Baiser, Bouffer, Kiffer et...

46 pages de Maria Andreas
Baiser, Bouffer, Kiffer et... Maria Andreas
Synopsis

Baiser, Bouffer, Kiffer et... partir en vacances!
Zoomy, un jeune adolescent, semblait satisfait de ce programme... Un jour survint l'épreuve terrible...Désespéré, il trouvera sur sa route un étrange protagoniste que le lecteur découvrira, s'il le souhaite... Est-ce que Zoomy va réussir à renouer avec la vie?
Avec la Vie...

254 lectures depuis la publication le 11 Mars 2019

Les statistiques du livre

  1257 Classement
  29 Lectures
  -413 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Lucie Pergola- Alors là, Lucie, je vais être très sincère, finalement, on est "entre nous"...Je suis incapable de tirer une "substance" de votre long commentaire... quasi un livre commentant un livre!
En revanche : chapeau : et pour votre écriture et pour votre culture littéraire, je suis éblouie et vous remercie beaucoup d'avoir pris la peine de commenter ainsi mon tout petit conte...Je ne vous souhaite pas :"bonne plume!" , vous n'en avez vraiment pas besoin, vous êtes tombée dans la marmite petite...Maria

Publié le 08 Avril 2019

@ Jean-Luc Lys merci Jean-Luc de ce commentaire qui finalement montre que nous espérons la même chose...Sortir de l'enfer par la communication, le partage et l'attention.Quand je pense aux prochains livres que je souhaite écrire, je me sens incapable de terminer sur une note sartrienne!
C'est presque "génétique" chez moi! Vous êtes averti pour les suivants...Bonne vie à vous! Maria

Publié le 08 Avril 2019

@Lila L Merci de ce retour qui parle beaucoup... Oui, pour quel public? La question mérite d'être posée, même un peu tard! C'est vrai que de mon côté, je suis restée idéaliste et je continue d'y "croire" sans méthode Coué.. Le surnom ?Demandez aux copains de Zoomy s'il le mérite! Je ne peux répondre! En revanche, j'aime cette évolution qui s'accompagne d'un changement de nom...J'espère écrire la suite prochainement, je l'ai dans la tête. En fait, je pense bien évidemment d'abord aux jeunes (j'ai travaillé avec des jeunes et quelques-uns sont morts de surdose, de suicide ...) sans avoir la prétention de donner une solution, sinon d'autres l'auraient fait avant moi...Avec un espoir cependant, que mes personnages sont vivants et peuvent au moins "toucher" le cœur, comme ils ont touché le mien! Oui, oui, je les créé et ils me reviennent avec une touche d'émotion positive...et puis, au-delà des jeunes et de leurs problèmes, je suis attachée à la notion de liberté intérieure, même si les conseils de Gab sont très simplifiés, voire caricaturés...

Publié le 08 Avril 2019

C’est un conte à deux vitesses. Et la deuxième est d’autant plus surprenante que rien ne l’indique dans votre titre ! C’est donc charmant, mais je me demande qui peut être votre public ? Après la question qui me turlupine ( !), Zoomy mérite t-il son surnom ? !! car vous ne le dites pas. Au de là de ce clin d’œil, je suis toujours un peu dubitative devant les bons sentiments. Sans doute trop cartésienne aussi. Ou pas assez méthode Coué. Tout en enviant ceux et celles pour qui ça marche. Merci pour ce partage, il y a quelques belles phrases que je retiendrai.

Publié le 01 Avril 2019

Chère @Maria Andreas , les critiques de lucie pergola étant ce qu'elles sont, elles me donnent souvent l'envie de lire les livres qu'elle a jugés et décrits à sa manière si... particulière.
J'avoue ne m'être pas "retrouvé" dans votre livre, sans doute parce que je me sens un peu éloigné des préoccupations et problèmes qu'il évoque, la drogue sans doute ? et de cette jeunesse un peu perdue qui en est la victime.
Comme j'aimerai que des écrits comme le vôtre montrent combien le monde peut être beau quand on sait le regarder, et combien il y a de combats importants à mener qui nous éloignent de ce repli sur soi-même, celui-là même qui peut nous conduire à cette perdition.
L'enfer, c'est les autres selon cette belle formule de Sartre, le paradis aussi, c'est les autres quand ils sont bons et attentifs comme les amis de Zoumy.
Amicalement
Jean-Luc Lys

Publié le 23 Mars 2019