"Manus Deï" l'Amour à l'épreuve du duel

274 pages de Mary COUSIN
"Manus Deï" l'Amour à l'épreuve du duel Mary COUSIN
Synopsis

J’ai taillé ma plume au fil de « Manus Deï » l’épée de Jean IV de Carrouges pour relater le fabuleux destin de ce chevalier normand qui fut, par amour, l’instigateur du dernier duel judiciaire autorisé en France par le Parlement de Paris comme Judicium Deï (Ce duel eut lieu à l’abbaye St Martin des Champs en 1386 en présence des plus grands du royaume). Au vu de sa vie et des épreuves qui l’ont amené à faire appel à cette solution ultime de faire valoir son droit en exposant sa vie pour défendre l'honneur de son épouse, j’ai décidé de prendre les armes. En raccrochant tout ses évènements à l'épopée d'une épée célèbre de l'époque j'ai tenté de faire guerroyer le lecteur aux côtés de personnages illustres tels Du Guesclin ou Jehanne La Pucelle qui l'ont tenue dans leurs mains.

6937 lectures depuis la publication le 21 Mai 2014

Les statistiques du livre

  688 Classement
  49 Lectures
  +160 Progression
  4.9 / 5 Notation
  120 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

81 commentaires , 65 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Merci Mary pour ce plaisir que se retrouver dans cette ambiance moyenâgeuse si bien contée. Je n'en suis qu'à page 86 et me pressentant absente de notre époque pour un sacré moment, je tiens à te remercier sans trop tarder pour nous avoir offert cette belle lecture.
Publié le 05 Janvier 2016

Bonjour Mary, pour vous remercier de tous vos gentils commentaires, et en utilisant la très bonne idée que vous avez proposé suite à la parution de "5 fruits et légumes". Je vous dédicace la nouvelle "Denise, je t'aime" que je viens d'écrire ce matin. Amicalement.

PS: Dés que je passe moins de temps à écrire, je lis votre livre.

Publié le 03 Janvier 2016
5
Magnifique épopée historique. Bravo. J'ai beaucoup aimé le style qui m'a fait plonger "littéralement" dans cette époque du moyen-âge. Vous avez sans aucun doute effectué de multiples recherches pour écrire ce roman et je vous en félicite car, confronté à la même démarche pour mon prochain livre, je sais que cela est chronophage. En tout cas, le vôtre est une véritable réussite. J'en profite pour vous souhaiter une heureuse année 2016.
Publié le 02 Janvier 2016

Merci Mary de votre commentaire sur mon livre, je vais commencer la lecture du votre bientôt. Je vous souhaite dès à présent une très bonne année 2016 et plein de beaux projets d'écriture.

Publié le 31 Décembre 2015

Merci à vous, chère Mary, pour votre gentil commentaire sur "mon enfance angevine". A mon tour, je vais lire votre livre et je ne manquerai pas de vous faire part de mes remarques. Si j'ai vécu mon enfance et adolescence dans la banlieue d'Angers, depuis 1972, j'ai "émigré" dans la Sarthe, à 15 km du Mans dans un village qui s'appelle Fillé et où mon mari fut maire pendant près de vingt ans. Je me suis rapprochée donc de votre Normandie que j'aime beaucoup d'ailleurs.
Encore merci et Meilleurs vœux aussi à vous pour 2016.
Christiane.

Publié le 30 Décembre 2015

Merci à vous, Marguerite, P. Jalabert et Chris, pour l'intérêt que vous avez portez à l'histoire de mon valeureux chevalier. Et Merci plus particulièrement à Michel, pour votre éloquent commentaire qui m'a vraiment touché. Vous avez totalement cerné l'esprit avec lequel j'ai écrit ce livre ainsi que mes motivations. Vous citez votre « on ne peut plus populaire » seigneur médiéval Gaston III de Foix, dit Fébus qui, sans être ni prince ni roi se comporta en seigneur fastueux et sut s'imposer comme un interlocuteur de poids dans le contexte périlleux de la guerre de Cent Ans. On sait en quels termes enthousiastes en parle Froissard, cet auteur de plus de 20 chroniques historiques de plus de 600 pages chacune, que j’ai dû lire de fond en comble pour mon livre, et qui fut quelque temps son hôte. Il se trouve que notre valeureux seigneur de Carrouges,féru de chasse, lors qu’il était chevalier d’honneur du Roi Charles VI, a rencontré le fameux Gaston Phébus. C'était en 1389,  à Toulouse où il avait accompagné ledit roi qui allait y recevoir l'allégeance du  Comte de Foix  pour ses terres, au cours d’un festin où ce dernier présenta son livre de chasse au Roi. À vrai dire, s'il eut en partage les qualités des princes de son temps, bravoure, générosité, goûts littéraires et artistiques raffinés, il ne fut pas exempt de leurs défauts et pour preuve, sa descendance, fruit d’une union illégitime. Par ailleurs, l'autre rapport avec ce personnage et votre Comté, c'est la particularité de notre château qui fut le fief d'un famille au nom significatif : Les "Le Veneur" et où depuis des années a lieu, le premier Week-end d'août : "une grande fête de la chasse" J'ai aussi été chercher mon cadeau sous votre arbre de noël. Je suis admirative de l'intensité des rapports amoureux qui vous lient même si je n'adhère pas à votre philosophie du bonheur ou de la plénitude de l'épanouissement. Est-ce être libre que d'être sans cesse à la recherche du plaisir sexuel ? Je pense, en plus, que dans notre monde moderne, la femme est bien plus dépendante des matraquages médiatiques ou publicitaires de notre société de consommation à outrance qu'ont pu l'être, de la gente masculine, celles du moyen-âge : regardez Eléonore d'Aquitaine, Christine de Pisan, Blanche de Castille,.. Sans compter qu'à notre époque, malheureusement, il y a encore beaucoup de pays où la femme n'a pas plus de considération qu'un animal domestique. Mais c'est un autre débat !

Publié le 28 Décembre 2015
5
Je suis intéressée, en général, par les romans contemporains, mais j'ai eu envie de lire le votre, et ne l'ai pas regretté. Bravo Mary, pour tout ce travail de recherches, vos descriptions et ce talent dans l'écriture. Merci !
Publié le 28 Décembre 2015
5
En lisant "Manus Deï" j'ai pris conscience de mes lacunes en matière d'Histoire ! Mais cela ne m'a pas découragé, pas plus que cela n'a été une gêne pour la compréhension de votre roman. Je suis très admirative quant à la somme de travail de recherche, en plus de celui de la rédaction, que vous avez dû mettre en œuvre pour que "Manus Deï" puisse voir le jour. Bravo, et merci pour ce beau partage. Marguerite Rothe.
Publié le 28 Décembre 2015

Très touché par votre inspiration suscitée par mes nouvelles, je suis content du plaisir pris à cette lecture. Cela pourrait me faire penser à imaginer un roman à quatre mains! Une première sur Monbestseller! Je commence comme promis à lire votre livre . Que cette journée vous soit douce.

Publié le 26 Décembre 2015
5
Mary, difficile de faire court pour commenter votre ouvrage qui méritait la plus grande attention, ne serait-ce que pour honorer vos années de recherches historiques et la réalisation de vos illustrations. L'idée de départ, l'épopée d'une épée célèbre, entraîne le lecteur dans une tranche d'Histoire couvrant la Guerre de Cent Ans, les Croisades, la Guerre entre Armagnacs et Bourguignons, de Jean le Bon à Charles VII. L'amateur d'Histoire que je suis, originaire du Comté de Foix, pays de Gaston Phébus, contemporain de votre Jehan IV Seigneur de Carrouges, ne pouvait qu'apprécier l'esprit chevaleresque développé dans l'Amour à l'épreuve du duel. Gaston Phébus est resté célèbre pour son Traité de Chasse et sa Cour d'Amour. L'épée était un symbole de pouvoir auquel on conférait une âme et un nom. Manus Deï s'inscrit donc dans la lignée de Durandal, d'Excalibur et de bien d'autres. Nous donner l'occasion de vous découvrir dans monbestseller est une excellente idée. Publiée depuis 2008 sur Amazon et en vente à Carrouges, vous nous donnez envie de visiter Carrouges et son château, et d'agrémenter le séjour en séjournant au magnifique gîte de Mary dont vous êtes l'heureuse propriétaire. Mon commentaire sera donc la reconnaissance de votre talent d'historienne et d'écrivaine, de la qualité de votre site (http://www.carrouges.fr/manus.dei) et de votre action d'ambassadrice pour faire connaître votre région. En un mot : bravo !
Publié le 26 Décembre 2015
5
Dix pages sublimes... qui m'incitent à lire les trois cents suivantes...
Publié le 25 Décembre 2015

Bonjour Mary, tout d'abord encore merci pour votre commentaire sur me recueil. Je viens de mettre votre livre dans ma bibliothèque et le lirai dès que possible, là, je suis beaucoup prise par mes petits enfants qui sont là en vacances.
Bonne journée et bon Noël à toi.

Tiamaraa

Publié le 24 Décembre 2015

Merci Céline pour vos louanges concernant mon ouvrage pour lequel j’ai, en effet, fait des années de recherches pointues aboutissant parfois sur des trouvailles passionnantes pour l’historienne que je suis. Je reconnais avoir eu du mal à m’en éloigner, d’où mon besoin d’en restituer un maximum au lecteur dans de longs dialogues qui, a priori, vous ont semblé alourdir le texte. Je peux le comprendre. C’est vrai que j’ai choisi d’adopter, pour rendre l’histoire plus vivante, la règle des trois unités : un lieu, une date, un événement marquant, comme au théâtre. J’ai donc pris le parti du dialogue, parfois dans le cadre de repas festifs pour présenter les personnages de cette histoire « vraie » et faire relater leurs hauts faits ou épopées chevaleresques, par les hôtes présents. J’avoue que ça peut sembler fastidieux de se familiariser avec tous (comme dans un véritable banquet de mariage) mais je me devais de les situer, car ils interviennent pour la plupart dans les événements qui suivent. Comme vous, j'ai maintes fois lu "Les Rois Maudits", et je sais que je n’arrive pas à la cheville de Maurice Druon, mais mon ouvrage se situant à une période qui suit la sienne, j’y fais référence et vous avez dû vous y retrouver aisément. Une petite précision concernant l’épée de mon chevalier : son histoire est avérée à partir du moment où elle est dans les mains de Du Guesclin jusqu’à son terme dans celles de Jehanne la pucelle qui la brise à Gien juste avant d’aller faire couronner le dauphin Charles VII.
Merci aussi a Adelyre, Christine Léo, Navizim et Gauthier d'avoir mis mon ouvrage dans leur bibliothèque. J'attends vos commentaires avec impatience.

Publié le 23 Décembre 2015

Merci, Philippe, comme vous devez vous en douter, tout ce qui concerne l'histoire (en particulier médiévale) me passionne. Je serai donc ravie de découvrir votre travail (surtout que j'ai un ami qui vient d'écrire une thèse sur votre ami ... Bossuet) En attendant, je me permets de vous souhaiter de passer de bonnes fêtes de fin d'année. Mary

Publié le 21 Décembre 2015

Bonjour Mary.
Je n'ai pas encore fini ma lecture. Je réserve donc (provisoirement) mon nombre d'étoiles... Ne soyez pas paranoïaque, c'est de l'humour!
Toutefois, ancien professeur d'histoire, j'y trouve tous les ingrédients de la littérature chevaleresque médiévale: les généalogies; la naissance; l'éducation; les exploits... Le tout agrémenté d'une superbe cartographie!
Si cela vous intéresse, une partie de mon nouveau roman est consacrée à cette littérature. Je peux vous la faire parvenir sur votre boîte courriel personnelle. Cette nouvelle version de "Bossuet était un c..." n'est pas encore protégée par un "isbn", mais je ne pense pas que mon éditrice y voit un inconvénient ( ? - ! )... Si nous pouvons nous aider entre auteurs, c'est toujours un plaisir!
Fort cordialement et en attendant de vous lire à nouveau.
Philippe. / Boris.

Publié le 21 Décembre 2015

Votre critique Elisa, me va droit au cœur, venant de vous dont j'ai gouté l'art poétique.Merci aussi Ben d'avoir ajouté mon livre qui je l'espère saura vous séduire, à votre bibliothèque.

Publié le 20 Décembre 2015

Merci Mary pour votre commentaire si bienveillant, je suis touché.
J'ai commencé à lire votre roman et je vous donnerai mes impressions en janvier. Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d'année.
A bientôt :-)

Publié le 18 Décembre 2015

Merci Mary pour votre commentaire auquel j'ai répondu sur ma page. je mets votre livre dans ma bibliothèque. Amitiés, AnouK.

Publié le 18 Décembre 2015

Bonjour Mary, Je vous remercie vivement pour votre analyse et votre appréciation de cette première nouvelle ! Je reviendrai vers vous après vous avoir lu :)... Bonne journée à vous, Adelyre

Publié le 16 Décembre 2015
5
Un pur délice que ce roman. Comme vous, je suis une passionnée d'histoire et j'ai pris beaucoup de plaisir en lisant votre roman. Cette incursion dans le passé en compagnie de preux chevaliers fut en tout point exaltante. De plus, je vous tire mon chapeau pour l'excellent travail de recherches que vous avez accompli. Je souhaite beaucoup de succès et une longue vie à « petit Jehan »
Publié le 16 Décembre 2015

Bonjour Mary !
Je vous ai répondu à votre formidable commentaire sur ma page, je mets votre livre dans ma bibliothèque.
A très vite
Ben.

Publié le 15 Décembre 2015
5
Bonjour Mary, Quel travail phénoménal pour nous offrir cette œuvre d'une qualité exceptionnelle. On sent la passion qui vous habite. Vous avez su, grâce à vos connaissances, vos recherches et votre talent m'emmener avec vous dans l'Histoire et l'histoire romanesque de ce livre. Ce roman est tout simplement sublime. Merci pour ce partage Mary. Très belle journée. Elisa
Publié le 15 Décembre 2015

Bonsoir Mary Cousin. Merci de tout cœur pour vos propos élogieux et étoilés. Chaque mot que vous m’avez offert dans vos commentaires est un encouragement à récidiver, à reprendre la plume. Ma plus grande récompense, ce sont vos rires, mon plus beau rêve, celui de voir des comédiennes et des comédiens prendre à bras le corps le jeu de cette comédie déjantée.
Je suis très curieux d’entrer dans votre univers, celui d’une écrivaine qui, par le biais du roman, fait revivre l’histoire. Je trouve cette démarche érudite passionnante. Je vous préviens, je lis lentement mais je vous donnerai bientôt de mes nouvelles. Promis ! Cordialement. JCML.

Publié le 15 Décembre 2015

Je vais lire votre ouvrage... Suivant mon rythme: comme beaucoup d'intellectuels, je suis assez lent! Ancien professeur d'histoire (nul n'est parfait...); j'ai été, dès le début, séduit par le sérieux de votre documentation.
En vous remerciant de vos appréciations quant à "Galerie de portraits...". j'y ai répondu dans la page de ce livre. je vais vous contacter par courriel en suivant le lien que vous avez indiqué.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 13 Décembre 2015
5
Bonjour Mary. J'ai lu votre livre avec plaisir et je ne dérogerai pas aux commentaires des autres lecteurs . Votre livre est une mine de connaissances enrichissantes . Moi qui n aimais pas vraiment l'histoire à l'école, j'ai joliment été emportée par la façon romanesque que vous utilisez pour nous la faire découvrir ! Aucune critique négative ne me vient à l'esprit, J'ai adoré suivre le destin fabuleux de "Manus Deï", l'"Excalibur" de votre valeureux chevalier. Alors a bientot pour de nouvelles aventures
Publié le 10 Décembre 2015

Bonjour Mary, vous m'avez fait la surprise de découvrir — sans passer par la case bibliothèque — un commentaire élogieux assorti d'une notation qui m'enchante, et je vous en remercie chaleureusement. J'ai pu constater qu'il s'agissait pour vous d'une première incursion dans le genre. Vous avez raison, c'est un hommage à celle que j'ai prénommée Claire (prénom d'emprunt) et qui a laissé une marque indélébile dans mon coeur. Femme admirable, brillantissime, tellement +++ dans tous les domaines, je ne pouvais qu'adapter mon roman (notre romance) à son Journal. Journal dans lequel, femme de lettres, historienne, elle a évoqué son ressenti, ses émotions, ses attentes et ses intentions pour un avenir qui lui a échappé trop tôt. Vous l'aurez compris, elle ne faisait pas les choses à moitié, et j'ai dû gommer tout ce qui était trop intime, ou qui aurait choqué un lectorat parfois prude et romantique comme vous-même. Et cependant, elle était — à sa manière — profondément romantique. Puisque vous m'avez tendu la perche, Mary, historien dans l'âme moi aussi, je vous annonce que je vais savourer "Manus Deï" dont j'ai déjà parcouru la préface, la table des matières et la généalogie de ce chevalier. Merci pour ce partage enrichissant. Très cordialement. MC

Publié le 09 Décembre 2015

Chère Sylvie, comme je l'ai signalé à notre ami Alain Richier qui m'a fait la même demande, j'ai fait une auto-édition et je peux vous le faire parvenir par la poste pour 20€, contactez-moi par le biais de mon mail: mary-cousin@orange.fr.
Autrement, vous pouvez vous le procurer chez Edilivre mais l'édition papier est, je trouve, exorbitante!

Publié le 09 Décembre 2015
5
Quel magnifique travail de recherche que le vôtre, Mary ! Je suis vraiment impressionnée, vous avez l'art de me rendre familière une période qui jusque là était toujours restée très floue à mes yeux. Je n'ai pas encore eu le temps de finir votre roman ( il faut bien travailler un peu ... ) mais j'aimerais le lire en "version papier"; pouvez-vous me dire où je pourrais le trouver? Publié le 08 Décembre 2015
Publié le 08 Décembre 2015

Merci Mary pour votre appréciation au sujet de mon 2ème roman:"Matriochkas".

Cependant, je suis très intriguée car il n'est pas sur ce site et je me demande où vous avez pu le lire?

Il est sur"Nouvelles plumes", mais non accessible à la lecture.

Merci encore pour ce roman que j'ai écrit avec tellement de plaisir.

Publié le 07 Décembre 2015

j'ai fait une auto-édition et je peux vous le faire parvenir par la poste, contactez-moi par le biais de mon mail: mary-cousin@orange.fr.
Autrement, vous pouvez vous le procurer chez Edilivre mais l'édition papier est, je trouve, exorbitante!

Publié le 07 Décembre 2015
5
bravo ! au travers de ce livre on ressent tout votre amour pour l'Histoire et l'histoire. Des années de recherche très certainement.! attention aux fautes !
Publié le 05 Décembre 2015

Merci, Dufondesages, pour votre commentaire et pour vous être donné la peine de faire toutes ces corrections en si peu de temps. Heureusement pour moi, tous les lecteurs n'ont pas votre perspicacité à détecter les fautes de typographie ou d'orthographe. Pour amener de l'eau à mon moulin, j'ai l'excuse d'avoir compulsé pendant plus de 6 ans des documents écrits en latin ou vieux français d'une époque où, justement, l'orthographe n'était pas posée et où il n'était pas rare de trouver, dans la même page, les mêmes mots ou noms écrits différemment. J'avais d'ailleurs fait la première édition papier de mon livre en police gothique et en employant ces termes et tournures moyenâgeuses pour mieux plonger le lecteur dans l'esprit de cette période. Pour l’édition sur MBS, j'ai dû abandonner le procédé mais certains mots qui sont passé à l’as ou qui tombe sous le sens, n’ont pas forcément un astérisque les renvoyant à l’index. Merci aussi à BiblioPhil pour votre gentil message qui met du baume au cœur. Cordialement Mary

Publié le 28 Novembre 2015
5
Votre livre est un pur bonheur pour les amateurs d'Histoire et d'histoires romanesques. J'ai été conquis par votre magnifique "Manus Dei". C'est une magnifique façon de connaître l'histoire de la Guerre de Cent Ans au travers des yeux de personnes ayant vécu à cette époque. De plus, découvrir la vie de ce valeureux chevalier en suivant son épée est vraiment une bonne idée. C'est aussi plein de poésie et d'humour: Merci Mary pour ce partage immense.
Publié le 27 Novembre 2015
5
Un roman qui a demandé une telle préparation mérite le respect. Dommage que vous n’ayez pas porté autant de soin à la forme littéraire... (cf. courrier privé sur votre facebook). Je mets toutefois 5 étoiles pour la complexité du travail de fouille et de précision, pour les références, glossaire, et illustrations (qui manquent bien souvent à la plupart des romans pour les rendre plus attractifs), et pour le principe qui montre que la rédaction d’un livre, quel qu’il soit, cela se prépare. Merci d’avoir donné l’exemple. Un roman historique n’est pas seulement une manière de rendre l’Histoire plus séduisante. Le lecteur y apprend énormément sans effort (et sans avoir à faire des tustes qu’on oubliera le lendemain de l’interro). Mais surtout, la mise en scène romanesque ouvre des perspectives qui échappent à l’historien pragmatique. En s’immergeant dans la vie supposée des protagonistes, il est parfois possible de solutionner des faits d’histoire qui posaient problème, ou encore d'ouvrir un autre regard sur notre passé.
Publié le 22 Novembre 2015

M. Scorsèse est venu faire des repérages, seulement a rencontré un problème: il ne reste pratiquement plus aucuns vestiges des lieux où eurent lieu les événements et de plus, il devait faire deux autres films avant " the last duel" qui ne sont toujours pas tournés.

Publié le 20 Novembre 2015

Est-ce que les silences de M. Scorsèse et de L Besson ne seraient pas plutôt liés à un quiproquo ? Peut-être ont-ils mal compris votre démarche. Car enfin, je pense qu'en lisant votre oeuvre, ils ne peuvent qu'en tirer une source inépuisable de renseignements utiles dans la création d'un superbe film médiéval. CC

Publié le 20 Novembre 2015

Merci beaucoup Claude pour ce plaisant commentaire sur mon livre et sur le fait que vous pensiez que cette histoire mériterait d’être adaptée à l’écran. Elle a bien manqué l’être, en 2009 par le cinéaste américain Martin Scorcese (« Taxi driver », « Les infiltrés »). Il projetait alors de réaliser une adaptation cinématographique du " Last duel", d’après un ouvrage écrit par un professeur d'université américain de Californie, Eric Jagger avec qui j’étais en contact et, qui rapporte uniquement ledit « événement ». J’avais donc fait parvenir mon ouvrage au cinéaste en lui indiquant que ce fait historique n’avait de sens que si on connaissait les raisons qui ont poussé Jehan IV de Carrouges à demander ce fameux duel et pour cela il y avait mon ouvrage qui met en scène, au fil de son épée, la vie de page, d'écuyer puis de chevalier de notre valeureux seigneur que les épreuves ont amené à cette solution ultime de faire valoir son droit en appelant au "Judicium Deï" pour défendre l'honneur de son épouse ( décision inconcevable en 1386 tenu compte de la place de la femme dans la société de l’époque). Seulement depuis, Martins Scorcese a abandonné son projet de film. Par la suite, j'ai envoyé mon livre à la Société de Luc Besson, Digital Factory, implantée pas très loin de chez moi, au château de la Trinité-des-Laitiers, qui n’a pas donné signe de vie.
Mais je ne désespère pas qu’un jour …

Publié le 18 Novembre 2015

Normand moi-même et amoureux d'histoire de France, mon père m' avait fait visiter le château de Carrouges dans l'Orne pour mes dix ans (1961) et le guide nous avait fait un véritable panégyrique de notre belle Normandie et de Carrouges. C'est d’ailleurs ce que je retrouve avec joie dans votre livre. Je l'emporte dans ma bibliothèque et reviendrai le noter. Je peux cependant dire d'ors et déjà, que tous les détails parcourus sur les premières pages lues sont une vraie mine de connaissance pour le normand que je suis. En ce qui concerne Rollon, il semblerait qu'il soit l’initiateur de la création du port de ROUEN. Qu'en pensez-vous ? A très bientôt payse. CC http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1847_num_8_1_452059

Publié le 18 Novembre 2015
5
C'est encore mieux que ce qu'en avait pensé sur un court extrait. C'est le plus beau et le complet des livres que j'ai été amené à lire sur ce site, alliant une belle mise en bouche historique suivie d'une histoire romanesque très prenante. Bravo Mary. Tout çà mérite la création d'une vraie saga télévisuelle. CC
Publié le 18 Novembre 2015

Merci à vous, Val-Elysa pour votre gentil commentaire. Je suis ravie que mon roman vous ait plu. Je sais, c’est un ouvrage historique qui me contraint à une grande rigueur. De ce fait, il peut y avoir des passages fastidieux pour les lecteurs non férus d’histoire. A ceux là, je conseille de sauter lesdits passages pour ne suivre que le côté romanesque du livre. Souvent, ils y reviennent par la suite. Pour aider le lecteur à se retrouver dans les dédales de la Guerre de Cent Ans, j’ai d’ailleurs mis en ligne une page internet qui situe le roman dans l’Histoire de France : http://gite.de.mary.pagesperso-orange.fr/manus-dei/Nouveau%20table.htm Merci en tout cas de vos appréciations très gratifiantes.

Publié le 07 Novembre 2015
4
Bonjour Mary, Je vous remercie d'avoir lu et apprécié mon roman BLANCHE. Comme promis, je viens de terminer votre roman historique. Comme je vous l'ai dit précédemment, je suis admirative du travail de recherche que vous avez dû effectuer pour alimenter cette histoire passionnante, mais peut-être un peu trop fournie en détails, ce qui alourdit un peu la lecture. C'est un roman qui tourne parfois au cours d'histoire magistral, ce qui est certes, enrichissant, mais un peu complexe parfois... Encore bravo pour ce travail minutieux et je vous souhaite toute la réussite possible. Bien cordialement, Muriel
Publié le 02 Novembre 2015

Bonjour Mary et merci d'avoir ajouté BLANCHE à votre bibliothèque. J'ai commencé à lire MANUS DEÏ et je ne peux pour l'instant que vous féliciter pour le travail de recherche énorme que vous nous proposez dans votre oeuvre. Nos univers ne sont pas vraiment du même ordre, mais j'aime la diversité et j'espère que vous apprécierez le mien aussi. Je reviendrai vers vous ma lecture achevée pour vous donner mes impressions.
Bien cordialement,
Muriel

Publié le 29 Octobre 2015

Merci beaucoup Kuntur Kingdom d'avoir mis " "Manus Deï" L'amour à l'épreuve du duel" dans votre bibliothèque et deux fois merci pour vos commentaires sur son contenu qui est le fruit d'un très long travail de recherches historiques. C'est très réconfortant de recevoir la reconnaissance de confrères ou consœurs. J'ai également glissé dans ma bibliothèque votre ouvrage que je vais m'empresser de lire dès que possible.

Publié le 03 Octobre 2015
5
Je suis étonné que si peu de lectures et d'étoiles couronnent votre gigantesque travail d'historienne, et votre qualité de romancière. Votre livre est un pur bonheur pour les amateurs d'Histoire et d'histoires romanesques. J'ai adoré. Je vous souhaite de pouvoir trouver vos lecteurs grâce à un éditeur, car je suis sûr que comme moi, ils seront conquis par votre magnifique "Manus Dei". Merci Mary pour ce partage immense.
Publié le 02 Octobre 2015
5
Une somme de travail (surtout en recherches) considérable !
Publié le 03 Avril 2015
5
Votre plume taillée au fil de l'épée du Seigneur de Carrouges a fait mouche,et votre Manus Déi a été avalé d'une traite! J'ai apprécié l'histoire à un moment ou je met au point les derniers détails du pélerinage à Jérusalem que je vais terminer de fin Aout à fin Octobre cette année,après deux mois de marche en 2007. Je ne suis pas parti en croisade l'année dernière l'épée à la main,mais avec un bâton de marche célèbre (un makila basque qui me sert de défense contre les chiens quelquefois redoutables en Hongrie et d'appui dans les passages montagneux alpins carpathes et taurus) Si je suis courageux à mon retour ,j'écrirai quelques pages( moi aussi )sur ce pèlerinage dont le parcours est très proche de celui de la première croisade à savoir: Départ de Champagne,traversée des Vosges du Rhin de la Forêt Noire du lac de Constance,long chemin montagneux des Alpes bavaroises jusqu'à Salzburg en Autriche,des Alpes autrichiennes jusqu'à Mariezell et Neustadt,entrée en Hongrie traversée du Danube en bac,et de l'immense plaine Hongroise,jusqu'à Szeged et Mako. l'An 2008 me fera marcher en Serbie Beograd et un long chemin le long du Danube par les portes de fer,puis la Bulgarie et ses monastères orthodoxes la Turquie par la Thrace jusqu'à Istanbul,puis la Cappadoce la Syrie,la cisjordanieet enfin Jérusalem et Béthleem Nazareth,le lac de Tibériade. Il me manquera votre talent pour magnifier ce parcours(initiatique?) en quelques pages! Bref j'ai aimé votre bouquin et suis persuadé que vous auriez aimé marcher sur les traces de ces chevaliers dont certains avaient une foi chevillée au corps. Jean-Claude PION
Publié le 09 Juin 2014

Pages