Une dernière cigarette

50 pages de Sylvaine Allié
Une dernière cigarette Sylvaine Allié
Synopsis

« Une dernière cigarette » entraîne le lecteur dans un univers imagé où Marie, une jeune fille, visite de façon obsessionnelle le cimetière dans lequel son papa adoré est enterré. Loin d’être une danse macabre, le début du texte est surtout un dialogue surréaliste entre une fille et son père disparu brutalement.Faire son deuil et grandir, tel est le chemin de Marie jusqu’à ce que celle-ci rencontre le Conquérant : « Il est d’une beauté brute rare, charpenté, adule les rois de France et roule en voiture de collection ».

Entre fantasme et réalité, chacun des personnages joue sa partition folle dans un monde où nul n’échappe à ce que la nature a prévu.

691 lectures depuis la publication le 12 Septembre 2019

Les statistiques du livre

  39 Classement
  540 Lectures
  -3 Progression
  5 / 5 Notation
  20 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Floriana Vélasquez
Chère madame,
Votre nom à lui seul est un voyage enchanteur.
Je me délecte de votre plume-critique et je vous remercie d'avoir aimé. Cela n'est certes pas l'effet d'un choix, que vous ayez aimé, mais vous avez choisi mon texte parmi d'autres pour une lecture. Il se trouvait là, devant vous et vous avez plongé dans ma musique mi-tragique, mi-candide comme vous le dites.
C'est moi qui vous remercie encore.
Sylvaine

Publié le 10 Octobre 2019

@Sylvaine Allié

Portrait d'une femme en creux
Portrait d'une femme en quête
Cachée et révélée par deux hommes
Ou bien est-ce le même idéalisé, par deux fois ?
Idéalisé le monde de la petite Marie ?

Portrait d'une femme en cloque
Portrait d'une femme en roc
Attaquée et convoitée par la mort
Un récit choc et sobre comme un conte
Une volonté d'éliminer le pathos ?

Une musique singulière à la fois tragique et candide illumine votre récit... du Bach peut-être ?
Une écriture épurée, ciselée (peut-être un peu désincarnée) sculpte les émotions... Du Brancusi peut-être ?
Une façon élégante de ne pas nommer les choses, distille une saveur véritable... Le vin de l'Hérault sans doute ?

J'ai beaucoup aimé
Merci

Publié le 10 Octobre 2019

@Jean-Paul Andersen
Merci pour votre retour-critique élogieux. Il m'emeut. Je le reçois come une main tendue sur ce chemin parfois pierreux de l'écriture au long duquel je tente avec ténacité de donner un souffle à mes textes.
MERCI. Sylvaine

Publié le 08 Octobre 2019
5
Après un incipit assez inattendu et plutôt saisissant, presque dérangeant par l’image morbide qu’il nous impose sans préavis, votre style singulier - à la fois métaphorique et épuré - nous embarque dans une sorte de quatrième dimension. Une dimension où vie et mort ne sont séparées par aucune frontière, mais où tout prend du sens, tout y parait moins furtif, moins irrémédiable. Un bien bon moment de lecture. Chapeau bas.
Publié le 07 Octobre 2019

"Une dernière cigarette" est le "Livre le +" du 7. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : hhttps://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11750-une-de.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 07 Octobre 2019

@Duncan Cartwright,
Cher monsieur,
Je viens de lire votre message et je vous remercie d'avoir lu Une dernière cigarette. Vous avez noté les phrases qui vous paraissaient sortir de l'ordinaire. Cela me comble. Certaines me faisaient faire des bonds, c'est vrai. Une phrase qui retient les yeux, qui résonne aux oreilles comme un son, qui occasionne peut-être même des frissons chez un lecteur, est une partie infime de gagnée pour l'auteur que je suis. La 1re page, dites vous, peut déstabiliser, pourtant vous vous êtes accroché et très vite vous avez rencontré un univers que vous n'avez plus lâché. On dirait que je plaide. Oui !
Car ce petit livre avait bien failli voir le jour sous un autre titre et soutenu par une belle maison…
Merci à vous.
Sylvaine

Publié le 01 Octobre 2019

@isa33
Pardonnez-moi, vous aussi, je n'avais pas pris connaissance de votre commentaire et je vous en remercie tellement.
Avec votre « scalpel de l'âme », vous ne pouviez pas mieux décrire mon texte et rendre grâce à ma plume !
À ceux qui ont entrevu tristesse, vous avez su lire entre les lignes et retenu qu'il y a du beau dans la souffrance et que celle-ci n'existe plus, pour partie, dès lors qu'on en fait de la matière…
Ce livre a déjà une très longue vie, a presque vu la lumière, re-tente la scène, non pas pour être vu mais entendu (encore qu'elle m'irait bien, mon nom en 1re de couverture papier me donnerait comme un goût d'enracinement).
Puissiez-vous grâce à votre lecture influencer son sort.
MERCI
Sylvaine

Publié le 01 Octobre 2019

@sandrine C
Pardonnez-moi, je suis nouvelle sur ce site, et je n'avais pas vu que je pouvais vous répondre.
Je suis bouleversée par votre commentaire. Bouleversée dans le bon sens du mot.
Pour répondre à vos doutes, la genèse de ce livre, est que, dans la vraie vie, Marie a vraiment voulu délivrer son papa. Épaulée d'un grand monsieur, armée de quelque chose d'ultra légitime, je m'apprêtais à revoir mon père, mort.
Et puis, ce grand monsieur savait mon aisance pour l'écriture, ma soif du mot juste, il m'a encouragée à raconter l'histoire de ce qu'il appelait une démarche artistique. Un papa pour Noël est alors né. Il a frôlé la publication chez un mastodonte de l'édition. Déçue, et toujours armée, j'ai créé ma propre maison d'édition pour accoucher de ce 1er livre. Quelque quinze années plus tard, je fais le pari de l'auto-édition.
J'a écrit beaucoup de romans, ils ont tous attiré l'attention des éditeurs mais rien ne s'est concrétisé. Pour autant, je crois en Une dernière cigarette comme dans un aucun de mes autres textes. Votre message est un soutien, je le garde précieusement auprès de ma plume…
J'aime beaucoup votre expression « double bang ». Puis-je vous l'emprunter ? Ça change du double effet kiss cool :-)
Merci de tout mon coeur pour votre message.
À VOUS. Sylvaine

Publié le 01 Octobre 2019
5
Vous avez une manière incroyable de dire les choses. Avec un équilibre subtile entre la légèreté et la densité. Vous percez au chalumeau et caressez avec une plume. Quelle histoire. Deux histoires en fait. L’une est un fantasme je crois, qui n’a pas rêvé de prolonger le dialogue, de se voir encore ? Vous le rendez normal, naturel, presque évident. On n’a aucun doute que cela puisse être. L’autre, ça n’existe que chez les autres, n’est-ce pas ? Mais vous, vous faites double bang. Il y a tant de phrases qu’on a envie de retenir…
Publié le 21 Septembre 2019
5
Votre écriture donne le vertige...les mots transgressent la vie et bouscule la mort.....vos lettres sont taillées au scalpel de l'âme... l'illusion de la réalité danse avec les sentiments de l'au-delà..votre style griffe et enlace les phrases faites pour espérer l'espace d'un tête à tête ou d'une rencontre. Très belle découverte
Publié le 20 Septembre 2019
5
@Sylvaine Allié Sylvaine, pour être spécial, il est spécial votre court roman. Je suis toujours curieux de lire les œuvres des autres auteurs de MBS, à l'affût de leur manière d'exprimer les événements ou les ressentis. Votre récit m'a bouleversé. Il est d'une rare densité. J'ai été en apnée de la deuxième à la dernière page, car il se passe toujours quelque chose. J'ai été admiratif devant votre manière très poétique et originale de vous exprimer. A chaque page, j'ai noté une phrase qui sort de l'ordinaire. J'ai été également surpris qu'un des 17 lecteurs précédents n'ait pas encore laissé un commentaire. Il faut dire qu'il faut passer la première page qui peut déstabiliser, voire être un prétexte à renoncer. Mais une fois qu'on est installé dans l'histoire, on ne peut plus s'en détacher. Vous m'avez emmené dans un univers tout à fait particulier, mais tellement captivant. Je ne saurais trop conseiller aux lecteurs de MBS de se ruer sur votre oeuvre qui mérite une audience à la hauteur de sa qualité. Moi, je dis : Chapeau l'artiste ! Amicalement, Duncan,
Publié le 13 Septembre 2019