LE NEANT ET L'INFINI

852 pages de Sylvie Aditi
LE NEANT ET L'INFINI Sylvie Aditi
Synopsis

Lisbonne, 1ère moitié du 18ème siècle.

Aventure et passion sous l'Inquisition.
Frei Sebastião, prêtre Dominicain, inquisiteur du Saint Office et peintre, vit une folle passion avec le poète et dramaturge, Antonio José da Silva, accusé de judaïsme, qu’il sera amené à juger à deux reprises. Il tentera de le faire évader. Il ne pourra sauver que la fille de son ancien amant, Maria/Lourença, qu’il adoptera. Avant de s’enfuir avec elle pour le Brésil, il laissera un triptyque avec une énigme, relative au secret du Monastère de Batalha dont il est détenteur. Dix-neuf ans plus tard, à la mort de Frei Sebastião, Maria parviendra-t-elle à résoudre l’énigme du triptyque et surtout réhabiliter son père et ses œuvres interdites ?

Publié le 31 Mai 2023

Les statistiques du livre

  1172 Classement
  49 Lectures 30 jours
  721 Lectures totales
  +315 Progression
  110 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci beaucoup @du Cheyron Catherine pour votre appréciation. Je suis très contente que ce roman vous ait plu et vous ait captivée dès le début. Je ne manquerai pas à mon tour de lire votre livre dès que j'aurai un peu de temps.
Très cordialement
Sylvie Aditi

Publié le 01 Février 2024
3
Votre livre est passionnant. J'ai été captivée dès le départ, attirée par le titre. Je rejoins les précédents commentaires donnés par Jean Jac et Jean Benjamin Jouteur. Merci pour ce partage.
Publié le 01 Février 2024

Grand merci @Jean Jac pour votre commentaire qui me touche beaucoup. Je suis contente que ce roman vous ait plu.

Publié le 17 Juin 2023
3
Le néant et l’infini, quel titre ! Avant même de commencer cette incroyable fresque, on est happé par ce puit abyssal. Et le commentaire de Jean Benjamin Jouteur quasi raisonné (comme on dirait d’un catalogue d’exposition) tant il est complet, riche, rend presque intimidé à la lecture de votre récit. C’est passionnant, je trouve que vous avez formidablement bien géré l’équilibre entre l’histoire, l’aventure, le roman, l’empathie que l’on peut avoir pour certains personnages, l’émotion, et la morale avec nos yeux d’aujourd’hui. Bravo et merci pour ce partage.
Publié le 08 Juin 2023

Merci @Jean Benjamin Jouteur pour votre commentaire élogieux qui me touche beaucoup. Vous avez su brillamment comprendre le propos et l'essence de ce roman. J'espère qu'il saura plaire à d'autres lectrices et lecteurs et leur permettre de cheminer dans les arcanes de l'Inquisition portugaise au 18ème siècle et suivre le parcours de rédemption de Frei Sebastiao et le combat pour la réhabilitation de son père de Maria-Lourença.

Publié le 03 Juin 2023
3
Ce bouquin rentre dans la catégorie : pavé littéraire… Et pas seulement parce qu’il dépasse allégrement les 500 pages. Les pavés ! Ces blocs de pierre, destinés aux revêtements de nos chaussées, se composent souvent de granite, de grès, de porphyre, mais aussi de calcaires, de marbre, de roche volcanique, etc. Eh bien, ce bloc de mots, « Le néant et l’infini », destiné à nous distraire, mais aussi à nous instruire et à nous faire réfléchir, se compose lui aussi de tout un panel de thèmes, complémentaires certes, mais bien différents. Plus qu’une lecture en passant, cette « véritable brique de références » amène le lecteur à se plonger pendant de longues heures dans un dédale de pages qui s’étirent presque à l’infini. On peut dire que ce livre est un engagement à long terme, nul ne sait le temps qu’il faudra y passer pour en venir à bout. Il propose une expérience intense. Des pages et des pages d’aventure. On les dévore, car on est happé par l’histoire. Suivant pas à pas les personnages sur une longue période, nous vivons leur épopée, partageant leurs émotions, des quelques joies qu’ils éprouvent aux drames déchirants qu’ils traversent. Parlons du titre : Le néant et l’infini. Le néant étant le vide illimité, il est donc la même chose que l’infini qui est le plein illimité puisque les deux notions de plein et de vide occupent la même place illimitée. C’est ambitieux comme raisonnement, ambitieux comme ce livre et comme son titre qui fait bien sûr référence à Pascal et à son fameux discours de l’infini et du néant censé démontrer l’existence de Dieu : « J’ai en moi l’idée d’un être parfait, or je ne suis pas parfait, donc cette perfection divine ne peut venir de moi, mais seulement d’un être parfait, qui existe donc ». Pourtant ce bouquin n’évoque, ni vraiment la religion, ni l’existence ou l’inexistence de Dieu. Il dépeint, avec une précision glaçante, comment des hommes, se prétendant être de foi, ont pu, par fanatisme, par cupidité, par intérêt, ou simplement par bêtise, créer et servir cette détestable machine à broyer de l’humain, à torturer et à tuer que l’on nommait : Inquisition. À l’instar de l’un de ses personnages principaux, le poète et dramaturge, Antonio José da Silva, qui vécut réellement dans la première moitié du 18° siècle, ce bouquin évoque ce bloc de pierre qui, une fois jeté dans la mare, rend ses eaux agitées, troubles, boueuses. Il accuse. Devenant alors l’un de ces pavés qu’on lance d’une barricade afin de dénoncer l’injustice et l’inhumanité d’un régime politique. Il est un adage qui dit que l’on fait du mal à ceux que l’on aime. On oublie de préciser qu’on aime souvent ceux qui nous font du mal. L’histoire de cette passion amoureuse que nous conte Dame Sylvie en est la preuve. Antonio, cet artiste séduisant, talentueux, en avance sur son temps, cet homme droit et juste va être fauché, détruit, laminé en raison de l’amour passionné que Frei Sebastião, prêtre dominicain, inquisiteur du Saint-Office et peintre, lui porte. Et cet amour est partagé. Et voilà que surgit un autre thème. Un thème dérangeant qui pose question : La rédemption. Quel prix un homme doit-il payer pour parvenir à se racheter des horreurs qu’il a pu commettre ? Un monstre a-t-il droit au pardon ? Kundera avance que vivre dans un monde où nul n’est pardonné, ou la rédemption est refusée, c’est comme vivre un enfer… Eh bien, dans la presque totalité de ce livre, cette terrible interrogation demeure ancrée chez le lecteur… Frei Sebastião, ce prêtre, croyant, intelligent, talentueux, instruit, amoureux, passionné… Dois-je le détester pour ce qu’il fut ou ai-je le droit de lui pardonner pour finalement parvenir à l’aimer ? Ou mérite-t-il son enfer éternel ? Est-ce un fanatique ? Un homme qui se trompe, un faible, une victime qui s’est fourvoyée, qu’il s’est laissé entraîner ? Ou bien est-ce tout simplement un lâche ? Un type prêt à tout et même au pire pour parvenir à posséder ce qu’il convoite ? Pour résumer, ce roman est aussi un recueil historique, riche d’arguments, de références, de commentaires, de citations. Il est l’œuvre d’une historienne maîtrisant parfaitement son sujet.
Publié le 02 Juin 2023