Actualité
Le 17 mar 2019

"Mon" Livre-Paris 2019

Sans doute les raisons d’aller ou de ne pas aller au Salon du Livre-Paris sont multiples. Et si chacun sait pourquoi il y va, ou pas. Il est parfois bon de se ré-interroger sur ses propres motivations.
Livre-Paris 2019 reste une référence absolue de Salon littéraireLivre-Paris 2019 reste une référence absolue de Salon littéraire

 

Livre-Paris 2019 : l'’inauguration bien sûr, est essentielle.

Toutes les Directrices et Directeurs des Maisons d'édition sont là pour prendre le pouls de la profession, observer et s'informer sur la santé de leurs "meilleurs" amis et disparaître à jamais dés le lendemain, car on a beaucoup de travail. 
Célébration d’une profession prestigieuse, "en devenir" néanmoins, quand on annonce amèrement pour 2019 : "De plus en plus de Français lisent, mais les ventes continuent de décliner". La progression du numérique est lente, le temps de lecture est réduit, et surtout d'autres types d'activités de loisirs chronophages apparaissent.
La BD tire le marché du livre vers le haut ! 51% des  français de livres lisent de la bande dessinée, avec dans ce segment, une forte croissance des mangas et comics : environ 22%. Constat dressé par le CNL juste avant l'ouverture de la grande messe du livre en France, le Salon Livre-Paris. 

Livre-Paris 2019, c'est aussi l'espace de ces petits éditeurs qui combattent

De petits éditeurs ont là un seul moyen d’exister avec le plus souvent 2 mètres carrés d'espace loués à prix d’or. C'est un acte de bravoure dans la jungle d’un commerce difficile et sans merci. Passionnés par des sujets pointus, éditeurs parfois de leurs propres ouvrages, c’est pour eux la manière de se légitimer, de faire partie de la profession. 
Citons les Editions Marie B, affairée Vendredi avec quatre lycéens pour expliquer sa passion, sa vocation d’éditeur indépendant, humain et engagé, au coeur de l'actualité ; son passage de la peinture à l’écriture…Citons aussi cette rangée d’auteurs-éditeurs : André Siméant, Catherine Kosmala, Pari (un petit éditeur Africain) héros d’une foire, incarnant les soldats inconnus de la Grande guerre du livre, combatifs dans leur passion.

Livre-Paris 2019 : le grand spectacle de la production littéraire.

D’autres, plutôt des lecteurs ou des promeneurs veulent voir réunis le plus grand panel de livres récents de l’année. Une immense librairie avec toutes les dernières nouveautés d’un grand nombre de Maisons d’édition. Flâner, feuilleter, parfois acheter.

Livre-Paris 2019 : des auteurs indépendants entrepreneurs utilisent le système pour le réformer

Des initiatives intéressantes sont prises. Elijaah Lebaron est là pour  defendre un collectif d’une vingtaine d’auteurs indépendants qui participe cette année au salon du Livre de Paris, dont Armonia Zyra, auteur monBestSeller. Leur objectif : démontrer que les écrivains peuvent aujourd'hui proposer un nouveau modèle économique d'édition raisonnable et équitable. Leur conviction : les auteurs littéraires peuvent aujourd'hui prendre leur destin en main en s’émancipant d'un système d'édition traditionnel, de diffusion ou de distribution.

Livre-Paris 2019 est pluriel 

L’un des thèmes est de contextualiser et comparer l’apport de chaque nation dans la littérature européenne. Grande ambition.
OMAN, les Emirats arabe-unis sont particulièrement mis en avant avec des stands somptueux un peu glacés, et doit-on le dire, impressionnant pour le badaud.
Bratislava, l'une des villes invitées présente ses poètes dont je ne peux juger le talent mais dont l’intelligence et la qualité de discours ébranle. Marian Feriencuhova, poète, défend la poésie comme l’art suprême de la littérature parce que s’efforçant de toucher sans cesse la vérité absolue. Selon elle, la qualité des traductions et le multilinguisme, plus encore que pour le roman, sont le véhicule subtil et essentiel pour faire passer les vibrations.

Hommage et débats concentrés sur la scène "polar", "jeunesse", "young adult", Ce dernier étant l’un des thèmes dominants du Salon.

Des interventions éclairées de Marie Pavlenkoe, Claire Castillon, toutes deux auteurs "Young adult" interrogent. La réflexion porte sur cet âge incertain de la sortie de l'adolescence, qui mène à la fin des illusions, et l’absence de responsabilité adulte. "Il ne faut pas écrire pour eux, il ne faut pas les séduire…" déclarent elles, "Il faut simplement les mettre en scène et se rappeler soi-même comment on aurait réagi, il n'y a pas si longtemps". 

Livre-Paris 2019 séduit par sa qualité de débats

Livre-Paris, c’est acheter bien sûr (mais on peut acheter partout), c’est profiter de dédicaces (mais ça ne changera le destin de personne), c’est pour grappiller des informations (mais tout est sur internet).
C'est surtout  et essentiellement pour ses débats.

Comment écrire à 4 mains ? La psychologie des victimes dans les romans policiers ? L’utopie de l’Europe ? Peut on vivre sans poésie ?
Ces auteurs expliquent leurs environnements, leurs sentiments, leurs opinions, leur envie d’écrire, la résolution de leurs problématiques, leurs techniques et évidemment leur passion… tout ce qui est spontané, et qui vient du coeur. Et c'est bien.
C'est pour cela qu’il fait bon piétiner au Salon du Livre.

Analyse sans concession mais si juste. Bravo ! Pour ma part, j'ai regretté de ne pas y être allée deux jours pleins car c'étaient l'occasion pour moi de rencontrer des professionnels du livre et assister à des conférences intéressantes. Heureusement, beaucoup sont ensuite disponibles en podcast sur différents sites. J'ai beaucoup apprécié aussi l'édito pertinent de la newsletter N°287. Merci à vous

Publié le 28 Mars 2019

@lamish C'est vrai, vous avez raison, lamish. Nous n'utilisons pas assez l'image ...un objectif de plus :-))

Publié le 26 Mars 2019

Manquent quelques photos et vidéos, comme vous le proposiez, il n'y a pas si longtemps. Un petit plus qui permettait de goûter un peu mieux à l'ambiance d'un salon auquel je ne peux me rendre, comme beaucoup d'autres, j'imagine. Merci pour cette tribune et belle journée. Amicalement, Michèle

Publié le 23 Mars 2019