Et le Diable était aux anges...

236 pages de SALVADOR Ricardo
Et le Diable était aux anges... SALVADOR Ricardo
Synopsis

Valsa, un policier de banlieue en dispo, est réveillé en pleine nuit par des cris venant de l'appartement du dessus, il monte et découvre une femme gisant à terre ainsi que l'homme qui vient de la frapper. Un affrontement survient et l’agresseur s’enfuit. L'affaire pourrait s'arrêter là mais, Valsa, accompagné de 3 amis ‘border line’ et boxeurs, Bromure, Panama et Le Chien, vont se retrouver mêlés à une sombre histoire . Coincés entre édiles véreux et pègre de l'Est. A L'histoire policière se greffe en outre d'autres grands problèmes humains qui submergent la société d'aujourd'hui. Le tout, raconté dans un style sans fard, nerveux, réaliste, jamais édulcoré et souvent à l'humour noirci par l'environnement; Violence, noirceur, tendresse, humour. Un cocktail à consommer sans modération.

Publié le 05 Octobre 2023

Les statistiques du livre

  213 Classement
  156 Lectures 30 jours
  3086 Lectures totales
  -30 Progression
  427 Téléchargement
  22 Bibliothèque
 

"Et le Diable était aux anges..." est le "Livre le +" du 30 octobre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à SALVADOR Ricardo, c’est pour cela qu'il publie son roman policier sur monBestSeller.

Publié le 31 Octobre 2023

Ce livre est noté par

18 commentaires , 10 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Catherine Snyers
Merci Catherine, déjanté, c'est un peu ma marque de fabrique...:)

Publié le 26 Février 2024

@A.P. Gounon
Merci mille fois Anne, pour votre commentaire, c'est toujours un plaisir de 'convertir' une lectrice à un genre qu'elle n'apprécie pas forcément, un style, des personnages, une histoire qui se tient, qu'importe le genre!
Merci également pour votre contribution à l'Oulipo, d'autant plus que je ne connaissais pas la forme des rimes de votre poème.
Bravo à vous

Publié le 26 Février 2024
5
merci j'ai passé un bon moment avec ses personnages attachants et cette histoire déjantée
Publié le 25 Février 2024
5
Ricardo Salvador. Bonjour Ricardo. J'avais beaucoup apprécié votre tribune sur l'Oulipo ( et j'ai même courageusement laissé un commentaire oulipien ...), alors j'ai eu envie de lire votre roman noir. Ah, pour être noir, il est noir ! Trop noir et trop violent pour moi ? Oui mais...il y a l'humour délicieux à la Audiard, le style qui semble débraillé mais qui est très travaillé et qui va bien, le déroulé de l'histoire qui donne envie de savoir la suite, et surtout les personnages : Corrida, né sous une très mauvaise étoile et pas gâté par la nature, qui est si attachant en chevalier sans peur et sans reproches (?), Karolina qui est adorable, et les seconds rôles si bien campés. Et puis il y a une histoire d'amour...Bref c'est un roman très réussi qui aborde un sujet grave. Alors bravo ! Anne
Publié le 25 Février 2024

@Le Duigou
Bonjour, vous avez aimé le style, c'est déjà ça mais vous n'étiez pas obligé de suivre à la lettre ma suggestion de sauter un paragraphe c'était juste une façon de me rapprocher du lecteur :)mais vous conviendrez cependant que j'ai deviné le moment exact du livre où certains lecteurs seraient tentés d'abandonner.

Publié le 02 Février 2024

@DebJ
Merci pour ce précieux commentaire, les personnages sont pour moi le coeur et l'âme d'un livre, que vous vous soyez sentie si proche, voire complice de Corrida me permet de croire que j'ai atteint mon but..et si en plus le style vous a plu...

Publié le 02 Février 2024

Bonjour.
J’ai commencé à lire votre livre. J’aime beaucoup le style et je ne trouve pas que ce soit vulgaire, je dirais plutôt populaire. Cependant on démarre avec une fille qui se fait tabassée, on continu dans un gymnase avec des personnages au sobriquet curieux (bromure, le chien, Panama … Pourquoi pas.) Et puis on embraye avec la famille du personnage (Corrida) et alors là vous expliquez que « vous pouvez sauter le paragraphe si ça vous saoule et passer à la suite. » He bien là j’ai arrêté. Quel drôle d’idée que de dire ça. C'était déjà pas très limpide mais il si y a encore d’autre paragraphe à sauter.

Publié le 30 Janvier 2024

@SALVADOR Ricardo. Je viens de finir. J'ai beaucoup aimé. Le style, le phrasé, cette impression d'être assise à côté de Corrida et de l'écouter, de faire partie de sa bande. L'histoire est très prenante et sans faux semblants.

Merci pour ce livre et bonne continuation. Deb

Publié le 29 Janvier 2024

@Zoé Florent
Que vous répondre, Zoé Michèle? Vous allez encore subir les foudres de ce Constantin de malheur qui ne supporte visiblement pas que l'on dise du bien d'un roman.
Ce qui me touche particulièrement dans votre retour, d'autant plus qu'il vient d'une lectrice que je sais avertie et exigeante, c'est votre 1ère réflexion: Un roman comme j'en lis rarement et qui m'a alpaguée" Sans parler de l'attention que vous avez porté à toutes les petites phrases qui émaillent( persillent est bien plus joli mais je vous laisse l'exclusivité) le récit. Ces petits riens qui retiennent l'attention qui marquent une réflexion, qui parfois soulèvent un problème sans pour autant se lancer dans un débat d'idées fâcheux ou un prosélytisme de circonstance.
Je dois avouer que ma 'langue' , mon style, s'il faut parler de style, ne respectent pas forcément les canons de l'écriture, ( n'en déplaise à l'incontournable C.M...) et qu'un éditeur ou deux m'ont taxé de vulgarité dans leurs réponses, ce qui m'a un peu surpris. Vous signalez avec acuité l'e non-emploi des négations, ces tournures de langage m'ont posé des problèmes, reprochant assez souvent que le langage utilisé pour les dialogues de films ou de romans étaient toujours très éloigné de la réalité. (Ils parlent tous comme des agrégés de lettres classiques) alors j'ai fini par supprimer toutes les négations du texte au risque de heurter l'oeil pour favoriser l'oreille. Oralité contre lisibilité( ou scripturalité?), voila un beau sujet de tribune pour Mbs.
Merci encore, Michèle, d'avoir poussé la porte de mon roman, tout étroite qu'elle fût.

Publié le 19 Janvier 2024
5
@SALVADOR Ricardo Un roman comme j’en lis rarement, peu attirée que je suis par le genre, et pourtant, passée cette “porte étroite du début”, évoquée par votre premier lecteur-commentateur, passé l’effet de surprise provoqué par une gouaille qui fait fi des formules négatives, il m’a littéralement alpaguée dès le deuxième chapitre. M’aurait-il autant alpaguée dans un autre style ? Difficile à dire, car ce style colle aux nombreuses fulgurances qui persillent votre récit. De savoureuses fulgurances à la Michel Audiard… “Avec le type en habit de lumière qui faisait sa danseuse. Lumière mon cul. C’était rien qu’un boucher qui débitait du bovin avec son épée de tarlouze…/ J’en reviens pas. Elle a même pas remarqué que j’étais le petit frère de Quasimodo qui était le plus beau de nous deux…/ Les torgnoles qu’elle a reçues hier ont dû lui fêler le beffroi… / La couleur des dieux, ça varie suivant les pays…/ Aussi optimiste qu’une dinde la veille de Noël…/ La mort, ça passe vite…/ Depuis le Christ, je me méfie des clous…”/// L’épée du torero est le verdugo, au fait ;-) /// Cohérence et montage intelligent rendent votre scenario complexe très accessible. Les infos sont distillées progressivement, toujours au bon moment et à bon escient… Ça fonctionne bien avec le lecteur. De même, vous le laissez faire peu à peu connaissance avec le personnage principal, les secondaires et autres protagonistes, sans le noyer sous de longues descriptions qui respectent la chronologie. Tout cela s’imbrique parfaitement, donnant une fausse impression de facilité… Assez rare pour être salué ;-) /// Quant à l’histoire en elle-même, sur fond de violences conjugales, sujet qui me tient particulièrement à cœur, idem : vous avez su trouver le bon ton et prêter à Corrida, mu en “justicier dans la ville” d’une autre époque, des réflexions d’une rare justesse qui amènent le lecteur à légitimer son action avec facilité. /// Quelques répétitions, oublis et coquilles sinon, mais il est bien difficile de les éradiquer totalement d’un roman de plus de deux cents pages… Je connais la difficulté ;-)… /// Pour conclure, mille mercis pour ce partage auquel vous avez su donner de la profondeur, ce qui manque assez souvent, dans les autres romans du genre. Si quelques étoiles supplémentaires je pouvais ajouter, ce serait bien volontiers ! Merci encore, bonne fin de journée et bonne continuation dans l’écriture. Amicalement, Michèle
Publié le 18 Janvier 2024

@ Leo Ninne
Merci infiniment pour l'accueil que vous faites à mon dernier roman, c'est un vrai réconfort.
J'ai 2 romans que vous pouvez trouver sur le site des éditions Kyklos.com : "Les gens sont méchants' et La zygène de la filipendule',
Mais je tiens à vous prévenir afin que vous ne soyez pas déçue, qu'il sont assez éloignés de celui-ci, comme je le dis dans mon profil, j'ai un peu modifié ma trajectoire. Ce sont deux polars plutôt déjantés et sans souci de réalisme policier, Mais si vous aimez mes personnages, vous en trouverez dans 'la zygène' : des farfelus, des burlesques, des méchants très idiots et très méchants ainsi qu'un Orang-outan fort sympathique.
Vous apprécierez le second si vous aimez l'humour noir parfois un peu gore.
Ensuite 'Arsenal et vieux dentiers' que je ne saurai trop vous conseiller, drôle et déjanté de bout en bout: Deux grands -mères aux prises avec des malfrats encerclés par des policiers toujours aussi inefficaces.
Enfin, 'Comme les oiseaux du même nom", que je qualifierai de 'Black romance' avec une écriture plus sombre, toujours un peu d'humour malgré une trame sentimentale mêlée de polar.
Ces deux derniers ne sont trouvables que sur les sites d'occasion, assez facilement m'a t-on dit.
Voilà, j'ai été un peu long mais je préfère que vous sachiez à quoi vous en tenir, l'achat d'un livre n'est pas une chose anodine surtout sur internet où vous devez y aller à l'aveuglette, une vingtaine d'Euros pour une déception, ce n'est pas rien.
Maintenant, si vous me demandez mon avis, je les trouve tous les 4 très chouettes ( en toute objectivité, cela va sans dire) s'ils n'ont qu'une seule qualité en commun, c'est ma façon d'écrire, si vous avez aimé le premier alors...
Au cas où vous en achèteriez un , n'hésitez pas me faire part de votre sentiment.
Merci encore votre commentaire est précieux , diffusez le sur ce site ou ailleurs !!

Publié le 10 Janvier 2024

@Salvador Ricardo
J’ai malheureusement terminé la lecture de votre livre. Je me suis régalée de l’histoire et ai beaucoup aimé les personnages. Votre écriture est impeccable et fait naître les images. Bravo
Si je peux trouver un autre de vos livre, donnez-moi ses ou leurs références. Merci et encore bravo.
Bien cordialement
Léo

Publié le 10 Janvier 2024

@LAULAULA
Merci infiniment pour votre commentaire, il me touche d'autant plus que vous mettez le doigt sur ce qui m'importe; Que le lecteur (trice)prenne la peine de s'aventurer un peu plus profondément dans le roman, d'y déceler tout ce qui est caché (plus ou moins) d'y trouver quelques phrases quelques mots, quelques situations lui paraissant inédit(e)s. Certes, cela rend la lecture difficile mais permet que le roman laisse une trace même minuscule dans la mémoire,.
merci encore pour le réconfort que vous apportez.

Publié le 08 Janvier 2024
5
Un polar dans le plus pur style roman noir dont il respecte tous les codes, me semble-t-il : phrasé, personnages, situations, tout y est ! Le flic (ex flic) qui se bat contre ses démons, les filles belles filles "perdues", la salle de sport, les influents véreux, les trafics de toutes sortes... En prime, la thématique des violences conjugales. Le scénario est bien ficelé, les indices distillés comme il faut, avec ce qu'il faut d'action. On a donc plaisir à lire du début à la fin, même si ce n'est pas le roman qu'on peut liquider en un jour où deux. Le style, sans être classique, est travaillé, chaque phrase et mot compte parfois, l'humour se glisse au tournant de chaque paragraphe ainsi que les réflexions, difficile donc de lire en diagonale ou rapidement au risque de louper un détail important ou une pensée amusante. Mais c'est un livre remarquable, bravo
Publié le 07 Janvier 2024

@Watt sonne,
c'est déjà ça, si vous l'avez lu jusqu'au bout, l'objectif est atteint.

Publié le 02 Janvier 2024
3
Zorro, le retour délassant
Publié le 02 Janvier 2024

@Agostini Francois-Xavier
Merci pour votre commentaire et votre note, j'ai comme beaucoup été adepte de Colombo (pas le plat, le policier ), mais comme vous l'avez vu, je suis assez éloigné des archétypes de l'imperméable et du cigare, en tout cas, je suis heureux que mon récit vous ait 'accroché', quant à en faire une pièce de théâtre, j'avoue que l'idée m'effraie un peu.

Publié le 14 Décembre 2023
5
bonjour ou plutôt bon matin je lis et écrit surtout la nuit quand les souris danse et que le chat n'est pas là... 5 étoiles, et pourtant je ne suis pas adepte du genre policier, ni en lecture et jamais à la télévision, même si j'ai vu beaucoup de "Colombo" et très jeune "la malle de Hambourg" qui me m'était mal à l'aise. Mais chez vous c'est fluide on s'y accroche assez vite faites-en une pièce de théâtre. Personnellement dans "Prophetia.." il y a un meurtre par des services secrets qui bien sût n'aboutit à rien puisque organisé par l'ETAT comme l'affaire du ministre du travail Boulin dans les années 70 qui en savait trop sur des affaires sous VGE avait été retrouvé mort dans un étang de la forêt de Rambouillet... Dans "Prophetia..." récit sur lequel j'ai reçu des menaces en partie politiques à peine "voilées" car j'en dit trop sur ce qui se prépare je n'insiste pas sur le volet fiction policière. Dans tous les cas bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI SUR MONBESTSELLER. bien à vous;
Publié le 11 Décembre 2023

@anthony Vernon
Merci pour votre avis Anthony, ce 'petit bijou' est un terme qui me va droit au cœur, que demander de plus à un bouquin?

Publié le 28 Novembre 2023
5
Un petit bijou ! C'est truculent, malin, et ça décoiffe ! Bravo
Publié le 27 Novembre 2023

@ durez pierre

Merci pour cette comparaison, espérons que les inconditionnels de Frédéric Dard ne s'en offusqueront pas.
Pour ce qui est des solutions...à chacun sa vérité.

Publié le 12 Novembre 2023
5
Cette histoire est bien singulière. En plus, le style me rappelle celui de Frédéric Dard dans les "San Antonio". Tout en traitant un fait de société, l'auteur dénonce les lenteurs administratives que l'on connaît . Les solutions proposées sont elles les bonnes? On peut se poser la question! Je souhaite le meilleur à l'auteur pour ses futures publications. 5/5
Publié le 11 Novembre 2023

@mancini.anne-marie@orange.fr
Merci à vous Anne; Super avec 4 points d'exclamation, c'est un peu court mais tellement convaincant :)

Publié le 06 Novembre 2023

@Michel laurent
Merci pour votre appréciation si enthousiaste Mr Laurent, vous résumez fort bien ma démarche dans ce roman. J'en profite pour signaler vos publications, en particulier la tribune sur Jim Thomson, incontournable écrivain du polar américain.

Publié le 06 Novembre 2023

@SALVADOR Ricardo
Ben mon colon, ça décoiffe ! Ça démarre sur les chapeaux de roue. Une jeune lituanienne Karolina, qui se fait défoncer le portrait par une brute féroce, un certain Bosko. Le voisin du dessous, Corrida, intervient, neutralise Bosko, et tombe raide dingue de Karolina. Enfin, pas tout de suite, Corrida saute Karolina et moi quelques péripéties. Corrida, c’est le héros, le narrateur. Il est flic, pour l’instant en disponibilité.

Très vite, Karolina disparaît, probablement enlevée par Bosko. Celui-ci est un vrai danger, membre d’un réseau de proxénètes venus de l’Est, et en affaire avec des puissants. Corrida n’a plus qu’un but dans le reste du bouquin : retrouver et libérer la belle (puis probablement « la marier et lui faire deux beaux enfants », mais ça ce n’est pas dit dans le texte, Ricardo Salvador a définitivement renoncé à marcher sur les plates-bandes de la Comtesse de Segur).

L’intrigue est solide, elle tient la route, et surtout il y a un vrai style. C’est vif, enlevé et souvent très drôle. On ne lâche pas le bouquin. On dirait que les personnages secondaires, les trois potes de Corrida, ont été portraiturés par Audiard. Bromure par exemple : «  il tape comme un damné dans le sac de sable.[...] Quand on le voit s’entraîner comme ça, ceux qui ne le connaissent pas jureraient que le sac vient d’insulter sa mère et toute sa famille ». Son pote Le Chien, autre boxeur, n’est pas en reste : « il a encore les idées qui s’embrouillent, quand il veut dire quelque chose c’est le bordel, on dirait que tous les mots et les syllabes ont une urgence, qu’ils veulent sortir en même temps sans prendre le temps de se mettre bien dans l’ordre ». C’est vraiment du grand art !

Publié le 05 Novembre 2023
5
Super !!!l
Publié le 04 Novembre 2023

@Jack50
Merci pour cet avis, vous mettez l'accent très précisément sur ce qui m'importe dans un roman, une approche et une langue un peu moins lisse et conventionnelle et pas si facile que cela à appréhender... je sais que mes 'formules' ou mon vocabulaire ont un côté désuet qu'il faut en quelque sorte assimiler en se donnant un peu de peine.
(Mon admiration pour Brassens y est sans doute pour quelque chose, lui qui disait d'en d'autres termes que les vôtres:" Dans mes chansons, j'ouvre une porte pas si facile à pousser... mais si les gens veulent se donner la peine... "
(Il va sans dire que je n'ai nullement l'outrecuidance de me comparer à Lui , avec un L majuscule, mais votre remarque m'a frappé

Publié le 30 Octobre 2023
5
Bravo, excellent. Pas si facile d’accès qu’il y parait, la porte est étroite au début, il y a une gouaille à laquelle on n’est plus trop habitué, des personnages ce qu’il faut hors des clous, mais une fois dans le passage, on enfile. Il y a du rythme, une intrigue dont vous tirez le fil petit à petit, avec parcimonie, on est hameçonné, on a envie de savoir, pas parce que le suspense est intolérable, mais à cause du ton, du rythme, du découpage bien pensé, des dialogues justes. Les bons et les méchants, vraiment bon, et merci de ce partage, bravo.
Publié le 27 Octobre 2023