Auteur
Le 08 mai 2019

Portrait de Livre : Le bonheur coule de source

Le récit de Thierry Vitteau peut s'assimiler à un parcours initiatique dont les héros et les étapes sont la nature. Le but : une source qui sera celle de son apaisement et de sa plénitude. L'auteur a appris à l'apprivoiser, la personnifier pour en faire sa partenaire de vie. Histoire de rencontres.
Thierry Vitteau en quête...Thierry Vitteau en quête...

1. Quel a été le point de départ qui vous a inspiré pour votre livre ?

C’est certainement le calme et la paix ressentis au cœur de la nature au cours de nombreuses promenades qui ont fait naître ce désir d’écrire pour immortaliser des instants inoubliables. Ensuite des lectures ont nourri ces moments de contemplation puis des rencontres inopinées m’ont permis d’avancer dans ma démarche jusqu’au jour où l’idée d’une sorte de conte philosophique est née tout naturellement.

2. Quelles intentions ? Quelle ambition aviez-vous ?

Au départ, je n’avais pas d’intentions particulières. Le besoin de mettre par écrit ce long cheminement initiatique s’est imposé à moi tout naturellement. Peut-être avais-je l’idée qu’en mettant des mots sur cette expérience spirituelle, je finirais par la rendre plus intelligible. Mais peu à peu, j’ai réalisé que la pensée de Dieu résonnait dans l’Univers à la recherche d’un pinceau, d’un violon ou d’une plume disponible par lesquels il pourrait se révéler au monde en toute simplicité. Alors je me suis attelé à la tâche.

3. Comment qualifieriez-vous le style de votre livre ?

Au début, c’était une sorte de conte philosophique puis peu à peu, en se nourrissant de ma propre vie et de mon imagination, c’est devenu une autofiction.

4 . Votre livre est un livre d’observation ou la nature est à la fois décor et personnage principal. Le sentez vous comme cela ?

Vous avez raison, la nature est importante dans ce roman mais je dirais plutôt que c’est Marc le personnage principal. Et par son observation, son écoute, il découvre peu à peu la présence de Dieu à travers le calme et la beauté de la nature.

5 . Le paranormal fait partie de la vie normale, est ce votre intention ?

Il ne s’agit pas de phénomènes paranormaux dans ce livre mais seulement de rencontres inattendues qui aident Marc à progresser dans sa quête spirituelle.

6 . Le deuil, l’enfermement, la quête… sont des thèmes centraux. Est ce comme cela que vous avez pensé la logique de votre récit ?

En fait, c’est la quête spirituelle de Marc qui constitue le thème central du récit et je trouve que les commentaires de Malisa le résume assez bien. En voici des extraits,

« En lisant ce roman je me suis laissée porter par le mystère de la source et ce secret que chacun rêve de connaître pour trouver le bonheur. L'auteur en nous entraînant dans l'univers secret et mystérieux de la forêt nous emmène à considérer que Dieu est partout autour de nous et en nous. En vivant en harmonie avec la nature, en écoutant son cœur, alors tout peut devenir simple et nous pouvons retrouver confiance en la vie, Malisa. »

7  Avez-vous du plaisir à écrire ?

Il y a un plaisir évident à écrire même si cela demande des efforts et de la persévérance. La récompense est tellement grande qu’elle fait oublier tous les moments de doutes et certains paragraphes qui nous font suer sang et eau pour voir le jour !

Mais pour l’essentiel, c’est un véritable bonheur d’écrire. La joie inégalable de mettre en musique les mots d’une phrase pour la rendre agréable à lire, le plaisir de décrire un paysage et de retrouver dans la description toute la beauté entrevue lors d’une promenade et surtout parvenir à traduire avec de mots une pensée qui nous traverse l’esprit pour pouvoir l’offrir à un lecteur attentif.

Lorsque le personnage principal de mon roman se retrouve dans le silence de la forêt aux premiers jours du Printemps, il découvre un monde en plein éveil,

« Comme une note de joie dans cet océan de verdure, un papillon jaune vif vient illuminer les lieux de son apparition furtive. Le papillon indécis ne sachant pas trop où aller ni où se poser est soudain entrainé malgré lui par l’une des dernières bouffées d’air froid remontant du fond d’un vallon. Il virevolte entre les troncs, tout étonné de se trouver là dans ce décor qui se met tout juste en place. Des oiseaux surpris par ce monde en plein éveil lancent quelques notes timides comme s’ils cherchaient à s’accorder après les longs mois du silence hivernal. Et puis, sans signal particulier la forêt s’embrase soudain de leurs chants mélodieux. Ils se répondent d’une branche à l’autre, emplissant le sous-bois d’une joie ineffable. »

Plus tard, un jeune Curé lui dit en le regardant dans les yeux,

« — Vous avez raison, il y a des lieux propices à la paix intérieure. Des sites d'une telle beauté, d'un tel calme qu'ils nous aident à retrouver le calme et la beauté en nous. »

Je suis souvent émerveillé en découvrant des trésors cachés au creux d’un texte. Il m’arrive de ressentir autant de joie en relisant un passage du livre parlant du papillon et des oiseaux qu’en écoutant un Chardonneret dans mon jardin. Et je suis toujours étonné devant le miracle qui transforme parfois quelques mots tout simples en une pensée réjouissante pour l’âme comme lorsque le Curé s’adresse à mon personnage.

8. Donnez-nous 1 bonne raison de lire votre livre ! 

A travers mes lectures, il m’est arrivé de découvrir de tels trésors dissimulés au détour d’une phrase et j’en ai toujours été reconnaissant envers l’auteur. Il devenait pour moi comme une sorte d’ami lointain. J’aimerais à mon tour permettre à un lecteur de ressentir le même plaisir en parcourant certains passages de mon roman ou que son âme puisse se réjouir, soudain désaltérée par une parole opportune.

6. C’est votre 1er roman, mais combien de manuscrits ?

Depuis tout jeune, j’ai toujours été attiré par l’écriture mais la rédaction d’un livre et sa promotion demandent énormément d’investissement personnel. Depuis quelques temps, je peux consacrer plus d’énergie à cette passion et cela m’a permis de mener ce manuscrit jusqu’au terme de l’édition.

Le bonheur coule de source

Cher @Thierry Vitteau, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts... et dans les ruisseaux de la forêt de Tronçais depuis mon précédent commentaire le 23 avril. Depuis, je suis en pleine lecture de "Le bonheur coule de source", avançant à mon rythme lent, savourant ce récit plein de sagesse.
Votre article oriente principalement sur le parcours initiatique de Marc, à la recherche d'une source qui sera celle de son apaisement et de sa plénitude. Le lieu est particulièrement bien choisi : la forêt domaniale de Tronçais, labellisée Forêt d'exception, réputée pour avoir la plus belle futaie de chênes d'Europe, dont certains parmi les plus anciens ont été plantés au XVIIème siècle sur ordre de Colbert. Ils sont encore une quarantaine exceptionnels par leur âge, leur taille et la qualité de leur bois, le plus ancien planté en 1580 (sous le règne de Henri III).
Mais le roman commence par un sujet non moins intéressant, celui du désintérêt de l'enseignement à des élèves entrés dans l'ère de l'informatique, des téléphones mobiles et des facilités qu'Internet met à leur disposition. C'est parce que Marc, professeur de français, est confronté à ce bouleversement et qu'il déprime, qu'il quitte la région lyonnaise pour un village dans l'Allier, en zone rurale. Ce sera le point de départ de sa réinsertion sociale, d'une vie en symbiose avec la nature et de sa quête spirituelle.
Il découvrira "la contagion du calme et de l'harmonie des bois pour dissiper ses craintes, ses inquiétudes, pour laisser place à un profond bien-être... Il connaîtra le bonheur d'être accueilli, adopté par le peuple des oiseaux, des papillons, des plantes et des fleurs." Il appréciera l'attitude d'élèves plus en phase avec sa vocation de professeur dont le métier est de "transmettre le savoir".
Le lecteur se laisse entraîner dans les pas de Marc et de sa quête, d'autant plus que l'auteur sait raconter, que les descriptions sont un enchantement, et l'histoire un conte philosophique où le bonheur s'offre à celui qui sait tout simplement entrer en résonance avec la nature et le Dieu créateur de toutes choses.
Merci pour ce partage qui donnera envie de découvrir cette immense forêt de Tronçais. MC

Publié le 10 Mai 2019

@mb63
Vous avez raison, il y a beaucoup de joie à découvrir la nature. C’est une source de paix et de beauté au cœur d’une société souvent oppressante. Merci pour vos encouragements, Thierry.

Publié le 06 Mai 2019

bonjour thierry
comme je vous l avais écrit après lecture , c est le genre de livre dont j aimerai entendre plus souvent parler au club lecture , oubliant un peu les policiers, drames, science-fiction, thrillers et tout le côté noir de notre société oppressante...
C est une bulle d évasion...et de paix...et on a envie de découvrir cette forêt . Et de partir sur les traces de l instituteur.
Merci et continuez.

Publié le 04 Mai 2019

Bonjour Thalia, Merci pour vos encouragements. Profitez bien de vos balades en forêt, Thierry

Publié le 03 Mai 2019

@Thierry Vitteau, très jolies phrases qui jalonnent votre article... Je ne suis pas étonnée que votre roman soit une autofiction, en tous cas, j'ai eu beaucoup de plaisir à le lire, moi qui adore les contes et la philosophie. Et puis, en le lisant, c'est une sorte de méditation en pleine forêt que j'ai pratiqué et qui m'a fait du bien. Merci pour ce partage. Thalia

Publié le 25 Avril 2019

Cher Michel, me voila comblé d’avoir suscité votre envie de me lire. En fait, Dieu est tellement proche et tellement accessible que je m’étonne toujours de la difficulté qu’ont les gens à le trouver. J’espère seulement qu’il sera facilement identifiable dans ce récit pour ceux qui le cherchent.
Chère Michèle, puissiez-vous dire vrai en suggérant que les lecteurs s’ouvrent facilement à mon roman. Ce serait là le plus beau des cadeaux pour un auteur.
Merci à vous deux pour vos encouragements. Bien amicalement, Thierry

Publié le 23 Avril 2019

Merci pour cet article, Thierry. Votre démarche est généreuse, et ça se sent à vous lire. C'est sûrement le petit plus qui fait que vos lecteurs s'ouvrent si facilement à vos mots. Amicalement, Michèle

Publié le 23 Avril 2019

@Thierry Vitteau, s'il vous est arrivé, à travers vos lectures, de découvrir des trésors dissimulés au détour d’une phrase et d’en avoir toujours été reconnaissant envers l’auteur, soyez assuré que ce fut le cas pour moi à la lecture de cet article. Je vous découvre et n'ai pas encore mis "Le bonheur coule de source" en bibliothèque, mais j'ai hâte de ressentir le même plaisir en parcourant votre roman, et que mon âme puisse se réjouir, soudain désaltérée par une parole opportune.
Très bel article. J'aime beaucoup votre personnalité, cette croyance en la présence de Dieu partout dans la nature. A bientôt pour vous dire tout le bien que j'aurai pensé de votre roman.
Avec toute ma sympathie. MC

Publié le 23 Avril 2019