Bruno Verdin
Biographie

il n' y a pas d' oreilles pour l' écoute, il a fallu écrire. Ensuite, divulguer.

Bruno Verdin a publié

Bruno Verdin a noté ces livres

5
...........Catarina Viti, tu es une personne qui bourdonne dans les détails mais ni de trop ni de peu. Tu es '' ruche '' et je t' entends et je te vois et je te lis. Tu es riche d' être belle, la ruche. Avec toi je ne lis pas, je '' plus que lis '', je te vois et j' y suis. Si je me '' dé-lis '' ou si je me '' a-lis '' c' est sortir ma tête trempée dans ton livre, ensuite s' allongent, s' arrachent les écritures collées à mon visage....................Catarina Viti, ton histoire ne m' abreuve pas, elle ne me fortifie pas, loin de mes passions, en dehors de mes curiosités...et elle n' est pas mon choix premier. La forme, la manière, - le style -, là est mon cadeaux et il en est ma gourmandise. Je dirai que ton récit est l' orage et que ton allure d' écriture est l' arc-en-ciel de ton récit et, pour qu' il ait un arc-en-ciel, il faut qu'il y ait l' orage. Admis !....................Tu as l' histoire Romane, le style Gothique, une plume à dorer les légendes. C' est fouillé, c' est fouiné, c' est chiné, c' est ta marque, ton sceau, ton écu et tes gloires offerts sur mBS comme appât. Je m'y rends, je me gave. Tu amènes et ajoutes du qualitatif précis et précieux, ce sont des sentiments expertisés, propres, complaisants et véritables qui accompagnent et cheminent le déroulement de ton récit. Il y a du tact, il y a de la connaissance constructive à l' élaboration de tes phrases, il y en a la richesse, il y a de l' architecture intelligente et plaisante où cela est simple et, au plus simple encore, plus beau encore. Il n' y a pas de miettes égarées ou d' insignifiances échues, il n' y a pas un mot qui écorne l' idée, une ponctuation qui ne dise rien. Un florilège de beau et bon français. Il faut une pleine disposition d' esprit pour découvrir tous les maillages et les imbrications géniales parce que '' surprenantes '', les compléments compétents et ahurissants d' apposition, d' appointé de luxe. Tout est '' adjectivable '' d' une manière, d' une double manière ou de mille manières mais tout fini : adjectivé, qualifié, une décoration expectative. Je suis renversé, assommé par les rectitudes de tes descriptions. Tu es une fée ? J' avance dans le récit, je me conduis, je me projette et je me rends compte que ce que je viens de lire est propre, aéré, magnifique, un rêve dessiné au crayon fin...............Tu fais vivre Julia par l' endroit où elle se trouve. Ce sont ses planches, sa scène et le projecteur est sur elle mais ce sont les planches qui grincent, la lumière qui éclaire, les murmures du public que tu pousses, c' est par cela que tu fais respirer, bouger ton récit pour mettre de l' évidence, du temps présent, de l' instant. Julia est '' dessiné en plus '', sa vie est transposée par son lieu et son moment. Tu es conteuse, tu es merveilleuse conteuse pour les oreilles, pour l' imaginaire. Je ne sais pas bien qui est '' Julia '' mais je sais que tu la racontes. Julia est ta marionnette, ta marionnette de théâtre, j' aime ton théâtre, j' aime, j' aime j' aime. Ton théâtre est un coucher de soleil '' imperturbé '', imperturbable, éternel. Tu apportes tes fastes et tes encorbellements, tu les distribues où les gens passent, où Julia passe aussi. Tu les attribues, tu les pares, tu les brodes comme d' un berceau doucement balancé qu' est le rire joyeux d' un bébé déjà fabulateur de sa vie. Il pleut sur Julia, il pleut sur le monde, Julia aperçoit un oiseau, j' aperçois un oiseau, le monde aperçoit un oiseau, il pleut la vie sur Julia et tout se mouille avec elle, c' est grand, c' est grand '' d' être '' beau, c' est bon, il y a de l' émerveillement et ça bouge, ça balance, c' est heureux. J' étale mes impressions comme je lis, je lis ton livre et lorsque je m' arrête j' ai un nouveau besoin, un besoin '' écrire '' pressant...............Ce qui est dans l' ombre est déniché, trouvé, raconté. Tout à valeur, chichement bien écrit, oui. C' est bien ! j' adore, c' est concis, c' est visé juste, c' est visé à propos, c' est mirobolant de détails, c' est clinquant, c' est doré ce qui est trouvé, enfoui et masqué au passage de la lecture. Ou bien de s' arrêter pour enlever le flou d' un regard presque loupé et là, oui c' est bien ça, ça brille tout seul.............Ce doit être de la-bas, de la vie tranquille, le sud. Un morceau de monde qui se fait de tout du monde. Du bleu de la mer '' poissonnée '', du ciel fait en ciel, de la romance qu' afflige le soleil sur la vie qui te rends expressive par devant l' emprisonnement arrivé de vivre. Tu trouves bien à raconter, je suis sublimé, je suis dodu. Je sais, un repas à table avec toi, ce sont mes oreilles qui mangeraient le mieux, le plus. Tu rapportes de la saveur d' esprit, du pétillant de découvertes, tu les sais, tu les connais et tu les sers en redondance. C' est de l' enchantement millimétré, de la paillette servie sans retenue, à l' excès pour qui en veut encore, en voilà. Pas de trop pour moi, j' aime jusqu' au '' plus '', je peux encore m' empiffré. Il faut se défier de te lire facilement, tu captes l' humidité de l' air et tu la refroidis pour nous la montrer. ................Est-ce que tu es du divin charnel au milieu de tous, pétulant, promenant de l' oxygène au '' délirium phosphorescent '' ? Il semble que les environnements t' admirent lorsque tu parles d' eux. Tu te laisses toucher et caresser par les décors, tu te rafraîchis, tu te laves d' avec le bleu du ciel et de la mer, tu te sèches par les nuages des vents qui sont les mains d' Eole. Et tu reviens plus loin, ailleurs, purifiée, bénir d' autres lieux, cadrer une nature, dessiner une nuance, cristalliser le temps, faire naître tes secrets du fond de l' univers, ici. Ton jardin, notre jardin, nos terres, tu nous les fais apparaître, tu apportes la consistance de regards plus puissants, de plus de véracité à l' embasement de voir. Nos regards qui se perdent, qui sont suspendus, détournés aux caprices, filtrés à la lumière, embués, passifs, désengagés de rêver, aveugles du charme de la chose avant la chose mais rendus par les faces, les bords, les sommets de tes formes d' art de conteuse. Tu nous fais '' loupe '' à l' évidence ce que nous regardons loin et ne sera jamais à apparaître. Trop loin, trop sombre, trop rêvé........................Ce qui est petit est ta vie, ce qui est grand est ce que tu es. Si tu sais entendre les sentiments d' une seule phrase, celle-ci est pour toi mais son volume me déborde : Ici, je découvre les verticalités du site mBS. Ici, j' ai trouvé la lune et l' endroit qui la fait exister, ici, j' ai grimpé de sacrées hauteurs, ici, j' ai surplombé de belles montagnes. A l' escalade, je me suis formé, je fais et je me détache du sol, je travaille, je fais et je m' instruis à te lire. Près d' un nid d' aigles est rangé ton roman. Dans ton pays gagné, ici, je plante mon drapeau...Catarina Viti, je te laisse puiser ce qu' il te faut, ce qu' il te plait de parts de ma sympathie et de ma reconnaissance parce que tu es une personne aux fenêtres ouvertes grandes aux journées des saisons, parce que tu es une levure d' émerveillement expectative, parce que tu es une personne que la nature te fait fruitière et tu es la saison choisie qu' est ton roman. Tu es fruitière de beaucoup, de tous les fruits, d' un seul arbre.
Publié le 02 Septembre 2019
5
.......Encore du " Zahia Melouane ".......J' aime tes contes, j' aime les dessins de tes contes, j' aime ta lumière..........J' ai faim de regarder tes dessins, j' arrive. J' entends tes couleurs câliner mes tympans lorsque je te lis, je reviens. Tu me décales les sens. J' hume, j' en veux. Je goûte, j' adore...........Devine que je reviendrai une prochaine fois ? Oui, ce sera lorsque j' en aurais la convenance, l' envie y est déposée, le chemin je connais. Les blancs de temps, je déboucherai avec mes humeurs les meilleures - promesse -....... Je te dis et je te chante toute ma reconnaissance, je félicite la simplicité et le ravissement de ton existence, je conçois, je scrute et j' adhère ton avènement. Je suis éblouis de couleurs !................l' Orage...- Gigliola Cinquetti -......youtube......" bellissima chanson ".....................................................,,,,,,,,,,,,,,,,l
Publié le 12 Juillet 2019
5
.........C' est à ranger dans.......laaaa......catééé..gorie....." bonbon FRUITE ! ". C' est petit, c' est court et c' est " chou ". Ce n' est pas un texte décoré d' images, ce sont des images, des dessins commentés. Original ! C' est régalant, mignon, joli.........Je t' envoie un souhait de bonheur.
Publié le 09 Juillet 2019

Pages