federer36

federer36 a noté ces livres

4
J'ai toujours pensé comme vous que ce sont les femmes qui choisissent les hommes, c'est elles qui ont le pouvoir, vous êtes lucide. On sent que Matthias est sous l'emprise de sa femme Isaline et qu'il craint souvent de se faire quitter par elle. Mais en même temps il aurait pu s'apercevoir qu'elle était un peu nymphomane sous les bords et qu'elle pourrait le tromper un jour ou l'autre avec un petit jeune. Déjà elle avait trompé et quitté un autre homme pour venir avec lui. Il aurait fallu qu'il ait un peu de jugeote le petit, il n'est pas malin quand même ! Johann et Laureline, 2 jeunes de 18 ans qui s'aiment, l'un est matheux et l'autre est littéraire, ils n'ont pas trop de bol de tomber sur un bucheron psychopathe, la pauvre Laureline, c'est elle qui y passe! En même temps, quelle idée de se promener tard le soir dans une forêt! Vos histoires sont dynamiques et au moins ne se terminent pas forcément par un happy end surfait, chiant et attendu.
Publié le 15 Octobre 2020
4
On est à la fin de la seconde guerre mondiale, cela parle des horreurs perpétrés par les nazis et les autres peuples pendant la guerre et après la guerre. On raconte les dérives, les viols lors de la fin de la guerre et après, la violence, les exactions des uns et des autres. On parle d’Hiltler, du maréchal Pétain, de la seconde guerre mondiale. En lisant votre roman historique, difficile de ne pas voir la face vraiment sombre que peut avoir l'humain qui est capable de réaliser les pires horreurs. Merci pour ce roman historique documenté, travaillé, intéressant qui nous rappelle que nous avons de la chance de vivre en période de paix.
Publié le 05 Octobre 2020
4
Vos scènes sont chaudes, avec vous la température monte vite! Vos personnages qui semblent prudes, coincés, pudiques et à cheval sur des principes moraux et des règles provenant de leur milieu aisé, ont en fait le feu aux fesses! Comme dirait un de vos personnages, il est là pour lever une femme, expression que j'ai rarement entendue... Puis je ne parle même pas des partouzes auxquelles vos personnages s'adonnent avec une certaine délectation. Puis il y a des moments moins drôles dans votre récit: A l'image de Pierre Yves qui couche avec une femme bourgeoise mariée. Il est beaucoup question d'infidélités venant de femmes dans vos histoires, cela ne donne pas une vision du couple idyllique.... En plus certaines femmes partent avec les meilleurs amis du compagnon, classique comme story. Jean le mari cocu, le pauvre a conscience des coups de canifs de sa femme dans le contrat donc souffre de cela et en plus se fait tuer. Puis Solène et Maxime qui se séparent, après qu'elle lui ait dit d'une façon bien légère qu'elle ne ressentait plus rien pour lui donc forcément devant cette vérité violente, Maxime accuse le coup et souffre. Sinon cette histoire de descendance d'esclavage n'est pas inintéressante. Merci pour ce partage bien coquin.
Publié le 19 Septembre 2020
4
Votre essai est intéressant et riche car il suscite la réflexion. Après j'avoue que je n'ai pas forcément tout compris dans vos écrits qui sont "techniques". Malheureusement nous ne sommes pas tous égaux pour comprendre les lois et donc les voter. A titre personnel, il m'arrive de ne pas comprendre certains textes de lois et d'avoir besoin d'aide pour des explications et je le dis humblement. Je ne me sentirais pas toujours capable de voter tous les textes de loi sans avoir d'abord des explications de la part d'une personne connaisseuse et je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas-là. C'est pourquoi aussi nous les citoyens, nous avons pas tous les compétences pour voter certaines lois compliquées à comprendre, il est là aussi le problème! Pour voter une loi, il faut d'abord bien la comprendre! Même si tous les politiques ne sont pas malhonnêtes, je ne leur fais pas tous confiance pour voter des lois qui vont dans le sens de l'intérêt général. Bravo pour votre travail technique et rigoureux qui a dû vous demander du temps et de l'investissement.
Publié le 12 Août 2020
5
J'ai trouvé intéressant que le sujet du livre et ce que vous écrivez nous rappelle la période assez incroyable et tragique que nous sommes entrain de vivre avec le coronavirus depuis le début de cette année. Dans le récit, concernant l'enquête sur l'engin qui s'est écrasé et a fait des morts, on se demande à un moment donné s'il n'y a pas un lien qui serait incroyable en lui-même mais qui pourrait exister entre l'écrasement de cet engin et l'infection d'un virus mortel. Peut-être comme vous le dites, cette catastrophe mortelle est fait pour nous alerter, nous les êtres humains afin que nous changions de mode de vie, pour qu'on stoppe la surconsommation, la pollution, l'accroissement de la population mondiale incontrôlée et qu'on parvienne progressivement à prendre des mesures concrètes et efficaces pour éradiquer la famine, les guerres, la pauvreté même si tout cela ne peut pas se faire d'un coup de baguette magique. Certains ont vu dans cette pandémie du coronavirus un signal d'alerte fort pour nous signifier que nous ne pouvons plus vivre comme nous l'avons fait jusqu'à présent et qu'il faut que tout le monde prenne conscience de l'état d'urgence dans lequel la planète se retrouve aujourd'hui. Je ne sais pas quand vous avez écrit ce livre, mais si vous l'avez écrit avant le début de la pandémie du coronavirus, vous êtes un précurseur! D'autre part je trouve que vous avez une bonne écriture, qu'au travers de votre histoire, les questions que vous soulevez sont plus que jamais d'actualité et plus qu'utiles. D'autre part même si je n'adore pas la science fiction, je trouve que votre histoire est bien pensée et ficelée.
Publié le 21 Mai 2020

Pages