Ecrire la maladie

160 pages de Elisabeth Pradoura
Ecrire la maladie Elisabeth Pradoura
Synopsis

Élisabeth Pradoura (1951-2020) était mon amie. Elle était psychologue clinicienne, chercheure au CNRS, portraitiste et grande vivante.
Écrire la maladie, son tout dernier ouvrage (auquel elle a rajouté vingt jours avant son décès un court texte déchirant) est un livre de vie, un livre sur sa passion pour la littérature et pour l'écriture. « Écrire sur la maladie relève de cet élan vital qui accroît la langue, expression de la vie, qui repousse les frontières du corps et les échéances. C'est une façon de respirer, de retrouver confiance et peut-être de redonner confiance à quelque autre malade. »

Publié le 02 Mars 2023

Les statistiques du livre

  775 Classement
  64 Lectures 30 jours
  853 Lectures totales
  +29 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Elisabeth PRADOURA j'ai immédiatement rajouté cet oeuvre à ma bibliothèque car je trouve le synopsis de votre ouvrage très percutant et poignant à la fin sur une femme qui tout au long de sa vie passée sur cette terre était passionnée de littérature et d'écriture. j'ai l'intime conviction qu'elle serait fière aujourd'hui de découvrir ce fabuleux récit à son sujet !

Publié le 29 Avril 2024

Un grand merci à vous Marie Berchoud
@mBS

Publié le 06 Mars 2023

Merci beaucoup Michèle-Zoé pour votre avis et ce touchant regard porté sur le livre d'Elisabeth Pradoura
@Zoé Florent

Publié le 06 Mars 2023
3
Ce livre se distingue des autres témoignages que j’ai été appelée à lire, car il tient presque de l’essai. C’est un récit intelligent, distancé, sans pathos. Il dit l’état d’esprit dans lequel on se trouve après quinze années de combat, une rémission et une nouvelle guerre à mener sans idée de sa durée ; juste celle de son terme. /// Exit les crises et réflexions existentielles, exit l’espoir ; exit la répétition des états d’âme (certainement déjà dépeints dans « Oursein ») ; seuls se répètent les protocoles. Restent la peur de souffrir, la souffrance elle-même, la maladie, le cerveau pour autopsier douleur, crabe et corps médical, qui deviennent sujets d'étude, et enfin l’écriture pour les dire ; une écriture qui n’est plus exutoire mais analyse et décrit minutieusement, froidement. /// Éric Chevillard, écrivain cher à l’auteure, a écrit « Le mourant se déçoit ». Élisabeth ne voulait probablement pas lui donner raison en redonnant ses lettres de noblesse à une valeur oubliée : la dignité. /// Merci à l’auteure pour ce témoignage et à son amie pour le partage posthume. Amicalement, Michèle-Zoé
Publié le 04 Mars 2023

@mBS, Oui, la chronique est faite. Un peu longue, mais... il le fallait. S'il n'y a pas les numéros de pages, chacun pourra me les demander. ce livre et rare et tout le mon de devrait le lire. Hé oui, je reconnaît que le mien (roman sur le transgénérationnel en fête) est moins urgent, mais... vital aussi : on n'en finit jamais de se comprendre, soi et les siens, son corps, sa lignée, etc. la vie, quoi. Et elle contient la mort...

Publié le 04 Mars 2023
mBS

Il ne vous reste plus qu'à écrire une chronique pour notre rubrique *Regard sur un livre*, chère @Marie Berchoud.
Mais peut-être est-ce déjà en cours, fait, expédié^^ ? ☺

Publié le 04 Mars 2023
3
Un livre in-dis-pensable. Car pensable et impensable à la fois : dire la maladie, l'accompagner de mots tandis qu'elle se faufile en vous, progresse et se répand, allume çà et là des mèches qui sont aussi des étoiles et des songes / mensonges... Il me faudra plus que l'espace de ce commentaire pour en parler. Quelques citations, p. 10, "alitée ton regard s'élève", p. 42, "maladie, rupture de l'harmonie homme / nature", p. 110, "la malade doit être intelligente et obstinée, sans scrupules et armée. Elle n'a pas le droit...[...] d'être faible" + "écrire, se rapprocher du rêve" (p. 130)... Vous aussi, rapprochez-vous. Je fais le pari que nul ne regrettera cette approche en lecture si vivante, si proche de l'oreille intime...
Publié le 03 Mars 2023
3
C’est un livre rare, rare et puissant. On y retrouve une profonde réflexion sur la maladie , qui, pour un lecteur de Freud et Canguilhem, est d’une rare finesse. Mais on y trouve aussi, surtout, une aventure humaine, un combat qui ne laissera personne indifférent. Merci pour ce partage !
Publié le 02 Mars 2023