Mesclun

102 pages de Philippe De Vos
Mesclun Philippe De Vos
Synopsis

Ce « mesclun », c'est ma petite salade à moi. Depuis 7 années que je me promène sur mBS, de nombreux sujets ont éveillé mes sens. Il m'ont poussé à écrire des textes courts sur des thèmes variés, emprunt parfois le chemin de la poésie libre, l'essai, le commentaire, la nouvelle très courte…

Publié le 28 Octobre 2023

Les statistiques du livre

  2431 Classement
  29 Lectures 30 jours
  1021 Lectures totales
  -39 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

19 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@FANNY DUMOND2
Merci d'avoir apprécié pluie d'octobre qui se veut une poésie simple, mais musicale avec le message tel que l'avez rapporté dans votre commentaire.
Pour ce qui l'en est de votre défi, je pense que vous trouverez avec facilité des gens sur mBS qui répondront à l'appel à texte, des gens qui, pour que leur nom apparaisse sur une tribune, n'hésitent pas à dire qu'ils ne connaissent pas ou n'ont pas lu ou n'apprécient pas l'auteur dont il est question dans la tribune, mais qu'ils se sentent le besoin de le faire savoir aux autres. (Moi, je n'aime pas les escargots ! Est-ce que ça intéresse quelqu'un ?)
Cela me rappelle le titre d'un film : "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule". C'était l'époque des titres qui avaient de l'allure comme "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages". Autre titre de cette époque qui me revient en tête : "La métamorphose des cloportes". Tout cela me laisse nostalgique et je ne doute pas que si je faisais une tribune sur ce thème, celui des titres iconoclastes, ceux qui n'ont rien à dire trouvaient encore un truc à dire. On ne découragera jamais la bêtise.

Publié le 09 Décembre 2023

@Philippe De Vos Bonjour Philippe ! Dans " Pluie d'octobre ", je retrouve cette musicalité si chère à Verlaine et Rimbaud. Bravos pour votre poème sur la nature si bien décrite, se déchaînant au grand dam des bourgeois criant à la trahison avec leurs souliers vernis, tandis que le pauvre hère se gausse de leur petite nature. Un petit air de Brel et de Jean de La Fontaine. Aujourd'hui, à mon tour de vous lancer un challenge d'écriture pour compléter votre mesclun. Décembre étant le mois de la lumière, le thème que je vous propose est : l'art et la manière de donner son avis sur des sujets pour lesquels on n'a aucune compétence, dans le seul but de se mettre en lumière. Je ne vous donne pas 4 heures, mais j'ai quand même hâte de vous lire. Bonne fin de semaine à vous. Patricia

Publié le 09 Décembre 2023

@Fanny Dumond3
Il est vrai que si l'on cherchait de la musicalité dans nos textes (je parle de tout le monde ici), le niveau littéraire s'en trouverait relevé. Verlaine, tout comme Rimbaud, travaillaient la musicalité de leurs textes. La prose devrait aussi se plier à cette discipline.
Quant à la poésie, trop souvent les poètes de mBS se sont rendus esclaves de la rime. Ne pas confondre rime et musique.

Publié le 04 Décembre 2023

@Philippe De Vos Bonjour ! J'aime beaucoup le cheminement de vos réflexions, vos diverses pistes pour élucider l'énigmatique dernier vers de Paul Verlaine " et tout le reste est littérature " dans son poème " Art poétique " débutant par " De la musique avant toute chose". Je ne sais pas pourquoi, je n'aime pas écrire certains termes qui me semblent lourds, laids. Bien qu'ils soient bien employés, je trouve certains " mots moches ", surtout lorsqu'ils se suivent comme ici. C'est deux là font couac à l'oreille. Je remplace donc par " vocables moches ". D'où l'importance de se relire à haute voix. Dans l'écriture, je scande avec les doigts sur le papier ou le clavier. En faisant des respirations et des silences comme en musique. Je pense qu'il faut avoir une petite oreille musicale pour écrire beau. Comme vous dites dans votre conclusion : quand on a réussi son coup, quel que soit le sujet, c'est de la littérature. Bonne journée ! Patricia

Publié le 04 Décembre 2023

@Philippe De Vos Bonjour ! Hélas, cette auteure relativement nouvelle ici est prise en otage, c'est exactement le mot qui convient, par des monstres qui profitent de sa crédulité, de son besoin de communiquer, à lui faire croire qu'il n'y a qu'un seul salaud ici, en déversant leurs innombrables immondices sur sa page pour régler leurs comptes personnels (effectivement, pourquoi ne pas le faire sur leurs pages ?). C'est à vomir ! Ils n'ont aucun respect pour elle. Et dire qu'elle m'avait dit avoir été effrayée dans sa lecture de mon 10ᵉ épisode " dans le nid d'un coucou ", elle est à mille lieues d'imaginer que c'est de la gnognotte par rapport à la réalité. C'est tant mieux pour elle ! Quand on assiste à ces étripages, on tombe pieds joints dans un asile d'aliénés. Ils doivent avoir quelques permissions de sortie de temps en temps pour se défouler, s'écharper, se massacrer, tels des FOUS furieux. Et nous serions jaloux de ces loques !!!

Publié le 03 Décembre 2023

@Fanny Dumond3
Jaloux, frustrés, hypocrites, délateurs, dénonciateurs, pisteurs…
On attribue souvent aux autres nos propres turpitudes. En cela je les remercie du portrait qu'ils ont tracé d'eux-mêmes !
Jaloux !
Hihi, comme dirait le coin-coin. On se demande vraiment de quoi ? Sa tronche ? Ses lignes d'écriture ? Ses petites conversations avec lui-même sous forme de pseudo féminin ?
Là, ça m'en bouche un coin (coin).
Merci Patricia de m'avoir rappelé tout cela ! Non pas que je l'oublie, mais je n'ai pas que ça à foutre à penser à eux à longueur de journées.
PS ce dimanche 3 : je viens de lire sur la page d'une auteure prise en otage par une bande de crétins qui ont leurs propres pages pour s'exprimer (ça, c'est odieux, ça sent la m… ) qu'ils susciteraient la jalousie ! Mon Dieu ! Jaloux ! Le mot revient. La seule chose dont je pourrais être jaloux, dans le sens d'envieux, c'est le talent littéraire. Mais ils n'en ont aucun. Le pire de tous, un vieux monsieur qui se prend pour le roi… Faut pas jouer les riches, quand on n'a pas le sou. Il ferait mieux d'ôter tous ses écrits qui insultent la langue française.

Publié le 29 Novembre 2023

@Philippe De Vos Ma réflexion du jour sur : faites comme je vous dis, mais pas comme je fais ou voir la paille dans l'œil du voisin. Les psychorigides attribuent leurs défauts, comportements et maladie aux autres. D'après eux, nous sommes jaloux (ça nous ferait mal de les envier et de leur ressembler), frustrés (de quoi ?), hypocrites, délateurs, dénonciateurs, pisteurs (alors qu'on n'en a rien à foutre de leurs proses,), PN, etc. La liste est si longue que nous sommes habillés pour passer plusieurs hivers en antarctique.

Publié le 29 Novembre 2023

@Philippe De Vos j'ai lu que la tique nous octroie le DROIT de nous exprimer sur nos pages, mais pas ailleurs. Alors, allons-y gaiment sur les nôtres. Les deux, qui font la paire, ont le droit de polluer les tribunes et les publications d'auteurs, de demander la censure et de nous traiter de tous les noms. Leurs problèmes avec leur Troll viennent d'eux depuis son apparition, mais avec leur QI d'huitres, ils n'ont toujours pas compris et qui cherche trouve ! En tout cas, nous les intéressons bigrement. Allez, les pisteurs, bonne lecture et à la prochaine !

Publié le 28 Novembre 2023

@FANNY DUMOND2
"Mais il paraîtrait que ces derniers devraient prendre cet arbitrage avec humour, (…)" lis-je sur une tribune, en commentaire. C'est-y que la colonelle serait venue me lire une fois de plus ? C'est-y qu'elle me suivrait à la trace ? N'aurait rien d'autre à foutre de son existence ? Alors qu'elle demande qu'on l'oublie… C'est ben difficile, ma brave dame ! Ça me renifle tellement le cul que j'en serais gêné pour elle si j'avais encore un peu de compassion.
Et l'autre vieux bouc qui parle de punaises de lit, de morpions ! C'est y que ça entrerait dans les CGU toutes les dégueulasseries du vieux, désormais ? Mais c'est de l'incontinence verbale, ça madame. Porterait pas des couches, le bonhomme ? Peut-être qu'il faudrait adopter la même tactique que lui : signaler aux dirigeants de mBS ces termes putrides qu'il emploie (faites comme je dis, mais ne faites pas comme je fais !). Enfin, moi ce que j'en dis…

Publié le 28 Novembre 2023

@FANNY DUMOND2
Bonsoir Patricia,
merci d'avoir lu ces ajouts de textes. D'autres viendront, au fil du temps, et d'autres reviendront, comme promis, car la chasse est ouverte toute l'année !
Eh oui ! Le Bon Dieu a merdé quelque part dans ses dosages, c'est certain et ce mesclun montre diverses facettes humaines, des plus féroces aux plus ridicules… L'homme est un animal (publié il y plusieurs années sous le pseudo Kléber Labbé (qui avait écrit aussi un début de roman inachevé, je le déplore, voici six ans, "Le Merle moqueur" dont un personnage s'appelait l'Abbé Kléber) est un texte qui me fut inspiré par notre président Macron, si apte à passer pour autre chose qu'il n'est : un fat.
Bonne soirée
Philippe

Publié le 26 Novembre 2023

@Philippe De Vos Bonjour ! Je recommence, tout a sauté. " Humérus Clausus " : toujours le même uppercut au cœur. " Je pamphlète, ils censurent " : pantalonnades, bouffonneries censurées par des imbéciles heureux qui n'ont pas de dictionnaires, mais ont une haute opinion d'eux-mêmes. Rire de soi n'est pas à la portée du premier quidam venu. " L'homme est un animal ", mais il parle ! Je pense que le Créateur aurait mieux fait d'arrêter le 6ᵉ jour après la création des animaux. Excès de zèle ? « dans quels dosages ai-je pu merder autant pour avoir fabriqué des races de dégénérés ? » avez-vous écrit dans " le retour d'Ursalim ". Votre journal " quotidien " est encore d'actualité. Merci beaucoup pour mes nouvelles lectures et pour les anciennes que j'ai grand plaisir à relire. Je vous souhaite une bonne fin de dimanche et vous dis à bientôt ! Patricia (cette fois-ci, je copie avant d'envoyer).

Publié le 26 Novembre 2023

@Fanny Dumond3
Je pense que la Baleine peut être lue de mille façons. Il n'y en a pas une de bonne.
Là, la baleine vient s'échouer volontairement. On peut y voir un acte suicidaire ou un appel au secours. On peu y voir quelqu'un qui n'a plus de volonté ou qui espère que son acte désespéré va inciter des gens à lui tendre la main. Enfin ! il me semble… plusieurs interprétations. C'est ouvert. Il n'y en a pas une de bonne et les autres mauvaises. Je laisse le lecteur à sa propre sensibilité, tout comme pour les deux textes cités ci-dessous où chacun devait y lire ce qu'il avait ressenti à la première lecture.

Publié le 15 Novembre 2023

@Philippe De Vos ah oui, comme je n'ai pas l'esprit mal tourné et que je ne me moque pas de certains handicaps, j'ai lu tout à fait autre chose que votre intention que je comprends maintenant ! Finalement, il est encore plus fort ce texte sur le rejet de l'autre, celui qui n'est pas conforme à certains canons. C'est quand même fort dommage que vos mauvaises expériences de retours de lecture vous poussent à vous " auto-censurer " comme ça ! Moi, je vous félicite de l'avoir publié et bien sûr, j'attends la suite. Bonne fin d'après-midi à vous. Patricia dans l'attente de la tribune.

Publié le 15 Novembre 2023

@Fanny Dumond3
Merci, Patricia, pour ce nouveau vote. Vous y parler du dernier texte, La Baleine échouée. J'ai hésité à mettre ce texte en ligne parce que, des fois, certains de mes textes sont incompris ou mal compris, comme "Tu seras parent mon fils" ou encore "La confession". Un peu comme s'ils dérangeaient. Je mets La Baleine dans cette veine-là. Âmes sensibles, s'abstenir.
Bonne journée à vous
Philippe
(en attente de la tribune 'Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, que je collerai plus tard dans mon mesclun qui s'enrichira dans les semaines à venir).

Publié le 15 Novembre 2023
3
@Philippe De Vos Bonjour Philippe ! Comme quoi, il est inutile de faire long pour donner un aperçu de l'auteur qui se dévoile à travers divers textes courts, mais condensés. Parmi ceux-ci, j'ai retenu "la baleine échouée", un texte fort anthropomorphique pour dire que nous ne sommes pas faits pour cette terre, que la vie n'est pas douce et qu'en définitive, nous sommes seuls au monde même si nous sommes bien entourés. Mention très spéciale pour votre poème " le savant "dans lequel j'ai appris un mot savant qui m'a donné le sourire lorsque j'ai lu sa définition. Je reviendrai plus tard sur votre salade composée, car il ne faut pas abuser des bonnes choses. Bonne journée à vous. Patricia
Publié le 15 Novembre 2023

@@FANNY DUMOND2
Bonjour Patricia.
J'attends avec intérêt vos commentaires avisés, sachant que, comme je l'ai écrit, ces textes n'ont pas vu le jour la même année; ils sont aussi dépendants d'une humeur, d'une situation, d'événements, voire une réaction à quelque chose qui s'est passé soit dans ma vie, soit sur mBs. Tout n'est pas forcément abouti. Certaines réflexions sur la littérature sont, je pense, plus élaborées dans Page 24 qui est, certes, un roman, mais un roman qui m'a permis de développer des idées, certains concepts.
À bientôt pour vos réflexions.
Philippe

Publié le 04 Novembre 2023
3
@Philippe De Vos je relis vos textes lentement en prenant des notes sur certains et je vous laisserai mes impressions en privé, parce que c'est un peu trop long pour les poster sur votre page et que certaines sont des interrogations, des réflexions personnelles dans lesquelles je vous rejoins. En attendant, je vous souhaite un bon week-end propice à l'écriture. Patricia
Publié le 04 Novembre 2023

Bonjour @galodarsac et merci de vous être arrêté une fois encore sur mes textes.
Comme je l'ai écrit dans le synopsis, il s'agit de textes écrits depuis 2017 et que j'ai gardés en pensant ne jamais les publier. Mais le nombre et leur diversité ont fini par me pousser à en faire quelque chose sans me soucier de la cohérence de tout cela. Quel rapport entre une poésie légère, une réflexion sur la littérature, un texte moqueur sur la peinture et surtout les peintres du dimanche (qui était en fait une réflexion déposée sur mBS, en commentaire, suite à une tribune dont je ne me souviens plus le thème exact).… Quel rapport ? Un point commun, seulement : son auteur !
Pour Page 24, il est vrai que j'aborde, à travers un roman, différents thèmes comme celui de la littérature, notamment. Mais pas que. Et son côté déjanté tient dans le personnage dont on ne sait plus s'il est dans la réalité et la fiction. Preuve en est : l'apparition de son ange gardien et différents personnages qui naviguent, eux aussi entre cette fiction et cette réalité.
(Ici, il y a quand même une rencontre avec H.G Wells ! / me croira-t-on ?)
Mais il y a quelques similitudes dans ce mesclun. Sauf qu'on a d'un côté un roman travaillé (car écrit et réécrit et même rééééécrit) et de l'autre des textes sur l'instant, à peine retravaillés pour cette publication.
Merci une nouvelle fois de ce mesclun d'étoiles… ça nous change de la pluie !
Philippe

Publié le 04 Novembre 2023
3
Et un mesclun d'étoiles bien entendu !
Publié le 03 Novembre 2023

@Philippe De Vos Agréable recueil que celui-ci, et son titre le résume parfaitement, il y a de tout et pour tous les goûts ! Des réflexions philosophiques (mais pas barbantes), des petits poèmes en prose charmants (dont je vous sais gré d'avoir précisé qu'ils ne sont pas l’œuvre d'un poète, qualité rarissime ici et ailleurs), des passages plus drôles comme ce peintre campagnard qui n'est pas sans rappeler l'histoire de Boronali, la vision d'un futur proche qui pourrait bien n'être pas si fictif que ça, des réflexions intéressantes sur la littérature, auxquelles je souscris en grande partie, surtout le passage sur Verlaine et l'importance du style.
Et on a même droit à des expressions latines ad libitum !
On est loin de l'atmosphère déjantée de Page 24, mais le plaisir de lire est là !
Bien à vous
-LGA

Publié le 03 Novembre 2023

@Philippe De Vos Je suis ravie de savoir que je pourrai me rendre dans votre auberge durant de longs mois pour y déguster quelques-uns de vos mets si délicieux et que vous me réservez un menu spécial. Je vous tisserai un paillasson sur lequel j'inscrirai " essuyez vos pieds avant de monter dans les étages ". Il faut bien s'aider entre collègues. Patricia

Publié le 01 Novembre 2023

@FANNY DUMOND
Merci Patricia pour votre lecture. Un mélange de choses joyeuses ou tristes ou, je l'espère aussi, poétiques et parfois quelques réflexions sur des sujets qui me tiennent à cœur.
Ce format "ouvert" me permettra, au fil des mois, d'y ajouter quelques textes, et pourquoi pas, après quelques pages blanches, de ressusciter d'autres textes. Car s'ils semblent morts, je crois en la résurrection ! Alléluia !
Philippe
Ceci étant dit pour que chaque jour, j'ai au moins deux clics qui feront avancer dans le classement mon recueil, car n'en doutons pas… ils viendront. Les loups sont là, à l'entrée de la ville.

Publié le 01 Novembre 2023
3
@Philippe De Vos je me délecte avec votre petite salade diverse, très variée et légère qui fait passer un repas bien copieux, trop copieux parfois. J'aime beaucoup passer de la poésie à des réflexions personnelles, à des choses tantôt gaies, tantôt plus tristes. Vous êtes un excellent cuisinier et je réserverai volontiers une table pour le prochain week-end. Alors, prenez vite un stylo pour noter ma commande. Et nom d'une pipe, ce que ça fait du bien de lire de la vraie Littérature ! Merci beaucoup Philippe de m'avoir à nouveau régalée. Je vous souhaite une excellente soirée. Patricia
Publié le 01 Novembre 2023