L'adolescente au pays des cloportes

163 pages de Juliette L.
L'adolescente au pays des cloportes Juliette L.
Synopsis

La fille de Giono quitte les cigales de l'enfance pour trouver les cloportes
de l'adolescence. Juliette et ses sœurs deviennent à Nice des femmes, entre dégoût et
découverte de leur corps, l'anorexie laisse parfois place à d'improbables amours. Autour
d'elles, la destruction d'un monde adulte de plus en plus palpable, contre lequel le rire et la
boulimie sont de fragiles remparts.

1870 lectures depuis la publication le 22 Janvier 2019

Les statistiques du livre

  23 Classement
  699 Lectures
  -8 Progression
  5 / 5 Notation
  37 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

14 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci de ces mots élogieux, Safari, qui me transportent de bonheur! Et cette aide que je vous apporte me ravit également!

Publié le 14 Avril 2019

merci,beaucoup pour votre roman,j'ai lu seulement une partie çà m'as vraiment plu ,j'aimerais écrire aussi un roman qui parle de la jeunesse, vous pouvez m'aide;

Publié le 09 Avril 2019

Votre message positif m'apporte un grand plaisir, fred77. Merci grandement de ce dernier!

Publié le 24 Mars 2019
5
J'ai passé un très bon moment de lecteur;tout y passe;le sourire ;le rire et le dégout pour ces prédateurs sur des proies faciles qui foisonnent ;dur passsage que l'adolescence où vous n'êtes plus un(e) enfant mais pas encore un(e) adulte.Vous êtes très talentueuse;et je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent que vous n'avez pas votre place(tout le monde n'a pas votre plume certes,mais les critiques peuvent faire avancer les plus novices) sur ce site car sans lui,je n'aurais pu vous connaître. Au plaisir de vous relire prochainement.
Publié le 22 Mars 2019

Je suis si émue, Jean-Noêl, de votre enthousiasme et de votre lecture attentive de mon roman. Merci infiniment de ce commentaire qui me fait tant plaisir!

Publié le 17 Mars 2019
5
Il y a des étoiles qui font honneur à la littérature.
Publié le 16 Mars 2019

@Juliette L.
Venant d'arriver avec un bouquin sous le bras, je découvre (j'ai du retard) et je ne lâche plus la rampe de votre escalier dévalant et swinguant dans la vie d'aujourd'hui, la famille, les déodorants, la question cruciale des fesses, l'enfer de la plage et la beauté millimétrée de ces épisodes qui nous parlent si bien de nous, de vous, des autres (ah les autres!).
Merci, quel talent, n'arrêtez jamais, je vais retourner vous lire.
Jean-Noël Cadoux

Publié le 16 Mars 2019

Je m'esclaffe, à nouveau, toute seule, dans mon salon, devant mon ordinateur (si un voisin m'aperçoit, par la fenêtre, il doit me trouver parfaitement ridicule...) C'est la faute de votre message, surréaliste, drôle et poétique, qui me retourne totalement! Continuez, lucie, à être dans ce plaisir d'écriture et à nous enchanter de même. Et merci de ce vote de confiance!

Publié le 07 Mars 2019
5
@Juliette L. Bougre d'bougre d'bougresse à tête d'épingle et au pied fourchu, plus sotte et nauséabonde qu'un bouquet d'écrevisses !!! Rassurez-vous, loin de moi l'intention de vous traiter, chère Madame, de bouquet d'écrevisses (même si, pour ma part, je trouve les écrevisses d'un commerce tout à fait agréable ; j'en ai d'ailleurs longtemps élevé une, du côté de Rueil-Malmaison, trombinante cité des Hauts-de-Seine où sévissaient alors mes littéraires parents (l'un était libraire et l'autre, enseignante de français – à moins que ça ne soit l'inverse, car, si je n'ai jamais eu aucun problème avec les sexes [force m'est d'avouer que j'en ai consommé plus que ma part], j'ai toujours eu du mal à distinguer les genres), une écrevisse que j'appelais Paul-Emmanuel parce que c'était une écrevisse mâle (du moins si j'en croyais l'opuscule traduit du pawnee, car c'était une écrevisse américaine, livré avec), et qui m'avait été offerte, l'année de mes 13 ans, par mon parrain Sylvestre, homme d'action et pédagogue inspiré, inventeur de la férule à rétropédalage – « pour t'enseigner, ma petite Lulu, avait-il ajouté en me flattant de la main droite l'endroit où le dos s'arrondit en deux sphères jumelles, qu'il y a sur terre bien d'autres choses plus importantes que le flétan à la sauce aigre-douce ou le dos de cabillaud aux asperges »). Non, mon « bougre d'bougre d'bougresse » liminaire ne s'adressait nullement à vous, ce n'était que la transcription de l'exclamation sportive poussée à mon endroit par mon aïeul maternel (pépé Arnolphe, dit le Trombidion) suite à sa lecture de mon commentaire sur votre épastrouillant, quoique saugrenu, bouquin intitulé cocassement « Des cubes et des hommes », commentaire ingénieux et d'une portée littéraire propre à éblouir les chouettes où, parlant de cloportes, je vous signalais mon peu d'intérêt pour l'entomologie. Or, il appert (et mes trois saint-bernard, Réglisse, Manitou et Eisenhower le confirment avec force abois qui me tympanisent le sonotone) que l'entomologie (qui ne s'intéresse qu'aux insectes, l'entomologiste, lui, s'intéressant plutôt aux résultats du tiercé à Longchamp) dédaigne somptueusement le cloporte qui a contre lui de n'être pas un hexapode puisqu'il porte à lui tout seul pas moins de quatorze pattes (deux fois sept ou, si vous préférez, vingt-et-un divisé par trois multiplié par deux) et qu'il est un crustacé en bonne et due forme, au même titre que le homard, Mme Tourteau, née Dormeur, la cuirassée patronne de « La Maison du fruit de mer », le tank Sherman et l'écrevisse dont, pour je ne sais plus quelle raison, je vous entretenais plus haut. Dès lors, on peut conclure que j'ai énoncé sans frémir une belle connerie, comme on disait au Grand Siècle, et c'est la raison dont à laquelle de quoi je reviens ici, pour vous présenter mes plus congruentes et obséquieuses excuses, isocèles cela va sans dire. Ceci précisé, il n'est pas encore avéré que je lirai ce livre-ci. Parce que je ne suis pas du tout certaine qu'une étude comparée de l'adolescence et de la cloportitude soit d'un intérêt pyramidal et outrancier, pompidolien et analgésique, propre à éberluer la populace et la gentille demoiselle, plutôt accorte et glamoureuse, bandative et contraceptive, que je suis – en particulier le week-end et pendant les fêtes de la Noël, fêtes durant lesquelles je me déguise en épicéa court vêtu (avec une étoile dorée au sommet de la tête), ceci afin de bien éblouir les convives du réveillon avec mes jambes de sirène (inutile de me faire remarquer que, d'ordinaire, les sirènes sont peu ingambes ; c'est juste une image pour vous faire entendre que j'ai du charme, et à revendre, en particulier au niveau des gambettes, lesquelles ont mené à la déchéance et à la ruine contrapunctiques bien des homuncules conduits plus par leur membre que par leurs facultés inductives, déductives et cérébro-spiroïdes). Bref, et quoi qu'il en soit, je vous colloque de confiance les cinq étoiles commémoratives, me disant que, puisque vous nous avez déjà offert une œuvre exacerbante et bellement lyophilisée, il n'y a pas de raison que, ce coup-ci, vous nous offriassiez de la crotte de dromadaire (lequel n'est ni un insecte ni un crustacé – non plus que le bédouin et l'oasis, d'ailleurs). Amicalement.
Publié le 07 Mars 2019

Merci, Chris, d'avoir pris le temps de lire ce roman et d'écrire ce commentaire!

Publié le 09 Février 2019

L’âge venu, je n’ai pas retrouvé la même candeur qui m’avait délectée à votre prime jeunesse. Non qu’ado vous écriviez moins bien qu’enfant !, mais que l’âge, je pense, est juste moins intéressant à raconter. Plus convenu, plus caricatural, plus déjà vu. Et moins frais, moins gai, moins inattendu. Et ça se ressent. Même si votre plume tente par l’humour d’y mettre de la légèreté (ou par la légèreté d’y mettre de l’humour !) (et maintenant que je vois les commentaires de vos fans, je vois aussi que je suis en totale dissonance, donc vous avez un vrai panel de lecteurs :)

Publié le 08 Février 2019

Votre message enthousiaste et votre lecture attentive de mon roman m'ont procuré tant de bonheur, ozooto! Si ravie, aussi, de ce rire dont vous parlez!

Publié le 31 Janvier 2019

Quelle écriture magique qui transforme des riens quotidiens en une fresque joyeuse et hilarante! et quelle profondeur de vue, quelle modestie bouleversante dans l'expression de la douleur! quelle avancée depuis le premier livre dans la technique d'écriture : un don picaresque moderne pour tourner en dérision mais dans la joie et la tendresse les difficultés des adolescents confrontés au monde cruel des adultes! vivement le troisième roman : celui-ci nous a donné faim! ozooto

Publié le 28 Janvier 2019

Quelle joie me procurent vos messages
enthousiastes et plein d'encouragements, hx et Angèle R! Merci d'avoir pris le temps de me lire attentivement et d'écrire ces commentaires!

Publié le 26 Janvier 2019
5
hx
@Juliette L. Vos cubes et vos hommes m'avaient déjà ébloui. Là, je vous le dis tout net, j'en reste sur le cul. Vos cloportes confirment que vous êtes une auteure d'importance, l'une de celles qu'il faut lire à tous prix sur ce site par ailleurs bien décevant, tant il accumule de navrantes cornichonneries. Comme dit un de mes neveux, ya du level ! (comprenne qui pourra...). Toutes mes félicitations, si tant est qu'elles vaillent quelque chose...
Publié le 25 Janvier 2019
5
D'une grande puissance !
Publié le 25 Janvier 2019

Je viens de finir la lecture de votre livre Juliette, et j'en reste sans voix, sans mots, gorge nouée et tripes aux vents... Comme vous réussissez si bien à nous retourner du rire aux larmes, comme la vie y est truculente, poétique, gargantuesque et pleine d'une lucidité désespérante. On a quitté les chemins émerveillés de l'enfance, et voilà les méandres de l'adolescence, la réalité dure et âpre, l'irrémédiable déception des violences, désertions parentales, qui surgissent. Votre écriture est puissante et d'une authenticité foudroyante ! Encore une fois, merci de ces fous rires, merci de ces larmes à en déchirer ma face... Comme on est si fort votre héroïne, comme on l'aime, comme on se souvient de cette immense plaie que sont les terres rugueuses de l'adolescence. Bravo ! Un livre à lire à tout prix !

Publié le 25 Janvier 2019

Quelle joie aussi pour moi de pouvoir vous lire encore Juliette !! Je reviens vite vous laisser un commentaire !

Publié le 23 Janvier 2019

Enfin ! Hâte de vous lire Juliette, voici une floppée de cloportes dans ma bibliothèque !

Publié le 22 Janvier 2019