Auteur
Le 23 nov 2016

Nombre de lectures, nombre de lecteurs, commentaires : on sait tout (ou presque)

Les commentaires affluent, parfois insignifiants pour certains auteurs ; puis d’autres en ont un seul ou deux… mais plus denses, plus réfléchis. Ivan Zimmermann, auteur, enquête. Et vous savez chez monBestSeller, la tradition, c’est de donner la parole. Alors on la donne.
... Et plein de lecteurs apparaissent comme par magie ...... Et plein de lecteurs apparaissent comme par magie ...

Obtenir des commentaires de son livre. À tout prix ?

Bon, ça va bien maintenant, mon livre stagne en nombre de lectures.
« C’est pas normal ! »
Comment obtenir des notations et des commentaires favorables sur le texte que l’on vient d’écrire qui est forcément le plus abouti et le meilleur puisse qu’il vient de soi ?
La question est posée. Je vais tenter de répondre en vous soumettant plusieurs solutions.

Un bon auteur est un auteur honnête ou le règne de la méritocratie

La première solution consiste à soumettre son texte à d’autres. Comme on publie sur monBestSeller, autant profiter du ressenti du lecteur et de son jugement pour améliorer. On peut aussi lire les autres auteurs, apprécier et comparer, se présenter à des concours comme en propose souvent mBS. C’est la méthode par l’amélioration, la réflexion, le dépassement de soi.
Mais ça peut-être long et fastidieux, parfois décevant, mais le talent a parfois besoin d’un petit coup de pouce et s’il est naturel pour certains, d’autres en revanche, ont besoin de le travailler et le travailler encore. 
« Je ne sais pas si les bons auteurs sont ceux qui travaillent leurs textes, et je ne sais pas si je suis bon, mais en tout cas, moi c’est ce que je fais ». C’est d’Ormesson qui a dit cela à un interviewer sur une radio.

Avis aux tricheurs : tricher est un vrai labeur.

La seconde solution est de passer son temps, non pas à analyser ses défauts, les corriger, à remodeler son texte, revoir son style car, quand on est le meilleur il n’y a plus de discussion possible, mais à orienter le lecteur, à tenter de le duper sur la valeur de son écrit.
« C’est faisable ça ? Je veux savoir comment. » dit l’élève du fond vers le radiateur.
Ok, je vous donne la recette.

Ouvrez-vous plusieurs e-mails bidons chez Gmail, Yahoo, Orange, Free, en fait où vous voulez et autant que vous voulez si vous avez du temps à perdre, et inscrivez-vous comme lecteur avec des noms tout aussi bidons, cela va de soi, mais surtout pas d’avatar, on pourrait vous reconnaître, sauf si vous êtes maso-mégalo. Mais bon. Fatiguant, et puis surtout, un commentaire intelligent ... Pas "Super, j'ai hâte de connaitre la fin..."

Il ne vous reste plus qu’à vous connecter sur chacun de vos nouveaux comptes et ajouter des notes et des commentaires favorables à votre magnifique bouquin.
J’en vois déjà quelques uns au fond de la salle qui hochent la tête. « C’est pas du jeu ! » 
Mais, j’en vois également d’autres qui ouvrent les yeux en grand et prennent des notes. « Pas con, je n’y avais pas pensé ». Mais…
Inutile de dire que les mauvais élèves ne sont pas ceux qu’on croit. OK, on peut s’amuser à ce petit jeu, mais outre le manque de respect vis-à-vis d’autrui, c’est surtout prendre le lecteur pour un benêt.
Un lecteur est également souvent un auteur et détecte les faussaires. Il peut à tout moment dénoncer un abus et il ne s’en prive pas.

Le style du commentaire faussé est trop souvent flagrant. J’en ai même vu certains qui, adoptant la méthode de triche, ont oublié de changer leur nom et se mettent 5 étoiles.
Si, si ! « Des noms ! Des noms ! »
Impossible ils ont été expulsés du collège !
On voit également ceux qui n’ont que peu de lectures à leur actif et presqu’autant de commentaires favorables avec des résultats équivalents à ceux d’élections de républiques bananières.

Nombre d'auteurs (et monBestSeller) savent tout mais ne disent rien

On sait tout mais on ne dit rien… ou plutôt les auteurs savent tout et ne disent rien... Je vais vous avouer un secret.
Savez-vous comment mBS peut détecter la duperie en cas de doute ? Par l’identité.
Non, pas votre nom et e-mail, non, par l’identité de votre ordinateur où du moins celle de votre box. Cela s’appelle l’IP. C’est en quelque sorte la carte d’identité de votre ordi, smartphone ou tablette.
L’ancien programmeur que je suis peut vous l’assurer. Certains ont été pris la main dans le sac si j’ose dire.
Mais vous pouvez toujours aller chez tous vos amis, cousins, tantes, tontons, grand-mère, grand-père, papa et maman, sœur ou frère, ou les deux, ça peut faire du monde !

Si vous avez le budget, le temps ! Quand on aime on ne compte pas ! Peut-être plus simple de remanier votre manuscrit...

Votre serviteur.
Ivan Zimmermann

Un texte insuffisant restera un texte insuffisant quels que soient les commentaires, truqués ou de complaisance. Il ne sert à rien de courir, il faut partir à point, avec humilité, ténacité, modestie. Je ne comprends pas ce qu'il y a à gagner à se livrer à de telles pratiques. Il est vrai que des livres médiocres font un tabac. Il suffit pour cela d'être un VIP. Cela donne sans doute des idées à des auteurs qui, ayant rédigé 200 pages, se croient déjà écrivains. L'écriture, comme toutes les pratiques artistiques, demande un travail exigeant, ingrat parfois désespérant, rarement rémunérateur. Si vous souhaitez vous construire une notoriété et une fortune, choisissez une autre activité ! On ne triche pas avec l'Art !

Publié le 31 Août 2018

@Michel Canal a lancé les mots "Conscience et Ethique", voilà bien deux mots qui sont pour le moment encore des coquilles vides dans ce monde, qu'il soit virtuel ou pas, ne change pas leur absence banalisée de nos vies. Ceci étant dit, l'évocation de @Ivan Zimmermann, la belle âme qui m'a prestement secourue lorsque j'avançais en aveugle sur les territoires sans fin de mbs, m'a fait revenir à l'esprit une image de mon enfance, celle où Pinocchio se laisse abuser par les artifices clinquants du parc d'attraction où tous les enfants finissent par devenir des ânes tristement brayants, incapables d'ouvrir les yeux sur la farce impitoyable qui les a contraints à abdiquer leur conscience et donc leur innocence. A quoi cela sert-il? s'interroge @Catarina Viti, alors qu'elle détient déjà la réponse au vu de la qualité de sa plume. Mais à rien qu'à alimenter la croyance selon laquelle notre existence n'est valable que si elle est reconnue de tous. Le fameux piège de la Reconnaissance est avancée et les businessmen qui ont bien compris cela pour être à la page des dernières découvertes scientifiques sur le cerveau humain, usent et jouissent dans la création sans cesse renouvelée d'artifices palissant les pourtours d'un parc d'attraction virtuel pour amener toujours et encore plus de pauvres âmes à croire qu'elles seront reconnues et qu'ainsi leur existence sera validée face à un collectif reconnaissant leur valeur. Devant ce constat navrant et ne pouvant empêcher la toute puissance d'attiser des feux de paille, autant lâcher prise et nourrir les coquilles vides de la Conscience et de l'Ethique pour que demain se renouvelle pleinement de leur substance.

Publié le 08 Mars 2017

@ monbestseller.com, je suis une lectrice qui se laisse plonger dans vos livres tantôt intéressants parfois banales et d'autres moin bien écrit, en général je note et je laisse mon commentaire sans faire de casse car je pense qu'il faut vous encourager et qu'il faut que vous auteur accepter d'être juger de manière constructive. A moi peu m'importe les fautes d'orthographe , tant que l'histoire m'intéresse que le titre m'interpelle et que je passe un bon moment. Pour ceux qui me juge accepter vous même de vous faire juger, je ne suis pas écrivain juste lectrice.

Publié le 17 Décembre 2016

Merci @Ivan Zimmermann pour cet article très intéressant qui rappelle hélas que les sites comme mBS mais aussi Trip Advisor et consort sont victimes de ce type de triche. Mais je pense quand même que nous autres, utilisateurs de ces sites, sommes conscients de ce phénomène et que nous prenons les commentaires, quels qu'ils soient, avec des pincette. Qu'ils soient élogieux ou négatif : la triche peut marcher dans les deux sens.
Au final, c'est la somme des commentaires qui permet de se faire un avis, avec de surcroit sur mBS les membres du Club des Lecteurs qui sont une sacré aide pour faire son choix.
Je voulais en profiter pour faire une remarque sur une autre technique, que je pense que chaque auteur a dû probablement utiliser, qui est de faire appel à la bonne volonté de son entourage (famille, amis, ...) pour venir soumettre un commentaire. J'ai découvert que cette pratique pouvait être à double tranchant. En effet, ça pouvait s'avérer contre-productif car ces commentaires sont généralement un avis du style "j'ai beaucoup aimé" sans plus d'explication ou d'analyse. En fait, ils rédigent le commentaire dans le but de nous faire plaisir mais sans vraiment prendre le temps de construire une critique pouvant aider le lecteur de passage à faire son choix. Je ne sais pas si je suis le seul à avoir eu ce ressenti, c'est pourquoi je voulais partager ce point de vue.

Publié le 28 Novembre 2016

Apparemment, @Ivan Zimmermann, la vérité (la révélation aussi) n'a pas l'air de susciter beaucoup de commentaires. Y aurait-il tant de tricheurs ? Ou tant de déçus ?

Publié le 27 Novembre 2016

Oui @Ivan Zimmermann, votre article ouvre à la réflexion ! Sans doute fallait-il que ce sujet fût évoqué un jour ! Qui ne s'est pas interrogé sur des succès "bizarrement durables", sur des audiences aussi "bizarrement élevées" ? Sur des commentaires élogieux et hyper étoilés pour des écrits qui ne le méritent pas ?
Pour ce qui me concerne, auteur et commentateur/notateur consciencieux et honnête, j'attache la plus grande importance à la qualité des commentaires. Je fais en sorte qu'ils soient objectifs, constructifs et utiles. Je déplore les commentaires convenus du genre de celui que vous avez évoqué. J'en ai eu, j'en vois régulièrement chez les autres auteurs. Mais je déplore encore plus qu'autant de lecteurs consultent les écrits sans laisser une trace de leur passage. C'est dommage, car mBS est la plate-forme idéale pour échanger. Cela restera un mystère pour moi. Machinalement, pour les auteurs que j'apprécie, je calcule mentalement les ratios commentaires / bibliothèque et commentaires / nombre cumulé de consultations (j'utilise à dessein le terme consultations en lieu et place de lectures), c'est édifiant !
Pour terminer sur un propos positif, une réalité s'est imposée au fil des mois. Un noyau d'auteurs s'est révélé dans notre communauté, apportant une conscience, une éthique, une aide précieuse parfois à d'autres auteurs qui ont besoin d'un soutien, d'un conseil, d'un encouragement.
Nous étions environ 1600 auteurs en milieu d'année 2015, nous sommes passés à environ 2100 en 2016. Je suppose que le nombre de lecteurs a augmenté parallèlement. La progression illustre votre propos : il faut de tout pour faire un monde. On peut y chercher durablement sa place par l'effort, les échanges, sa participation à la vie de la plate-forme... où en trichant pour occuper le terrain.

Publié le 23 Novembre 2016

@lvan Zimmermann, Bonjour Ivan, je crois qu'aucun auteur n'est ignorant de ces pratiques largement utilisées sur ce site comme sur tous les autres, j'imagine. Pour ma part, j'y ai été assez sensible au début avant de vulgariser la fourberie de certains. Quitte à tricher, autant que ce soit avec habileté, et c'est rarement le cas. J'ai signalé à une auteure qu'elle utilisait ses pseudos à mauvais escient, cette semaine, et elle a disparu dans l'heure du site, après un passage éclair de 24 heures. Finalement, la morale de l'histoire est que mieux vaut écrire une tribune, puisqu'elle me permet de vous découvrir. Du coup, je peux vous dire à bientôt pour vous commenter. Bien à vous. Michèle

Publié le 23 Novembre 2016