Tribune
Le 05 nov 2014

Comment publier un livre ? Le crowdfunding, une vraie solution #3

Comment gérer la phase finale du crowdfunding : remercier, sortir et réaliser ? Après l'approche du système et la gestion de la campagne de financement participatif, dernier épisode des tribulations d’un auteur au pays du crowdfunding. Catherine Boullery, l’une des pionnières de la méthode sur Ulule pour publier en version imprimée les 4 tomes de sa saga, dit tout de son expérience réussie.

Votre projet pour publier votre livre par le biais du financement participatif est déjà bien parti. Vous avez choisi votre plateforme, vous gérez votre communication, la machine est lancée. Tout va se faire tout seul ! Enfin, pas tout à fait…

Il n’existe aucun miracle ! Fixez les objectifs que vous pouvez atteindre.
Si vous êtes comme moi, presque inconnue sur la planète Terre, ne rêvez pas, vous n’ameuterez pas la fameuse communauté revendiquée par la plateforme pour réunir facilement les fonds nécessaires afin de publier votre livre, à moins d’avoir un projet exceptionnel porté par une communauté personnelle déjà acquise comme pour « Les Ombres d’Esteren » qui ont plusieurs fois sollicité la leur avec un extraordinaire succès. Sinon, je ne peux que vous souhaiter d’avoir une proposition d’une grande originalité, relayée par de nombreuses personnes au point de susciter un intérêt général.

Vous devez calculer au plus juste la somme que vous espérez obtenir pour publier votre livre, car c’est la loi du tout ou rien. Soit vous emportez la mise en cas de réussite, soit, si le montant n’est pas atteint, vous perdez tout. Donc il vaut mieux prévoir un seuil accessible, quitte ensuite à le rehausser avec un nouveau palier d’honneur assorti de nouvelles contreparties (attention : toutes les plateformes ne fonctionnent pas sur le même principe, renseignez-vous).

La question primordiale du crowdfunding demeure : comment estimer correctement la somme ?
Et, là, je ne dispose d’aucune recette miracle à vous communiquer. J’ai tenu compte des besoins en restant réaliste et j’ai croisé les doigts !
Une idée : n’hésitez pas à rechercher un ou plusieurs sponsors et des appuis parmi les sites qui relaient les expériences de financement participatif.

Qui sont les contributeurs ?
Dans la majorité des cas, les principaux contributeurs sont les gens que vous connaissez (cercle 1). Beaucoup donnent sans demander à recevoir de contrepartie.
Normalement, une fois le cercle 1 activé, le cercle 2 peut démarrer, c’est-à-dire celui des personnes qui connaissent quelqu’un qui vous connaît… Par exemple, ce cercle a bien fonctionné avec les relations professionnelles de mon mari.
Le cercle 3 concerne les inconnus qui, sans aucun lien avec vous, vont venir contribuer au projet. C’est à eux que le système de « prévente » s’adresse, car ils ne donnent pas pour vous, mais pour obtenir la contrepartie qui doit les intéresser.

Résultat dans mon cas :
Cercle 1 : 80 % de la somme avec 70 % des contributeurs
Cercle 2 : 15 % de la somme avec 23 % des contributeurs
Cercle 3 : 5 % de la somme avec 7 % des contributeurs

Trois remarques :
— Ceux qui veulent participer ne sont pas tous jeunes ou à l’aise avec le mode de fonctionnement du crowfunding. Parfois, il faut les aider à y parvenir ou simplement respecter leur choix quand ils renoncent face à la difficulté qu’ils ressentent.
— Le paiement peut s’effectuer par chèque également et le pourcentage prélevé par la plateforme dans ce cas est inférieur à celui d’un paiement par carte.
— Si vous avez des amis étrangers qui aimeraient participer à la publication de votre livre, comme dans mon cas, vous pouvez penser à réaliser une seconde version de votre campagne. Plusieurs langues sont proposées.

Vous avez réussi et pensez que le boulot est terminé... Pas du tout ! La seconde partie commence.
Vous allez devoir contacter chaque contributeur personnellement pour le remercier, lui demander quels tomes il désire, pour lui ou pour un ami, dédicacés à qui, etc. Et ce n’est que le premier courrier !
De plus, l’envoi des livres, emballés soigneusement, ne se fait pas en une fois, mais au fur et à mesure que vous recevez les réponses des participants et, comme chacun le fait à son rythme, cette activité peut être répartie sur plusieurs semaines.
Et plus vous avez de contributeurs, plus cette partie vous prendra des heures.
Cependant, un petit conseil perso, réalisez-la avec le sourire. Finalement, tout ce temps qui leur est consacré est une juste récompense pour la générosité de ceux qui vous ont soutenu.

Utiliser le budget réuni. D’un côté, il existe des projets, de l’autre, la réalité…
Une fois cette campagne de financement participatif achevée et les comptes finalisés, déduction faite de la commission de la plateforme et des divers frais dont vous vous êtes acquitté (livres, emballage et port), arrive l'instant tant attendu de vous engager dans les différentes voies indiquées sur l’utilisation de la cagnotte, très rapidement transférée par la plateforme.
C’est aussi le moment où vous découvrez que vous ne pouvez pas tout faire en même temps et qu’il faudra commencer par certaines orientations au détriment d’autres.
De plus, la mise en place n’est pas nécessairement immédiate. Par exemple, je voudrais participer à quelques Salons du livre de plus. Depuis, j’en ai discuté avec d’autres exposants et dispose de quelques pistes pour… l’année prochaine ! Et, encore, tant que la participation n’est pas effective, je peux même repousser jusqu’en 2016 !

Une bataille à mener avec une vraie stratégie
Quel constat essentiel devez-vous avoir en tête ? Plus de la moitié des propositions reçues par la plateforme ne finissent pas en ligne et, pour celles qui sont lancées, plus d’un tiers sont infructueuses. Le taux d’échec reste élevé.
Alors, comment se retrouver dans les 30 % qui auront surmonté toutes les difficultés ?
1. Arrivez avec un projet mûri et élaboré de façon rigoureuse.
2. Ne surévaluez pas votre capacité à mobiliser les différents cercles et choisissez un montant adapté.
3. Accompagnez votre projet d’un bout à l’autre de la campagne.

Cette Tribune relate uniquement mon parcours personnel. Même si parfois j’ai râlé, tempêté, cette expérience de financement participatif s’est révélée enrichissante.
D’abord, parce qu’elle s’est soldée par un succès avec un montant final une fois et demi celui désiré. Ensuite, parce ces fonds récoltés vont permettre à la saga d’avancer. Et, plus important, parce qu’avec elle est née la communauté d’Aila. La réussite de cette campagne n’est pas la mienne, mais la sienne.
Songez également que, si vous en êtes arrivé à envisager ce financement participatif, c’est que, derrière vous, de nombreuses personnes ne cessaient de vous encourager. Une fois la somme acquise, vous vous apercevez que leurs paroles ont été suivies d’actes, que vos soutiens croient profondément en vous et qu’ils sont prêts à investir pour votre succès et la publication de votre livre. Voilà en quoi consiste ma plus belle victoire et quel sera mon souvenir le plus émouvant et le plus intense.
Mon plus beau rêve aujourd’hui serait de réunir cette communauté pour célébrer la réussite du projet. Cela dit, je doute de recommencer un jour, car je refuse de solliciter mes cercles une nouvelle fois.

Catherine Boullery
(que nous remercions chaleureusement pour la générosité de son témoignage et le partage de ses bons conseils)

Retrouver les épisodes précédents pour publier un livre grâce au financement participatif :
Étape 1 : la méthodologie pour maximiser ses chances de financement participatif
Étape 2 : adopter une stratégie gagnante sur la plateforme de crowdfunding

On vous suggère aussi :
Ebook, édition papier : le crowdfunding pour les auteurs
L'expérience réussie de Sandra Lehner, auteur monBestSeller, pour publier ses livres imprimés et numériques :
Tribune : Mon aventure de financement participatif
Interview : Publier un livre grâce aux lecteurs, c'est possible !

Le crowdfunding pour un livre c'est bien, mais sur une plateforme comme MBS il doit bien se trouver 100-200 auteurs prets a debourser disons 50 euros chacun pour lancer un projet plus ambitieux, comme par exemple une petite librairie physique pour quelques temps, bien situee, dans laquelle justement les livres auto-edites seraient les seuls a etre disponibles. 100-200 x 50 ca fait deja entre 5000 et 10000 euros. Pour lancer un projet ca devrait suffire, avec un objectif a 20-30000 euros? Que perdrions nous? Rien si le projet n'aboutit pas. Et s'il aboutit, pas grand chose non plus si ce n'est le prix de 10-20 de nos livres que nous acheterions nous-meme a bas prix puisque nous en sommes les auteurs (sur createspace mes livres coutent environs $5 si je les achete moi-meme).

 

Publié le 14 Février 2015

Merci beaucoup, Sandra, et toutes mes félicitations pour vos avancées.

Comme vous l'expliquez, la machine est lancée et, soutenue par tous, je vous souhaite d'accéder à la réussite que vous espérez. Chaque pas vous rapproche de votre objectif, alors, quand, de plus, il s'apparente à un pas de géant, il vous restera à en cueillir les fruits. Ceux qui ont cru en vous ne se sont sûrement pas trompés. Continuez à profiter pleinement de votre aventure et tenez-moi au courant, je serai ravie de suivre votre évolution.

Cordialement.

 

Publié le 09 Novembre 2014