Michael Sherwood
Biographie

Ayant vécu longtemps à l'étranger, j'ai une passion pour les voyages, les langues et les cultures étrangères. Mes pays préférés ? La Tanzanie, Zanzibar, l'Angleterre, la Turquie, Chypres, la Somalie et d'autres encore. Mes écrivains préférés ? Charles Dickens, Jane Austen, Thomas Hardy, Alain Robbe-Grillet, L.F. Céline, Michel Houellebecq, Stephen King, et d'autres encore. J'ai toujours voulu écrire, ce n'est pas le manque d'imagination qui m'a retenu jusqu'ici mais la paresse !

Michael Sherwood a publié

Michael Sherwood a noté ces livres

5
Ah ! J'ai bien ri à tous ces jeux de mots, de ce petit chaperon qui n'est pas une oie blanche et n'a pas la langue dans sa poche. Il aurait été amusant de mettre quelques expressions avec "noir" en parallèle : le marché noir... en face du blanchiment d'argent. J'aurais bien vu aussi la maman préparer une "Tête-de-Nègre" euh, pardon une "Tête au chocolat" pour la grand-mère. Je m'attendais à plus de subtilité pour La chute de l'histoire, comme un bouquet final. Continuez ainsi ! Amitiés, Michael
Publié le 27 Septembre 2021
5
@Michel CANAL Ah, ce jeune homme est un coquin comme dit la belle Sylvie ! Autant dire tout de suite, je me suis régalé de ce petit récit, presque trop beau pour être vrai ! Il y a tout de même une réplique qui mériterait d’être retravaillée : - Non ! mes copines de classe, mais une rapatriée d’Algérie amoureuse, que je vois en cachette de ses parents. « une rapatriée d’Algérie amoureuse, que… » est lourd, et le « mais » marque une opposition qui n’est pas énoncée (sauf peut-être dans la tête de Michel, s’il a encore les idées claires !) Le motif invoqué par Sylvie pour inviter Michel est lui aussi assez… tiré par les cheveux ! Mais ne boudons pas notre plaisir… Amitiés, Michael
Publié le 19 Septembre 2021
4
@ L'Oeil V Le début est super, on se dit mais où il va chercher tout ça, quels feux d'artifices, les Jean-Pierre, le califat de Djibouti, Marine le stylo, la séance de vaccination, etc.. Mais voilà le texte est dense, très dense, très riche, trop même, comme un pudding anglais, et au bout d'un moment on sature, avec ce dialogue interminable avec l'infirmière sur un bout de trottoir. On sent que l'auteur a sûrement plein de choses intéressantes à faire passer, mais too much is too much. Petit détail, pour rassurer l'écolo : les talibans n'ont pas choisi le vert, mais le blanc et noir : blanc pour le drapeau, noir pour les robes des femmes ;-) Amitiés, Michael
Publié le 18 Septembre 2021
5
@Hervé Sugeres Un excellent conte cruel comme on les aime : solide intrigue, des personnages bien dessinés, de l'action, des meurtres gratuits ou non, des viols, de la cruauté, de la vengeance. L'histoire n'est située ni précisément dans le temps, ni dans l'espace, en Hollande ? On sait juste qu'il y a un port marchand. Tout ça rajoute à l'aura de mystère qui entoure le récit. Une petite confusion de prénom (Karl/Hans) p. 16 On attend une suite ! ou un autre conte... Amitiés, Michael
Publié le 17 Septembre 2021
3
@Moulay Cherif CHEBIHI HASSANI C'est bien de proposer un texte en anglais, c'est original sur ce site, et je pensai me régaler à vous lire. Mais dès les premières lignes je tombe sur : "the mind muse (muses) as it pleases and the soul in (is)..." et un peu plus loin : "and immediately with draws (withdraws)..." Ah ! ça fait mal à la tête de lire une langue aussi peu maîtrisée. Je n'ai pas eu le courage de m'aventurer plus loin... J'espère que vous ne m'en voudrez pas de ma franchise. Amitiés, Michael
Publié le 17 Septembre 2021

Pages