Chroniques de l'âme hors - Démystification de la mort

242 pages de Raymond MAGDELAINE
Chroniques de l'âme hors - Démystification de la mort Raymond MAGDELAINE
Synopsis

Ces chroniques étaient, au départ, destinées à ma famille, à mes enfants et petits enfants, lorsqu’ils seront en âge de les comprendre. Je les aie élargie aujourd’hui à un public plus large, qui se questionne... pour transférer mes ressentis sur un point crucial de l’existence, sujet de toutes les les peurs, de toutes les souffrances, sur ce que nous appelons « la mort » et que j’ai renommé l’âme hors !

Si elles s’appuient sur mes expériences et mes ressentis, elles ne sont pas non plus une « vérité », mais un point de vue, le mien. Si vous me demandez si j’ai des preuves que l’âme est immortelle, je vous répondrais non, et pourtant j’en suis intiment convaincu.

À vous et à vous seuls de vous en convaincre... ou pas !

415 lectures depuis la publication le 14 Février 2019

Les statistiques du livre

  859 Classement
  39 Lectures
  -68 Progression
  4.4 / 5 Notation
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@federer36 : Merci pour les appréciations élogieuses et la note qui me touche vraiment, je suis heureux que cela vous donne envie d’y croire et vous transmette une dose d’optimisme, car la vie ici-bas a vraiment un sens lorsque nous ne nous laissons plus gouverner par nos peurs. Vous pouvez, si le cœur vous en dit, lire ici même l’intégralité du tome 2 des « Chroniques de l’âme » qui n’est qu’une poursuite ou un prolongement de celui-ci.
Merci infiniment pour ce retour et cette lecture, que je vous incite à transmettre autour de vous !

Publié le 14 Mars 2019
4
Même si je ne suis pas spécialiste de ces questions, je suis d’accord pour dire que la science et la religion en générale sont devenues très dogmatiques. Moi aussi j’ai entendu des récits de personnes qui étaient dans le coma, qui ont eu le sentiment de passer par un tunnel et de voir au bout de celui-ci une lumière avant que leur conscience revienne sur terre. Cela serait en effet formidable quand on meurt d’être accueilli par des proches décèdés qui apparaîtraient au milieu d’une grande lumière. J’ai envie de croire à cette hypothèse! Il y-a certains passages que j'ai bien aimés qui sont bien pensés de la part de l'auteur: "Un partage sans échange ressemblerait alors à une thèse sans antithèse et dont on ne pourrait construire la synthèse". C'est vrai! "Ce n’est pas parce qu’une chose est invisible qu’elle n’existe pas". Tout à fait d'accord avec l'auteur! Récit qui m'a donné la pêche car celui-ci transmet de l'optimisme et des idées positives au lecteur. On sent qu'il y-a du travail derrière cet essai, il y-a de la réflexion, des bonnes questions sont posées, le tout est bien bien vu de la part de l'auteur. Merci à vous pour ce partage.
Publié le 14 Mars 2019

@castille magali : Merci Magali, pour votre commentaire et la note élogieuse, qui me vont droit au cœur. Sur Mon BestSeller je partage gratuitement la lecture intégrale de mes deux tomes des Chroniques de l'âme. Comme vous je souhaite que l'humanité s'éveille à l'équilibre et à l'harmonie de l'univers et le propage sur notre magnifique "Oasis" comme la nomme si justement Pierre Rabih. Il en va de l'avenir, non pas de la planète (qui en à vue d'autres) mais de l'avenir d'une humanité en perte de sens ou des sens (d'essentiel, d'essence du ciel), celle de nos enfants et petits enfants.

Partagez Magali la lecture gratuite de ce livre, avec ceux de votre famille et de vos amis.

Merci infiniment Magali !

Publié le 12 Mars 2019

Bonjour, j aime votre styl, votre humour sur un sujet qui reste encore délicat. J aime et espère avec tout mon amour que tout le monde arrive al éveil de la conscience, au pardon, a l amour inconditionnel, à la puissance de la joi, à la simplicité de la vie. Merci de ce don de votre livre et de le partager

Publié le 11 Mars 2019
5
Geniale
Publié le 11 Mars 2019

@FANNY DUMOND : Je ne sais pas Fanny, je pressens, au travers de ce que disent les médiums (les plus sérieux), ou des récits des expérienceurs les plus connus, et puis en lisant attentivement ce que vous m’écrivez, je constate, que vous aussi vous avez eu une ébauche de réponse avec votre fils, qui me laisse préfigurer que nous choisissons bien notre famille. Oui, même si cette famille n’est pas idéale, voire même exécrable ou odieuse. Réfléchissez bien à ce qui va, suivre Fanny : « je pense que nous l’avons choisi en conscience pour vivre avec elle ce qu’elle va nous faire vivre et grâce à ces expériences souvent traumatisantes, nous allons quérir au plus profond de notre être la force vitale qui va nous permettre de nous transformer radicalement. C’est ce que tous nous sommes tous venu faire ici-bas en vivant jusqu’au bout toutes nos épreuves.
Je sais que ce que je viens d’exprimer mériterait d’être développé, mais ici ce serait trop long. Continuez votre quête Fanny et la réponse partielle apportée par votre fils deviendra un jour complètement lumineuse, sans que vous ayez trouvé une quelconque preuve, mais arrivée à un certain stade d’une quête, nous n’avons plus besoin de preuve, seule la petite voie, la petite musique intérieure en nous déclenchera la certitude. Oui Fanny maintenant je suis sûr, cela me suffit, et un jour cela vous suffira aussi !
Je vais faire lire votre réponse à Jodie demain matin, elle en sera ravie !
Belle soirée à vous !

Publié le 17 Février 2019

Bonsoir@Raymond MAGDELAINE
Avec un peu de retard je vous remercie pour votre réponse. Le point d'achoppement dans votre analyse se situe dans le passage où vous dites que nous avons choisi nos parents. Qu'en savez-vous ? Tout enfant déjà je réfléchissais beaucoup et je me disais que la cigogne s'était certainement trompée de porte en me déposant dans ce foyer. Je n'épilogue par sur le sujet. J'ai une tout autre prescience qui serait bien trop longue à détailler et qui vous semblerait peut-être farfelue et qui, pourquoi pas, en vaudrait bien une autre au point où nous en sommes de nos questionnements. Les écritures sacrées n'évoquent-elles pas le mystère de la vie ? Nous le connaîtrons lorsque notre heure sera venue et tout s'éclaircira. Par contre au début des années 80 (je ne suis plus toute jeune) mon fils âgé de 3 ans environ nous dit un jour très sérieusement : "vous êtes gentils comme mes parents d'avant". Nous en sommes restés interdits et malheureusement n'y avons pas prêté attention sur le coup. C'est un plus tard que cette étrange affirmation m'est revenue en mémoire (j'étais plus disponible pour l'écouter et je ne l'ai pas ennuyé avec ça), j'ai voulu en savoir un tout petit peu plus et ses souvenirs avaient disparus. Je sais que les enfants ont des réminiscences qui s'estompent très rapidement. Nos âmes s'adaptent à notre nouvelle vie, je pense. Heureusement, je dirais, car si nous étions encombrées de toutes les précédentes se serait insupportable de vivre ! Bien cordialement. Fanny et un gros bisou à votre petite Jodie.

Publié le 17 Février 2019

@Gene MacBreth : Merci Gene, de l’attention que vous portez au sujet de la petite phrase qui n’a fait que remontrer (par effet miroir) en moi des aprioris à épurer et une blessure encore sensible. Même si nous tendons tous vers la perfection, j’ai encore du chemin à faire du côté de mon égo.
Je ne cherche pas à connaître votre âge, mais au travers de ce que vous me livrez ici, je pense que vous êtes encore dans une phase d’apprentissage ou de découverte de votre voie, celle d’accepter cette incarnation qui, me semble-t-il, d'après ce que vous écrivez vous invite à aller vers les autres, surtout vers ceux qui ne comprennent pas ce que vous avez vécu, parce qu’ils ne savent pas ou ne se souviennent plus.
Le temps viendra, je pense aussi, où c’est vous qui irez vers eux pour écouter, les écouter se raconter, comme vous le faites indirectement dans l’écriture de vos romans (j’ai commencé la lecture « d’Amants et ennemis », que je reviendrais commenter ici et je vais me procurer chez Amazon « À chacun son destin »).
Je pense que si à quatre ans vous êtes revenue ici-bas et que vous en avez gardé un souvenir aussi vivace, c’est que votre « destin » va se révéler à vous (si ce n’est pas déjà fait) comme une évidence, celle de vous souvenir que le merveilleux de l’au-delà est aussi capable d’illuminer de l’intérieur la matière dense, ce que vous avez commencé à faire en vous délivrant dans vos livres, mais aussi à terme en semant la petite graine, dont nous sommes tous porteurs, chez ceux que vous côtoyez au quotidien (et que vous fuyez pour l’instant), afin qu’ils puissent éclairer à leurs tours ceux qui les entourent.
« Éclairer ceux qui sont encore dans l’ombre nous devons ! » dirait maître Yoda, en ajoutant « Que la force soit avec toi Obi Wan Gene ! » :)
Amicalement.

Publié le 16 Février 2019

Bonjour @FANNY DUMOND
Voici ma réponse Fanny : Non je n’ai pas peur de la mort, depuis une excursion dans l’au-delà qui ne m’a laissé aucun souvenir ma vie à radicalement changé et je n’ai plus peur de la mort physique de mon corps, car je sais qu’une conscience de ce que j’aurais été ici-bas continuera de subsister dans un au-delà dont nous sommes tous issus, mais dont nous n’avons plus aucun souvenir.
Toutes les nuits notre corps passe en mode veille, pendant que notre inconscient (l’âme) effectue un voyage astral dans l’au-delà, pour se ressourcer et pour quelquefois au réveil révéler à notre conscience (notre “moi” incarné dans notre corps) ce que nous appelons un rêve et que nous devons interpréter, car c’est tout le temps un message codé.
Un beau jour ou bien une nuit, notre corps physique cesse de vivre, toutes nos fonctions organiques cesseront leurs multiples activités, pendant que notre conscience (immortelle) sans retournera dans sa demeure ! Où, je ne sais pas, mais comme pendant notre sommeil, elle poursuivra sa route ailleurs ! Ce qui explique en partie, pourquoi je n’ai plus peur de ma mort physique.
Tous nous avons choisis notre incarnation, nous avons choisi nos parents, et avons aussi choisi d’expérimenter qui nous sommes dans le corps d’un homme ou d’une femme pour vivre ce que vous appelez vos vilénies ou votre éthique de vie. Sachez Fanny, si ce n’est pas déjà le cas, que c’est grâce à notre éthique personnelle de vie que nous pouvons savoir si ce que nous expérimentons ici-bas est vilénie ou en harmonie avec notre être profond.
Les chats que vous affectionnez, je pense, ont aussi comme nous une conscience immortelle, comme tous les autres règnes de la création (minéral, végétal, animal et l’hominidé qui n’est qu’une évolution de ce dernier règne). Une conscience basique pour le premier règne, et de plus en plus sophistiquée pour les règnes suivants.
Tout ce qui précède n’est pas qu’une vue de mon esprit, c’est de plus en plus vérifié et confirmé par toutes les sciences modernes, mais c’est aussi connu “intuitivement” depuis la nuit des temps de l’humanité, par toutes les civilisations existant sur notre belle Oasis.
J’espère Fanny avoir répondu, du mieux que j’ai pu à votre question, je vous remercie sincèrement pour votre commentaire.
Ma petite fille Jodie, huit ans, qui a lu votre commentaire, vous répond aussi « lorsqu’on dort on n’est pas mort, et que la mort n’arrive que lorsqu’on est très vieux. » Voilà c’est son message à elle !

Cordialement Raymond et Jodie

Publié le 15 Février 2019
4
Bonjour @Raymond MAGDELAINE Voici ma propre réflexion sur le sujet. Je n'ai pas tout lu, mais j'ai juste une question à vous poser ? Tous les soirs, avez-vous peur de la mort en vous couchant ? Pour moi, le sommeil c'est la mort, ne croyez-vous pas ? Nous ne sommes pas morts physiquement, mais pour moi c'est tout comme. Et au réveil nous reprenons conscience de notre corps puisque nous sommes également vivants par notre corps. Je ne crains pas la mort, mais s'il y a réincarnation avec une âme qui ne serait pas conforme à mon éthique de vie actuelle alors là, oui c'est ma principale crainte. Mais vous me répliquerez que je n'aurais pas conscience de mes vilénies. Et si j'avais le choix, ce serait de me réincarner en un gentil petit minet qui possède 9 vies pour ronronner dans le cou de ma maitresse et lui donner une nouvelle inspiration comme je l'ai fait pour l'un de ses ouvrages. Elle est un peu compliquée ma réflexion mais ce sont vraiment mes questionnements. En outre, je suis passée deux fois tout près des portes d'un "ailleurs, je n'ai pas vu de tunnel mais ma vie a radicalement changé depuis. Cordialement. Fanny
Publié le 14 Février 2019

@Gene MacBreth : Évoquer la vie après la vie à un, une « expérienceuse » est plus facile que d’évoquer la mort à celui ou celle qui pense n’être qu’un corps physique. Je le sais pour avoir été ce Thomas qui a été contraint de voir et de toucher un autre concept après avoir vécu une EMI sans souvenir de tunnel ou de lumière d’Amour, mais qui a tout balayé, bousculé sur la voie où je me fourvoyais depuis plus de quarante ans. Mes digressions sont un héritage que j’assume, elles tentent de faire toucher du doigt d’autres points de vues que ceux issus d’aprioris, de formatages, de croyances erronées ou plutôt mal interprétées. Cela fait maintenant plus de vingt ans que je chemine sur cette voie, pour sortir de ce schéma mortifère de ce que nous croyons être la « Mort ».
Merci pour votre sincérité et votre commentaire encourageant !

Publié le 14 Février 2019

@hx Merci pour tous ces compliments qui me vont droit au cœur, oui les chroniques sont inspirées (sûrement par mon petit doigt) autour de quatre heure du matin, ou un mot parfois deux sont le fil conducteur d'une chronique plus ou moins longue, suivant le sujet qui prends forme sous mes doigts et s'affiche sur la page blanche de mon écran, sans aucun plan préalable. Merci mille fois !

Publié le 14 Février 2019