A double tour

43 pages de Damian Jade
A double tour Damian Jade
Synopsis

Une jeune femme, en colocation avec Marion et Antho, entend, sent et voit des choses qu'ils ignorent.

Publié le 18 Août 2021

Les statistiques du livre

  152 Classement
  153 Lectures 30 jours
  1438 Lectures totales
  -53 Progression
  74 Téléchargement
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 11 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Chanelle75 Bonjour Chanelle,
Je vous remercie pour cet aimable commentaire et vous souhaite d'agréables lectures. Damian.

Publié le 24 Novembre 2021
5
Un style claire et limpide. Facile et agréable à lire. L'intrigue est bien ficelée et une page en appelle une autre. Il n'y a pas de mot Fin ! On peut rester un peu dans l'histoire et continuer à réfléchir. Bravo Bien à vous Chanelle
Publié le 24 Novembre 2021

@galodarsac Je suis touché par votre commentaire. Merci du fond du coeur. Damian.

Publié le 24 Octobre 2021
5
Vous avez vraiment un talent particulier pour les récits courts et percutants, captivants et touchants... Troublant huis clos que celui-là ! Je continue l'exploration de vos œuvres (j'ai toujours "service zen" en attente depuis des lustres !) Bien à vous -LGA
Publié le 24 Octobre 2021

@Olivier Sarles Merci de ce nouveau passage sur ma page et de votre gentil commentaire :-)

Publié le 07 Octobre 2021
5
On commence et on ne s'arrête plus. Vous alternez très bien entre les personnages et la narration, bravo. Comme toujours, une fin digne de ce nom.
Publié le 07 Octobre 2021

@Hubert Merci beaucoup. Oui, la fin est abrupte. On peut comprendre comment tout s'est enchaîné grâce aux signes avant-coureurs, mais on ne sait pas quelle sera la suite ; d'où, peut-être, le sentiment d'inachevé.
Bonnes prochaines lectures ! Et si je peux me permettre de guider un peu :
- En retrait : moins abrupt
- Au commencement, : plus achevé
- Fin. : inversé et léger
- Les fleurs du genêt : tout doux
Et pour les romans :
- La complexité des choses simples : très progressif, rien de brutal
- Service Zen B : de l'absurde, du brutal, du sentimental et du policier
- La pudeur de l'intime : le plus abouti, selon moi. Sensuel et dramatique.

Publié le 30 Septembre 2021

J'ai beaucoup aimé l'écriture, l'emprise sur les personnages, l'atmosphère.
Par contre, la fin, brutale, rapide me déconcerte, me laisse dubitatif avec un goût d'inachevé.
Mais ton écriture a éveillé ma curiosité. Je vais lire avec plaisir je pense, tes autres nouvelles

Publié le 30 Septembre 2021

@Damian Jade Quelle gourmandise ! Vos paroles exquises sont des friandises aussi sucrées que des cerises. Merci Bisous Merci

Publié le 25 Septembre 2021

@Parthemise33 Dame de la bise, vos mots me font l'effet d'une brise qui me grise.

Publié le 25 Septembre 2021
5
@Damian Jade Bravo, bravissimo, j’ai adoré votre récit à plusieurs voix. Et puis ce côté surnaturel pimente l’histoire. Votre style, agréable, est limpide et rapide comme un ruisseau de montagne. Merci Bisous Merci.
Publié le 24 Septembre 2021

@Verdon SousLesVannes Merci pour votre commentaire qui me touche.
@RodrigueHatu Heureux que vous ayez été embarqué. Merci pour vos mots.
@Richard Witczak Vous avez bien noté les deux mondes (réel et imaginaire), qui, sans être fantastiques, paraissent tout de même étranges aux neurotypiques. Merci.
@Michael Sherwood Je suis très reconnaissant de votre commentaire et content que la nouvelle vous ait un peu désaltéré :-) A la relecture, je n'ai trouvé qu'une seule faute (goûter au lieu de goutter). Si, à tout hasard, vous en aviez noté d'autres, je suis preneur pour les corriger ! Pour le prénom, je comptais le garder secret pour les futurs lecteurs, mais tant pis ! haha ! (aucune importance). Merci beaucoup pour votre généreuse appréciation.

Publié le 29 Août 2021
5
Le ton est jeune (colloc, appart), le style concis, rapide, ça se lit comme on boit un verre d’eau fraîche. Et quand la frustration nous gagne quand on croit la 1ère nouvelle achevée, on découvre avec reconnaissance que c’est le même récit qui se poursuit, sur 7 courts chapitres. On vit un huis-clos à trois, qui se joue le plus souvent à deux. Par nécessité, le « Je » d’Eloïse (on apprend son nom à la toute fin) disparaît au profit du « je » de Marion, la plus lucide des trois, Antho (garçon au prénom féminin) étant l’instrument des circonstances. Dommage qu’il y ait ces 3 (4 ?) petites fautes d’orthographe, mais c’est l’ancien prof de FLE qui parle, pas moi !
Publié le 29 Août 2021
5
À la lecture du titre, intrigué, j’ai cru d'abord à une référence au film de Claude Chabrol. Mais, très vite, plongé dans la nouvelle, on est emporté dans l’étrangeté des situations qui nous enveloppent des brumes d’un fantastique où nos repères finissent par s’éloigner jusqu’à ne plus exister, nous laissant voyager en compagnie de personnages dont le réel se conjugue avec l’imaginaire. Bravo.
Publié le 26 Août 2021
5
Bravo, on est capté dès les premières lignes. Une situation étrange, et tout de suite on est dans votre intrigue. Et comme pour les livres qu’on n’oublie pas, le pitch est vraiment fort.
Publié le 23 Août 2021
5
Voilà une nouvelle qui dégage, en peu de pages, une vraie puissance dramatique. J'ai aimé l'alternance narrative, chacun ayant pu s'exprimer. Quand l'esprit joue des tours, même l'enfermement à double tour ne suffit pas.
Publié le 20 Août 2021

@Blanchet Rachid C'est trop d'honneur ! Merci beaucoup pour cette myriade :-)

Publié le 19 Août 2021
5
Double ration d'étoiles pour valoriser un récit et un auteur qui sortent du lot...
Publié le 19 Août 2021
5
Très dense et troublante nouvelle, belle aussi, je crois, à cause des personnages que vous savez très bien faire exister dans cette sorte de huis clos. Un mélange subtil de quotidien et de folie, un suspense qui monte petit à petit. C'est raconté dans une langue sobre, efficace malgré des maladresses. Ça fonctionne déjà très bien comme ça mais ça pourrait être encore plus troublant en reprenant le récit phrase par phrase et en essayant (tout en gardant la simplicité) de raffiner ; je pense par exemple au style de Camus dans L'étranger. Il y a un côté procès verbal un peu dans votre récit, il me semble. C'est très contenu, très pudique, vous ne cherchez pas d'effets racoleurs. Donc, comme Camus, ou d'autres grands auteurs, vous pourriez peser les mots, entendre leur musique, et aller encore plus loin dans cet univers qui est le vôtre, et qui est déjà, je pense, celui d'un écrivain.
Publié le 19 Août 2021

Re-bonjour, @Moussaillons, et merci d'avoir mis aussi rapidement l'intégralité de votre nouvelle en ligne. Le style reste actuel, et le ton léger. Je trouve votre scénario intéressant et imaginatif, mais il me semble qu'il mériterait d'être développé, jusqu'à en faire une novella (ou roman court). Prendre le temps d'expliquer les événements, l'évolution des rapports entre les colocs, de fouiller un peu plus leur psychologie, ajouterait en cohérence, atténuerait le côté décousu provoqué par la multiplication de raccourcis.
Heureuse en tout cas que "mes boxeuses" vous aient alpagué... J'espère qu'elles ne vous décevront pas ;-).
Bonne fin de journée. Amicalement,
Michèle
PS : j'ajoute la cinquième étoile enlevée pour "manque de matière" ;-)...

Publié le 19 Août 2021

@lamish Bonjour ! Je viens tout juste de mettre en ligne la version achevée :-) Cela reste une nouvelle. Merci pour vos justes remarques.
(PS: je suis en train de me délecter de vos "Boxeuses amoureuses". J'ai plongé tête première, et je nage dans le plaisir depuis !)

Publié le 19 Août 2021
5
Bonjour @Moussaillons. Une nouvelle qui ressemble à un début de roman ; un ton très actuel, plaisant à lire... mais c'est un peu court pour être noté plus généreusement ;-). /// J'ai relevé, page 3, "jonchés sur des talons sonores", au lieu de "juchés", et, page 7 "me jetai dans mon lit", au lieu de "sur", qui me paraît plus approprié. /// Merci pour ce partage un peu mince à mon goût... ou inachevé ? /// Amicalement, Michèle
Publié le 19 Août 2021