Le cercle vertueux du partage entre auteurs

52 pages de Michel CANAL
Le cercle vertueux du partage entre auteurs Michel CANAL
Synopsis

J’avais publié en 2017 la rétrospective de nos échanges avec Céline Vay. Alfred Anchetain, nouveau venu à monBestSeller, m’a proposé de faire de même après nos nombreux échanges par courriels à propos de nos écrits érotiques sur le thème « Comment écrire un livre érotique », nos points de vue à ce sujet étant quasiment opposés, hormis le souci d’une écriture soignée et une certaine pudeur.
Vous lisez avec délice une nouvelle ou un roman érotique, et elle (ou il) vous inspire, au point d'avoir envie de l'écrire autrement ! C'est ce qu'a fait Alfred Anchetain en imaginant une autre histoire avec les mêmes personnages de "L'éveil de Claire"... et ça marche ! "Ma rencontre avec Claire" est déjà bien placée au classement monBestSeller.
Bonne lecture, amis auteurs !

Publié le 15 Mai 2021

Les statistiques du livre

  215 Classement
  112 Lectures 30 jours
  1328 Lectures totales
  -2 Progression
  81 Téléchargement
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

13 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Encore merci @Jean-François JFMA Moreau, j'en profite pour faire savoir à mes lecteurs quelle double chance j'ai eue à l'aube de ma vie où un jeune homme s'intéresse à la sexualité. La curiosité (mais aussi la possibilité) envers les livres dits "licencieux", et cette rencontre inespérée.
Je mesure encore aujourd'hui l'avantage considérable d'avoir été initié par une "experte" pour me faire découvrir généreusement la carte des plaisirs. Ça m'avait paru presque normal à l'époque. Ce sont mes amantes qui plus tard, m'ont permis de comprendre que ce que je leur faisais découvrir à mon tour n'était pas une généralité. Cette initiatrice m'avait fait un sacré cadeau qui a été le point de départ d'un cercle vertueux !
Vous avez raison, les retours de ce cercle vertueux ont sans doute été déterminants pour faire de moi un auteur, ce que je n'avais pas envisagé.
Avec ma plus vive sympathie, cher Jean-François. Comme il me tarde de pouvoir me plonger dans vos écrits !

Publié le 03 Novembre 2021

@Michel CANAL Merci pour cette rapide et longue réponse à mon commentaire. J'ai lu vos ouvrages et les ai beaucoup aimés. Je suis heureux de savoir que votre vie sexuelle, initiée sous la bannière de la littérature polissonne et d'une belle cougar, s'est développée pour vous épanouir en faisant de vous un auteur qui nous réjouit grâce à cette luminosité.

Publié le 31 Octobre 2021

Cher @Jean-François JFMA Moreau, un commentaire bienvenu que je ne bouderai pas, surtout émanant d’un auteur prolifique qui sait de quoi il parle.
J’imagine combien vous avez dû vous faire plaisir à écrire à quatre mains avec une personne du sexe opposé qui s’est proposée d’elle-même. A dire vrai, j’aimerais lire votre "La Fête à Éloïse ou la genèse d'un roman érotique". Je vais aller voir sur cette plate-forme concurrente que je ne connaissais pas.
Pour ce qui me concerne, l’écriture à quatre mains a été seulement une opportunité, dans la continuité d’une rétrospective que nous avions publiée conjointement, une auteure et moi-même, pour faire connaître l’aspect positif que peuvent avoir des échanges même lorsqu’ils commencent sur un malentendu. Rien à voir bien entendu avec "comment écrire un livre érotique" ou "écrire un livre érotique", comme vous l’avez fait avec cette Elodie S.
J’ai par contre aimé écrire des romans érotiques, ceux de ma page d’auteur sous mon nom, d’autres sous pseudo.
Je suis d’accord avec vous pour initier les jeunes avec des ouvrages de référence tels que "Prélude Charnel", de Sermaise. J’ai moi-même été friand de lectures érotiques à l’âge des premiers émois testostéronés, ce qui m’a permis peut-être cette rencontre (je ne crois pas au hasard) avec ce qu’on nomme aujourd’hui une "cougar" et une sexualité heureuse toute ma vie.
Avec toute ma sympathie.

Publié le 30 Octobre 2021
5
Merci pour cet ouvrage auquel je réagis parce qu'il pose d'emblée la question de la motivation qui pousse un homme ou une femme à se lancer dans l'écriture de livres érotiques et/ou franchement pornographiques, si tant est qu'il soit possible d'en faire la différence. Moi, c'est à 83 ans, sous mon vrai nom, sur un site "concurrent", Atramenta.net, que je me suis lancé dans cet art sous la bannière de "La victoire du dieu Éros contre le diable Thanatos", le psychiatre appréciera. Ce fut, le 1er avril 2021, comme un coup de pied pour émerger à la surface de la piscine, que, moi, médecin malade d'une polypathologie mortelle qui souhaitais le soir ne pas me réveiller vivant le matin suivant, j'envoyai à une certaine Chloé un message lui proposant d'écrire ensemble un roman érotique à quatre mains. J'ignore pourquoi il aboutit à une Élodie S. qui, laconiquement, m'offrait son partenariat. A partir de rien et avec elle, le 1er juin parut "La Fête à Éloïse ou de la genèse d'un roman érotique écrit à quatre mains", suivit de quatre autres romans dont je suis le seul auteur. Bien entendu, ils sont imparfaits dans le genre mais ils ont trouvé leur public, avec des scores qui sont microscopiques par rapport aux vôtres, mais cela ne m'importe en rien. Le résultat fantastique a été une résurrection spectaculaire et je fais même le projet d'être le téléspectateur des JOs 2024 de Paris. Une vraie catharsis! Vos digressions sur l'historique du genre m'amène à vous citer "Prélude Charnel" de Sermaise que j'estime qu'on devrait donner à lire à tous les garçons et les filles dès l'âge qu'ils ont pour regarder les sites porno du Web. Régine Deforges l'avait réédité, une référence. Merci encore mille fois et félicitations.
Publié le 30 Octobre 2021

Merci @Louis Morot pour votre commentaire pertinent.
Oui, c’est un sujet universel qui touche du monde. L’évolution qui a été observée au 20e siècle dit quelque chose, en particulier chez la Femme, sortie de plusieurs siècles de domination patriarcale, d’infantilisation et même de statut juridique en faisant une "incapable". Mais des avancées qu’elles ont dû arracher par un combat parfois pied à pied... et on le voit encore actuellement, jamais définitivement acquis.
A titre d’info, au moment où Simone de Beauvoir publiait "Le deuxième sexe" (1949), 80% des Françaises ignoraient ce qu’était l’orgasme. Ce détail est révélateur sur la pauvreté sexuelle. Il explique aussi pourquoi les hommes fréquentaient les professionnelles du sexe ou avaient une maîtresse.

Publié le 28 Juin 2021

Exposé intéressant sur un sujet universel( le désir, le sexe) qui touche du monde. L'auteur analyse non sans un certain recul et une certaine finesse l'érotisme depuis 1 siècle et la manière de l'aborder de certains Ecrivains, Ecrivaines ( exemple Françoise Sagan...).

Publié le 27 Juin 2021

Cher Michel, le plus important est de savoir que tu as des amis, des amies aussi... et une en particulier qui t’apprécie et qui admire ton travail d’écrivain. Tu es trop modeste en te disant "auteur".
Bises. C...

Publié le 31 Mai 2021

@cats008, que te dire sinon merci pour ton passage qui m'indique en plus que tu suis discrètement mon parcours "littéraire". Saurai-je un jour qui est cette mystérieuse C... admiratrice de Claire et qui me connaît si bien ?
Merci en tout cas pour ta fidèle amitié qui me rappelle toutes ces années passées dans le plaisir d'animer ces groupes sympathiques lors des visites mensuelles auprès des vignerons, prolongées par le déjeuner dans un bon restaurant voisin, et des balades bucoliques dominicales dans notre belle région. Tout cela est déjà loin, et pourtant si présent dans mon esprit. J'étais flatté d'avoir toujours eu dans mes groupes, même pour l'oenologie, une majorité de femmes. Et tu es probablement l'une de celles-là !
Avec toute ma sympathie. Bises à toi.

Publié le 21 Mai 2021
5
Cher Michel, je te retrouve avec le meilleur côté de toi, celui que je préfère, celui aussi que nous sommes nombreuses à aimer de ta personne. Ça te va bien de te mettre à nu. J'envie celle qui partage ta vie et qui est aussi mon amie. Continue à nous surprendre et à nous éblouir par tes écrits qui fleurent bon l'amour ou plus sérieusement l'Histoire. Bises à vous deux. L'amie discrète qui cultive l'admiration dans le secret. C...
Publié le 21 Mai 2021

@Michel CANAL Moi qui t'ai lu il y a longtemps, qui ai eu connaissance de tes commentaires ou de tes réponses au commentaires de tes lecteurs, ou encore de tes partages sur ta page Facebook, j'ai retrouvé les mêmes arguments dans ce recueil. Dès le départ, tu as joué la carte de la transparence dans ta démarche d'écriture, tu n'as jamais ressenti le besoin de la justifier autrement que comme tu le fais avec Alfred, dans cet échange. Tu sais que parmi les qualités que j'apprécie le plus chez mes congénères, il y a la lucidité et la cohérence... Alors merci de les posséder et de m'en avoir souvent fait profiter.
Bises et bonne soirée, ami amoureux de l'amour. Parfois, je me demande si c'est le prénom qui nous prédestine à cet état ;-).
Michèle

Publié le 20 Mai 2021

@lamish, j'ai fait preuve de persévérance pour retrouver l'analyse que j'ai mentionnée dans le commentaire précédent... il fallait remonter, dans les publications du groupe "Les amis de Claire", au... 17 février 2018 (tu imagines ?). Au passage, j'avais le vertige en constatant le nombre de publications.
Il s'agissait donc d'une "étude" de "OPNASK.COM" sur mon autobiographie.
Pour ce qui me concernait, le titre était déjà en soi révélateur : « Michel : le Guide d'une vie amoureuse épanouie ». J'avais commenté ainsi : Un titre qui me convient et qui me plaît !
Quant à l'analyse ci-dessous, je trouve que pour l'auteur de L'éveil de Claire, ceux qui auront lu les deux opus seront d'accord avec son contenu.
« Le récit de la vie de Michel Canal serait donc une longue histoire d’amour... car Michel est amoureux de l’amour ! Et son expérience sur le plan sentimental est telle que son autobiographie serait sans doute un joli petit guide, un poil fleur bleue, des plus belles expériences à connaître... et à éviter ! Car Michel est aussi le premier, heureusement, à sourire de ses déboires amoureux. »
Voilà, Michèle, qui est l'auteur de L'éveil de Claire ! Je t'embrasse.

Publié le 19 Mai 2021

@lamish,
Merci Michèle pour ton passage dans nos échanges sur un sujet devenu "très" sociétal depuis au moins l'époque qui nous a vus naître (échanges qui t'en rappelleront d'autres avec qui tu sais).
Avec ces deux échanges sur mes écrits, j'ai été contraint de me mettre à nu jusqu'au dernier rempart préservant ma pudeur. Gérard l'avait déjà compris en 2017 quand il avait écrit : « La lectrice n'a pas peur de présenter son opinion sous forme d'énigmes qui inquiètent l'auteur, l'obligeant à fournir des précisions et des explications qui touchent à l'intime, que l'on répugne plutôt à trop mettre en lumière. En d'autres termes, la lectrice accule l'auteur dans tous les recoins où il préfère se cacher... »
Là, j'avais (comme je t'en avais fait la confidence) un autre gabarit pour la contradiction. Un auteur écrivant seulement pour se distraire, mais un fouineur voulant tout savoir sur mon histoire, dont la singularité et l'exception dans une vie échappaient à son expérience de médecin-psychiatre.
Tu as très bien analysé nos différences d'approche et de mentalité, d'autant plus qu'enfant de l'amour, ma vie s'est construite avec l'aide de femmes auxquelles je dois tout... Il y a eu une femme à chaque étape de ma vie, de mes réussites ou de mon ascension professionnelle, grâce à la motivation qu'elles suscitaient (un peu comme les victoires italiennes de Bonaparte remportées avec ardeur grâce à son amour pour Joséphine et au désir de vite la retrouver à Paris). J'espère le leur rendre à travers mes écrits. Dans un test auquel je m'étais livré sur Facebook, j'appartenais à la catégorie des « amoureux de l'amour »... J'avais trouvé que ça me correspondait assez bien, ce dont ma contradictrice de l'époque s'était un peu moqué, elle qui n'avait pas cette chance dans ce domaine.
Excuse la longueur de mon propos, chère Michèle... je suis intarissable sur ce sujet !
Je t'embrasse.

Publié le 19 Mai 2021
5
Bonjour à vous deux. J'ai beaucoup apprécié cet échange ; votre franchise, vos divergences d'opinions exprimées dans le respect et la curiosité mutuels... C'est assez émouvant, pour une femme, de lire deux hommes qui se prêtent à ce genre d'exercice tout en évitant les écueils que sont fierté masculine et velléités phallocentriques... Pour te connaître, Michel, et avoir lu toute ton oeuvre, j'ai retrouvé l'homme amoureux que tu assumes être ; donc, pas de surprise ;-)... Ne vous connaissant pas, Alfred, je vais lire votre roman afin de gommer une première impression mitigée... Michel saura vous expliquer ma franchise, aussi me permets-je de vous avouer que j'ai parfois trouvé votre verbe "limite sexiste". Je me dis cependant que l'homme de réflexion que vous êtes n'est pas celui que j'ai cru identifier ; alors à très vite pour contredire mon propos, j'en suis certaine ;-). Merci encore à vous deux et belle journée. Amitiés, Michèle
Publié le 19 Mai 2021

@Michel Canal
La morosité ambiante pousse à la dépression. Même la sexualité peut en prendre un coup. Et, comme le dit une femme à la fin de votre texte : « Les livres érotiques ont pour but premier de s'échapper de son quotidien à travers une fiction qui émoustille... » C’est une forme de résilience. Les femmes étant souvent plus proches de leurs sensations que les hommes, on comprend le succès qu’elles ont auprès des deux sexes quand elles se racontent, en vrai ou par une fiction. Bon succès.
Philibert

Publié le 16 Mai 2021

@Philibert_190, merci pour votre passage. N'y voyez cependant aucune prétention, tant le sujet est vaste... et personnel.
Plus que les échanges relatifs à notre approche et à notre motivation réciproques, c'est ce que l'évolution nous apprend qui est intéressant, notamment avec l'entrée "réussie" de nos consoeurs dans ce genre si difficile à écrire. Une phrase de Dominique Aury (alias Pauline Réage) dans une de mes réponses précise d'ailleurs cette évolution, constatée par elle. Et encore n'a-t-elle pas vécu assez longtemps pour connaître le nouveau palier atteint après la publication de la trilogie d'E. L. James et son adaptation au cinéma.
Si l'on doit se réjouir de la prolifération d'écrits érotiques, c'est surtout parce qu'ils correspondaient à un besoin pour les lecteurs, les lectrices étant devenues majoritaires. Le monde a évolué depuis quelques décennies. La femme a dû lutter pour trouver sa place dans une société qui avait été organisée par les hommes (et si j'osais, j'ajouterais : pour les hommes). Il faut le prendre en considération, l'admettre et l'accompagner.
Retenez essentiellement ce que dit Lucie Kosmala de l'apport des livres érotiques, que j'ai mentionné au début (Le pourquoi de ce face-à-face) et repris en fin de conclusion.
La sexualité joue un rôle important dans l'équilibre de l'être humain. Imaginez la frustration de celles et ceux — hélas très nombreuses(breux) qui sont privée(é)s de cet épanouissement... et ses conséquences.

Publié le 16 Mai 2021

@Michel Canal
Bonjour Michel,
Merci pour ce nouveau texte, que vous avez écrit avec Alfred Anchetain. Quand je cherchais l'inspiration, j'avais trouvé quelques conseils, très résumés, sur plusieurs sites, comme « espacescomprises.com » sous le titre « Dix conseils ou astuces pour écrire un roman érotique » ou encore sur « elle.be » avec « Comment écrire une nouvelle érotique ? » Mais vous êtes les premiers que je vois à développer ce thème avec tant d’à-propos. J’avais beaucoup aimé votre trilogie « L’éveil de Claire » et on retrouve ici les fondements de votre travail. Merci.
Philibert

Publié le 16 Mai 2021
Michel CANAL
Biographie

Ariégeois passé par le lycée Ozenne à Toulouse, l'Ecole polytechnique de ventes, l'EMA et la faculté de droit de Montpellier,...


A découvrir cette semaine
A lire dans les actualités