Auteur
Le 23 mai 2022

Double je

Jouer sur son identité ou s'en fabriquer une, c'est le thème sur lequel Vivet Doré s'exerce pour séduire sa proie sur le net. Mais quand l'échéance de la réalité s'annonce, tout se complique. La nouvelle de Vivet Doré pour l'appel à l'écriture monBestSeller sur le thème du Double jeu
La nouvelle de Vivet Doré pour l'appel à l'écriture monBestSeller. Canard ou lièvre ?La nouvelle de Vivet Doré pour l'appel à l'écriture monBestSeller. Canard ou lièvre ?

“Et ça te dit qu’on se rencontre irl ?”

Je me félicite de ne pas avoir cliqué sur la notification quand elle est apparue : j’ai cette mauvaise habitude d’ouvrir mes conversations même si je ne peux pas répondre immédiatement, et je lâche des “vu” en oubliant le message.

Pas comme si ça pouvait être le cas avec la_jujube17, Julie de son vrai nom : dès qu'elle me parle, pendant mes cours ou à quatre heure du matin, je me presse de lui répondre. Du moins, d’habitude.

 

“Et ça te dit qu’on se rencontre irl ?”
Oui, ça me dit. Ça me dit beaucoup, même, mais je suis capable d’affirmer que le résultat de ce premier rendez-vous in real life ne sera pas à la hauteur de ses espérances. Et cette certitude n’est que renforcée lorsque je me regarde dans le miroir. Je ne suis pas comme elle, je n’ai jamais posté de photo de moi dans la partie du forum consacrée à montrer nos trognes, je ne suis pas populaire comme elle l’est, je ne suis qu’un pseudo parmi les autres. Ce qu’elle sait de moi, c’est uniquement ce que j’ai bien voulu lui dire ou lui montrer.

Ça va faire maintenant six mois qu’on se connaît : à mon arrivée sur le forum d’écriture, elle a été la première à m’accueillir, à me montrer à quoi servaient les différents topics et comment changer de photo de profil. Après quelques semaines à échanger sur la Chatbox et à s’envoyer des messages privés sur la plateforme, nous avons échangé nos numéros. Pour me décider, il a fallu qu’elle annonce partir en vacances sans son ordinateur et sans wifi. Un mois sans aucun contact avec elle, c’était impensable. J’ai toujours trouvé de bonnes excuses pour ne pas qu’on s’appelle : j’avais une angine, je captais mal là où j’étais, puis le micro de mon portable ne fonctionnait plus, m’empêchant de passer des appels. Vraiment un drame pour un téléphone.

On avait comblé mes pseudo-déboires technologiques à coups d’échanges sms jusqu’à pas d’heure, jusqu’à s’endormir sur nos écrans, jusqu’à me donner l’impression que je me couchais à côté d’elle.

 

“Et ça te dit qu’on se rencontre irl ?”

Mon regard ne peut se décrocher de cette simple phrase. Je sens la panique qui monte, qui monte, qui monte, et jamais ne redescend. Et j’ai du mal à respirer. Je vais vomir.

Je sais bien que je n’aurais jamais dû lui dire où j’habitais, même qu’un peu, mais je songeais naïvement “Paris, c’est grand !”. Elle habitait dans le Sud de la France, elle n’avait aucune raison de monter. J’avais peut-être mal évalué le potentiel attractif de la capitale et de ses coins paumés. Bien sûr, elle ne se déplacerait pas que pour moi, elle avait des choses à faire sur place, mais on pouvait bien en profiter pour se voir, non ? Elle avait rencontré beaucoup d’autres membres du forum, ça c’était toujours bien passé. C’est ce qu’elle m’avait assuré, sans se rendre compte que la jalousie me piquait dès lors qu’elle me parlait des autres. Elle avait fini par comprendre ce qui se tramait en moi quand j’avais tapé une crise : il fallait que je me rassure, elle n’avait rencontré que des filles. De toute façon, m’avait-elle réconforté, tu es le seul mec du forum. Un peu comme un pokémon rare, quoi.

Cette idée me charmait. Avant. Un peu moins à présent.

Entre mes mains, l’écran finit par s’éteindre et je fais face à mon reflet. Les yeux écarquillés derrière une monture carrée. Les cheveux en bataille sous une casquette. J’ai envie de hurler, de me mettre des gifles. A quel moment ai-je cru que c’était une bonne idée ? Mentir, ce n’est jamais une bonne idée. C’est insidieux, comme une mauvaise herbe qui germe, prend racine et finit par se répandre. Quand on s'aperçoit enfin du désastre, c’est trop tard.

 

“Et ça te dit qu’on se rencontre irl ?”

Sur le forum, je suis la_peineMAXimum. Je me suis créé une identité virtuelle, un alter ego un peu mieux que moi. Et qui n’est, par définition, pas moi.

Max, comme un diminutif de mon prénom. Max, pour Maxence.

Je n’avais pas osé contredire Julie quand elle en avait déduit que j’étais un garçon. Si ça pouvait me permettre de changer de peau, le genre masculin m’allait tout aussi bien.

Aucun commentaireAjouter un commentaire