Rock in Riyad

193 pages de Magali Carillo
Rock in Riyad Magali Carillo
Synopsis

Eicca est hôtesse de l’air en Arabie Saoudite.
Elle vole à bord des avions privés du gouvernement saoudien.
Elle plane un peu, elle est décalée, dissociée, addict.
Elle observe.
Elle observe et elle raconte.

Contraste saisissant entre le monde des hôtesses, évoluant telles des candidates de téléréalité dans le milieu de l’aviation d’affaires, et l’environnement politique et religieux autour d’elles.
Fanatisme, légèreté et dissociation traumatique.

Blessure d’enfance, traumatisme, corps dissocié.
Malgré la perte du je elle décide de continuer à jouer le jeu.

Publié le 27 Mars 2023

Les statistiques du livre

  1104 Classement
  55 Lectures 30 jours
  2319 Lectures totales
  +156 Progression
  120 Téléchargement
  9 Bibliothèque
 

"Rock in Riyad" est le "Livre le +" du 21 avril. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Magali Carillo, c’est pour cela qu'elle publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 21 Avril 2023

Ce livre est noté par

13 commentaires , 9 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
J'aime beaucoup votre prose percutante et directe. Le sujet est extrêmement intéressante et le regard que vous y portez est originale et pertinent. Une lecture extrêmement plaisante. Bravo
Publié le 19 Septembre 2023
1.8
Merci Magali pour le partage de votre livre qui comporte bien des qualités, à commencer par les bonnes intentions qui vous animent. Votre écriture est incisive et certains traits en sont percutants. A mon humble mesure, je regrette cependant que le simplicité des formulations, leur caractère direct, offensif et lapidaire tienne lieu de style... A ce niveau là je trouve qu'il manque vraiment quelque chose. Je me suis un peu lassé de ce qui s'apparente à un enchainement de chapitres ressemblants et plus ou moins longs. Le sujet, maintes fois traité, aurait peut-être demandé une forme plus aboutie. Encore une fois ce n'est que mon avis et je reste admiratif de quiconque écrit le mot fin...
Publié le 13 Septembre 2023

@Magali Carillo
ce n'est pas vraiment un roman, plutôt un poème en prose, un pamphlet percutant oppressant qui vous prend aux tripes, un bad trip au pays de l'hypocrisie, de l'intolérance, de la violence sous toutes ses formes...
c'est rapide, cinglant, déroutant à souhait (je pense que c'est le vôtre), véritable exercice de style au service d'une dénonciation sans fard de la cruauté de l'Homme,
bien joué !

Publié le 29 Août 2023

@Magali Carillo.
Froid dans dos.
Électrochocs à répétition.
Fanatisme religieux, hypocrisie et pouvoir de l'argent à vomir.
Femmes méprisées, réduites à des ventres reproducteurs.
Humour "faussement" détaché pour lier le tout.
Bravo pour ce courage !

Publié le 29 Juillet 2023
3
Insultées, humiliées, frappées, chassées, torturées, lapidées, tel fut le sort de nombreuses filles d’Ève à travers l’Histoire. Si nos sociétés actuelles considèrent enfin la femme comme un individu à part entière, dans un passé pas si lointain, de terribles sévices étaient spécialement destinés aux dames ayant commis l’erreur de s’éloigner du chemin étroit qui leur était imposé. Bon, quand je dis que nos sociétés actuelles considèrent enfin la femme comme un individu à part entière, je devrais préciser : la plupart de nos sociétés actuelles. Car certaines, servies par une police d’État « religieuse » composée de fonctionnaires servant un obscurantisme religieux qui n’a rien à envier à nos braves inquisiteurs du XII° siècle, maintiennent une oppression aussi barbare que systématique, piétinant allégrement, au vu et au su du monde entier qui s’en tape, les plus élémentaires droits de l’homme (ou plus exactement ceux de la femme). Bon, d’accord, pas bien de juger des us et coutumes qui ne sont pas les nôtres. Pas politiquement correct de critiquer des pratiques ancestrales que nous, pauvres occidentaux décadents, ne pouvons comprendre. Trop choquant d’exposer au grand jour des agissements intolérables de ces pays qui nous abreuvent de leurs devises, notamment en nous achetant des armes. C’est vrai, il est plus simple et moins coûteux pour nous de s’émouvoir devant des titres de livres en les modifiant au nom de l’égalité et de la parité. Hypocrisie quand tu nous tiens ! Voilà de quoi parle ce texte ! voilà ce qu’il dénonce… Et si j’étais un singe, j’applaudirais des quatre mains… Mais étant un simple humain, je n’en possède que deux, il faudra s’en contenter. Donc : « Clap, clap ! » Ce bouquin, à l’écriture nerveuse, hachée, dressée comme un doigt accusateur, balanstique un bon coup de tatane à ceux qui nous vendent la luxueuse, lumineuse, raffinée Riyad, charmante ville cosmopolite, capitale du Royaume d’Arabie saoudite qu'il faut à tout prix visiter pour profiter de ses palaces. Il nous détaille comment, dans cette cité où l’argent coule à flots, un richissime ministre dépensera des dizaines de milliers d’Euros dans le simple but de s’offrir un jus de fruits occidental. Il nous informe, souvent avec humour et modernité, que cette montagne de pognon trop facilement amassé, sent mauvais, tout comme la politique de ségrégation qu’il sert. Un livre rapide, sec comme un coup de trique, qu’il faut absolument lire pour comprendre et surtout admettre qu’il existe encore des combats nécessaires à mener pour la véritable égalité.... Y aller simplement en vacance fait de nous des complices... Il faut des témoignages comme celui-çi. Au passage, j’ai adoré l’interlude jouissif thaïlandais… Vous m’avez fait rire Magali… Au théâtre, ça s’appelle l’effet « tragicomique » et vous le maniez fort bien, bravo et merci. Une confession… cet épisode m’a rappelé quelques inavouables souvenirs de fêtes lors desquelles, que l’on soit homme ou femme, on se sent vivants à grands coups d’excès.
Publié le 22 Juin 2023

#Hugues Cayzac, Mais mais mais, laissons s'exprimer le haut de la chaîne alimentaire et passer la caravane.
Merci pour votre commentaire!

Publié le 19 Juin 2023

En Arabie Saoudite, la femme occidentale peut être choquée par la liberté réduite des femmes. En effet, la famille ou le mari participent aux décisions personnelles des femmes. La société est alors menée par les hommes.

Publié le 18 Juin 2023

# Ange-François "Théâtre de Marriott nets" j'aime beaucoup, vraiment beaucoup!
Quant aux Corses ne vous méprenez pas, il s'agit d'une petite blagounette saoudienne particulièrement prisée au Yémen. Un humour de niche donc, à prendre au 15ème degré, au risque de glisser sur une peau d'banal.
Merci pour votre commentaire!

Publié le 15 Juin 2023
3
Bonjour @Magali Carillo, Il m’aura fallu quelques pages pour m’habituer à votre style, que j’ai d’abord trouvé trop caustique. Et puis, très vite, j’ai été happée. Les phrases courtes, cinglantes, le rythme soutenu, tout cela m’a fait dévorer votre roman. Cette immersion dans cette compagnie saoudienne est addictive et votre second degré souligne à merveille les paradoxes et les aberrations de ce pays (j’ai ri notamment avec l’histoire de la banque). Et que dire de la place des femmes dans cette société qui ne les considère pas et fait tout pour les invisibiliser… J’ai également beaucoup aimé votre façon d’évoquer, en filigrane, les traumatismes de l’enfance et les répercussions mentales qu’ils peuvent avoir sur le présent. Bref, un très bon moment de lecture ! Bravo !
Publié le 30 Mai 2023
2.4
Vous avez un style, ce qui est rare. Mais, mais... je n'ai pas trouvé d'histoire. Votre description de l'enfer islamique (dans certains pays) pour les femmes est très bien décrit. Mais, mais... au-delà du petit cercle mondialisé, vous êtes très loin du compte. J'aime beaucoup voyagé. Mais, mais... avec plus de pages. Vous avez un réel talent. Mais, mais... Je sais que pour une écrivaine, le mot "travail" peut sonner horriblement, ou que je suis peut-être (certainement) de la vieille école. Mais, mais... j'en suis convaincu : dans votre cas, plus d'exigence, plus de succès! Tous mes sincères encouragements.
Publié le 23 Mai 2023

Un théâtre de Marriott nets.
Quant aux Corses fainéants, ca donne envie de relire le Jacassin de Pierre Daninos sur les idées reçues.
Dans mon village, je connais les noms, de dizaines de Corses dormant, ils figurent sur une stèle à la mémoire des soldats de 1916 tombés au front pour la France.
Félicitations pour cette sélection du moi.

Publié le 15 Mai 2023

@Yvar BREGEANT
Salut Yvar, ravie de te lire!
Tu as tout à fait raison, cette réécriture a été tout à la fois une évolution du texte mais aussi un cheminement personnel et une mise en perspectives.
MERCI!

Publié le 22 Avril 2023

Salut Magali,
J'espère que tu vas bien. Je suis très heureux de voir que tu as trouvé la force de retravailler ton texte et que c'est encore meilleur que le premier jet. Tu es une battante. Il faut souvent du temps pour qu'un texte arrive à maturation car c'est aussi le fruit d'un cheminement parallèle personnel. Tu es récompensée et j'en suis très heureux pour toi.
Ruez vous sur ce texte et portez-le aux nues SVP !!

Publié le 21 Avril 2023

@Chris Martelli Bonjour et merci pour votre fidélité!
Venant de vous ces 5 étoiles me touchent et m’encouragent particulièrement, merci!

Publié le 18 Avril 2023
3
Je joins ma voix au concert, plus dense encore, plus flippant. C’est le temps qui passe, la grisaille tout autour, ou votre histoire encore plus uppercut ?
Publié le 18 Avril 2023

@Lise du Velay
Merci infiniment, je ne découvre votre commentaire qu’a présent, pour d’obscures raisons je ne reçois pas de notification.
Merci donc, vous illuminez ma journée!

Publié le 13 Avril 2023
3
C'est percutant, drôle et terrifiant. Une façon originale de dénoncer les nouvelles servitudes. De montrer les ravages des traumas. C'est moderne et trépidant. Un vrai style pour des sujets graves et d'actualité. Une réussite.
Publié le 02 Avril 2023

@Phillechat Merci pour le style et la déglingue, j'aime bien allier les deux effectivement.
Votre commentaire me touche et vos étoiles illuminent ma journée, Merci!

Publié le 02 Avril 2023
3
Enfin, enfin un roman qui a du coffre et qui a du STYLE ! Comme par effraction, on rentre dans l'esprit déglingué de vos héros. Chaque mot est juste, chaque phrase porte : bravo ! Et un superbe tableau sans "moraline" d'un désespoir auto-destructeur qui, au delà des personnages, détruit toute une société : bref , du grand art !
Publié le 29 Mars 2023

@Zoé Florent Merci infiniment pour ces scintillantes étoiles!
Vous décrivez très exactement les sentiments que je souhaitais provoquer chez les lecteurs.
Justesse et acuité.
MERCI!!!
Avec un immense plaisir pour les coquillettes et promis promis une petite baffe à Pamela ;-)
Bonne journée et à bientôt!
Amicalement,

Publié le 29 Mars 2023
3
@Magali Carillo Il est rare de recevoir une deuxième claque, en personne avertie. Ce fut pourtant mon cas hier soir, à la lecture (et relecture partielle) de votre roman. /// Dénoncer en jouant de l'humour et du contraste donne juste ton et force à votre récit. Fêtes-excès-oubli, remontées douloureuses, constats les plus aberrants se succèdent, malmènent le lecteur propulsé sans préliminaires dans la peau d'Eicca... Un roman qui a des tripes ; un roman couillu. /// Je me souviens avoir émis une réserve sur le risque de lassitude, mais vous avez su alterner phrases minimalistes et paragraphes plus structurés, développés. Ne pas suivre la chronologie des événements soutient efficacement le rythme aussi... Belle prouesse ! /// Pour la petite anecdote, je me suis imaginée une seconde fois en distributeur à claques, face à Pamela :-). /// Encore pas mal de coquillettes devenues accessoires en comparaison du reste... /// Mille mercis pour ce nouveau partage bluffant, décapant… et bonne journée ! Amicalement, Michèle
Publié le 28 Mars 2023

Bonjour, @Magali Carillo, et bienvenue à cette nouvelle version de « Rock in Riyad »,qui me semble plus longue avec ses 193 pages. En attendant de la relire et de vous faire un retour, j’ai retrouvé une partie de celui de l’époque sur la tribune de sa mise en avant : "Un style singulier qui percute et fait avaler comme des couleuvres, souvent avec le sourire, de quoi vomir : comble de la superficialité, du machisme, du fanatisme, de la cruauté, de la soumission aussi. L'impression est étrange, comme si l'on recevait une foule de télégrammes."
À très vite, donc. Amicalement,
Michèle-Zoé (ex-Lamish)

Publié le 27 Mars 2023