Ovalie
Présentation

Enseignante
Littérature comparée

Ovalie a noté ces livres

4
En regardant le monde pour s’en étonner, c’était peine perdue. C’est en se regardant lui-même, aujourd’hui, qu’il découvre la folie du monde et nous le fait découvrir.
Publié le 17 Novembre 2018
5
J’ai ouvert Polyamour avec beaucoup de curiosité. Je me suis demandé ce que Nadav pouvait nous dire sur le Polyamour sinon qu'il ne « s’agissait pas, d’adultère, d’aventure passagère, de polygamie, d’échangisme, de phénomène de mode, d’utopie, de philosophie, ni même d’état d’esprit. », qu'ils ne vivaient pas le même endroit et que c'est Varvara qui menait « égalitairement » ces trois amours. Sans en parler explicitement, Nadav nous fait comprendre qu’il s’agit d’honnêteté, de sincérité, de fidélité, de loyauté, d’un accord de chacun avec lui-même, d’un accord horizontal avec le monde. Amour libre, oui, mais pour tout le monde. Respect, oui, mais pour tout le monde. Pas d’instrumentalisation, oui, mais pour tout le monde. Cela veut-il dire que Varvara, Michel et Joseph savaient à tout moment quel était le type de relation qu’ils étaient en train de vivre ? J’aurais aimé que Nadav nous en parle davantage. Mais surtout c’est qui m’a intéressé, ce qui m’a amené à lire d'une traite jusqu’à la fin du livre, c’est ce moment historique du basculement du monde du « populisme au totalitarisme » des pillages et des massacres antisémites à la volonté de les éradiquer de la Terre en tant que peuple, comme dernièrement par le tueur de Pittsburgh. Je remercie Nadav de nous amener à comprendre l'histoire des différents coins du monde pour nous encourager à dénoncer les dérives présentes vers la confiscation aujourd’hui de la démocratie en Europe et aux États-Unis et pour finir lui dire une frustration : ne pas connaitre réellement les raisons de la présence en Ukraine des armées allemandes, polonaises, anglaises, tchèques et françaises dans ces années de guerres. Était-ce une course pour dévaliser « la Caverne d’Alibaba » qu’était l’Ukraine ?
Publié le 09 Novembre 2018
5
L’histoire que nous raconte Nadav m’était complètement étrangère. J’admire sa formidable liberté de renouer avec le passé historique des Rebelles du XXe siècle pour nous aider à comprendre le passé et nous encourager à dénoncer les dérives de notre présent alors qu’il y a 100 ans ils combattaient déjà l’antisémitisme et les dérives fascistes. Ce que j’aime aussi dans ce récit ce que les deux héros, Sioma et Tsipora et leurs compagnons rebelles ne cherchent pas à nous convaincre de leurs idées, des raisons de leurs combats, de leur interprétation politique ou sociale des sociétés qu’ils décrivent ou traversent durant les 50 premières années du XXe siècle. Je retiens les admirables lettres d’amour de Tsipora qui traduise l’amour inébranlable de leur couple. J’apprécie cette façon qu’à Nadav de croiser l’Histoire et la vie intime de ses personnages et de nous montrer que l’Histoire n’est pas vécue comme une reconstruction a posteriori, mais sur le fond de préoccupations privées qui infléchissent la vie individuelle et leur Histoire. Je pense à Moshé, l’amoureux de Ziva, l'Israélienne qu’il souhaitait épouser après la guerre d’Espagne. Elle le somme de lui revenir, tout entier, d’une guerre improbable, sinon elle menace, malgré elle de l’ignorer avec d’autres amants. Le cœur brisé, il décide pourtant de continuer à se battre avec ses camarades, contre le fascisme et Ziva non sans anxiétés à préparer son retour. Je pense à ce Vieux de Calanda qui entendait défendre le Bien à lui seul la Basilique de Saragosse contre le Mal représentés par les pistoleros du Mal franquiste… Je vous invite tous à lire ce beau témoignage. Une histoire d’amour d’un couple de rebelles liée à notre Histoire collective. Un récit de notre passé d’Européens qui nous incite à dénoncer le présent et à s’opposer aux dérives de nos démocraties vers « les populismes et le fascisme ». Je souhaite à Nadav de remporter le Prix Concours 2018. Comme Mary Pascal, je vais voter pour son splendide roman et espère aussi, de tout cœur, qu'il remportera le prix et connaîtra le succès qu'il mérite.
Publié le 08 Novembre 2018