LA DIXIÈME CHEVELURE

457 pages de GEORGES F
LA DIXIÈME CHEVELURE GEORGES F
Synopsis

Port de Brest, avril 1756: Le frêle chevalier Antoine Jude de Laubanie, une recrue au sang bleu de 16 ans, fait voile vers la Nouvelle-France pour en découdre avec l'Anglais. Son baptême du feu. Près de Québec, le milicien Nicolas Dubeau, avec le conflit s'intensifiant, doit s'absenter durant l'été, son grand-père et sa soeur se chargeant des moissons. Aspirant aux honneurs du guerrier que son père atteint de cécité n'a jamais pu atteindre, l'Indien Népissingue, baptisé Jean Kaniaco, se prépare rituellement pour le sentier de la guerre... Trois jeunes de cultures diverses catapultés dans un tourbillon guerrier qui les lieront à une noble cause: Bouter l'envahisseur Anglais hors du pays. Leurs routes se croiseront-elles dans ces immenses contrées? À la croisée des chemins...

218 lectures depuis la publication le 24 Mars 2019

Les statistiques du livre

  114 Classement
  218 Lectures
  +92 Progression
  4 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Brice Epédrague
Merci infiniment à vous d'avoir plongé dans mon roman! Et, bien sûr, pour ces 4 belles étoiles! La récompense ultime! Quant aux origines de la vieille rivalité franco-anglaise, qui remonte à Guillaume le Conquérant, précisons, pour nous en Amérique, que le Québec et le Canada cohabitent dans une relative harmonie depuis la fin de ce vieux conflit qui date de 250 ans. Mais c'est un mariage de raison, si bien que tensions fréquentes et litiges subsistent à ce jour. Mon but était de rendre mon récit vivant. Je suis heureux que ce style vous ait plu et d'avoir piqué votre curiosité. Encore merci! Cordialement.

Publié le 14 Avril 2019
4
Quel travail ! je vous ai lu avec curiosité, ne connaissant rien à cette partie de l’histoire dans le continent nord américain. Je lisais l’autre jour un article qui annonçait les célébrations des 75 ans de la 2ème guerre mondiale et disait que pour les normands, les anglais sont l’ennemi héréditaire des français, depuis l’an mille. Vous le confirmez avec un style et un ton très vivants, qui rendent petites et grande histoires très plaisantes à lire. Merci pour ce généreux partage.
Publié le 14 Avril 2019

@Kelly C
Chère Kelly C, tous mes remerciements pour votre précieux commentaire qui me comble de bonheur! Vous avez fort bien saisi l'esprit de solidarité qui existait chez les miliciens à cette époque face au danger imminent de la guerre. Cela est effectivement palpable dans mon récit et vous l'avez bien relevé. Comme le petite touche d'humour insérée dans les dialogues. Merci encore d'avoir pris le temps de me lire. Bonne journée à vous!

Publié le 09 Avril 2019
4
J’ai bien aimé l’ambiance familiale de ce petit village où tout le monde se connaît, se rencontre à l’église ou dans des endroits publics. On dirait que la guerre n’enlève pas la bonne humeur des villageois, paradoxalement une forme d'insouciance est présente chez les habitants malgré celle-ci. On sent aussi qu’il y a un code de l’honneur, un sens du devoir et une solidarité entre les miliciens, tous ces éléments ressortent au travers d’une très belle écriture. J’ai bien aimé les références historiques concernant Louis 15 et Madame de Pompadour, cette période de l'histoire m'ayant toujours amusée.
Publié le 09 Avril 2019