Jean Jac
Présentation

l'histoire

Jean Jac a noté ces livres

4
Vous avez su recréer l’horreur et la combiner avec l’aventure que la guerre pouvait faire naitre chez les hommes, prêts à déplacer les montagnes, à parcourir des centaines de kilomètres, à braver les plus grands dangers. Des héros qui ne le savaient pas. On sent cette fureur de vivre et surtout, cette foi en la cause qu’il veut défendre et l’injustice qu’il combat. Je connaissais de très loi l’histoire du génocide arménien. Vous nous en rapprochez. Merci pour ce partage (j’adhère au commentaire précédent, votre récit pourrait démarrer tout de suite)
Publié le 03 Octobre 2020
4
C’est une fresque ambitieuse que vous avez entrepris. Une longue tranche d’histoire qui mixe la petite et la grande, avec ces nombreux intervenants et tous ces sujets. J’ai un sentiment partagé. C’est difficile à suivre j’ai trouvé, on se perd un peu, il y a tant de petites histoires, tant de petits personnages qu’on ne sait pas toujours où l’on est, et toutes ces petites diversions qui nourrissent votre épopée m’ont perturbées, elles écartent de ce que l’on sait être le sujet véritable. Et en même temps, il y a ce lieu et cette époque et que je connais si mal et que vous racontez de manière si documentée que cela la rend bien entendu crédible et visuelle. Mais ces contrastes en font une saga et comme dans toutes les sagas, il y a des moments qu’on apprécie, d’autres moins, des personnages avec lesquels on rentre en affinité, d’autres au contraire pour qui, comme le veut l’auteur, on a une profonde antipathie, et à la fin, on est porté par l’intrigue. merci de ce partage.
Publié le 27 Septembre 2020
4
Ce n’est pas je pense le genre de sujet dans lequel on aime se plonger spontanément. Mais enfin, je me suis un peu forcé ! C’est la vie à l’intérieur, telle que personne qui ne la connaît pas peut l’imaginer. Avec sa froideur, ses violences, ses angoisses. Et ces fenêtres d’évasion. Tout ça vous le dites bien. Et vous le mettez en perspective avec votre vision de ce monde là. Intéressant. A lire ! Peut-être pourriez-vous vous éloigner un peu du journal, du compte rendu, pour vous rapprocher plus encore du roman ? Merci de ce partage.
Publié le 09 Juillet 2020
4
Ah… mes souvenirs de scout remontent à si loin, apparemment cela n’a pas autant changé que ça ! Les mêmes tout, les mêmes blagues, les mêmes gars, les mêmes galères, les mêmes veillées etc. etc. Très bien vu et très gai. Et très bien vu aussi les personnalités de chacun. Pas facile à lire cela dit tant il y a de dialogues, d’ailleurs vous êtes très fort en dialogues, on voit le film derrière, c’est un peu rédigé comme j’imagine qu’un scénario doit l’être. Je vous souhaite plein de lecteurs beaucoup plus jeunes que moi et je ne sais pas s’il y aura des camps cet été mais s’il y en a, je leur souhaite de vous emporter en livre de lit de camp…
Publié le 03 Juin 2020
4
Votre titre est bien trouvé, ce ne sont pas des nouvelles, mais des déambulations, c’est ça, qu’on prend par ci par là, qu’on abandonne un peu et qu’on reprend. Moins facile avec un ordinateur. Ce sont des mini romans, la chute n’est pas le sujet. Il faut affronter les premières lignes, oser déambuler, se laisser porter, il y a une certaine ingratitude. Le second texte m’a fait penser à la chanson Marianne de Leonard Cohen qui en si peu de mots si poétiques dit toute une vie de si.
Publié le 30 Mai 2020

Pages