Actualité
Le 20 sep 2018

Bookstagram : l'amour du livre par l'image

Instagram, vous connaissez bien sûr : un réseau social qui permet de partager des photos accessibles sur la plupart des plateformes mobiles. Mais Bookstagram, vous ne savez sans doute pas encore ce que c'est, et pourtant cela vous concerne tous : auteurs comme lecteurs
BibliopochiyoBibliopochiyo

D'Instagram à Bookstagram

Complexe à comprendre, la réussite d’Instagram. Son succès, c’est l'engagement qu'il suscite chez ses adeptes par rapport aux autres réseaux. On "like" en un clic une photo instantanée puis on s'en va. Cette interaction est immediate. Cette instantanéité du rapport à l'image permet aux utilisateurs de se commettre sur les contenus publiés.
Le réseau n’est pas un reseau de partage à proprement dit, il est focalisé sur son propre univers.
Sur Instagram, vous publiez des photos mais aussi et surtout vous suivez des comptes qui vous plaisent sur des thèmes pointus qui vous interessent : animaux, gâteaux au chocolat, maquillage, abris de jardins, diamants… Vous pouvez d’ailleurs vous inscrire uniquement dans cet objectif, sans poster vous-même des photos.

Pour chaque passion ou presque, un compte existe.  Pour chercher une personne en particulier, tapez le nom de son profil dans l’onglet loupe, en bas de l'écran, vous decouvrirez son thème. Vous pouvez aussi effectuer une recherche via les "hashtags" ou via la "localisation". Des filtres sophistiqués qui permettent de "truquer" les photos, les ashtag (en fançais souvent doublés en anglais (#voituresanciennes#antiquecars)) confèrent un ludisme au réseau. On peut aussi poster pour 24 H puis disparaitre. Tant pis pour les fans qui vous ont raté.
Et que se passe t'il pour les passionnés de littérature sur Instagram ?

Bookstagram : Instagram pour les passionnés de livres, de littérature, d'auteurs

Bookstagram, c’est Instagram pour les amoureux des livres. Oui mais promouvoir des livres sans textes et sans extraits, quel est le sens ?
Considérez les choses autrement. C'est  un autre univers, un autre espace, une autre façon de penser. C’est une mise en scène des livres pour créer un esprit autour d’un titre ou d’un auteur. Cet amour de la littérature se mue en art, consacré par une photo composée, au point parfois d’en oublier presque le sujet : le livre.

Bookstagram, c’est avant tout de la direction artistique, de la mise en scène de la passion littéraire 

La composition, l’accessoire, l’angle, l’éclairage, un texte court ou une citation en font l'attrait. Mais attention, un bookstagrammeur est aussi un artiste, il crèe son style, son identité. On reconnaît ses œuvres. Au même titre qu’un photographe, on identifie sa patte. C’est d’ailleurs un fan et un collectionneur de fans. De veritables communautés se font échos, souvent complétées par des blogs ou des comptes Facebook, ou les artistes s’expliquent, sur leurs partis pris photographiques, picturaux, coloriels, graphiques et editoriaux.

Mais les "Bookstagrameurs" sont ils des vrais lecteurs ?

Arnaud Labory de l’agence de communication "Anne et Arnaud" qui dirige une agence spécialisée dans le domaine de l’édition certifie que ce sont de vrais passionnés de lecture. On peut tout de même s’interroger : la projection dans la lecture et dans l’univers des auteurs tient elle à de simples mises en scènes de livres, aussi talentueuses qu’elles puissent être. L'objet "livre", ne devient-il pas l'objet culte de compositions artistiques. Obsessionnellement.

Bookstagrameurs : ils viennent de partout. Leurs seuls limites : l'imagination

Quoiqu’il en soit, leurs profils sont variés : étudiants, banquiers, publicitaires et même mère au foyer. Tous les décors sont autorisés : la rue, les librairies, les cabines télephoniques, les savantes compositions autour d’une bibliothèque. Et même gravures et tableaux évoquant un auteur, ou l’époque d’un roman.
Les Classiques ont aussi leurs bookstagrammeurs : Maupassant et Zola
Les auto-édités et les maison d’édition sont obligés de tenir compte de ce phénomène. Les réseaux sociaux sont evidemment indispensables pour la promotion de leurs auteurs, et Instagram, faut il le dire, le plus utilisé.

Bookstagram : la compétition est dure mais ils sont libres

La qualité des "bookstagrameurs" consiste à animer leur communauté plus que recruter un grand nombre d’adeptes infidèles. Les échanges sont le baromètre de la passion qui anime chacun des groupes de communauté.

Pourquoi ne pas tenter de faire parvenir votre livre à l’un d’entre eux. Il est libre de le traiter, à son gré… car le vent tourne parfois. L’artiste, c’est lui, plus vous

Bibliopochiyo

J'adhère complètement à cette façon de procéder. J'utilise beaucoup ce réseau pour la promotion et pour partager mon roman. Je fusionne la littérature à l'image et au dessin. Après tout, je trouve que cette application permet aux gens de partager leurs passions sous toutes les formes. Ce qui me plaît, c'est de pouvoir partager de façon artistique par la photo et par le dessins mais aussi par l'écriture.

Publié le 12 Octobre 2018