Et si de probité tout était revêtu

208 pages de KRYDECE
Et si de probité tout était revêtu KRYDECE
Synopsis

Ces écrits assemblés au fil de la vie constituent une sorte de journal s’inspirant à la fois fort modestement de celui de Jules Renard par sa critique volontiers provocante et s’imprégnant très humblement de nos illustres auteurs du Grand Siècle par ses sentences non moralisantes.
Il a paru intéressant d’enrichir les paragraphes créés par des citations issues de nos célèbres prédécesseurs, en premier lieu par des réflexions analogues. En second lieu, ces éléments proposent quelques pistes d’évolution comme la fin de la servitude volontaire pouvant apporter liberté et égalité, ou la quête primordiale de l’éducation pouvant procurer civilité et conscience.
Comme l’a écrit Gustave Flaubert, « l’homme n’est rien, l’œuvre est tout ».
Que ce tout devienne quelque chose.

Publié le 10 Octobre 2021

Les statistiques du livre

  97 Classement
  211 Lectures 30 jours
  319 Lectures totales
  +215 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

17 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour @le-philosophe-2 @le philosophe 2
Merci d'avoir pris le temps d'affronter la probité. Vous avez bien cerné l'esprit d'un journal empli d'aphorismes, des sortes de "pensée du jour". Je vous remercie des avis que vous émettez et il me plaît que vous parliez d'accord et de fulmination : l'essentiel est d'éviter l'indifférence et de provoquer la réaction, la réflexion ; finalement, l'accord de la personne est flatteur mais ce qui compte est de provoquer un impact sans blesser ni juger. je compte bien prendre connaissance de votre livre pour à la fois vous retrouver et, comme vous dîtes, m'y retrouver également.

Publié le 23 Novembre 2021

Bonjour @monbestseller.
j'ai bien pris connaissance de vos messages et j'en profite pour vous remercier d'avoir complété ma fiche de présentation.

Publié le 23 Novembre 2021
5
Un intéressant recueil d'aphorismes et de pensées. On peut être d'accord et on peut aussi fulminer ! J'aime beaucoup la forme. Je pense que vous devriez vous retrouver dans mon essai : https://www.monbestseller.com/manuscrit/6755-quinze-pas-vers-le-bonheur
Publié le 23 Novembre 2021

Avez vous pris connaissance de vos mails contacts. Merci

Publié le 23 Novembre 2021

Bonjour @ludovivicg
Je sais très bien de qui vous voulez parler ce qui est formellement interdit mais je ne veux pas rentrer dans un mur sans pouvoir avancer et en me fracassant la tête. et je ne pense pas pourtant que les oppresseurs sont monogènes, il y en a partout à des degrés divers Tout homme rêve d'être oppresseur avant de penser à supprimer l'oppression ; évidemment, certains sont plus soudés, plus combatifs, plus riches de leurs malheurs, plus relationnels,... vous pouvez alors chercher les trois sommets du triangle infernal dont je vous avais déjà donné un élément. c'est à la fois de l'auto-censure et un refus par principe du systématisme.

Publié le 03 Novembre 2021

Je comprends mieux! Ce n´est même pas de l´auto-censure. Visiblement, vous ne vous êtes pas encore posé la question de qui? Qui sont ceux qui nous dirigent (vraiment, pas les poupées qu´ils agitent et pour qui nous votons)? Quelle communauté soudée est la plus fortement représentée dans les un pourcent honnis (je parle pas des nouveaux riches chinois gérés par le PC). D'où vient leur succès récent (c´est un peu notre faute, il faut le reconnaitre) ? Qui sont leurs alliés et pourquoi (diviser pour régner) et contre qui/quoi s´opposent-t ´ils?
Lorsque vous aurez répondu à ces questions, vous saurez de qui je ne peux pas parler (et vous non plus).

Publié le 03 Novembre 2021

Bonjour @ludovivicg
Je ne peux qu’adhérer à votre distinction entre les peuples et leurs dirigeants même si ceux-là promeuvent souvent leurs bourreaux. On ne peut qu’être effaré de ce qui se passe dans la « démocratie » australienne ainsi que dans des pays bien plus proches, vraiment très proches….
Il y a une forte ambivalence dans l’être humain entre la nuisance et le bien et notre monde le pousse plutôt vers la première attitude, sans doute plus profitable à court terme. Nous ne pouvons que pour reprendre votre métaphore moins respirer en attendant peut-être (vainement) que l’air soit purifié. Il y a beaucoup de découvertes humaines positives retournées vers la destruction ou l’asservissement ou d’innovations qui se concluent nuisibles, je ne parlerai pas de la voiture électrique et des éoliennes…
Par contre, je ne saisis pas ce que vous voulez dire par « ils étaient opprimés, d´esclaves ils sont devenus maitres, divisant pour régner, contrôlant ceux qui nous contrôlent, nos données, nos vies. »
Il est clair que les riches souillent et polluent beaucoup plus surtout lorsque 1% de la population détient 50% des richesses, ceci ne peut entraîner que gâchis, guerres, dévastations et tueries.
Extraits reliés de mon livre :
Nos dirigeants n’ont d’admirable que les qualités qu’ils feignent d’avoir, qualités que nous avons la faiblesse de leur abandonner.
Le cynisme des dirigeants s’abreuve à l’idéalisme des sujets.
Les dirigeants ne sont plus oisifs comme jadis : ils spéculent, ils ruinent, ils dévastent, ils licencient, enfin, ils amassent. Lorsque leur intellect n’est pas comblé, ils lancent de grandes idées à appliquer sur l’heure. Lorsque leur conscience n’est pas sereine, ils participent à une campagne artistique ou humanitaire. Lorsque leur appétit n’est pas assouvi, ils redoublent leur funestes opérations avec fièvre et enthousiasme.
Il semble fructueux aux dirigeants que quelque insécurité subsiste : ainsi, les sujets vivent dans la crainte, gardent matière à converser et maintiennent causes de querelle. L’essentiel est que les affaires ne subissent aucune entrave, que les nantis soient protégés, que le peuple soit docile.
Les dirigeants agrippent les pots-de-vin, il ne subsiste que les pourboires.
Bonne semaine malgré tout.

Publié le 02 Novembre 2021

Ce n´est pas du peuple américain dont je parlais, mais de celui qui le dirige et par son intermédiaire, dirige l´empire de l´Ouest. Il y a pourtant parmi eux une foule de gens admirables, artistes, médecins, scientifiques, mais on les retrouve aussi impliqués dans toutes les mauvaises combines, les guerres et trahisons de l´humanité depuis des siècles. On peut admirer leur intelligence et leurs dons, sans admirer ce qu´ils en font. Il fut un temps ou ils étaient opprimés, d´esclaves ils sont devenus maitres, divisant pour régner, contrôlant ceux qui nous contrôlent, nos données, nos vies. Leur pouvoir, leur lubricité, leur avarice insatiable, leur gout de la compétition, du risque et du changement à outrance, leur capacité d´adaptation et leur intelligence sont devenus une menace pour l´humanité. L´équilibre des pouvoirs est rompu, la balance penche trop fortement en leur faveur. Des millions s´appauvrissent alors qu´ils accaparent toutes les richesses et les ressources et épuisent la planète. Un jour, ils nous feront payer l´air qu´on respire.

Publié le 29 Octobre 2021

Bonjour @ludovivicg
je commence déjà par un aparté pour vous dire que j'ai bien apprécié votre critique sur la civilisation supérieure.... Pour mon livre, je pourrais m'arrêter à la première phrase ! Le bouvier n'est pas de bon goût mais c'est une politesse qu'il faut renvoyer. Je pense que les États-Unis sont un des trois pays du triangle infernal qui attise la confrontation dans le monde, même François Mitterrand, grand atlantiste, disait que nous étions en guerre contre eux ; je pourrais multiplier les exemples, l'attitude de Roosevelt, le Vietnam, l'anti-gaullisme, Altstom, Chili...; il faut préciser que des gens comme Eisenhower ou Nixon ou Kennedy ont sauvé l'honneur Je ne vous suis pas sur cette élite capitaliste qu'il semble que vous admirez et critiquez simultanément, ce n'est pas la crème de l'humain que de mettre le monde à feu et à sang pour une poignée de dollars... la jungle du profit est plutôt détestable, encore "en gardant les masses consuméristes dans l´ignorance et la bêtise". s'agit-il de créativité ou d'avidité ? Pour le prix Nobel, voir mon analyse dans les actualités. Il n'y a pas de reconnaissance à avoir pour un peuple qui dévoie le monde, qui cherche toujours une guerre pour son budget et qui dévaste notre planète, sans regret. effectivement, leur rôle sociétal est très important, hélas, mais pour quels résultats, travail de sape comme vous dîtes, la bien-pensance implique de chérir et d'adorer notre "allié" préféré, il est donc plus conforme de leur rendre hommage au sens médiéval du terme.
Un océan nous sépare mais ce n'est pas la mer à boire, amicalement.

Publié le 29 Octobre 2021

Bonjour,

Beaucoup de belles citations fort intéressantes.
Permettez-moi tout de même de noter que le "bouvier" est, je trouve, une cible un peu trop facile. Vous, qui aimez vous indigner et fustiger, sans peur des amalgames, les travers de notre société, ne faites pourtant pas honneur aux efforts infatigables d´une petite communauté. Particulièrement mercantile et très cultivée, ne gardant plus les vaches depuis longtemps, celle-ci travaille pourtant partout dans le monde avec acharnement depuis des millénaires à monétiser le moindre aspect des interactions humaines tout en gardant les masses consuméristes dans l´ignorance et la bêtise. Le capitalisme, malgré tous ses défauts, ne serait pas devenu cette pieuvre sans âme sans la créativité sans limite et le travail de sape continu de ce peuple élu, que ce soit dans le domaine de la finance, de l´économie, de la culture, de la justice, de la politique, des médias, de la diplomatie... Leur sur-représentativité chez les Nobelisés en témoigne.
Dois-je voir dans cette absence de reconnaissance du rôle sociétal fondamental de ces intouchables une forme d´autocensure nécessaire et salvatrice pour échapper aux foudres divines d´une bien-pensance dévoyée, guidée et orientée ?

Publié le 29 Octobre 2021

@eric brambilla
Bonjour Eric. Merci pour les perles. En fait, toutes les citations sont de moi à l’exception des citations de début de chapitre qui sont d'ailleurs signées ; il y a également des réactions à des sentences de nos glorieux prédécesseurs. Je vous remercie de cette précision relative à Jefferson qui fut un des plus francophiles présidents états-uniens, il était cultivé en fait ! Les États-Unis ont été créés avec notre aide et sont vite retournés chez leurs "cousins" anglais. En principe, le côté répétitif a été supprimé, sauf erreur, il peut y avoir des reprises ou de changements de forme ou légères de fonds. MERCI en tout cas Eric pour toutes ces remarques.

Publié le 29 Octobre 2021

Je démarre la lecture. Il y a des perles, trop pour les citer toutes.
Dommage qu´on ne sache jamais trop si une citation est de vous, d´un autre, ou un subtil mélange des deux.
Un petit côté répétitif sur certains thèmes, toutefois.
Un détail, si Kennedy a bien mentionné les deux patries, il doit cette citation à Jefferson. Mais j´aime bien votre version.

Publié le 29 Octobre 2021

@arezki-bennadji
Bonjour.
Je suis sûr que tu le lis avec attention ce dont je te remercie, il faut le lire par bribes pour ne pas se lasser comme tu fais. Tu peux me signaler, si tu veux, me signaler les phrases obscures type "bugs". je te souhaite bon courage pour la suite.

Publié le 27 Octobre 2021

@KRYDECE
Un budget maintenance ? Oui … il est toujours possible d’améliorer, difficile dans le cas de ce livre : Le lecteur aura compris qu’il ne s’agit pas d’un dictionnaire ou un recueil de bonnes (ou pas bonnes) paroles. Donc inutile d’établir une table des matières. Et on ne lira pas ce livre comme on lit un roman. Je pense qu’il sera utile de lire les critiques des lecteurs pour chacune des idées émises :
- Si le lecteur est d’accord, c’est bon.
- Si le lecteur n’est pas d’accord, c’est aussi bon : C’est sujet à discussion.
- Si le lecteur n’a rien compris, il ne peut pas se faire d’opinion, alors il y a peut-être un bug ?
Enfin, pour te faire plaisir, je t’informe que j’ai à peine avancé de moitié dans la lecture de ce livre.

Publié le 24 Octobre 2021

@arezki bennadji
je te remercie de ce que tu as écrit sur mon livre, je ne sais pas quoi dire de plus ; en fait, on peut le consulter ici et là, y revenir à volonté., peut-être réfléchir ce qui est la vocation de ce livre.
Merci encore pour tout ce que tu dis et qui me touche.
Tu me confirmes donc qu'il n'y a pas de budget maintenance à prévoir !

Publié le 20 Octobre 2021

@Palamède
Je tiens d’abord à vous remercier d’avoir consacré du temps à lire mon modeste ouvrage. Pour répondre à votre remarque, je suis retourné consulter mes deux principaux pères littéraires : François de La Rochefoucauld et Jules Renard. Je peux vous confirmer qu’il n’y a pas de regroupement d’idées dans les Maximes du premier ou dans le Journal du second, ce sont des pensées filles des circonstances, des relations et des synapses. Mais je confirme que chez les deux auteurs cités, on peut s’arrêter sur une phrase, un mot, réfléchir ! Le lecteur peut, lui aussi, à la différence d’autres genres littéraires, errer, se figer, repartir çà et là dans les pages du livre sans perdre quelque fil, c’est une liberté rare ! s’il advenait que les citations fussent développées, nous passerions d’un appel à la réflexion à un appel à la conversion. A contrario, les citations empruntées ont un ordre structuré, de l’homme à l‘éducation en passant par la servitude volontaire.

Publié le 20 Octobre 2021
5
@KRYDECE Dommage que je ne puisse mettre 1000 étoiles à ton livre. Il m’est impossible d’en terminer rapidement la lecture : Chaque phrase, chaque paragraphe me retient pour de longs moments d’analyse et de méditation. Ton texte est bien soigné et bien ancré sur des recherches profondes en histoire, en littérature et en sagesse humaine. Félicitations et bonne réussite à ce chef-d’œuvre.
Publié le 20 Octobre 2021

Bien sûr c’est un exercice amusant, je veux dire, motivant, challengeant pour un esprit critique et analytique. Mais frustrant pour un lecteur. On n’ouvre pas un dictionnaire de citations, et la forme à la fois listée et anarchique que vous leur donnez ne permet pas le temps de la réflexion, s’arrêter, essayer de comprendre, être ou pas d’accord. Car pour toutes ces courtes phrases, on peut être à la fois d’accord, et pas, puisqu’elles ne sont pas exploitées, développées. Bref, je trouve votre exercice très vertueux, mais trouve aussi qu’il devrait être classé par thèmes.

Publié le 20 Octobre 2021

@KRYDECE
Merci pour ton appréciation de mon livre sur la maintenance informatique. Tu m’as bien compris : j’ai horreur d’être un robot, je veux rester humain même avec tous mes défauts, et c’est avec un grand plaisir que je découvre le tien : « Et si de probité tout était revêtu », je viens de l’ajouter à ma bibliothèque. Je ne te ferais pas beaucoup de commentaires pour le moment car il est très fourni et très riche, une grande source pour la méditation. Je veux prendre le temps de m’en imprégner.

Publié le 18 Octobre 2021
KRYDECE
Biographie

chef de projet informatique à la retraite, passionné par l'histoire et le monde actuel, fasciné par la langue française et tous les trésors...


A découvrir cette semaine
A lire dans les actualités