federer36

federer36 a noté ces livres

5
Eliott Cooper, j’ai envie de le surnommer Macgyver, tellement c’est un génie, un ovni, un extraterrestre. Le mec plus débrouillard que lui, tu meurs, il pense à tout, il crée des systèmes à lui tout seul qui ont pour but de détecter la présence humaine dans un endroit quasi-désert, c’est impressionnant ! Il est instinctif , il communique avec la nature, il arrive à trouver des réponses en elle, on dirait qu’il est en communication avec l’au-delà, il a des dons que peu d’êtres humains ont. Après avec ce thriller, on bascule rapidement dans le film d’horreur avec ses sorcières, le mec d’ailleurs je ne sais pas comment il arrive à dormir en mode normal dans un environnement si belliqueux et si flippant. Il dort au milieu de la nature, de la forêt, pas un seul chat qui rôde à l’horizon, mais non le mec il a peur de rien !Ajouter à cela ses visions d’horreur, le mec il est costaud pour endurer tout cela. Rien que votre personnage principal, il est tellement à part, sa personnalité est tellement riche et forte en soi qu’à lui tout seul il créé l’intérêt d’un bouquin !
Publié le 14 Janvier 2020
4
Ce type de sujet ne pouvait que m’intéresser et éveiller ma curiosité. Rien que pour la personnalité de Jessica Bennett, il m’était impossible de ne pas aimer ce type de roman policier. Cette femme, elle a beaucoup de choses pour elle. Elle ose tout, elle a du caractère, elle a du répondant, elle sait se montrer empathique avec son entourage. La scène entre elle et wilhelmina est mythique. En lisant votre bouquin, j’ai pensé au film Bodyguard car il y a dans un premier temps une défiance de la famille vis-à-vis de la policière qui est chargée de les protéger et de leur sécurité.
Publié le 22 Décembre 2019
4
Vos poèmes sont variés, ils sont à la fois crus, noirs, cyniques…."Histoire de chiotte" est une bonne illustration, vous ne faites pas dans la dentelle comme on dit, vous ne faites pas dans la poésie dans ce poème, mais en même temps, vous avez raison! C’est comme ses pères de famille, bien sous tout rapport en apparence, qui vont voir de jeunes prostituées innocentes pour assouvir leur libido, je trouve cela dégoûtant ! C’est comme « la costaude », je cite vos propos « des hommes plus coriaces, ceux qui se disaient vrais, qui lui niquaient sa race quand ils rentraient bourrés, la costaude ». Tout cela envoie du rêve bien évidemment ! Tout comme « lien du sang », ce père de famille qui va séduire et s’amuser avec une gamine et qui la considère comme un « extra », c’est certain qu’avec ce type de poème, l’image de l’homme qui nous est renvoyé est bien pourri ! « Pas de sa faute », terrible, sombre, horrible cette histoire de femme battue ! Après il y a des poèmes que je n’ai pas trop captés comme « paires de mot" par exemple, un peu, beaucoup du Chinois pour moi ! Après j’ai beaucoup aimé « larmes », du romantisme dans ce monde de brutes, cela ne fait pas de mal ! « Acteur », pas mal on passe du jeu à la réalité et il arrive que parfois les deux se confondent, c’est bien vu !
Publié le 07 Décembre 2019
4
Elle est étonnante cette femme, faire l'amour avec un homme de manière animale sans sentiment, cela semble presque la combler..... Après elle se sent désirée donc elle est contente je comprends mais on dirait limite que cela la rend heureuse, c'est fou quand même! Je trouve tout cela tellement glauque comme histoire, tellement triste en soi, j'exagère bien entendu mais on a limite envie de se pendre... Les êtres humains deviennent des animaux, cela manque d'humanité.... Car entre les 2 humains, à aucun moment il y a un simple échange, dialogue ou un signe de tendresse ! Après c'est bien romancé, c'est bien écrit, la misère humaine et affective des personnages est bien racontée par l'auteur, l'auteur réussit à nous transporter dans cet univers sombre... J'ai hésité entre la note de 4 et 5....
Publié le 02 Décembre 2019
4
Le titre est déjà marrant et accrocheur, vous, vous avez le sens commercial... On passe du drame aux rires avec ses ados qui se retrouvent dans un lieu improbable pour un motif qui l’est tout autant, une histoire d’héritage abracadabrantesque comme dirait notre ancien Président Jacques Chirac. Décalé, drôle et savoureux, le dialogue entre ses 2 filles Iris et Maelle dont l'une est coincée et l'autre dévergondée, comme quoi le mélange des genres, cela peut bien fonctionner et la mayonnaise entre les personnages peut prendre comme dans ce roman.
Publié le 27 Novembre 2019

Pages