Quand une dépression tropicale décide du sort du plus beau jour de sa vie

3 pages de monBestSeller
Quand une dépression tropicale décide du sort du plus beau jour de sa vie monBestSeller
Synopsis

Quand deux amoureux échangent passionnément pour organiser le plus beau jour de leur vie, le destin peut intervenir brutalement pour le meilleur comme pour le pire. La proposition de Michel Canal pour l'appel à l'écriture monBestSeller sur le thème de Rien ne s'est passé comme prévu

Publié le 16 Septembre 2022

Les statistiques du livre

  584 Classement
  55 Lectures 30 jours
  343 Lectures totales
  -8 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonsoir @Michel CANAL !
Ravie de vous lire également :)
Pour Virginie Despentes, je l'ai redécouverte récemment. J'avais lu "Baise-moi" dès sa sortie, et honnêtement, je n'avais pas franchement apprécié. Pour moi, c'était un simple bouquin de provoc, trash et sanglant. J'ai revu récemment pas mal d'interviews d'elle (finalement pour mon 1er roman sur cette plate-forme, je me suis beaucoup documentée, et cela m'a permis d'apprendre énormément et de découvrir des auteurs passionnants), j'ai lu d'autres bouquins d'elle (je vous recommande "King Kong théorie", un court essai où elle envoie vraiment du lourd), j'ai revu sa bio, j'ai mieux compris son parcours. J'ai relu "Baise-moi" que j'ai cette fois-ci bien mieux appréhendé. Il ne faut pas s'arrêter au trash, elle n'a rien de sanglant, ni de violent, elle le dit elle-même.
Pour les histoires de publication, je partage bien sûr votre point de vue: 99% des manuscrits proposés finissent au bac, la sélection est impitoyable. La belle histoire de Mélissa est tellement exceptionnelle que statistiquement, elle a très peu de chance de se reproduire. Il est juste consternant que certains soient prêts à s'écharper dans l'espoir de se faire remarquer. Restons humbles, et profitons du plaisir de découvrir des auteurs amateurs plus spontanés que ceux des grandes maisons d'édition, de pouvoir échanger réellement avec eux, de nous apporter mutuellement à travers nos commentaires, en partageant nos passions communes, la littérature, la philo, la sociologie (je vais aussi commencer à lire Pierre Bourdieu ;), l'histoire etc. !
Effectivement, pour les curieux, ce site est une mine, j'ai ressorti plusieurs articles vraiment épatants, dont le vôtre sur le cercle vertueux (mais il est vrai que je creuse souvent à fond quand un sujet m'intéresse...)
Bonne soirée, au plaisir de vous lire très vite (je commence la genèse dès demain ;)
Camille (Oui, c'est un nom de plume)

Publié le 16 Octobre 2022

J'apprécie beaucoup cet échange, @Camille Descimes. Il apporte quelque chose à chacun, dans l'esprit de l'objectif de la plate-forme.
Nous partageons le même point de vue sur le genre "érotique". Si vous lisez sur ma page d'auteur « Genèse de L'éveil de Claire (18 pages) », vous comprendrez mon approche sur le sujet et pourquoi l'avoir classé dans le genre "érotique".
Vous m'avez permis d'enrichir mes connaissances en me faisant découvrir Maïa Mazaurette (une lacune d'importance que je ne m'explique pas).
Effectivement, ma page d'auteur (ouverte en mai 2015) est susceptible d'apporter pas mal d'informations utiles aux auteurs de la plate-forme, comme cette rétrospective d'échanges intitulée « Le cercle vertueux du partage entre auteurs » publiée en mai 2017. Son rang actuel au classement la plaçant dans la zone "gris foncé" ne peut hélas intéresser qu'un auteur curieux. Dommage, mais c'est ainsi ! La vie en accéléré, la succession ultra rapide des événements, font que nous négligeons l'essentiel.
Je suis par contre surpris de votre perception des écrits de Virginie Despentes, notamment compte tenu de votre style d'écriture (dans lequel je me reconnais). Peut-être s'est-elle fait connaître à un moment opportun pour « Baise-moi », jusqu'à en produire un film. Peut-être aussi n'ai-je pas fait l'effort d'essayer de la comprendre ! Mais je m'égare aussi.
A bientôt pour de nouveaux échanges. Moi pour « Lost in connection », qui promet un avis très favorable au vu du début de ma lecture ; vous pour « le Journal intime de Claire » après avoir décrypté son « Courrier très intime ».
Notre écriture soignée et accessible aux lecteurs exigeants a ceci en commun : nous n'avions ni vous ni moi, sauf erreur de ma part pour ce qui vous concerne, l'ambition d'écrire en vue d'être publiés. Traduire par : pas d'ambition de devenir auteurs, encore moins "écrivains". Je mets d'ailleurs, dans mes biographies de publications ou dans mes réponses à des commentaires, un point d'honneur à souligner que je ne suis qu'un modeste auteur.
Au plaisir de vous lire. Excellent dimanche ! MC / Eric

Publié le 16 Octobre 2022

Bonjour @Michel CANAL, j'ai dévoré ce matin au réveil le dernier volet (le plus court, pour me faire une idée succincte), et je ne manquerai pas d'enchainer avec son journal intime ;) Pour être honnête, je me méfie de l'étiquette "érotique" que je n'ai pas encore explorée sur ce site. Certains hommes en ont une approche assez sommaire, il n'y a qu'à voir le succès du porno purement multi-pénétratif :) J'ai souvenir d'avoir lu un texte ici (vous me ne m'en voudrez pas de ne pas en dévoiler l'auteur) assez représentatif de cet écueil. Il y a ensuite l'autre volet en vogue surtout depuis les abominables 50 nuances, qui ne me correspond pas, non pas pruderie, mais par désintérêt pour la souffrance que je combats au quotidien. Bref, je ne sais pas si vous connaissez Maïa Mazaurette, une autrice qui s'interroge sur la sexualité actuelle dans la majorité de ses écrits, passionnante. Sur plusieurs aspects, je la rejoins dans ses réflexions.
J'ai aussi découvert que vous avez eu une tribune sur le cercle vertueux entre auteurs et lecteurs, et pour cela, sincèrement, vous forcez mon admiration, car finalement, cela devrait être notre but premier sur un site tel que celui-ci.
A très bientôt, je n'en doute pas, dès que j'aurai terminé le journal intime ;) - j'ai fait une pause dans mes lectures par ici, car il fallait que je me penche de plus près sur Annie Ernaux, un Ruffin bien médiocre (oui, j'assume, j'ose dire que "les flammes de pierre" ne valent pas certains écrits ici, par exemple ceux de Jean-François Dion) et le dernier Despentes m'attend encore... (d'ailleurs n'est pas Despentes qui veut - certains enchainent l'argot, le trash dans cette optique, fort maladroitement, alors que cette femme, sous des dehors un peu revêches, est extrêmement sensible et d'une perspicacité peu commune). Je m'égare encore (il faudra vous y faire :), excellent dimanche !
Camille

Publié le 16 Octobre 2022

Merci infiniment @Camille Descimes, pour votre passage et la perception sympathique de ce drame pas facile à exprimer dans le détail.
Une vie est faite de belles rencontres et de drames. Chacun de nous perd des proches au long de sa vie. Mais elle doit se poursuivre avec la résilience nécessaire, une capacité de l'être humain à s'adapter aux situations.
J'ai eu ma part de chances dans la vie. Je garde en moi le côté positif des moments inoubliables... de leur prêter vie parfois. La trilogie L'éveil de Claire n'a pas d'autre objectif. Je crois en une vie après la vie après avoir lu les ouvrages de Raymond Moody au travers des témoignages qu'il a recueillis.
Je sais que Claire m'attend sur l'autre rive, ce que j'ai exprimé dans l'épilogue du second volet de la trilogie, son Journal intime (que vous me ferez peut-être l'honneur de découvrir puisque vous semblez avoir envie d'explorer mes écrits).
« Elle a connu un bonheur éphémère, mais un amour inaltérable qui flotte dans un doux parfum d’éternité (.…) Elle est seulement passée sur l’autre rive où elle attend Eric, assurée de l’atemporalité de leurs sentiments. »
Mais, chère Camille, vous auriez bénéficié d'une lecture plus confortable en lisant cette nouvelle sur ma page d'auteur (la dernière publication). Celle-ci est une version publiée par mBS dans le format demandé pour répondre au thème d'écriture. Je m'attache, pour mes écrits (déformation professionnelle dans une Institution très formaliste), à offrir au lecteur un texte soigné et une présentation qui rend la lecture plus agréable qu'un pavé compact au format A4.
Avec ma plus vive sympathie. MC/Eric

Publié le 14 Octobre 2022

Bonsoir @Michel CANAL, je découvre tardivement cette nouvelle (dont l'intitulé ne m'avait pas attirée lors de sa publication, j'imaginais une histoire superficielle sur un mariage inondé de pluie... les sélections de la semaine ne sont pas toujours très heureuses, vous avez pu le constater aussi bien que moi, alors souvent, je fais l'impasse, ou je lis en mode lecture rapide. Parfois, même, j'avoue que je me demande qui est ce stagiaire qu'ils ont embauché pour sélectionner des nouvelles ;) Bref, ce n'est pas le sujet, je m'égare, fin de semaine... Merci pour ce partage qui donne une autre profondeur, certainement, à tous vos écrits, qu'il faudra que j'explore ! Ces drames qui vous marquent au fer rouge donne une autre dimension, d'autres réflexions, d'autres préoccupations, d'autres priorités à toute votre existence. Peut-être que cela permet aussi, d'une certaine façon, de construire la personne admirable que vous êtes très certainement devenu !
A très bientôt, sur vos autres pages,
Amicalement,
Camille

Publié le 14 Octobre 2022

Merci @Armonia Lemaître pour ton passage sur cette page... et heureux de te revoir sur cette plate-forme qui a vu tes débuts.
Oui, tu as raison. Cette nouvelle sur le thème d'écriture "Rien ne s'est passé comme prévu" fait écho — plus douloureusement et plus précisément — à ce qui est développé dans les deux premiers opus pour emmener la relation à son point culminant sans toutefois apporter des précisions sur le drame qui y a mis fin.
Au plaisir de se retrouver à Sète.
MC

Publié le 27 Septembre 2022

Coucou @Michèle C., et merci pour ce commentaire / notation sur cette page mBS que je découvre tardivement. J'en étais resté à la publication de la rubrique "Actualités" et à ma propre page d'auteur. C'est donc avec plaisir et amitié que je te réponds ici.
Merci d'avoir mentionné, utilement pour d’autres lecteurs, par quelle progression je suis passé (presque 30 ans pour faire le deuil en évoquant l’histoire, 33 pour en révéler un peu plus sur l’intime, plus encore pour dire l'indicible) pour donner un peu plus de détails sur ce drame dont les circonstances ont été horribles et le désarroi inimaginable .
Merci pour cette citation de notre ami commun Bossy. Son ressenti est tellement profond, tellement adaptable, que je l’ai reçu comme s’il m’était adressé. Je mesure combien son analyse était juste et sa personnalité admirable.
Et merci enfin pour ton soutien indéfectible, depuis sept ans que nous avons débuté quasiment ensemble. Autant de solidarité d’auteurs... et presque autant de luttes contre le "troll" aux nombreux pseudos qui (après nous avoir séduits avec malice et déçus) a aussi découragé des auteurs débutants et trompé d'autres auteurs trop "candides" à son égard.
Notre amitié solidaire a encore été utile contre d'autres auteurs qui se sont acharnés contre nous sans trop savoir pourquoi tant de haine, d'incompréhension, de jalousie ? Inutile de les citer. Ils se reconnaîtront et savent qu'ils sont chaque fois démasqués malgré de nouveaux pseudos, tant leur style les trahit (enfin, l'un d'eux essentiellement, l'autre étant plutôt la voix de son maître qui vient à la rescousse). C'est pathétique, mais qu'y faire ? Le plus grand mépris à leur égard, sachant qui ils sont, est de les ignorer.
Notre philosophie (pour ne pas dire stratégie) a du bon : se défendre seulement si on est attaqué sur sa page ou sur ses publications.
Je t’embrasse. MC

Publié le 25 Septembre 2022
5
@Michel CANAL Cher Michel, Dans tes différentes publications à propos de Claire, tu étais resté jusque là évasif... Mort précoce et tragique ; rien de plus. Des paliers auront été nécessaires avant de confier les circonstances de la disparition de ton amour à ton lectorat. J'imagine la douleur abyssale dans laquelle ce drame a dû te plonger, et je suppose que le relater marque la fin de ton deuil... Merci pour cette confidence qui m'a d'autant plus émue que sa sobriété et sa pudeur disent plus qu'un texte larmoyant... /// Je t'offre ces quelques mots de feu notre ami Bossy ; des mots qui m'ont accompagnée en douceur et aidée à commencer à faire le deuil d'êtres chers récemment disparus... /// "On emmène toujours les morts à la sauvette, pour ne pas gêner les autres. C’est de moins en moins un rite, de plus en plus un simple service public. C’est bien après que l’on prend véritablement le temps d’enterrer ses morts. Très souvent, en regardant les étoiles lorsque le ciel est sérieux, immobile et lumineux, lorsqu’en levant la tête surgit ce qui est enfoui. Et l’on enterre doucement et lentement ses morts en les revoyant vivre, en leur redonnant leurs parures d’amour dont on n’avait pas su les vêtir en les mettant furtivement en terre. Les secrets de nos morts sont alors éparpillés parmi les pluies d’étoiles qui crépitent à la vitre infinie ouverte sur la nuit. Ils sont déliés en autant de poussières qu’une voie lactée. Ils sont inclus et non plus limités dans un espace qui nous englobe et ne nous exclut plus nous-mêmes. Qu’importent nos solitudes blessées, si nos morts scintillent de la sorte ? Nous savons bien que les deux ou trois décennies qui nous séparent d’eux n’ont pas de durée, à la vitesse de cette lumière : notre propre mort est pratiquement identique à la leur. Cette magie du temps, qui est illusion de vie, est vérité de mort, par son infini." /// Je t'embrasse, Michèle
Publié le 17 Septembre 2022