Interview
Le 04 juin 2021

"L'ombrelle du funambule : chroniques d'une néo-trentenaire" est la Sélection de mai du Prix Concours monBestSeller.

Irène Starre, son auteur néo-trentenaire, répond à notre interview avec cœur.
Irène Starre sur monBestSellerIrène Starre chez elle à Marseille
Question: 

Irène Starre, Roman ? Autobiographie ?  racontez-nous le chemin qui vous a mené à écrire « L'ombrelle du funambule : chroniques d'une néo-trentenaire ». Une histoire qui vous tient à cœur depuis longtemps ? Ou, l’irrésistible besoin de mettre noir sur blanc une partie de votre vie ?

Réponse: 

Irène Starre. L’ombrelle du funambule est une autofiction que j’ai commencée quand j’avais 18-19 ans. A l’époque, j’avais voulu écrire le journal intime de mon futur moi à l’aube de ses 30 ans. Au cours des 10 dernières années, je l’ai perdu, recommencé, transformé, repris, malaxé, réinventé pour en arriver au roman que je propose aujourd’hui.

 

Question: 

Vous avez animé un blog et de ce fait vous avez été témoin privilégié de vos contemporains. Diriez-vous que ces chroniques d’une funambule néo-trentenaire sont un marqueur des femmes d’aujourd’hui ?

Réponse: 

Je n’aurai pas la prétention de dire que mes chroniques sont représentatives des femmes d’aujourd’hui. Je suis la voix d’une femme trentenaire qui vit de nos jours. Si d’autres se reconnaissent dans mon texte, alors peut-être qu’avec un peu de chance nous nous sentirons moins seules dans cette aventure qu’est la Vie. Se dire « ah tiens moi aussi je ressens ça », ça fait du bien. On se sent moins différent, moins incompris.

 

Question: 

Boulots, amis, amours, en quoi est-ce différent d’il y a 20 ou 30 ans ?

Réponse: 

J’ai l’impression que notre génération, comme les précédentes, recherche toujours plus de liberté et d’égalité entre les individus. On veut être libre d’aimer qui l’on veut ; de travailler comme on l’entend par passion et non par raison ou par obligation ; de fréquenter des personnes qui nous inspirent et nous donnent envie d’être nous-mêmes. Nous voulons toujours plus de changements positifs dans notre société, comme nos parents avant nous, et nous avons raison.

Les nombreux BD et mangas que je lis ne sont pas étrangers à ma façon d’écrire

 

Question: 

Vous écrivez depuis toujours. Vos premiers lecteurs saluent votre style percutant, précis. Comment diriez-vous que l’écriture de votre blog a pu vous forger un style ?

Réponse: 

J’ai créé mon premier blog quand j’étais au lycée, j’y racontais ce que c’était que de vivre en foyer. J’y partageais des anecdotes sur les difficultés de la vie en collectivité avec dérision parce que je ne voulais pas qu’on puisse avoir pitié de moi. Personne ne le lisait je pense, donc je m’en servais peu comme d’un journal intime en ligne. Quand j’ai créé mon deuxième blog sur mon aventure entrepreneuriale, j’ai continué sur le même ton. Je racontais les déboires de la création d’entreprise avec humour comme un exutoire à ma frustration. Avec L’Ombrelle Du Funambule, j’ai voulu raconter l’histoire d’une nana un peu paumée avec la même dose d’auto-dérision parce que je ne voulais pas écrire un roman dramatique. J’espère avoir réussi ce défi d’écrire avec humour et sincérité.

Quand j’écris mes dialogues, il m’arrive souvent de les jouer pour vérifier qu’ils sonnent justes

 

Question: 

Et c’est votre blog également qui vous a appris cet art des dialogues ?

Réponse: 

Merci, je ne savais pas que mes dialogues étaient de qualité. Je pense que c’est dû à mes nombreuses réécritures, d’abord sous forme de pièce de théâtre (parce que j’en ai fait au lycée) puis sous forme de scénario de film (parce que je suis une amatrice de cinéma et de séries). D’ailleurs quand j’écris mes dialogues, il m’arrive souvent de les jouer pour vérifier qu’ils sonnent justes. En écrivant sous ces différentes formes, je voulais également éprouver mon histoire, y discerner les failles. Comprendre l’écriture scénaristique m’a beaucoup apporté. Je continue toujours cet apprentissage afin d’être une meilleure scénariste pour le roman graphique sur lequel je travaille. Je pense justement que les nombreux BD et mangas que je lis ne sont pas étrangers à ma façon d’écrire.

 

L'ombrelle du funambule : chroniques d'une néo-trentenaire
Question: 

Maya, héroïne ou anti-héroïne ? Vous ne prenez pas partie dans votre réponse au commentaire qui vous a été fait.

Réponse: 

Grande question ! Je ne saurais dire…Il y a des moments où je la trouve insupportable, où je trouve qu’elle exagère et des moments où je la trouve mignonne, où j’ai envie de la prendre dans mes bras. Ni héroïne, ni anti-héroïne, je crois qu’elle est juste humaine.

 

Question: 

D’ailleurs, à propos de commentaires, vous êtes d’une grande sobriété dans vos réponses. Pudeur ?

Réponse: 

Carrément ! Même dans la vraie vie, je ne sais jamais quoi répondre aux compliments à part un timide « merci ». Bavarde comme je suis c’est étonnant, pourtant les critiques comme les compliments me laissent toujours sans voix.

Ce roman c’est mon cœur.

 

Question: 

Vous avez plusieurs fers au feu, ce roman, une thèse de philosophie, un jeu video. Si vous ne deviez avoir qu’1 succès parmi ces projets, lequel souhaiteriez-vous le plus ardemment ?

Réponse: 

Mon roman, définitivement ! C’est ce à quoi j’ai consacré le plus de temps dans ma vie jusqu’à présent. La thèse et le jeu vidéo sont encore à l’état de projets dont la concrétisation ne dépend pas entièrement de moi. Ce roman c’est mon cœur.

Je suis venue sur monBestSeller avant tout pour dépasser ma peur que ce roman soit lu

 

Question: 

Vous avez bien sûr répondu aux commentaires que vous avez reçus… mais n’avez pas commenté d’autres livres, alors que vous-même êtes venu pour en recevoir… Manque de temps ? Ou n’avez-vous pas encore perçu le côté "économie solidaire" de monBestSeller ?

Réponse: 

A vrai dire, je suis venue sur monBestSeller avant tout pour dépasser ma peur que ce roman soit lu. Car contrairement aux blogs, j’y parle de sujets très très intimes, très personnels. Des sujets dont je n’ai pas l’habitude de parler, même avec mes amis. Diffuser ce roman sur monBestSeller, pour moi c’était comme un vœu attaché à une lanterne céleste, je n’aurais jamais cru être autant lue. Et encore moins être sélectionnée pour le Prix Concours de l’Auteur Indépendant. Mais en effet, c’est le manque de temps qui m’empêche pour l’instant de participer à la vie du site. J’ai lu pas mal d’articles sans les commenter car je ne sais jamais quoi dire. J’ai également repéré quelques ouvrages qui me font de l’œil et je compte bien prendre le temps, cet été, de m’y atteler.  

 

Question: 

Vous avez sans doute remarqué que certains auteurs participent à l’animation de monBestSeller avec des tribunes, ou en répondant aux appels à l’écriture, par exemple. Ces initiatives que nous développons pour les membres de la communauté mBS pourraient-elles également vous concerner ? Sinon, quelles initiatives littéraires pourraient-elles vous intéresser ?

Réponse: 

Les appels à écritures, j’aurais certainement beaucoup de mal étant donné que je suis absolument nulle pour écrire sous contrainte de thème ou de temps. En revanche, j’ai des idées d’articles qui me trottent dans la tête depuis quelques temps et j’espère avoir l’occasion de m’y consacrer pour les partager avec la communauté.

monBestSeller c’est une initiative formidable

 

Question: 

Vous découvrez monBestSeller. Qu’avez-vous envie d’en dire ici ?

Réponse: 

Je trouve que c’est une initiative formidable. Je connais d’autres plateformes d’autoédition mais le modèle de monBestSeller est particulièrement original et les quelques textes que j’ai pu feuilleter ont l’air de grande qualité. De plus on y trouve un public plus adulte que sur d’autres plateformes du même type, ce qui permet de trouver des textes d’un genre différent, qui correspondent peut-être plus à ce que j’aime lire.

 

Question: 

On dit qu’on écrit ce qu’on aime lire. Quels sont les livres sur votre bureau ?

Réponse: 

Après une année universitaire à lire des cours et des articles de recherche, je vous avoue que j’ai envie de me vider la tête…alors des mangas ! Sinon dans ma Pile A Lire, il y a "Moi ce que j’aime c’est les monstres" d’Emil Ferris et "Mauvais genre" de Chloé Cruchaudet, deux romans graphiques. A côté de cela, j’ai un gros faible pour l’urban fantasy et l’héroic fantasy.  

 

Question: 

Le mCL de monBestSeller sélectionne un livre chaque mois qui est ainsi nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant que nous organisons chaque année. Depuis sa création, 20 auteurs ont ainsi été repérés par les éditeurs membres du jury et édités. Si vous deviez défendre votre livre devant un jury d’éditeurs, que leur diriez-vous en quelques lignes ?

Réponse: 

Ouf, quelle question ! Je leur dirais qu’ils font un travail extrêmement difficile et que je comprends qu’ils ne puissent pas éditer tous les écrivains en herbe. Je suis contente de pouvoir être lue, éditée officiellement ou pas et j’espère surtout que l’histoire de Maya resonnera longtemps auprès de ce qui auront bien voulu me faire l’honneur de la lire. Quelle que soit l’issue du Prix Concours, je suis heureuse d’avoir été sélectionnée !

Félicitations @Irène starre et bonne chance pour la suute

Publié le 12 Juin 2021

Félicitations @Irène Starre, belle aventure et bonne continuation.

Publié le 05 Juin 2021

Merci à l'équipe de monBestSeller de m'avoir donné la parole et merci à @MinaTwig pour vos gentils mots et vos encouragements. Merci également d'avoir été parmi les premières personnes à avoir lu L'ombrelle du funambule. Je croise les doigts !

Publié le 05 Juin 2021

Bravo Irène Starre pour votre sélection très méritée, je suis heureuse pour vous. Bonne chance pour la suite...

Publié le 05 Juin 2021