Interview
Le 28 mar 2019

"Tu seras heureuse, je te le promets", Sélection de mars au Prix Concours monBestSeller

"Je travaille beaucoup au rythme, à l'équilibre, la couleur, la texture des mots, tout ce qui doit coller aux scènes du récit. Pour autant, je m'efforce de proscrire ce qui est trop policé, recherché. Un roman n'a pas besoin de ça. Il faut que ça roule, que ça claque et que ça emporte." Marie Morganti aime les mots et sait les manier. La preuve dans son interview et encore plus dans son livre, "Tu seras heureuse, je te le promets", Sélection de mars au Prix Concours monBestSeller.
Marie Morganti  Marie Morganti chez elle
Question: 

"Tu seras heureuse, je te le promets", c’est l’histoire d’une jeune femme dans les années 80, "manipulée" par son fiancé. Une histoire de prisons, tant Laetitia, la narratrice, est enfermée dans des diktats. D’où vous vient ce récit qui semble malheureusement très intemporel alors que vous le situez il y a 40 ans.

Réponse: 

Marie Morganti  C'est un roman inspiré de faits réels. L'histoire et les personnages, principaux ou secondaires, sont le reflet d'une société dont la transformation a commencé dans les années 70, mais qui n'a pas encore achevé sa mutation. Il faut du temps pour que les mentalités s'adaptent. Extérieurement, ma narratrice porte des minijupes, va en fac, explore sa libido, veut une vie de femme libre. Mais plus secrètement, elle a besoin d'être aimée, rassurée, d'atteindre le protectorat d'épouse et de mère respectée qu'on lui a inculqué.  L'homme qu'elle rencontre est lui aussi enfermé dans ses codes.  On a, dans ce cas précis, affaire à un archétype, celui du quarantenaire hypocrite et bourgeois de l'ancienne école. Un infatigable égoïste, qui jette son dévolu sur une pouliche dont il attend beaucoup. Une époque qui a perduré...

Question: 

Sommes-nous comme elle prêts à composer, reculer, renoncer, aveuglément ou consciemment, quand on est amoureux ? C’est une histoire d’amour ? Ou justement pas ?

Réponse: 

Je réponds oui à la première partie de votre question ! Quand l'absence de l'autre est une asphyxie, il y a ces sentiments de surpuissance et de légitimité qui nous habitent, nous font croire que nous pouvons tout affronter, tout supporter, tout gérer. Alors, est-ce une histoire d'amour (ou pas) que je raconte ? Voyons ça... Au départ, ils s'enflamment, se plaisent, leurs attentes ne sont finalement pas si différentes. Mais ça cloche. Laetitia tombe amoureuse d'un éblouissement, un mirage. Elle projette sur Fabrice ses propres désirs. Lui fantasme sur cette fille qu'il veut modeler. Il manque le principal pour que ça marche : la saveur, la chaleur, l'abandon...
Ce sont des sentiments artificiels, comme la lumière des bougies dans un miroir. Alors, je dirais que c'est une... non-histoire d'amour !

Question: 

Diriez-vous que la femme aujourd’hui a moins de risques d’être confrontée à pareille manipulation ? Qu’elle a plus d’armes pour résister, pour ne pas se laisser enfermer de telle sorte ?

Réponse: 

Ce schéma de relation (auto ?-)destructrice est toujours d'actualité mais beaucoup de choses, heureusement, ont changé. L'arme principale aujourd'hui, c'est la parole, et plus encore, la prise en compte de cette parole. La société n'occulte plus ces situations, ne les banalise plus. On a enfin arrêté de considérer comme normales des choses qui ne l'étaient pas. D'autre part, les filles aujourd'hui sont éduquées dans le respect de leur individualité. Elles ne sont plus formatées pour se caser à tout prix, faire partie de l'autre pour exister. On leur donne dès le départ cette assurance d'identité qui leur permet d'éviter ce type de piège, et de décider de leur vie. Mais le risque zéro n'existe pas.

 

L'écriture n'a pas de sexe !

 

Question: 

Certains de vos lecteurs ont apprécié votre écriture cash, précise, à l’adjectif juste, l’une
d’entre elles a dit que votre écriture avait des côtés masculins. C’est le style de Laetitia, ou
celui de Marie Morganti ?

Réponse: 

Pour moi, l'écriture n'a pas de sexe ! Il faut sortir des stéréotypes. La plume d'une femme peut être aussi couillue, si vous me permettez l'image, que celle d'un homme peut être sensible. Quant au style, Laetitia et Marie sont jumelles, c'est-à-dire, fusionnelles et différentes. Laetitia observe, ressent, intériorise, Marie prend le relais, elle dit, elle envoie. Je travaille beaucoup au rythme, à l'équilibre, la couleur, la texture des mots, tout ce qui doit coller aux scènes du récit. Pour autant, je m'efforce de proscrire ce qui est trop policé, recherché. Un roman n'a pas besoin de ça. Il faut que ça roule, que ça claque et que ça emporte. En outre, le lecteur (je vais éviter l'inclusion systématique !) sait très bien voir et ressentir tout seul, sans qu'on lui dissèque les choses. 

 

J'aime la langue, ses ombres, ses clairières, ses chemins. J'en ai emprunté quelques-uns. 

 

Question: 

Une autre lectrice fan parle de la maturité de votre écriture. C’est un premier roman ? Ou en avez-vous déjà écrit quelques uns avant d’arriver à cette maturité ? Si vous deviez présenter l’auteure que vous êtes, que diriez-vous ?

Réponse: 

Je ne sais pas trop comment me présenter, pardon ! Je dirais simplement qu'écrire, c'est ma façon d'exister. Hormis une activité épistolaire assez impressionnante (mais passablement improductive), j'ai effectivement pas mal de pages à mon actif, signées sous un autre nom. Un roman autobiographique "La maison Versini", des textes dans les revues Autrement et Méditerranéennes, chez IBIS Press et Colonna Edition, des récits courts dont un lauréat chez Short Edition. Avant tout, j'aime la langue, ses ombres, ses clairières, ses chemins. J'en ai emprunté quelques-uns. 

 

C'est un roman qui aborde le thème universel des sentiments, sous l'angle de la complexité.

 

Question: 

Et si vous deviez défendre votre livre devant un jury d’éditeurs, que leur diriez-vous en quelques lignes ?

Réponse: 

Je dirais qu'il ne faut pas se laisser tromper par le titre ! Mais s'ils veulent le changer, pourquoi pas ?! C'est un roman qui aborde le thème universel des sentiments, sous l'angle de la complexité, l'ambivalence. Je l'ai écrit dans un souci de fluidité, dans une recherche de profondeur et d'authenticité. C'est un récit où affleure le basculement des destins, des choix difficiles, ces équilibres fragiles auxquels chacun de nous a été confronté. Beaucoup de lecteurs, et sans doute de lectrices, peuvent se retrouver dans ce que raconte et traduit cette histoire à un moment de leur vie.

Question: 

Vous avez répondu avec beaucoup de générosité aux nombreux commentaires qui vous ont été faits. Donnant ici et là des clés pour vos futurs lecteurs mais aussi pour ceux ayant aimé votre livre et repassant sur votre page. Diriez-vous que par leurs commentaires, les lecteurs ont un pouvoir sur les auteurs auto-édités ?

Réponse: 

Je crois qu'il n'est pas souhaitable que les lecteurs aient un pouvoir direct sur un texte auto-édité. Deux retours peuvent émettre des critiques totalement opposées sur des mêmes aspects du récit. Si l'auteur modifie son texte en se pliant aux avis de chacun, il risque de le vider de son caractère, sa substance, de le dénaturer. Pour ma part, les commentaires jouent quand ils pointent quelque chose que je pressentais, sans être parvenue à cerner quoi. Je me dis : "Là, un truc cloche". Les lecteurs vont le repérer. Dans les commentaires, récit et personnages sortent enfin de leur relation exclusive avec l'auteur. Ils deviennent autonomes, vivants, en cela, c'est un pouvoir magique !

Question: 

Je ne vous pose pas la question rituelle pour savoir si vos premières semaines sur monBestSeller ont répondu à vos attentes tant votre progression est vertigineuse ! Comment l’expliquez-vous ?

Réponse: 

Je ne sais pas trop l'expliquer ! L'attraction initiale est peut-être due au titre, en bien comme en mal ! Du coup, on avance vers le synopsis qui éveille la curiosité. Ensuite, c'est un texte qui interpelle un lectorat sensible aux thèmes abordés. 

 

J'adore le théâtre de Molière.

 

Question: 

On dit qu’on écrit ce qu’on aime lire. Quelle lectrice êtes-vous ? Quels sont les livres qui vous donnent envie de les commenter ?

Réponse: 

Mes goûts ne sont pas cantonnés à un registre. J'adore le théâtre de Molière, je le relis régulièrement. Je ne trouve pas plus subtil en matière de comédie ou de satire, de courage aussi. J'ai beaucoup aimé Maupassant dans ses Nouvelles (plus que dans ses romans). L'écriture de Pagnol continue de m'émerveiller. Les textes de Romain Gary, de Charles Bukowski, je les ai adorés, bus, rebus, ma soif ne s'étanche pas. J'ai particulièrement aimé le travail de Marguerite Duras dans la première partie de son oeuvre. J'ai découvert sur le tard Marie Nimier, sa magnifique Reine du silence, les pages âpres de Philippe Claudel et ses Âmes grises. Je me suis éclatée sur le texte truculent de Daniel Pennac, Comme un roman, ou celui d'Amélie Nothomb (dont je n'ai pas lu tous les romans) dans Stupeurs et tremblements. Il y aurait, bien sûr, des centaines d'autres lectures superbes que je voudrais citer.
Ce qui me parle, c'est une écriture prégnante, celle qui embarque, fait marrer, serre la gorge, qui fonctionne sans se cacher derrière une posture ou une recette. Je dois avouer que quelques textes, dont la renommée n'est plus à faire, me sont parfois tombés des mains... Honte à moi !
Depuis quelques années, je me passionne pour les biographies. On en apprend encore et toujours, c'est fabuleux.

Question: 

Le mCL de monBestSeller sélectionne un livre chaque mois qui est ainsi nominé au Prix Concours de l’Auteur Indépendant que nous organisons chaque année. Cinq auteurs ont ainsi été repérés par les éditeurs invités à être membre du jury 2018 et seront édités cette année. Vous pouvez confier vos propres espoirs pour « Tu seras heureuse, je te le promets » ?

Réponse: 

Les maisons d'édition reçoivent chaque jour des milliers de manuscrits. Comment parvenir à se distinguer dans cette galaxie ? Alors, faire partie des finalistes de ce prix me rend très heureuse ! Pour l'instant, je reste sur ce sentiment de joie. Je n'aime pas trop parler d'espoir. C'est un drôle d'ami, qui peut vous porter jusqu'à l'arrivée comme vous lâcher dans les derniers mètres... Mais quelle course !

Question: 

Vous avez un nouveau roman en préparation ?

Réponse: 

C'est reparti, oui !

16 CommentairesAjouter un commentaire

@Mohamed Abdoulwahid Ousmane : Merci beaucoup Mohamed !

Publié le 09 Avril 2019

C'est bien

Publié le 08 Avril 2019

@Catarina Viti : Merci beaucoup Catarina, je vous renvoie sincèrement ces compliments et ces bien agréables augures ! A bientôt ! M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@minana : Merci beaucoup Minana au si joli nom. Il reste encore du chemin à faire pour mon récit. Vos encouragements le portent ! Ce ne sera pas facile, compte tenu de la qualité des textes et du talent des auteurs en lice. A bientôt j'espère ! M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@lily pompa : merci chère Lily ! Vos encouragements me touchent beaucoup et j'espère que ce petit texte ira au bout de ce que vous souhaitez pour lui ! Bien sincèrement. M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@Montserrat : Forza a voi, Montserrat ! Grazia e amicizia ! M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@Rosette Alberola : La belle âme, c'est vous Rosette... Merci de tout mon cœur. M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@lamish : Un grand merci lamish, de votre présence enthousiaste depuis le début ! Ca fait du bien ! A bientôt j'espère. M.M.

Publié le 29 Mars 2019

@Parallel : Merci beaucoup Parallel, j'espère que mon récit répondra à tout l'intérêt que vous lui témoignez. M.M.

Publié le 29 Mars 2019

Votre interview aussi passionnant que votre roman. Cela prouve la qualité, pas seulement de la plume
mais aussi, de la belle âme que vous êtes.

Publié le 28 Mars 2019

Félicitations pour la nomination de votre livre et aussi pour cet interview tout aussi prenant.
FORZA MARIE !

Publié le 28 Mars 2019

félicitations Marie! nomination bien méritée et l'interview est un petit chef d'oeuvre... j'espère que vous serez éditée vous le méritez amplement

Publié le 28 Mars 2019

@Marie Morganti. Magnifique interview, tout est dit, bravo!!!, j'espère que vous serez éditée, vraiment vous le méritez.

Publié le 28 Mars 2019

Bravo, Marie ! Amicalement. Michèle

Publié le 28 Mars 2019

Bonjour Marie,
Bravo pour cette sélection. Et oui, vous avez raison, le titre de votre roman attire vraiment l'attention. Il évoque des choses sûrement personnelles et différentes pour chaque lecteur, je pense que c'est cela qui fait sa force. Je serai ainsi curieuse de lire vos lignes. Bonne chance pour la suite.

Publié le 28 Mars 2019

Mes félicitations pour cette nomination, Marie. Je suis persuadée que le jury sera convaincu par votre roman. Vous serez éditée... je vous le prédis ;-)

Publié le 28 Mars 2019