Classiques et Moi
Le 04 oct 2016

LES CLASSIQUES : Victor Hugo et moi

On a tout dit sur Victor Hugo, l’homme de plusieurs vies, dramaturge, romancier, politicien de renom. Le monde entier nous envie son héritage. Pour ses contemporains, -au siècle d’Alexandre Dumas, de Jules Verne à d’Émile Zola-, il a le rang de ‘star’. Célébrité impossible à ignorer, il est adulé par le plus grand nombre, admiré par beaucoup et, on le sait moins, haï par de nombreux opposants à ses idées. Mais qui est véritablement le père de Cosette, de Gavroche et de Quasimodo ? et surtout qui est mon Victor Hugo ?
victor Hugo et moiVictor Hugo et moi

Le génie du romantisme entre drames et renaissances 

Victor Hugo naît à l’aube du dix-neuvième siècle, le 26 Février 1802, treize ans après la Révolution Française : une page d’histoire qui devra désormais s’écrire avec lui.
Il passera, dans son enfance, des moments délicieux qui, à n’en pas douter, fondent les origines de ses aptitudes littéraires, et dont il nous reste des miettes émouvantes. Puis viennent les drames et les deuils. Il perd sa mère tout d’abord ; plus tard, Adèle, son épouse et amie d’enfance, lui est infidèle. Des cinq enfants du couple un seul survit à l’écrivain. La mort tragique de son aînée, Léopoldine, assène à Hugo le coup le plus rude et le plus fatal. Passée cette date, l’auteur, s’il écrira encore, ne publiera plus. Sa vie est irrémédiablement bouleversée. 

Victor Hugo, l’émergence de la littérature moderne

Victor Hugo est écrivain de vocation. Il a quatorze ans quand il griffonne, sur un cahier d’écolier, cette phrase devenue célèbre : ‘Je veux être  Chateaubriand ou rien’. Son premier recueil de poèmes, ‘Odes’, paraît comme il n’a que 19 ans ! Fort de ses premiers succès, Victor Hugo écrivain va mettre sa plume au service de ses ambitions littéraires. 

Guerre de clans dans l’enceinte de l’académie française, classicisme ou romantisme ?

Le siècle baigne dans un classicisme vieillissant, où les jeunes générations, privées des vues héroïques de la Révolution, s’ennuient à chercher la gloire, quand le génie de Hugo lance l’offensive en sublimant le romantisme. Il déclenche haines et passions, s’attire des ennemis irréductibles aussi bien que de vrais amis, parmi lesquels il faut compter Honoré de Balzac, Alfred de Vigny, Alphonse de Lamartine ou Gérard de Nerval… La ‘bataille d’Hernani’, (nommée ainsi en référence à la pièce du même nom écrite par Hugo), restée célèbre, déchirera en deux l’académie française, opposée entre classicisme et romantisme, hissant Victor Hugo sur un piédestal incontesté : on le nomme dès lors le chef du romantisme littéraire. 

L’auteur aux neuf romans dans la tourmente politique

Après la mort de sa fille, Hugo va dériver vers les eaux houleuses de la politique. Cependant, ému par la condition du peuple et révolté par les politiques répressives menées autour de lui, il met fin à de vieilles amitiés, et critique le coup d’état mené par Napoléon III. Son cœur, avide de vérité et indépendant, ne supporte plus l’oppression. 
Victor Hugo a quarante-neuf ans quand, en 1851, il choisit l’exil. Il ne rentrera en France qu’en 1871. Partagées entre l’écriture et l’éducation de ses petits-enfants, les dernières années du grand auteur s’achèveront dans un calme relatif fait de paix retrouvée et de bonheur d’amour. Victor Hugo meurt le 22 mai 1885, à l’âge de quatre-vingt-trois ans. La légende veut qu’il ait prononcé ces derniers mots, énigmatiques : ‘Je vois de la lumière noire’. 

Victor Hugo et moi : coup de foudre pour un livre, pour une œuvre, pour un charisme

J’ai aimé Victor Hugo dès les premiers instants. Deux scènes, étudiées en classe, sont à l’origine de ce coup de foudre. On y voyait Jean Valjean, cet ours d’homme, taciturne et secret, son corps de colosse, son cœur dorant ses mains. Imaginez-vous un vieux prêtre, comme il ne s’en fait (peut-être) plus, révélant à l’ancien bagnard le sens du mot miséricorde, et lui offrant publiquement le tribut du vol qu’il vient de commettre ! Ce fut un hameçon pour le petit poisson que j’étais. 
Une autre scène montrait ce Jean Valjean penché sur son assiette, (plus faite de bouillon que de gras !), laissant sa sœur y piocher l’unique morceau de viande à partager entre ses enfants, sans décrocher un mot.

Quand la littérature sert un idéal...

Victor Hugo lui-même décrit sa volonté de romantisme comme ‘[…] un autre roman à créer, plus beau et plus complet encore. C’est le roman à la fois drame et épopée, pittoresque mais poétique, réel mais idéal, vrai mais grand […]’. 
Pour moi, c’est cette volonté d’idéal, cette volonté de réalisme toujours possible à colorer par la valeur d’un cœur, qui me représente l’auteur, et me le rend si proche. Victor Hugo décrit. Encore et toujours. Et ses descriptions nous emportent tout simplement au fond des choses. Pour écrire cet article, je me suis mise au défi d’ouvrir un des livres de l’auteur, à n’importe quel moment, en n’importe quel endroit (ou presque…), et le résultat, escompté, fut au rendez-vous. 

Victor Hugo, créateur de livres d’images pour les adultes

Impossible de ne pas se laisser happer par ce coup de plume !, précis, incisif, qui dépose la lumière sur un rire, un éclat sur une pierre précieuse, une brillance sur la moue d’une lèvre, un rayon sur la sordide grisaille d’un bâtiment. Impossible de parer à l’émotion qui me saisit au fond de l’âme à l’ouïe de ces mots tombés comme un murmure, comme une confidence, de ces lèvres entrouvertes à mon cœur tendu. Oublié, le pupitre où le grand homme s’appuyait, debout, pour tracer ses lignes. Oubliée, la plume crissant qui se faisait intermédiaire. On me dit souvent que mes descriptions d’auteur sont un peu lourdes, qu’elles embarrassent le récit (et comme je suis d’accord, je m’emploie à y remédier ! Si un petit tour du côté de mon roman, ça vous dit…), et bien, trêve de plaisanterie, chez ce génie de la langue française, aucune description n’est de trop. 

Lectures ou histoires d’amour ?

Je suis tombée amoureuse de Victor Hugo (en tout bien tout honneur !), lorsque j’ai senti qu’il me prenait la main. C’est cela tout son charme ! Vous aimez un roman, un poème, toute une œuvre, pour sa richesse, pour son ampleur, pour son fond autant que pour sa forme. Vous l’aimez aussi, vous l’aimez surtout, lorsque, entre l’auteur et vous, se tisse un lien unique qui vous donne l’impression d’être son interlocuteur privilégié. Auprès de Victor Hugo, je m’assieds. Comme autrefois, à la veillée, il parle et moi, bercée par les éclats joueurs d’un feu nourri de mots, de phrases vives, de rebondissements, j’écoute et je m’émerveille.

Victor Hugo, le peintre de la littérature

Victor Hugo apporte à ma vie même. Ses textes ne me divertissent pas seulement. Bien sûr, ils dépeignent la France qui précéda celle que nous connaissons avec une rectitude difficilement atteinte dans les livres d’Histoire. Bien sûr, ils tracent la destinée de personnages aux prises avec leurs consciences et leurs cœurs. Mais, de héros vigoureux, (hors-la-loi et massifs, -tels Jean Valjean et Quasimodo-), en amours méprisés et rejetés, (-ainsi Cosette, Fantine et Esméralda-), l’artiste, tranchant sans vergogne dans les chairs des conventions, met l’amour, la foi, et la lumière sur un piédestal choisi. Tel le peintre passé maître dans l’art du clair-obscur, Victor Hugo sait faire briller des éclats qui nous guident. Alors, une conversation s’est établie entre lui et moi. J’ai compris que ses convictions sont exposées pour mettre un sens aux nôtres. Cet art de montrer comment les êtres les plus sombres, les plus mal lotis, les plus malheureux, par des amours absolus, gagnent les places des anges, m’a bouleversée là où j’attendais, m’identifiant aux uns, des réponses semblables aux autres. 

Quand un auteur passe de la fiction au témoignage

Quand un auteur, nourri de ses propres expériences, poussé par les drames endurés et par les tragédies qu’il aura su transcender, motivé aussi par les convictions qu’il s’est acquises, sait donner à la fiction ce goût de vérité, pour prêcher sans le dire, pour se mettre en exemple sans s’ériger juge, il rejoint la lignée des êtres rares qui auront compris que vivre est une épopée, qu’on ne peut pas juste passer, qu’il faut aimer et apprendre ce que cela veut dire.
Toute cette vie vécue (qui fait écho à la mienne), tout ce partage gratuit et tout ce cœur livré (où je voudrais parvenir), cette intimité (à découvrir dans ses œuvres), ont fait de Victor Hugo mon ami, quelqu’un que j’aime écouter, quelqu’un dont je ne crains pas de parler. Je suis sûre que, m’entendant balbutier, il sourit, auprès des êtres qu’il a tant aimés. 

Citations : difficile de citer un auteur classique
L’extraordinaire, avec Victor Hugo, c’est que quelque page de ses recueils que vous ouvriez, vous trouverez de quoi faire une citation… Difficile, dès lors !, d’en isoler une seule. Jetons-nous à l’eau : 
‘Nul n’ira jusqu’au fond du rire d’un enfant.’. (Victor Hugo, ‘Les Voix Intérieures’). 

Victor Hugo : le saviez-vous ?

L’auteur prodige partout chez lui
• Victor Hugo est âgé de 80 ans lorsque pour lui rendre hommage, la ville de Paris propose de rebaptiser l’avenue d’Eylau : l’avenue Victor Hugo. Cependant, l’écrivain résidait dans cette rue même ! À notre connaissance, il est le seul auteur à avoir jamais vécu dans une rue qui portait son propre nom !
Un fan-club littéraire motivé au temps des tilburys 
• Victor Hugo jouit aujourd’hui d’une renommée mondiale, mais c’était déjà le cas pendant son siècle ! On tient pour vrai que 600 000 personnes ont défilé devant ses fenêtres pour ses 80 ans ; et près de 2 millions de fans, venus du monde entier, auraient assisté à son enterrement.
Des livres et des messages qui s’exportent
• Cette renommée est telle que l’auteur, qui a immortalisé Notre-Dame de Paris, est considéré pour un prophète, au Vietnam, dans la religion Caodaïste !

À lire absolument (mais ce doit déjà être fait !)

• ‘Les Misérables’. Chef d’œuvre de Victor Hugo, à mon sens, son ouvrage de fiction le plus abouti. Pour ceux qui n’ont jamais lu ce classique, ne vous laissez pas arrêter par l’épaisseur des deux volumes ; le rythme de Hugo est envolé, ses descriptions, passionnées, ses personnages : ciselés. Impossible de s’ennuyer ! Lecture dont on ressort forcément transformé. (Pour les plus cinéphiles d’entre nous, à ne pas manquer, le film issu de la comédie musicale, ‘Les Misérables’, de Tom Hooper, avec Hugh Jackman. Œuvre chantée en anglais et sous-titrée, d’une justesse d’interprétation stupéfiante. Bouleversant).
• Un recueil de poème. On apprécie ou on n’apprécie guère la poésie, mais venant de Victor Hugo, elle est un trait brûlant, expression du cœur, des revers et des espoirs. Il a commencé par elle, achevé par elle, s’éveillant en pleine nuit pour griffonner les vers qui hantaient ses rêves. De belles découvertes dans ‘Les Feuilles d’Automne’, ou ‘Les Voix Intérieures’.
• ‘Les plus beaux manuscrits de Victor Hugo’ : sujet traité par Alain Decaux, Roselyne de Ayala et Jean-Pierre Guéno. Cet ouvrage, publié en 2001, reste une excellente référence pour faire connaissance avec Victor Hugo, sa vie, ses tribulations, au travers de documents riches et variés, illustrations, photographies, extraits et commentaires éclairés.

Élizabeth M. AÎNÉ-DUROC

NB : Surtout n'empruntez pas de passages "in extenso" à Wikipedia ". Cela s'appelle du "duplicate content", c'est néfaste et pour la réputation des auteurs et pour le site monBestSeller.

10 CommentairesAjouter un commentaire

@Élizabeth M.AÎNÉ-DUROC Merci pour ces superbes mots qui reflètent admirablement le grand écrivain qu'était Victor Hugo. Etant moi aussi une grande fan des écrits de cet auteur,je partage avec plaisir votre article.

Publié le 25 Octobre 2016

Merci à vous, chère @Pascale Lécosse ! Je me suis régalée à écrire cet article, et j'ose toujours croire que c'est cette passion qui donnera du plaisir aux Lecteurs. Alors, c'est un peu rassurant quand ils me disent gentiment que c'est le cas ! En admettant que vous receviez bien celui-ci, votre message me donne l'occasion de vous féliciter pour votre belle victoire au concours de nouvelles... Bravo à vous !
Élizabeth.

Publié le 09 Octobre 2016

Bravo, pour ce bel article!

Publié le 09 Octobre 2016

Merci beaucoup à vous, @lamish, pour ce commentaire qui m'a beaucoup émue... Nul doute que désormais, vous découvrez toutes ces richesses ignorées ! Preuve que rien n'est jamais perdu, et je suis sûre que votre présence ici le prouve.
Bien à vous,
Élizabeth.

Publié le 07 Octobre 2016

Voilà un beau témoignage d'affection nourrie pour un auteur immense. Bravo!

Publié le 07 Octobre 2016

@Élizabeth M.AÎNÉ-DUROC, Merci pour cette belle tribune qui me donne la dimension de tout ce que j'ai perdu en ignorant la littérature, une bonne partie de ma vie. Vous ciblez, avec justesse, les moments clés de la vie de ce grand auteur classique, de ceux qui créent l'empathie, donnent une force supplémentaire au récit et permet de mieux appréhender les sensibilités d'un auteur au travers de son oeuvre. Une bien belle histoire d'amour que la vôtre et que je vous remercie d'avoir partagée.

Publié le 05 Octobre 2016

Très chère @Colette bacro, un total assentiment de ma part, voilà ce que récolte votre commentaire enlevé ! Je crois bien que nous avons un peu 'le même Victor Hugo', vous et moi.
Espérons que cette rubrique provoque des coups de cœur, ainsi que le méritent nos grand Auteurs, ceux qui nous aident, profondément... Comme je sais que vous a aidée un certain A., (ne dévoilons rien aux futurs Lecteurs !), qui sera bientôt honoré à cette même place.
Avec toute mon amitié, et mes remerciements pour votre intérêt,
Élizabeth.

Publié le 04 Octobre 2016

À vous, @Hubert-P LETIERS, @Catarina Viti, @Robert Dorazi, et @Jo Galetas, ainsi qu'à vous, futurs commentateurs de la rubrique 'les Classiques et moi', un grand merci !
Vos réactions enthousiastes, vos partages, sont un véritable plaisir, et renforcent encore la joie que j'éprouve à l'idée de participer à la création et à l'animation de cette rubrique !
Un grand merci aussi pour 'mon' Victor Hugo' et pour ses fans.
Sincèrement, à voir ce que nous préparent les Auteurs et les Lecteurs de mBS (de belles surprises, croyez-moi !), je crois pouvoir dire qu'il y a des coups de foudre en vue !
Si l'on peut adresser tous ses compliments à quelqu'un qui se livre de cœur, alors j'adresse les miens à tous les Lecteurs et à tous les Auteurs de cette rubrique.
À très bientôt !
Élizabeth.

Publié le 04 Octobre 2016

Voici un témoignage bien complet, Elizabeth, merci ! Même si Hugo n'est pas mon auteur favori, j'ai toujours apprécié l'ambiance qui se dégage de ses œuvres, notamment Notre-Dame de Paris.

Publié le 04 Octobre 2016

Les Miserables. Lu et aime. Pas un mot de trop dans ce "pave" effectivement. Et pourtant ce roman a ete villipende lors de sa parution, et Hugo accuse de ceder au populisme le plus basique avec cette histoire un peu trop "mielleuse" :)
Il faut se faire violence et lire l'Homme qui rit, ou meme Notre Dame de Paris :)

Publié le 04 Octobre 2016