Un monde parfait

241 pages
Extrait
de L’Oeil IV
Un monde parfait L’Oeil IV
Synopsis

Une étrange pandémie qui blanchit inexorablement le monde ; un homme qui entre en conflit avec ses objets connectés ; un employé carriériste qui cherche à s’élever afin d’entrevoir le ciel ; un homme qui se découvre mort sur un fameux réseau social ; un couple qui passe commande de son futur bébé ; un coq qui se retrouve au tribunal ; un décret qui bloque les députés à l’entrée de l’hémicycle ; un énarque qui se retrouve projeté dans un Paris futuriste inimaginable ; une machine qui permet d’obtenir du temps supplémentaire ; un verrat surdoué qui part en quête de liberté… Autant de situations absurdes, que bien d’autres accompagnent dans ce recueil, qui témoignent du monde dans lequel nous vivons ; un monde sans nul doute parfait tant nous semblons y être attachés.

679 lectures depuis la publication le 04 Avril 2020

Les statistiques du livre

  55 Classement
  462 Lectures
  +4 Progression
  4.7 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Je réalise tout à coup que la fin brutale de ce petit extrait en plein milieu de la nouvelle "Le décret" peut donner l'impression, dans ce contexte éminemment absurde, que celle-ci se termine véritablement de cette manière... alors qu'il n'en est rien ! Cette nouvelle possède bien une fin digne de ce nom... laquelle permet, entre autres, de redécouvrir la célèbre tirade du "Homlet" de William Jexpire...
J'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont lu jusqu'à présent et plus encore ceux qui m'ont laissé un commentaire élogieux, lequel ne peut à mon avis être à ce point élogieux que parce qu'il s'agit ici d'un petit extrait donné en guise d'amuse-bouche afin d'éviter une intoxication par l'absurde. De fait, je tiens à présenter mes sincères condoléances aux proches des quelques téméraires qui, dans un irrépressible élan de lecture, auront poussé cette périlleuse expérience au-delà de cet extrait érigé en geste barrière en se confrontant au pavé de plus de 700 pages que représente ce recueil dans son intégralité. Aucun d'entre eux, hélas, n'aura probablement survécu à cette surdose de mondes absurdes. Prions pour le repos de l'âme de ces quelques aventuriers des mots, imprudents un tantinet masochistes, soucieux des maux de ce monde...
Pour autant, l'absurde déployé dans ce recueil n'a rien de gratuit. D'ailleurs, celui-ci coûte 22.95 € en livre broché. (Mais je déconseille vivement de l'acheter pour les raisons évoquées précédemment. D'autant qu'il est entièrement gratuit sur mon blog. Que je déconseille de visiter pour les mêmes raisons, même pour redécouvrir la célèbre tirade du "Homlet" de William Jexpire... Que l'injonction contradictoire présente dans ce passage ne choque personne : cela fait deux mois que l'on nous oblige à penser de la sorte !)
Ceci me permet de rebondir sur le concept de pamphlet si justement évoqué plus bas : rien n'est plus vrai que cette affirmation. Car l'absurde réside avant tout dans la vie qui nous caractérise et nous entoure. L'absurde se niche partout dans notre quotidien. Mais parce qu'il est noyé dans le quotidien, plus personne ne le voit comme tel. Banalisé par la force des habitudes et le matraquage des modes, il ne peut plus être remis en question. Il existe de multiples méthodes pour dénoncer un état des choses révoltant : l'anticipation dans la science-fiction, la caricature, la farce, le conte cruel, la fable... À chaque fois, il s'agit de modifier le point de vue pour sortir le phénomène de sa banalité et lui restituer cette étrangeté qui permet de le voir tel qu'il est vraiment et de le critiquer ainsi comme il se doit. L'absurde, volontairement rendu flagrant, procède lui aussi de cette méthode. Seulement, il s'agit de la forme la plus extrême, celle qui consiste à poursuivre la logique au-delà de toute logique, à continuer quand les autres s'arrêtent à cause de leur rationalité étriquée, à dérouler le fil des conséquences jusqu'à atteindre ce vertigineux point de non-retour qui nous précipite dans le néant. L'absurde ainsi poussé à son paroxysme devient un outil permettant de critiquer l'absurde banalisé du quotidien. L'absurde est donc un outil au service de sa propre dénonciation, un moyen de s'attaquer à lui-même. Ce qui fait de cette méthode la plus absurde de toutes, mais c'est peut-être pour cela que la chose est aussi efficace. Les décalages engendrés sont tels qu'ils ne peuvent laisser personne indifférent. Et à une époque où tout semble soumis à la plus sinistre déliquescence, l'absurde devient un moyen d'expression et de révolte d'une férocité inégalée puisqu'il ouvre toutes les voies de la critique à travers l'originalité, l'humour, le vertige, l'angoisse et le malaise qu'il autorise à l'infini...

Publié le 20 Mai 2020
4
Livre étonnant!
Publié le 13 Mai 2020

Gé-nial. Des nouvelles inspirées, incisives et intelligentes, dans lesquelles l'auteur tire le fil du progrès et des travers consuméristes jusqu'à leurs conséquences ultimes.

Publié le 09 Mai 2020

Difficile de faire un commentaire sur ce livre époustouflant
D'habitude je suis découragée par les pages sans dialogues et sans ponctuation,ou presque,Ét je n'aime pas le surréalisme,genre Breton et ses copains
Et pourtant je n'ai pas manqué une ligne de cette brillante démonstration des travers humains,toujours lucides,mais souvent si drôles
D'où vient cette capacité à partir d'une idée,de déraper sur autre chose,avec ce style que me parait couler de source alors que c'est l'exercice le plus difficile qui soit
Commentaires de ce livre sur la souvent médiocrité du monde? manque de modestie !
Je crois que la dernière histoire est un concentré de tous les défauts humains: le mépris de la pauvreté,le mensonge des politiques ( helas pas nouveau), ét de tous,la jalousi,l'envie frénétique du pouvoir ,,la mesquinerrie,des élites,le mépris absolu pour le peuple et pour sa pauvreté,bref,la comédie humaine
Le blanc qui revient,sur lequel je n'ai pas vu le symbole,ét sur lequel je me suis posé beaucoup de questions.l
On arrive de plein pied dans l'absurde?mais je suis comme tous les français,ultra cartésienne.
Un autre symbole revient dans"le blanc" avec des jeux de mots qui me rapellent Raymond Devos
L'absurde de l'adoption des enfants ou est poussé à fond ,ce probleme réel.mais l'auteur ne veut pas froisser ceux qui ont recours à ce marchandage,la robotisation inéluctable,l'égoïsme des peuples,le message est pour tous,drôle mais redoutable dans sa lucidité
La conversation de bistrot,avec ses pauvretés de langage,est si bien vue ét réaliste,que c'est à croire que vous fréquentez beaucoup cet endroit de pur rien.A mourir de rire
La conversation des époux,surréaliste,ét comme toujours ,,ou ne comprendra rien,on ne verra rien(orgueil de ma part)vous partez sur d'autres considérations
Comme toujours la cruauté,,la bêtise humaine est masquée dans un "too much"ou personne ne sera concerné
Ce livre lucide est juste génial,ét tous les travers humains sont écrits avec brio et lucidité
Les messages,subliminaux,sont plus efficaces qu'une longue liste de cette triste humanité
Je pourrais trouver mille exemples,décortiquer chaque chapitre,je vais juste relire
Vous connaissez les compliments car ils sont si au dessus du lot,ét de loin,
Continuez dans cette veine,ce sera du bonheur pour les lecteurs
Je ne vous dis pas bon courage,vous êtes déjà dans la tribune des "grands"

Publié le 06 Mai 2020
5
Quel festival plumitif ! Quelle aisance, l’œil ! Respect ;-) ! De vous, j’avais déjà apprécié « L’Ere de la communication ». Déjà lu la première des nouvelles de ce recueil aussi (que j’aurais préféré plus concise, d’ailleurs). Ici, peut-être… Je ne sais plus. Quoi qu’il en soit, « Un monde parfait » est un hommage qui réjouirait probablement votre mentor. Humour grinçant, pessimisme et érosion émotionnelle y sont omniprésents. Bizarrement, je me suis surprise à ne pas saturer, l’absurde n’étant pas ma tasse de thé, en temps normal. Aussi me suis-je demandé pourquoi je n’ai pas décroché, pourquoi j’ai rapidement trouvé votre prose subtile et jubilatoire… et figurez-vous que j’ai trouvé la réponse : votre recueil est sous-tendu par une idée directrice qui lui donne une continuité, une cohérence. Je l’ai lu comme un pamphlet, une projection surréaliste des dérives humaines et sociétales. Bref, impression très nette d’un exercice plumitif qui n’a rien d’opportuniste, rien de gratuit. Alors merci pour cet excellent moment passé à vous lire, même si, franchement, votre plume est à donner des complexes ;-). Amicalement, Michèle
Publié le 03 Mai 2020
5
Bonjour, encouragements sincères, absurde comme nos vies, des vies trop cadrées seraient pénibles. Il y a du "Kafka" chez vous. Bref ! Par ces temps de confinement "ubuesques" qui peuvent amener à la révolte dans cette douce France, je vous offre 5 étoiles. C'est étonnant tous ces gens qui parlent de vous sans vous noter ... Bonne lecture à tous les auteurs LIBRES comme vous et moi sur monbestseller.com
Publié le 01 Mai 2020

"Un monde parfait" est le "Livre le +" du 1er mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/12934-un-mon.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié ses nouvelles sur monBestSeller.

Publié le 01 Mai 2020

Surréaliste... C'est un très beau qualificatif... D'ailleurs, cet ouvrage contient un hommage appuyé à... Tiens, j'ai oublié son nom. Mais qu'importe ! puisque l'hommage est là, disséminé dans les pages de ce livre. C'est tout ce qui compte. Et tous ceux qui m'auront fait l'honneur d'aller au bout des 27/79e donnés ici même en guise d'extrait sauront de qui je parle... Ils le sauront encore plus en allant au-delà de cet extrait, bien entendu, mais comme les choses commencent sérieusement à se corser dès la page 241 (c'est encore plus vrai pour la page 241,2 et la page 241,3, un peu moins pour la page 242, mais davantage pour la page 243, et ainsi de suite jusqu'à la page 721), cette délicate décision et l'aventure qui pourra en découler resteront à leurs risques et périls. Tels les trous noirs en astrophysique, il est des gouffres absurdes desquels on ne ressort pas. Par ailleurs, je tiens à préciser qu'un concours est organisé autour de cet hommage pour m'aider à retrouver le nom de la personne à qui je fais si souvent référence. En effet, le 2687e lecteur qui aura trouvé le nom exact de cette mystérieuse personne – sur les 195 qui m'auront lu –, gagnera un abonnement de 25 ans – oui, 25 ans ! –, irrévocable et incessible, au célèbre magazine hebdomadaire "Culture, cuisine et bricolage" qui, comme chacun le sait, parle de culturisme, de cucurbitacées, de cuisinières, de cuistots et de cuistres, de culs-de-jatte, de cuisses-madame et de culs-blancs, de culées, de culasses, de culottes et de cumulards, de cultes, de curés, de cure-pipes et de curetages, de cuvées, de culs-de-basse-fosse, de cuvettes... et de livres. Aussi. Un peu. Bref, de quoi survivre à n'importe quel confinement. Évidemment, il se peut qu'il n'y ait aucun gagnant à ce jeu-concours, non parce que personne n'aura trouvé le nom de ce célèbre inconnu, mais bien parce que je n'aurai toujours pas retrouvé le nom du bénéficiaire de cet hommage toujours aussi appuyé – mais des plus sincères – et que la profusion de noms qui m'auront été suggérés ne m'aidera pas à effectuer un choix statistique raisonnable, quand bien même celui-ci serait malgré tout totalement erroné. Ce qui priverait incidemment l'heureux gagnant de ce cadeau exceptionnel. Par avance, toutes mes excuses pour cette perte irrémédiable. Une solution de compensation sera proposée dans les toutes prochaines années. Merci de votre compréhension surréaliste. Surréaliste... C'est un très beau qualificatif... D'ailleurs, cet ouvrage contient un hommage appuyé à...

Publié le 29 Avril 2020

Tout à fait absurde comme vous dites et tout autant surréaliste. Mais assez délirant à lire aussi. Merci pour ce délectant partage.

Publié le 27 Avril 2020

Un recueil de nouvelles d'une très belle tenue. Et admirablement écrit, ce qui n'est malheureusement pas si courant et ajoute naturellement au plaisir de vous lire. Quant à votre imagination, a-t-elle des limites ?

Publié le 05 Avril 2020

Nouvelles présentes dans cet ouvrage :

Pandémie - Genèse 2.0 - Une journée ordinaire - Beauté industrielle - La parcelle de ciel - La greffe - C.H.U…buesque - L'hiver administratif - Le défunt - L'authentique authenticité - Human Foods Inc. - Bébé à la carte - Obsolescence programmée - L'authentique authenticité (la vie rêvée des rats) - L’ère des mutilés - Le décret - Le coq - Le quai - Accélérations - La Machine Multi-Temporelle - T.I.M.E. - La fin des temps - Le pacte de civilisation - L’usine - L'interview de Jean-Jacques Gourdin par lui-même - Le nègre littéraire - L'Arche - Le verrat prodigieux - You - Tous victimes - Tous coupables - Le pénis au pénal - Quartier haut, quartier bas - La complainte des terres mortes - L'éveil - Le bouton.

Afin d’éviter toute ambiguïté, il est important de préciser que toutes ces nouvelles, dont certains titres ou contenus peuvent paraître trompeurs, ont été écrites bien avant que n’éclate la crise du coronavirus…

Plus d’informations et de textes en téléchargement libre sur le blog de l’auteur…

Publié le 04 Avril 2020