Tout simplement, des paroles d'hommes ...

17 pages
Extrait
de Boris Phillips
Tout simplement, des paroles d'hommes ... Boris Phillips
Synopsis

Quatre intellectuels se réunissent régulièrement pour des repas.
Chacun d'entre eux a ses propres caractéristiques, tant de langage que de gestuelle.
Chacun d'entre eux a sa propre philosophie de la vie.
Ils ont un but commun : analyser l'homme, en tant qu'être sexué masculin, au travers de ses diverses formes de sensualité et de leurs réalisations.
Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas d'un bouquin de morale, bien au contraire... Je le souhaiterais ouvrage de "morales pluralistes..." !

9203 lectures depuis la publication le 31 Juillet 2013

Les statistiques du livre

  157 Classement
  146 Lectures
  -16 Progression
  4.5 / 5 Notation
  29 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

49 commentaires , 10 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @Gag a d'avoir ajouté cet extrait à votre bibliothèque.
En espérant qu'il vous plaira et vous donnera l'envie de lire l'intégralité de ce "bouquin de morales pluralistes".
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 02 Avril 2019

Cher @Boris Phillips, effectivement, je comprends mieux pour le côté "théâtral". Mais tu peux toujours la remettre au goût du jour si l'envie te prend.
Si toi tu es occupé par ton "labeur" de conseiller littéraire, moi je le suis pour une suite à "Macron, Napoléon des temps modernes ?" que j'ai sous-titrée provisoirement "2018 : Une année noire pour Jupiter". Tu imagines sans peine la matière ! J'attendais la lettre aux Français pour la conclure... en attendant une autre suite, soit après le 15 mars pour les conclusions du "grand débat national", soit à la fin du quinquennat. Je dépasse déjà les 50 pages. Je ne sais comment le catégoriser. C'est trop long pour le catégoriser Nouvelle. Essai ?
J'ai vu la tribune de Catarina Viti. Je n'ai pas encore commenté, mais j'en ai l'intention.
Amicalement.
Michel

Publié le 14 Janvier 2019

Cher @Michel CANAL, désolé du long délai mis à te répondre : il se trouve que mon "labeur" de conseiller littéraire, s'il est intellectuellement très enrichissant est aussi chronophage !
Ton analyse - suivant tes bonnes habitudes - va au plus juste.
Le côté "théâtral" vient du fait qu'au départ il s'agissait d'une pièce intitulée "Quelques hommes et leurs sexualités" qui fut donnée en lecture publique dans une salle parisienne à deux reprises en 2004.
Ce qui me semble le plus important à souligner est l'origine de ces deux textes. Tout se trouve dans l'initiative du psychanalyste Didier Dumas de former des "groupes de parole" sur la sexualité en réunissant divers membres du cercle de réflexion qu'il animait, "Le jardin d'idées". Nous fûmes quelques uns à vouloir sortir des "sentiers battus" de ces groupes pour en fonder un entièrement constitué d'hommes... Bien entendu, en se démarquant de l'habituel déballage de vantardises que sont les conversations masculines ayant trait aux femmes ; notre but était l'analyse basée sur nos vécus ! Ce qui ne nous empêcha pas de passer d'excellentes soirées gastronomiques et philosophiques, tu dois t'en douter...
Tu soulèves le problème - qui n'en est pas un - d'être sur monBestSeller. Je crois bien avoir été un des premiers à m'y lancer et à les empoisonner avec mes "deux mains gauches en informatique", mais ceci est une autre histoire. J'ai constaté l'apparition d'une nouvelle tribune dans la rubrique Actualité, à l'initiative de notre consœur Catarina Viti, justement à ce sujet... J'ai bien envie de trouver le temps d'y mettre mon grain de sel !
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 14 Janvier 2019

Merci à vous deux, @Pierre Paoli et @Sacha Marocci, d'avoir ajouté cet extrait de mon "traité de morales pluralistes" à vos bibliothèques... En espérance qu'il saura vous plaire ( ? - ! ).
Cordialement et avec humour.
Boris.

Publié le 14 Janvier 2019

Je le reprends en commentaire pour les retours à la ligne, impossibles avec la rubrique "notation".
Ah, cher @Boris Phillips, que j’eusse aimé te lire en 2013… toi tu existais déjà en tant qu’auteur qui te cherchais dans tes styles d’écrits, moi je n’avais encore pas songé à écrire et ne connaissais même pas l’existence de monBestSeller. Mon avis vient donc tardivement, après que tout a été dit. Te sera-t-il utile ? J’ai articulé mon commentaire dans un but précis (tu me connais : esprit d’analyse, formatage professionnel…)
— Le titre est bien choisi, le début du synopsis : « Quatre intellectuels… Chacun d'entre eux a ses propres caractéristiques… un but commun : analyser l'homme en tant qu'être sexué masculin, au travers de ses diverses formes de sensualité... » annonce précisément le sujet traité, que tu as catégorisé "Roman - Psychologique".
— Le ton est donné avec le sujet de la méditation du jour : "l’érection, la manière de la susciter, les effets, la conclusion logique, commentée de manière savante et éloquente", qui fait suite à celle du mois d'avant : "l’éducation du sexe, par et pour le sexe".
— Les personnages (qui existent dans la vraie vie), trois initialement : Campbell, un Anglais (veston croisé, chapeau mou, cheveux blancs, qui pose ses avant-bras sur ses cuisses quand il s'adresse aux autres ou attend une réponse, études de théologie avant d'entrer dans l'ordre des Jésuites ; Heinrich, un Allemand (fidèle à la casquette de marin, emmitouflé dans un caban, barbu fourrageant dans sa barbe, ancien ingénieur maritime) ; Ernest, le Français, cadet de l’assemblée (pantalon de velours côtelé brun, pull-over beige à col roulé).
Comme les trois mousquetaires, ils seront quatre à la fin de l’extrait. Charles, l’homme de service (pantalon et cravate noirs, chemise blanche, gilet cachemire fantaisie, croise et décroise souvent les jambes, câline affectueusement son dôme lustré). Viré par sa patronne, estimé "gabarit à leur mesure", il sera invité à prendre place auprès des trois autres (qualifiés de "penseurs", d'un aréopage d'intellectuels qui ne court pas les rues pour apporter la quatrième dimension aux conciliabules).
— Le lieu : la terrasse du restaurant "A la cocarde", assis autour d'un guéridon, ou chez l'un ou l'autre, chez Ernest la fois d’avant.
— Le texte : l’échange entre intellectuels de nationalités différentes contribue à la richesse du vocabulaire, propos croustillants, termes argotiques, de la sexualité taoïste. J’ai apprécié le choix des descriptions (poussées jusqu’aux caractéristiques vestimentaires et la gestuelle). L’introduction du quatrième personnage, simple barman mais observateur, qui parle allemand, s’immisce dans les conciliabules, surprend par son érudition et ses initiatives (comme celle de commander le repas). Il s'avèrera qu'il avait été professeur agrégé de philosophie. Son passé permet au groupe d’orienter la conversation sur la pédophilie et l’homosexualité.
Si j’ai autant détaillé mon commentaire, cher Boris, c’est pour en arriver à la conclusion que ton roman, de par sa conception, aurait pu faire une excellente pièce de théâtre.
J’ajouterai juste qu’il y a trop de propos en allemand (sans traduction). Cela nuit à l’attention des lecteurs. Autre défaut dont tu es conscient pour me l’avoir exprimé, la typologie : règles de bureautique, ponctuation aléatoire, texte trop compact. Ce texte perfectible fait partie de ton passé.
J’imagine ton plaisir pour l’écrire, et les excellents moments passés avec tes amis.
C’est toujours un plaisir de te lire.

Publié le 05 Janvier 2019
4
Ah, cher @Boris Phillips, que j’eusse aimé te lire en 2013… toi tu existais déjà en tant qu’auteur qui te cherchais dans tes styles d’écrits, moi je n’avais encore pas songé à écrire et ne connaissais même pas l’existence de monBestSeller. Mon avis vient donc tardivement, après que tout a été dit. Te sera-t-il utile ? J’ai articulé mon commentaire dans un but précis (tu me connais : esprit d’analyse, formatage professionnel…) — Le titre est bien choisi, le début du synopsis : « Quatre intellectuels… Chacun d'entre eux a ses propres caractéristiques… un but commun : analyser l'homme en tant qu'être sexué masculin, au travers de ses diverses formes de sensualité... » annonce précisément le sujet traité, que tu as catégorisé "Roman - Psychologique". — Le ton est donné avec le sujet de la méditation du jour : "l’érection, la manière de la susciter, les effets, la conclusion logique, commentée de manière savante et éloquente", qui fait suite à celle du mois d'avant : "l’éducation du sexe, par et pour le sexe". — Les personnages (qui existent dans la vraie vie), trois initialement : Campbell, un Anglais (veston croisé, chapeau mou, cheveux blancs, qui pose ses avant-bras sur ses cuisses quand il s'adresse aux autres ou attend une réponse, études de théologie avant d'entrer dans l'ordre des Jésuites ; Heinrich, un Allemand (fidèle à la casquette de marin, emmitouflé dans un caban, barbu fourrageant dans sa barbe, ancien ingénieur maritime) ; Ernest, le Français, cadet de l’assemblée (pantalon de velours côtelé brun, pull-over beige à col roulé). Comme les trois mousquetaires, ils seront quatre à la fin de l’extrait. Charles, l’homme de service (pantalon et cravate noirs, chemise blanche, gilet cachemire fantaisie, croise et décroise souvent les jambes, câline affectueusement son dôme lustré). Viré par sa patronne, estimé "gabarit à leur mesure", il sera invité à prendre place auprès des trois autres (qualifiés de "penseurs", d'un aréopage d'intellectuels qui ne court pas les rues pour apporter la quatrième dimension aux conciliabules). — Le lieu : la terrasse du restaurant "A la cocarde", assis autour d'un guéridon, ou chez l'un ou l'autre, chez Ernest la fois d’avant. — Le texte : l’échange entre intellectuels de nationalités différentes contribue à la richesse du vocabulaire, propos croustillants, termes argotiques, de la sexualité taoïste. J’ai apprécié le choix des descriptions (poussées jusqu’aux caractéristiques vestimentaires et la gestuelle). L’introduction du quatrième personnage, simple barman mais observateur, qui parle allemand, s’immisce dans les conciliabules, surprend par son érudition et ses initiatives (comme celle de commander le repas). Il s'avèrera qu'il avait été professeur agrégé de philosophie. Son passé permet au groupe d’orienter la conversation sur la pédophilie et l’homosexualité. Si j’ai autant détaillé mon commentaire, cher Boris, c’est pour en arriver à la conclusion que ton roman, de par sa conception, aurait pu faire une excellente pièce de théâtre. J’ajouterai juste qu’il y a trop de propos en allemand (sans traduction). Cela nuit à l’attention des lecteurs. Autre défaut dont tu es conscient pour me l’avoir exprimé, la typologie : règles de bureautique, ponctuation aléatoire, texte trop compact. Ce texte perfectible fait partie de ton passé. J’imagine ton plaisir pour l’écrire, et les excellents moments passés avec tes amis. C’est toujours un plaisir de te lire.
Publié le 04 Janvier 2019

Eh oui, cher ami @Michel CANAL, je suis un "petit cachottier".
J'avais bien pensé à donner un sous-titre à cet "ouvrage de morales pluralistes : « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe des Hommes... sans jamais oser le demander » ; seulement - tu connais mon immense modestie -, je n'ai pas osé de crainte de faire de l'ombre à Woody Allen.
Je ne suis, moi-même, pas trop présent sur mBS ces derniers temps : mon travail de "conseiller littéraire" auprès d'une consœur d'origine polonaise étant plutôt chronophage... Bref, et sans dévoiler un "secret des Dieux", attends-toi à un scoop dans les mois qui suivent.
Pour moi, « Tout simplement… » est un "ouvrage de jeunesse" à la typographie imparfaite ; aussi et surtout, une "mise en scène" de conversations qui eurent une réalité tangible.
Ton avis sera le bienvenu !
Bonnes Fêtes à toi en attendant que nous partagions de nouveau une table.
Amitiés.
Philippe.

Publié le 24 Décembre 2018

Petit cachottier, Boris ! Je ne vois (par un pur hasard, en allant jeter un oeil dans mon groupe : Les amis de Claire) que ce soir cette information sur l’extrait de ta publication dans mBS. Je ne suis pas très présent ces derniers mois sur Fb. Je me ferai un plaisir de te lire.
Je viens de lire les premières pages et de le rentrer en bibliothèque.
Nous sommes à Nice en ce moment jusqu’à la fin du mois, pour une nouvelle mission de homesitting.
A bientôt donc, pour un avis sur tes dîners d’intellos.
Amitiés. Michel.
PS : je travaille en ce moment sur la suite de "Macron, Napoléon des temps modernes ?" Il y a matière à relancer l’échec de mai 2018 qui n’a pas été un bis repetita de "Mai 68", la marée populaire de la convergence des luttes et des mécontentements organisée le 26 mai n’ayant été qu’un "flop". Les événements récents à l’initiative des Gilets jaunes ont relancé les mécontentements.

Publié le 23 Décembre 2018

Merci, @Ozlem2018, d'avoir mis cet extrait dans votre bibliothèque.
En espérant que nous aurons l'occasion d'engager un dialogue à propos des "morales pluralistes"...
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 15 Novembre 2018

Merci, @MaryLouise, d'avoir mis cet extrait dans votre bibliothèque.
En espérant qu'il saura vous plaire ( ? - ! ) et que nous engagions un dialogue à ce propos.
De mon côté, je ne vais pas manquer de vous lire.
Cordialement.
Boris.

Publié le 20 Août 2018

Je vous remercie, @Letellier Patrick, de cette attention.
Puisse mon petit traité de "morales pluralistes" réjouir celles et ceux qui lisent votre page.
Cordialement.
Philippe.

Publié le 19 Juillet 2018

@tolotra12.
Merci d'avoir mis cet extrait dans votre bibliothèque.
J'attends le dialogue avec vous à son propos.
Cordialement.
Boris.

Publié le 01 Juin 2018

Merci @Ophélie E. des étoiles.
Il ne s'agit là que d’un extrait et le reste est du même tonneau.
Je pense que je vais surseoir à la pénitence : avec toutes les "malices" contenues dans ce seul livre, je serais condamné à égrener des chapelets jusqu'à la fin de mes jours.
Amicalement.
Boris.

Publié le 28 Mars 2018
5
@Boris Phillips Atmosphère à la Pagnol avec ses croustillantes descriptions (dans le maintien et gestuelle) de ces messieurs les penseurs philosophant sur l’érection. Des dialogues à mourir de rire. Tout y passe : clergé, Saint Jean Paul Sartre, homosexualité, pédophilie, plaisir de la femme et celui de la gent masculine (confirmant la thèse que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus), patronne pas commode en arrière-plan dans son troquet. Je me suis régalée à vous lire. Pour votre peine, une trentaine d’actes de contrition pour votre malice aggravée. Amicalement. Ophélie ;-) ???
Publié le 27 Mars 2018

@Philippe Clausels.
Merci d'avoir eu envie de lire le reste. J'ai choisi cet extrait car c'est le moment où le "groupe de parole" se forme réellement.... Comme je le disais : "bien des pages précèdent, d'autres suivent."
Le manque de notes de bas de page m'a déjà été signalé et une nouvelle version - probablement en format papier - sera pourvue de traductions.
Ne vous inquiétez pas, je vais vous lire attentivement... Il se trouve que en plus de mes activités multiples, je suis - comme pas mal d'intellos - assez lent !
Cordialement et avec humour.
Boris.

Publié le 07 Février 2018
4
DE PHILIPPE CLAUSELS A @BORIS PHILLIPS L'EXTRAIT INCITE A LIRE LA SUITE. SEUL BEMOL LES PHRASES EN ALLEMAND MAIS CE N'EST PAS L'ESSENTIEL! PARMI VOS NOMBREUSES ACTIVITES N'OUBLIEZ PAS DE ME LIRE ET DE COMMENTER S'IL VOUS PLAIT. BONNE JOURNEE MALGRE LA PLUIE!
Publié le 06 Février 2018

@Philippe Clausels.
Il ne me reste donc qu'à vous souhaiter "bonne lecture".
Cordialement.
Boris.

Publié le 23 Janvier 2018

PHILIPPE CLAUSELS à @BORIS PHILLIPS
JE VIENS DE DEBUTER '' TOUT SIMPLEMENT DES PAROLES D'HOMMES'' ... A BIENTOT

Publié le 22 Janvier 2018

@Marguerite Rothe.

Merci de vos pertinentes critiques; étant le seul "membre actif" de "l'équipe rédactionnelle", je me permets d'y répondre.

Je ne vous prends pas pour le "lecteur lambda". Il se trouve que vous n'avez qu'une vue partielle et "floutée" de ce roman...
J'ai choisi cet extrait de 17 pages car c'est le premier moment où les quatre acteurs échangent réellement.
Je vous invite donc à lire la "version intégrale" en suivant ce lien: "http://plume-direct.fr/detail-porduit.php?ref=393" ( ? - ! ).
Je ne doute pas que vos "frustrations" en ressortiraient comblées.
L'érection n'est pas l'unique sujet de ce traité de "morales pluralistes"; le plaisir (demandé et reçu) par l'être sexué féminin constituant un autre "leitmotiv" de mes pages.

Roman ou théâtre, théâtre ou roman? Vaste question!
La pièce "Quelques hommes et leurs sexualités." est toujours sur mon établi "d'artisan obsessionnel" de l'écriture...
Les "planches" sont pour bientôt et je compte en assurer la mise en scène... Sans prétendre au talent, ni à l'ego de Sacha Guitry!

Amicalement, avec humour et tout en "nuances dialectiques".
Philippe.

Publié le 25 Septembre 2016
4
Écouter vos quatre intellectuels masculins discourir sur le thème de « L’érection » peut conduire à la frustration, du point de vue du lecteur lambda. C’est un peu comme si celui-ci regardait une revue cochonne dans laquelle l’équipe de rédaction aurait prit un malin plaisir à flouter toutes les photos. Ceci dit, j’avoue ne pas avoir pas su apprécier toute la saveur de votre texte. Pour ce qui est de sa forme, j’imagine qu’un de ces quatre vous devrez vous décider une bonne fois pour toutes : roman ou théâtre, il faudra choisir ! Encore un détail, mais qui a son importance : mettre en notes les traductions de toutes les expressions en Allemand ; images floutées, son coupé, Boris, qu’attendez-vous pour virer cette équipe rédactionnelle ! Merci Boris pour le partage, je reviendrai vous voir ! Bien à vous, Marguerite.
Publié le 24 Septembre 2016
5
@ de clercq. Si vous comptez lire tous les Boris Phillips, je vous souhaite bien du courage! J'attends vos appréciations ( ? - ! ). Cordialement et avec humour. "Bonne lecture". Boris Phillips.
Publié le 16 Août 2016

@Boris

J'espère vous lis bientôt...

Publié le 12 Août 2016

@ Lorie19.
Vous le saurez en lisant la version intégrale en ligne dont vous avez la référence ci-après: http://plume-direct.fr/detail-porduit.php?ref=393...
Je sais, ce n'est pas beau de faire le "mercanti" mais, je n'ai pas (encore) le "Nobel" de littérature!
Fort cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 27 Mai 2016

@Zultabix.
Merci pour les étoiles... Et, pas question de mettre de l'ordre dans les phrases: les lecteurs n'auraient plus aucun effort à faire!
Le plus drôle est que ces dialogues sont tirés de notes que j'avais prises lors d'un groupe de recherche psychanalytique sur la sexualité masculine dont je faisais partie... J'ai, effectivement, "ajouté de la couleur" aux protagonistes pour en faire des personnages de comédie... Nous nous réunissions, réellement, chaque mois autour d'une table (en général chez moi) afin d'échanger des propos à la fois badins et profonds.
Ainsi que me l'avait suggéré Annie Pic, je songe à rajouter des commentaires en voix off féminines: cela ferait une excellente pièce de théâtre; du moins je crois ( ? - ! ).
Merci aussi des qualificatifs que tu emploies à mon égard, tu dois te sentir moins seul!
Boris.

Publié le 23 Mai 2016
5
Le pape de l'abstraction conceptuelle dans la langue hybride de Pascal et d'Arthur Schopenhauer est né ! Trois pseudos intellos dissertent à bâtons rompus autour d'un guéridon sur l'inverti qui sommeille dans les roustons de chaque mâle, sur Sappho (la poétesse de Lesbos) qui sommeille dans l'utérus des bigotes, sur Jean-Paul Sartre et son impuissance. Débarque alors un loufiat, ex prof de philo, congédié par l'Education National pour attouchement sur un mineur, et recongédié par l'estaminet où il bosse pour accointance verbale avec les trois pseudos intellos sus-nommés. C'est foutraque comme jamais, déluré comme jamais, ça explose de partout comme les fusées d'un feu de 14 juillet lancé par un aveugle. Bref, c'est du Boris Phillips tout craché. Le nouveau plat du jour d'un vrai dingue de l'écriture. Le jour où ce gars parviendra à mettre ses phrases dans le bon ordre, il sera un génie incompris par les uns, déifié par les autres ! Bien à toi ma crapule érotomane et longue vie à ta folie douce !
Publié le 23 Mai 2016

@Lorie19.
Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque.
J’attends vos impressions.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 29 Avril 2016

@Elisa Galam.
Je vous remercie de votre confiance.
Je vais vous lire, sans faute mais à petites doses...
J'apprécie la poésie pour participer régulièrement, aux "défis" de "Affichettes des Poètes" et la version "roman" de "Bossuet était un c..." sera remplie de quelques uns de mes essais dans cette forme d'art de la plume...
Bonne soirée à vous.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 23 Avril 2016

@Boris Phillips Bonjour Boris,
Je m'aperçois que vous avez écrit de nombreux ouvrages, je glisse donc le premier dans ma bibliothèque. Je reviendrai vers vous dès ma lecture terminée. Très belle soirée.
Elisa

Publié le 23 Avril 2016

@Huguette C.

Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque...
J'attends avec impatience votre appréciation ( ? - ! ).
Boris.

Publié le 29 Juillet 2015

@Marie Tidm.

C'est très gentil de votre part de m'avoir mis dans votre bibliothèque... J'attends, avec une impatience non dissimulée, votre note ainsi que vos critiques ( ? - ! ).

Si j'en juge à votre pseudo, vous devez être une femme...
Vous allez-vous rendre compte, à la lecture de cet opus, que j'éprouve un immense respect pour les personnes féminines!

Fort cordialement de la part d'un "jeune écrivain".
Boris.

Publié le 06 Juillet 2015

@Mathilde Charmant.
Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque... J'attends vos appréciations.
Cordialement.
Boris.

Publié le 09 Mars 2015

J'espère A. A. Que celui-ci (aussi) va vous plaire... J'attends, avec impatience, votre note ainsi que vos appréciations ou critiques...
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 12 Février 2015

@ Juanito71 et Syssy888; merci de m'avoir mis dans vos bibliothèques...
J'espère que cet extrait vous a incité à acheter la version complète...
Ayez autant de plaisir à lire que j'en eus à écrire!
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 09 Octobre 2014

@Durousset-Briche;
Quel courage! Vouloir lire tous les "Boris Phillips"... Attention à "l'overdose"!
Cordialement.
Boris.

Publié le 02 Juin 2014

@Magali.
Si vous comptez, réellement, lire et noter tous les "Phillips", je peux vous prédire une sérieuse migraine...

Cordialement.

Boris Phillips

Publié le 10 Mai 2014

MDR... toujours suite à ta réponse sur mes "Chers équipiers"... non que tu n'es pas un polygraphe, tu es un psychographe !

Bon courage... lol... !!!

Sophie... "ondin'graphe" (trop drôle!)

Publié le 21 Avril 2014

Suite à ta réponse sur mes "Chers équipiers"... dont je te remercie.

Boris... pourquoi te penches-tu seulement sur la psychologie masculine ??????????????

Ch't'assure que la féminine vaut la peine aussi... lol... la preuve, je ne l'ai jamais comprise !!!

Sophie

Publié le 21 Avril 2014

@Michel.
Merci de votre note... J'ai eu grand plaisir à écrire ce roman... Comme je l'ai déjà précisé, il n'est pas fini!
attendez que les voix féminines viennent s'en mêler!
Nos plaisirs d'hommes n'en seront que plus forts... Je veux dire intellectuellement!
Cordialement.
Boris / alias...

P.S. Le "alias" est de trop, vous connaissez mon patronyme!

P.P.S. je vous ai envoyé le pdf de ma pièce, l'avez-vous reçu?

P.P.P.S. Continuez à me réjouir de votre littérature, vous lire est un plaisir, et je suis un connaisseur!!!!!

Publié le 29 Mars 2014

@shadow.
Merci de votre confiance pour m'avoir mis dans votre bibliothèque.
J'attends votre note et votre appréciation... Il n'y a que ainsi qu'un auteur peut progresser!
comme je le précisais à une autre lectrice, ce roman n’est pas encore fini... Les voix-off féminines courent dans ma tête, formant des échos qui vont, bientôt se concrétiser sur le clavier.
J'espère que vous aurez autant de plaisir à lire que j'en ai eu à écrire.
A bientôt et cordialement.
Boris / alias...

P.S. dans les jours prochains, je vous envoie les invitations à lire les autres "Phillips"... Pour l'instant, je suis très pris par la préparation d'une conférence dont le sujet est: "Madame Bovary, roman de Gustave Flaubert, revu et corrigé par Boris Phillips et dialogué en argot"; tout un programme!!!

Publié le 29 Mars 2014

@Annie Pic.
Je pense de plus en plus aux voix-off: il en faudrait plusieurs suivant les intervenants!
Vous êtes de très bon conseil et je vous en remercie... Vous aurez, sans aucun doute, droit à une petite dédicace dans l'exergue de la nouvelle version!
Cordialement.
Boris / Philippe.

Publié le 25 Mars 2014

@Annie.
Vous avez, sans doute, raison...
Effectivement, une voix-off aux accents juvéniles, serait amusante si elle ajoutait des réflexions piquantes sur ces "vieux" en train de pontifier!!!
Je vais y songer pour une prochaine version!
Merci du conseil.
Cordialement.
Boris / Philippe.

Publié le 22 Février 2014

Boris, c’est votre œuvre et je respecte tout à fait votre point de vue d’auteur. Moi en tant que lectrice, j’aurais pris un plaisir supplémentaire, si une voix féminine s’était amusée, sur certains propos, à titiller ces paroles d’hommes. À mon sens cela n’aurait rien changé, ni au titre ni au propos.
Bon courage pour votre pièce de théâtre…
Bien à vous
Annie

Publié le 21 Février 2014

@Annie.
Il me faut vous préciser que, au départ, il s'agissait d'une pièce de théâtre... Qui va, sans doute, revenir sous cette forme bientôt!
Il est un point sur lequel je ne puis être en accord: l'intrusion d'une"voix-off" féminine ferait que le titre et le propos ne seraient plus justifiés; il s'agit d'hommes (quelles que soient leurs options) qui parlent, entre eux, de la sensualité des êtres masculins; d'autre part, les ami(e)s à qui j'ai fait lire cet essai avant de le publier sur le site, ont tellement ri au personnage de la "maquerelle" que je m'en serais voulu de faire de la redondance; enfin, les femmes sont tellement présentes, page après page...
Je travaille, à l'heure actuelle, à une réécriture de ma pièce de théâtre "Elle voulait que j'écrive sur elle..."... C'est un labeur; un "beruf", comme le dirait l'ami Heinrich... Je ne sais comment entrer dans la peau d'un personnage que je trouve si odieux! Résultat vers la fin du mois!
Cordialement.
Philippe Aragon / alias Boris Phillips.

Publié le 21 Février 2014
4
Bonjour Boris, La nature de vos personnages et le cadre de l'action constituent le noyau créateur du genre. Cela donne de véritables scènes théâtrales avec de belles touches de couleurs que sont les mots et les expressions. Le livre fonctionne, mais il aurait pu être encore plus truculent si une voix féminine off s’était invitée dans ces pittoresques débats sexuels.
Publié le 20 Février 2014

@Calinemo.
Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque!
J'espère que vous aurez autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'écrire... Et que votre note va s'en ressentir!
Il y a d'autre "Phillips" sur ce site... Pour l'instant laissez de côté la pièce de théâtre "Elle voulait que j'écrive sur elle...", j'en suis très mécontent en suis en train de la réécrire... Résultat à la fin du mois!
Cordialement.
Boris.

Publié le 16 Février 2014

@François Collette.
Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque. J'attends votre note ainsi que vos appréciations.
J'espère que vous aurez autant de plaisir à lire que j'en ai eu à écrire!
Cordialement.
Boris.

Publié le 12 Février 2014

@Annie. Un de mes pseudo a mis votre livre dans sa bibliothèque... Aarghh, c'est terrible le dédoublement de personnalité!
Cordialement.
Boris / Philippe.

Publié le 12 Février 2014

Bonjour Boris,

Je viens de commencer votre roman, je reviendrai vers vous dès que j’en aurai terminé la lecture.
Pour répondre à votre question, suite à mon commentaire sur (Galerie de portraits…)
J’ai publié sur MBS trois livres “Aux frontières de l’âme”, “L’origine des mondes”, et quelques “Nouvelles” faisant partie d’un recueil.
J’écris de la SF qui rejoint quelque part le domaine du fantastique, mais j’aime aussi dans mes romans, faire voyager dans l’irréel, à l’aide du pur fantastique.
Ce registre de roman que j’affectionne par dessus tout n’est pas encore apprécié dans le monde littéraire. Mais qu’importe, je n’attends rien, sauf, peut-être, qu’enfin le lectorat français évolue vers une autre façon d’appréhender ce genre de littérature.

Bien à vous.
Annie

Publié le 12 Février 2014

@Annie Pic.
Que vous dire, sinon la même chose qu'à Marie-Jeanne?
Allez, soyons, un peu, original: il y a quatre autre "Phillips"... Ne tenez pas trop compte de la pièce de théâtre qui est en pleine réécriture... Résultat à la fin du mois!

Amicalement.

Boris.

Publié le 04 Février 2014

@Marie-Jeanne.
Merci de m'avoir mis dans votre bibliothèque... J'attends votre note et votre appréciation... En attendant, régalez-vous de ces personnages qui, je le précise, existent et sont mes amis... Même s'il y a, parfois, un peu de moi!

Amicalement.

Boris.

Publié le 04 Février 2014

vous pourriez m'envoyer le fichier en pdf que je le lise sur papier ? Si possible..merci..

Publié le 01 Février 2014

@Laure.
Merci de la note ainsi que du beau commentaire dans une langue qui, apparemment, nous est chère et que, malheureusement, je ne pratique plus assez... Mais bon, dans le Loir et Cher (vous êtes trop jeune pour vous souvenir de cette chanson de Michel Delpech!) les slavophones sont assez rares!!!

Je suis en train de finaliser la nouvelle version de cette nouvelle qui devient un "roman philosophique" (ou psychologique ? - !)... Les personnages y ont beaucoup plus de profondeur aussi bien dans leurs paroles que dans leurs gestuelles... Je ne vais pas manquer de vous envoyer une invitation à lire!!

Eti Mouisli eto nie tot moï... Oni proskhodiat, ossobienno, moïei koultur...

Amicalement et à très bientôt.

Boris / Philippe.

Publié le 24 Janvier 2014

@Zema Birdy.
Si vous avez aimé cette première version, attendez la seconde qui va paraître vers le 20 de ce mois... Je m'en suis déjà expliqué devant d'autres lecteurs et lectrices.
S'il est question de "se lâcher", ma favorite parmi mes production est la "Galerie de portraits....": souvent des désillusions y transparaissent; mais surtout un immense espoir!
Merci de votre appréciation.

Boris

Publié le 05 Janvier 2014
4
Bonsoir Boris Philipps en vous lisant, j'avais l'impression d'être une petite souris espionnant des conversations... Ma préférée de vos nouvelles est la N°2. Cela n'engage que moi, mais j'ai l'impression que vous vous lâchez plus ? Cela dit il n' y a pas que les hommes qui pensent ou écrivent à leur mère dans les moments difficiles voire insupportables, les femmes aussi... j'ai passé un bon moment. Zema
Publié le 04 Janvier 2014

@Eric Viard-
Merci pour le commentaire élogieux!
Ainsi que je le précisais à une autre lectrice, le bouquin est en pleine évolution...
J'ai beaucoup de doutes quant à d'autres de mes productions: "Elle voulait que j'écrive sur elle" n'a eu aucun succès...
Quant à "Tout simplement, des paroles d'hommes...", les personnages existent vraiment et (ce qui compte énormément) ils sont toujours mes amis...
En attendant la plaisir de vous lire de nouveau et surtout de recevoir vos critiques qui, pour moi, ne peuvent être que constructives.

Boris

P.S. Bien entendu, Boris Phillips est un pseudo... Mon patronyme est bien trop connu en littérature!!

Publié le 02 Janvier 2014

Au bout de trois pages, je souriais tout le temps, pris par le dialogue, très riche et fort. Je les vois sur scène, exubérants, sous le soleil.. J'adore..

Publié le 02 Janvier 2014

Merci Laurence R. d'avoir soutenu ce bouquin écrit par l'un de mes avatars.
A l'heure actuelle, ce livre est en pleine refonte: je trouvais le personnages de Ernest bien trop pâlot. Aussi ai-je décidé d'en faire un adepte de la sexualité taoïste; donc de lui donner une autre dimension philosophique.
Je rajoute aussi une scène (vécue en temps que témoin) sur la perversion mentale que peut engendrer la "possession de l'être" dans un couple...
Le résultat devrait paraître aux alentours du 20 janvier...
Il me serait très agréable que vous lisiez mes autres écrits... Ils sont inégaux; je le sais, la pièce de théâtre a fait un gros "flop"...
Votre avis, comme ceux des autres lecteurs, m'importe énormément!
J'ai tardé à vous répondre... Comme peut en témoigner notre charmante coordinatrice sur le site, Élisabeth: j'ai deux mains gauches dès qu'il s'agit de jouer avec l'informatique... Oui, j'ai appris à écrire à la plume "sergent Major"!
Salutations amicales.
Boris.

Publié le 29 Décembre 2013
5
moi aussi
Publié le 21 Décembre 2013
5
Je soutiens ce livre, je le partage.
Publié le 04 Décembre 2013