Morbak

8 pages
Extrait
de A.A.
Morbak A.A.
Synopsis

Retrouvez le premier recueil de nouvelles "soir(s) de retour" de cet auteur sur amazon

http://t.co/pJrhOkbe0Q

« Si tu remets un pied chez moi, je te jure, je te marave la gueule ! T'as compris sale morbak ! »

Nous n'avons pas fait les présentations. Je m'appelle André. Demain, demain, je serai un fugitif parmi les miens. Demain, demain, je serai libre. Vieux et libre. J'ai quarante-trois piges hier. Ça m'a foutu une claque, je ne vous raconte pas. Ou était-ce l'alcool que j'ai trop bu hier soir ? La seule chose que je sache c'est mon envie irrépressible de tout envoyer valser, envoyer chier, de vivre en ermite.
J'ai quarante-trois piges. Vous l'ai-je dit ? Oui ! Oui !

3285 lectures depuis la publication le 07 Février 2015

Les statistiques du livre

  2075 Classement
  16 Lectures
  -136 Progression
  4.8 / 5 Notation
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Ça va vite, très vite la vie d'un cadre crade. Il engloutit les miles, les pilules, les shots, les petites et surtout les biffetons, et de temps en temps il craque. Je ris souvent jaune en entendant les récits de burn-out, prise de conscience, revirement, rejet subit et autre volte face des cravates-BMW qui d'un coup d'un seul retouche sol après des années de jetlag lucratif, et j'ai toujours envie de leur balancer que c'est facile de cracher dans la soupe après avoir fini le plat et gerbé le trop plein. Cette impression me poursuit après la lecture de ce texte qui remplit, de fait, parfaitement son rôle. Bravo.
Publié le 19 Octobre 2015

Merci Didier pour la lecture et la critique Céliniste plus que non méritée, mais appréciée. Je m'en vais donc soustraire un peu de votre livre dès que j'ai du temps.

Publié le 02 Avril 2015
5
Oups… je m'aperçois que je n'avais pas noté. 5 sur 5. 5 pour le style 5 pour la rage 5 pour la lucidité 5 pour l'humour 5 pour la densité et la fièvre. 25 étoiles en tout.
Publié le 02 Avril 2015

Un énorme flash-back virtuose, qui s'étire, plein de lucidité, de rage et d'humour, dans un style célinien parfaitement digéré, où surgissent ces perles:
"le romantisme c'est l'abandon de la raison sociale devant le beau"
"le courage c'est l'abandon du confort physique pour le désordre spirituel"…
L'histoire brutale d'une conversion violente!…
J'adore l'état fiévreux dans lequel cette lecture me plonge. Bravo.
Didier.

Publié le 31 Mars 2015

Merci Hubert pour la lecture et le commentaire et la note et tout le reste. Le recueil de mes nouvelles est disponible ici à tout petit prix (deux chocolatines et un croissant environ, c'est peanuts quoi ) http://t.co/1rx26d4UsM

Publié le 21 Mars 2015
5
Une tranche de vie racontée en quelques mots, un accent de vérité profonde. Touchant, sincère. On a l'impression d'assister, en direct et accéléré, a une plongée vers la déchéance humaine, le "burning out"... Bravo
Publié le 18 Mars 2015

Merci Hubert. D'autres nouvelles arriveront bientôt sur le site. L'intégrale est déjà disponible au plus grand plaisir de mon banquier ici sinon http://t.co/1rx26d4UsM

Publié le 06 Mars 2015

Merci Gene pour la lecture et le commentaire qui a suivi. Vos livres, oui, oui, dans ma liste à découvrir, parés. Je suis plutôt d'accord avec votre analyse, au bout de huit pages, ne sait-on pas déjà si ça vaut le coup ou pas ?

Publié le 24 Février 2015

Merci Virginie pour ta lecture et ton analyse. Concernant la mise en page, j'ai l'impression que la version originale en word rend mieux que sur MBS, mais on va revoir tout ça donc. Pour les fautes...ay ay ay.Et oui, oui, la relecture, mais avec la tête dedans parfois les plus grosses bourdes passent inaperçues...Je suis preneur de toutes notifications charitables

Publié le 22 Février 2015
4
J'ai aimé cette nouvelle, car son personnage principal est "construit" en partie grâce au style, au langage utilisé. Je pense qu'une nouvelle est réussie quand on arrive à faire court en disant pourtant beaucoup, ce vous parvenez à faire avec ce texte. Cette nouvelle n'est pas trop courte, elle est simplement efficace. Je ne mets "que" 4 étoiles car j'ai trouvé quelques erreurs d'orthographe et maladresses d'expression. Une relecture serait donc bénéfique et améliorerait encore l'ensemble. Et je suis d'accord avec Hermann, une justification du texte (et aussi selon moi une interligne plus grande) apporterait un plus grand confort de lecture :-) A bientôt pour une autre nouvelle sur @MBS ? Virginie
Publié le 22 Février 2015
5
Brutal, vif et caustique, j'aime bien. Une toute petite remarque technique pour la mise en page: en justifiant votre texte, vous pourriez faciliter la lecture. Dommage que l'extrait soit si court.
Publié le 17 Février 2015
5
On pourrait parler de Zola du 21ème siècle tellement le descriptif d'une couche sociale de la société, et de ses illusions et réveilles, est réelle dans ce livre, mais j'y ajouterai une couche de Jules Amédée Barbey d'Aurevilly, pour la bagatelle. Certes l'approche est plus directe, mais l'intention est la même. A suivre sans aucun doute.
Publié le 16 Février 2015

Merci, merci. Vous pouvez trouver l'intégrale en vente petit prix sur Amazon, ici :

http://www.amazon.fr/gp/product/B00TM9V9YG?*Version*=1&*entries*=0 ou en tapant "Soir(s) de retour" sur Amazon

Publié le 15 Février 2015
5
Bonjour A.A., du grand art, j'apprécie votre style, à quand la suite ?
Publié le 15 Février 2015
5
Intéressant. Tellement différent de mon style (vous verrez, puisque vous avez mis mes romans dans votre bibliothèque). Et même si ça ne ressemble en rien à ce que moi-même j'écris, je me suis laissée prendre par la lecture, mais comme l'ont déjà dit les autres lecteurs, 8 pages c'est court (vous aurez plus à lire avec mes extraits ! c'est pô juste !). Alors du coup, on reste sur sa faim. On se demande bien ce que peut être la suite du récit.
Publié le 13 Février 2015

Merci pour la lecture. Et oui, le court...C'est pour les gens qui s'ennuient vite, et je m'ennuie vite, je crois.

Publié le 12 Février 2015

Bravo ! Dommage du court !

Publié le 12 Février 2015
4
Une vérité brute, une plume caustique et un rythme maîtrisé. On ne décroche pas et ça ne laisse pas de marbre. À mon sens une œuvre, quelle qu'elle soit, se doit de transmettre des émotions, ne pas laisser indifférent. Que l'on aime ou que l'on déteste, peu importe. Alors merci pour cette « belle » découverte, en espérant en lire prochainement davantage !
Publié le 11 Février 2015