Interview
Du 13 mai 2020
au 13 mai 2020

Covid, peut-être une chance pour l’humanité…

Le Covid 19 interroge. Beaucoup, sans doute un grain idéalistes en attendent un monde meilleur, recentré sur des valeurs essentielles. Un texte de Domi Montesinos pour l'appel à l'écriture de monBestSeller. "Ecoutez le silence".
Les gens de la mer savent ce que confinement veut direLes gens de la mer savent ce que confinement veut dire

Les tares majeures qui affectent l’ensemble de l’humanité sont clairement visibles et connues de (presque) tous, famines, guerres, pollutions. Pourtant, en dépit du caractère insupportable de certaines d’entre elles, la proportion des personnes qui les regardent en face, les analysent et cherchent à comprendre est plutôt modeste…Le rythme effréné de la vie actuelle, où l’argent est roi et le temps vaut de l’or, ne laisse pas un instant disponible pour s’intéresser à autre chose que l’immédiat.
Le véritable bombardement d’informations dont chacun fait l’objet laisse peu de place à la réflexion ou a la méditation.La situation de confinement dans laquelle une majorité des habitants de la planète se trouve momentanément plongée pourrait, si elle dure suffisamment, conduire beaucoup de gens à prendre conscience de certaines aberrations et incohérences nous concernant tous.
« Il y a les vivants, il y a les morts et ceux qui vont en mer ».

Les gens de mer. Voilà bien une corporation habituée à pratiquer le confinement depuis qu’un humain s’est avisé de s’aventurer sur les flots.
Pourtant, tout le monde est concerné par le quotidien de ces personnes qui passent leur vie sur les mers, à transporter des automobiles, des téléphones, des jouets de Noël, ou à capturer les poissons qui constituent une part importante de la nourriture destinée aux humains.
« Démerdez-vous pour être heureux », professait le bon père Jaouen.
Hélas, il semble que peu de gens aient la capacité à identifier ce qui les rend réellement heureux. 
La course au fric, ce poison incomparablement plus dangereux que n’importe quelle drogue dure, a remplacé la culture du « savoir bien vivre ». Toujours plus, toujours plus vite.
Probable que la crise actuelle occasionnera un magistral coup de frein à toute cette agitation frénétique.

Qu’en sortira-t-il alors ?
Il me plait d’imaginer qu’à l’issue de ce qui est une épreuve pour beaucoup de gens, quelques points positifs puissent émerger de tout ça. 
Par exemple, que l’on réapprenne le goût du désir.
L’envie pourrait remplacer cette impatience maladive de satisfactions immédiates qui caractérise certains de nos contemporains.
Ou bien encore, que l’on admette, enfin, que la pollution est réellement l’affaire de tous.
Que l’on observe combien chacun de nos gestes quotidiens influe sur l’état général de la planète.
Parcourir plusieurs centaines de mètres à pieds, ou quelques kilomètres à vélo, pour aller quérir son pain est incomparablement plus générateur de bien-être que de s’engouffrer dans son gros s.u.v. pour « gagner » quelques minutes, clim à fond et klaxon aux abois.

Dans ma grande naïveté, je fonde quelques espoirs sur une prise de conscience générale. Elle pourrait alors aboutir à une redécouverte significative de certaines activités et attitudes tombées en désuétude.

Domi Montesinos

@lamish
Il est indéniable que cet épisode de ralentissement brutal de la course à,... à quoi, justement? aura été une grande première pour beaucoup de personnes.
Gageons qu'elles en auront tiré suffisamment de philosophie et de bien-être pour s'interdire de retomber dans leur "comme avant".
Je te souhaite bien du bonheur.
Prends soin de toi,
bises
Domi

Publié le 15 Mai 2020

@porphyre
Merci pour cet aimable commentaire.
J'ai profité d'un moment d'optimisme pour rédiger ce texte, justement en contrepoint d'un pessimisme de masse que je trouvais plutôt lourd.
Ceci dit, j'ai, depuis, bien souvent été épouvanté par certains comportements, hélas très répandus et qui ne sont pas pour générer beaucoup de fierté d'appartenir à la race humaine.
Quoi qu'il en soit, optimiste ou désespéré, chacun de nous a la charge d'apporter sa petite contribution à l'mage du colibri qui va déposer sa goutte sur l'incendie.

Publié le 15 Mai 2020

@lamarquerobert
Bonjour,
j'ai écrit ce texte deux jours après l'appel à texte de mBS. Je n'avais jamais entendu parler de vous ni lu quoi que ce soit de votre composition avant ces trois lignes de commentaires. Je suis ravi d'apprendre que vous m'avez lu et je souhaite pouvoir continuer à vous compter parmi mes lecteurs.
Mon roman, "Les Admos" est en téléchargement gratuit sur mBS, profitez-en
Bien cordialement,
Domi Montesinos

Publié le 15 Mai 2020

@monbestseller Après tout vous diffusez qui vous voulez et ce que vous voulez ce n'est pas mon affaire.Sans commentaire.

Publié le 15 Mai 2020

@lamarque robert Mais ce n'est pas une compétition, c'est un espace d'expression !

Publié le 14 Mai 2020

Ce texte ne fait que reprendre ce que j'ai écrit au mois de mars sur la prise de conscience et la pollution qui est prioritaire . Quand à la course à l'argent j'ai écris un livre en 2015 ou je précise que c'est notre diable et entraînera notre perte.

Publié le 14 Mai 2020