Interview
Le 29 déc 2016

Alice Pasina. Sur monBestSeller son roman a séduit les lecteurs et un éditeur

Son premier roman a été remarqué pour sa justesse et ses personnages émouvants, son rythme très cadencé et maîtrisé, et son suspense qui tient en haleine jusqu’à la dernière page. Résultat : « Les silences de Lucie » de Alice Pasina a reçu le Prix des Lecteurs monBestSeller – chapitre.com. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, il a non seulement trouvé son éditeur, mais a gagné une place très enviée dans la vitrine du catalogue France Loisirs de l’été 2017. Rencontre avec une auteure qui s’en remet à peine, mais s’est déjà remise au travail !
Karine Pasina, lauréate du Prix des Lecteurs monBestSeller - chapitre.com"monBestseller offre une lecture gratuite aux lecteurs, mais il offre aussi à l'auteur l'énorme avantage d'avoir des retours directs."

 

Pour la troisième année consécutive monBestSeller a organisé le Prix Concours de l'Auteur Indépendant. Après les sélections des lecteurs et du comité de lecteurs de monBestSeller (mCL), les jurés éditeurs ont retenu 9 livres et élu 3 Prix. Car en 2016, le Prix Concours a ouvert de nouvelles perspectives aux auteurs avec la création du Prix des Lecteurs en partenariat avec chapitre.com (France Loisirs) et du Prix du Livre Indépendant, coup de cœur d'un éditeur qui a spontanément rejoint monBestSeller. Le palmarès : trois nouveaux talents découverts sur monBestSeller.com et qui ont chacun reçu une proposition d'édition de leur premier roman pour 2017. Interview de Karine Pasina, lauréate du Prix des Lecteurs monBestSeller - chapitre.com.

 

Question: 

Alice Pasina, votre roman Les silences de Lucie est un cri. Un cri de révolte, mais aussi un cri d’amour. Il met en scène le portrait et le combat d’une femme à travers le thème de la violence domestique, mais aussi les injustices, les liens sociaux… Vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Réponse: 

Ce thème me tenait à cœur car je suis révoltée d'entendre qu'en France une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son mari, et ce taux semble en augmentation constante. Dans le métier que j'exerce [professeur des écoles en ZEP. Ndlr], j'ai côtoyé, et côtoie encore des femmes qui vivaient ou vivent des situations très difficiles et compliquées sans autre solution que la rupture. Cette rupture est parfois longue à venir ou totalement impossible sans aide extérieure. Et ces aides se mettent en place seulement si la victime le décide. Pas évident donc pour certaines de passer ce cap de la dénonciation.
Après avoir lu mon roman, un lecteur avait laissé un commentaire disant être surpris qu'une femme puisse accepter de subir sans réagir des années durant la violence de son mari. C'est malheureusement le quotidien de trop nombreuses femmes qui, en silence, supportent les coups sans oser se rebeller. Les exemples sont très nombreux autour de moi. J'ai par exemple appris ces derniers jours qu'une maman d'élève était devenue sourde d'une oreille, conséquence directe des coups qu'elle a pris dans la tête par son mari. Qu'une autre n'avait pas pu accompagner ses enfants à l'école parce que ses bleus, trop visibles ce matin-là, ne lui permettaient pas de sortir.

Toutes ces violences m'ont, d'une certaine manière très affectée, et à un moment la douceur de mon foyer ne suffisait plus à m'apaiser.

       Alors j'ai trouvé dans l'écriture un exutoire, pour moi, pour ces femmes.

Même si ce n'est pas grand-chose et qu'au final mon livre ne changera rien à leur quotidien, j'ai eu envie et besoin de parler d'elles.
Il n'y a pas qu'en France que les femmes souffrent, et il n'y a pas que des femmes qui souffrent, mais aussi des jeunes filles, de très jeunes filles. J'ai d'ailleurs lu très récemment un article qui décrit comment la justice d'un pays d'Afrique du Nord a autorisé le mariage d'un jeune fille de treize ans avec un de ses proches qui l'avait mise enceinte quelques mois auparavant. Treize ans... Comment accepter ? Comment crier à l'injustice ? Comment aider ? En parler ? Écrire... C'est ce que j'ai choisi. Je voulais donc, à travers mes mots et le peu de moyens que j'ai, faire en sorte que l'on pense à elles toutes. Victimes de la vie, elles deviennent de véritables héroïnes dans mon roman.
J'ai beaucoup aimé le commentaire d'un lecteur qui disait que les faits divers parlant de violences faites aux femmes émouvaient les lecteurs sur le coup mais qu'après leur quotidien était vite oublié. Avec mon roman j'ai eu envie de continuer à en parler et si les lecteurs sont touchés, alors tant mieux.

Mais je ne parle pas que de violences faites aux femmes. Il me tenait aussi à cœur de parler des liens sociaux dans les quartiers dits sensibles. Ces liens, parfois difficiles à nouer il faut le reconnaître, sont très forts, et une fois établis, restent à vie. L'entraide, le partage et la solidarité prévalent dans ces quartiers qui savent être aussi très gais et accueillants.
Il me tentait aussi à cœur d'ajouter une petite touche historique. Ayant vécu à Florence quelques années, je suis littéralement tombée amoureuse de cette ville fantastique et aborder la Renaissance Italienne était une évidence pour moi.
À travers mes mots, je voulais faire un parallèle entre toutes ces femmes qui ont subi des violences, Augutina, Jeanne, Souad, Séda…

        Différents siècles, différentes cultures, différentes religions, même maux…

La souffrance ne tolère visiblement aucune frontière.

Question: 

Ce message fort vous l’avez développé à travers une fiction dont la trame narrative a été remarquée. Quelques mots sur l’histoire ?

Réponse: 

Mon roman est l'histoire très simple (au premier abord) de la vie d'une mère de famille, professeur des écoles en ZEP, belle maison, vie très confortable, quatre enfants, des amies formidables, des biographies étonnantes, une vie sociale très épanouissante… qui traîne cependant dernière elle un lourd passé qui la rattrape et ressurgit au fil des chapitres. Les apparences sont parfois trompeuses et la vie réelle des gens que nous fréquentons tous, souvent très secrète. On ne sait pas ce qui se passe derrière la porte des maisons une fois celle-ci refermée.
J'ajoute à cette intrigue un peu d'histoire de l'art à travers la biographie de Fra Filippo Lippi que Lucie doit écrire. Nous sommes donc transportés tantôt au 15ème siècle à Florence, tantôt dans l'enfance de Lucie, tantôt dans une école avec des élèves formidables !

Question: 

Et pour créer l’attente du lecteur, vous avez noué une intrigue et semé des indices…

Réponse: 

Oui, j'ai eu besoin de parler des femmes qui souffrent, mais aussi d'y ajouter une intrigue. J'ai pris un plaisir fou à la penser, la mettre en place puis l'insérer dans mes chapitres. Comme des grains que l'on plante un à un au fil des pas dans un champ, j'ai semé des indices au fil des paragraphes. Comme les semis, le dosage est très important, trop d'indices d'un coup tuent l'intrigue et trop peu ne susciteraient pas vraiment l'intérêt du lecteur. Orchestrer ce dosage m'a passionnée !

Question: 

L’aventure de ce Prix a commencé il y a moins d’un an par l’auto publication de votre texte sur le site. Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec monBestSeller ?

Réponse: 

Après avoir écrit ce roman, j'ai bien évidemment eu envie qu'on le lise. Mes proches ont tout  naturellement été les premiers sollicités, et si au début je prenais leur avis très au sérieux, j'ai eu, à un moment, peur qu'ils ne soient pas assez objectifs. J'ai donc décidé de livrer Les silences de Lucie à un public plus large. Mais découragée par les statistiques qui affirment que les maisons d'édition ne publient qu'à peine 1 % des manuscrits reçus, j'avais peu de chance de voir mon roman en format papier !

Sur les conseils d'un ami, le 20 mars dernier je me suis rendue au salon Livre Paris. J'y ai rencontré au hasard des allées une auteure qui venait de publier une nouvelle sur monBestSeller. Intriguée et conquise par son enthousiasme, je suis allée sur le stand, ai écouté quelques conversations et suis repartie en Bourgogne en fin d'après midi avec en tête l'idée de publier en ligne qui germait doucement. Sur la route, j'ai écouté très attentivement une émission de France Inter sur l'auto-édition avec entre autres l'auteure Laure Malaprade qui racontait son aventure sur monBestSeller.

Convaincue par ce que je venais d'entendre, je me suis demandée quelles étaient mes attentes. Ma réponse était claire :

        Je voulais être lue, et avoir un retour direct des lecteurs sur mon roman.

Alors pourquoi attendre ? monBestSeller était le site idéal pour les suites que je souhaitais donner à Lucie.
Une dernière relecture, quelques modifications et le 31 mars, j'ai tenté moi aussi l'aventure. Mes attentes ont très vite été comblées par de nombreuses lectures, des votes et les commentaires justes et bienveillants des lecteurs. On ne triche pas avec monBestSeller, le livre est lu, commenté et noté de façon très objective. Quoi demander de plus ?

Question: 

Que vous a apporté cette publication sur mBS ? 

Réponse: 

Le retour des lecteurs est vraiment ce qui m'importait. Cela dit, le pas n'est pas évident à franchir, livrer mon roman sur la toile à d'autres avis que celui de mon entourage proche n'était pas si facile que ça. Le manque de confiance en moi sans doute.

Ce pas franchi, les lectures se sont très vite enchaînées suivies des commentaires postés en retour. Commentaires que j'ai toujours lus avec beaucoup d'attention et pris en considération pour améliorer mon récit.
monBestseller offre une lecture gratuite aux lecteurs, mais il offre aussi à l'auteur l'énorme avantage d'avoir des retours directs. J'insiste car c'est vraiment ce qui m'a plu dans l'auto-édition : ces retours de lecteurs riches de leur diversité qui apportent une critique avisée et objective à chaque lecture.

Question: 

Les avis des lecteurs ont-ils influencé votre travail ? 

Réponse: 

Je lis tous les avis avec beaucoup d'attention et en prends bonne note pour améliorer mon roman. Un premier commentaire m'avait conseillé un interligne plus grand pour être plus lisible sur écran, ce que j'ai fait peu de temps après. D'autres m’ont aidée à repérer quelques fautes d'orthographe. À présent, je suis en pleine relecture, et j'ai fait une synthèse de tous les avis laissés : conseils, questions restant en suspens... Ils m'aident vraiment à rendre mon récit plus agréable à lire, à corriger quelques longueurs, répétitions… Je remercie d'ailleurs tous les lecteurs qui m'ont donné leur avis, sachez que vos impressions me sont précieuses ! 

Question: 

Votre roman a d’abord été sélectionné par le comité de lecteurs monBestSeller (mCL), puis retenu par les jurés éditeurs parmi les 9 nominés. Il a enfin été consacré par les lecteurs de monBestSeller et de chapitre.com et a reçu le Prix des Lecteurs. Qu’est ce que cela vous inspire ?

Réponse: 

Petit à petit, au fil des commentaires et des sélections, j'ai pris confiance en moi. Je me suis aperçue que l'histoire que j'avais écrite touchait les lecteurs et que la vie que j'avais choisie de leur offrir sur le site monBestseller s'était révélée être un excellent choix. Le 31 octobre, quand j'ai appris que Les silences de Lucie faisait partie de la sélection finale, j'ai été vraiment très étonnée car les autres romans sélectionnés étaient vraiment d'excellente qualité.

Être élue Prix des Lecteurs neuf mois après sa mise en ligne sur monBestSeller
               reste pour moi la plus belle des récompenses qui soit.

Question: 

Lors de la remise des Prix, Nicolas Faroux, directeur général de chapitre.com, a déclaré : « Votre histoire nous a beaucoup pris aux tripes ». « Nous », parce qu’au-delà du vote des lecteurs, il vous a offert la possibilité d’éditer votre livre, mais aussi de le lancer en avant-première sur le catalogue France Loisirs de l’été 2017. Qu'en pensez-vous ? Comment voyez-vous l’avenir ?

Réponse: 

Une semaine après avoir reçu le Prix des Lecteurs monBestseller et Chapitre.com je suis à peine remise ! Et malgré les contacts téléphoniques, les mails échangés et le rendez-vous fixé avec mon éditeur j'ai encore du mal à y croire ! Je profite d'ailleurs de cette interview pour remercier tous les lecteurs qui ont pris le temps de lire mon roman, toute l'équipe monBestSeller et bien sûr Nicolas Faroux qui me donne une chance extraordinaire ! L'édition papier je n'y pensais pas, Les silences de Lucie est mon tout premier roman, et bien que j'ai pris un énorme plaisir à l'écrire je ne me sentais pas en capacité d'avoir ce don d'écrire des histoires.

Aujourd'hui, penser qu'il sera non seulement édité,
                mais aussi en avant première dans le catalogue France Loisirs
                               ressemble tout simplement à un rêve.

Rêve que monBestseller a largement permis de concrétiser.
Cela dit, je veux vraiment être à la hauteur de ce qui m'est proposé en apportant à mon roman les quelques modifications qui s'imposent.
Alors mon avenir proche, je le vois derrière mon ordinateur à travailler, une tasse de café espresso ristretto sans sucre posée sur ma gauche, mon porte bonheur « Mr Mac twist » qui veille sur le temps, accroché à l'écran et une photo de mes enfants sur la droite. Il a des choses qui ne changent pas et ne changeront jamais, mes rituels d'écriture en font partie !

Propos recueillis par Isabelle de Gueltzl

VIDÉO Comment les éditeurs découvrent leurs nouveaux talents sur monBestSeller.

Et voilà ! Encore une belle victoire de monbestseller ! Sujet d'actualité méritant sa mise en avant et sa publication. Les silences de Lucie vont faire du bruit ! Chez monbestseller, les femmes sont bien traitées, il faut le reconnaître...Bravo

Publié le 22 Juin 2017

Toutes mes felicitations pour votre prix et pour avoir reussi à rencontrer l'editeur qui va pouvoir mettre votre roman en avant.
Il y a quelque chose de Romy Schneider dans cette photo noir et blanc! :)

Publié le 31 Décembre 2016

Félicitations, bravo. Très bonne et heureuse année avec le plein de succès bien mérité.

Publié le 31 Décembre 2016

Mais oui, mille bravos à toi Karine!
Un beau roman écrit par une belle personne.
Bonne année et longue vie aux " Silences de Lucie"!
Pascale

Publié le 29 Décembre 2016

Bravo Karine ! Un succès bien mérité !! Long succès à toi. Elisabeth

Publié le 29 Décembre 2016