Marc Richard
Biographie

56 ans ! Comme le temps passe ! Bientôt le même âge que mon année de naissance. Vais-je renaître ce jour-là ?... Allez savoir. Il se passe tant d'incroyables choses ici-bas.
C'est impossible me direz-vous, certes, mais je préfère rester vigilant. Ne sait-on jamais!

Regardez, passé la cinquantaine, le père Noël, on y croit plus en théorie. Cela ne nous empêche pas, le 25 décembre, de jeter un coup d'œil désinvolte du côté du sapin dans l'espoir d'y trouver un cadeau à notre attention. Ne me dites pas que c'est faux ! Auquel cas, c'est que vous avez moins de cinquante ans.
Comme des enfants, nous pensons que les choses les plus folles puissent encore se réaliser…

La preuve, j'écris !

Marc Richard a noté ces livres

5
Une bien belle petite plume... J'espère qu'elle ne vient pas du corbeau de l'histoire ! Ces quelques étoiles pour encourager les vivants et éclairer les stèles. Cordialement.
Publié le 30 Mai 2016
5
Félicitation ! J'en ai pincé pour l'humour de la fin cousin ! Les crabes, Pâques, Moïse, les cloches... De par le poulet, on est à deux doigts des œufs... à condition bien sûr que de la poule ou de l’œuf...
Publié le 24 Mai 2016
5
Un sac à main rouge, le cuir rougi des épaules, des écrevisses brûlantes, des peaux brunes, les écrans totalement blanchâtres des crèmes à bronzer, de l'écume en bouclettes blanches, une mer bleue comme un ciel où brille un soleil tel un pendentif plaqué or... L'air iodée d'une femme seule. Le souvenir d'une histoire, d'un homme. La foule des plages, la solitude parmi la foule... Un joli passage, nostalgique, coloré. J'ai bien aimé. Cordialement.
Publié le 18 Mai 2016
5
Un début séduisant, du rythme, une belle écriture, vive et colorée. Une idée prometteuse qui, parvenue au terme de sa chute, déclenche un rebondissement dépourvu de “rechute”. Je sais, qu’il est difficile pour un auteur de se séparer de ses idées, ses textes, paragraphes, phrases… Qu’il peut même s’entêter à conserver un simple mot et s’obstiner à le placer à coups de marteau dans un contexte auquel il n’appartient pas toujours… Mais que voulez-vous ! C’est ainsi ! Le meilleur ami de l’écrivain, souvent, c’est la touche “suppr”.
Publié le 11 Mai 2016

Pages