Maïwenn, une mélodie céleste

20 pages de Michel LAURENT
Maïwenn, une mélodie céleste Michel LAURENT
Synopsis

[...]
Tu arriveras d’abord jusqu’aux Sirènes, celles qui charment tous les mortels lorsque quiconque arrive près d’elles, s’approche par ignorance et entend leur timbre de voix.

Et les Sirènes, de leur chant mélodieux, te charmeront, entourées dans leur pré d’ossements d’hommes putréfiés, où les chairs se consument...

Publié le 19 Avril 2024

Les statistiques du livre

  226 Classement
  150 Lectures 30 jours
  371 Lectures totales
  -103 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Hubert
Merci pour votre commentaire. Votre interrogation est tout à fait légitime et je la comprends. La question que je me suis posé était la suivante : si je termine ce conte comme vous l’attendez, c’est-à-dire avec une fin logique et sans surprise (ils se marient et ont beaucoup d’enfants – enfin de tout petits enfants…), j’aurais en gros écrit un pastiche – sans doute maladroit – de l’histoire de Cendrillon. Est-ce utile, ou même souhaitable ?

Il m’ a semblé plus intéressant d’adopter – en toute modestie – une démarche lacanienne où, dans son « séminaire sur la lettre volée », le psychanalyste pose la question de la détermination de l’homme à partir – et en réinterprétant – la nouvelle d’Edgar Poe « la lettre volée ». Dans ma nouvelle, vous aviez les yeux fixés sur cette question de différence de taille, qui semblait être le nœud de l’affaire. Et finalement, vous apprenez à la fin que ce n’était pas cela. Il fallait se souvenir de ce qu’Homère nous avait dit du chant des sirènes…

Quant à la conclusion liée à la fuite onirique qui vous a laissé sur votre faim, je dirais : lisez-vous les fables de La Fontaine pour la morale qui conclut chaque fable et surtout La Fontaine se voulait-il moraliste, comme on essaie de nous le faire croire naïvement à l’école ? Suivez les enfants et vous verrez qu’ils font presque toujours le contraire du prêche de l’auteur. Dans "Le corbeau et le renard", les enfants se moquent du corbeau, mais aiment bien le renard. Au moins est-il malin, lui ! Et que dire de la « morale » de la cigale et la fourmi, Quelle horrible leçon pour l’enfance ! La fourmi triomphante apprendrait à l’enfant à être avare et à railler cette pauvre cigale ! Non, non, cher ami, venez casser avec moi ces foutues leçons de morale hypocrite que ces contes, fables et autres fabliaux sont censés nous inculquer ! -)

Publié le 23 Avril 2024

Je reste un peu dubitatif.
Tout une première partie, orientée comme un conte. Très bien écrit prenant.
Puis après tu sembles vouloir t'amuser et on change de registre,
jusqu'à une fin un peu brève.
Le rêve se brise sur du contemporain.
Mais ce n'est que mon avis, et je suis loin d'avoir ton talent de "raconteur"
merci pour le partage

Publié le 23 Avril 2024

Merci @LAURIER JEAN-PIERRE pour ces généreuses étoiles. Et tu as mille fois raison : mieux vaut songer à enfermer tes muses dans un plumier que de vouloir mettre tes plumes dans un musée !

Publié le 20 Avril 2024
3
Un bien joli conte moraliste écrit d'une main de maître qui ne manque jamais d'inspiration... Et moi, j'aurais dû enfermer mes muses dans mon plumier !!! Jean-Pierre
Publié le 20 Avril 2024

Bon, je ne suis pas sûr, chère @Zoé Florent, que tu aies tort, mais je ne suis pas sûr non plus d’avoir raison. Mais affirmer comme cela, sans preuves, que Maïwenn a été conçue sans coït, je m’en garderai bien. Parce que les anges, là-haut, je ne sais pas trop ce qu’ils fabriquent. Rappelons-nous que leur genre a été de tout temps matière à discussion ! Alors ne parlons pas de leur sexualité !

De toute façon, nous sommes toi et moi, chère Michèle, bien au-dessus de ces contingences. Car je te rappelle que Michel (auquel, dans ma grande bonté, j’associerai sa déclinaison féminine) n’était pas un vulgaire ange de basse extraction, mais un archange. Nous sommes donc, l’un et l’autre, ces purs esprits revêtus de lumière, immergés dans l'étreinte béatifique de la clarté trinitaire…

Publié le 20 Avril 2024
3
@Michel LAURENT Lisant les premières pages, je me suis dit “Michel aurait-il été frappé par la foudre ?”, puis, notant que tout y était, jusqu’à l’enfant conçu sans coït et l’intervention de fées, “Eh non ! Autre corde à son arc, il s’agit bien d’un conte avec son lot d’improbabilités et de nunucheries :-)”. Constat rempli d’étonnement, forcément, mais constat non figé, fort heureusement, car j’ai retrouvé ce qui me plaît de ta plume dans les derniers paragraphes, et le sourire à te lire, comme souvent. /// Du plus loin qu’il me souvienne, les contes m’ont toujours laissée très dubitative, quand ce n’était pas incrédule. Autre temps, autres mœurs, pourrait-on conclure. Pourtant, je ne compte plus les fous-rires, pris par mon petit-fils et bibi avant qu’il ne sache lire, à la lecture de certains contes modernes. Décidément, cette tendance à prendre les enfants pour des imbéciles m’étonnera toujours ;-)… /// Merci pour ce surprenant partage, fort bien rédigé, comme d'habitude. Bises, bonne fin de journée et bon week-end, Michèle
Publié le 20 Avril 2024