisir.

Publié le 21 Juin 2022

@ Nora - Machiavélique votre nouvelle ! Ou plus exactement le méchant héros de votre nouvelle. J'ai beaucoup aimé, je trouve l'idée excellente. Bravo !

Publié le 14 Juin 2022