Actualité
Le 22 mai 2019

L'Inspiration, c'est dans les moments d'inconscience qu'elle donne le meilleur d'elle même

L'inspiration serait-elle indépendante de nous ? Ne serions-nous qu'un récepteur chargé de la diffuser, un simple porte-voix ? Chiara Catalina nous propose cette explication
L'inspiration : les moissons de l'imaginationL'inspiration : les moissons de l'imagination

L'inspiration : un grand mystère de la source créative

L'inspiration, assurément l'un des plus grands mystères de la source créative, est protéiforme. Elle peut effectivement découler, « couler » des rêves, endormis ou éveillés. Elle peut être « provoquée » par des expériences personnelles, un mot entendu, heureux ou malheureux, un regard échangé, une main tendue...

L'inspiration peut parfois prendre notre place

Elle peut aussi moissonner une imagination fertile qui, avec le temps, comme un muscle entraîné, un cœur peut-être, travaille presque sans douleur et finit par fonctionner seule. Nous avons l’étrange impression que tout nous échappe, que nous ne sommes qu’un récepteur chargé de diffuser, donc d’écrire. Lorsque l’inspiration prend cette forme, celle de l’imagination autonome, qu’elle s’installe derrière l’écran, qu’elle prend notre place, comment ne pas la laisser faire, l’écouter,  la suivre, prendre tout ce qu’elle donne ? Elle est alors, et pour notre plus grand bonheur, le seul maître à bord. Je suis persuadée que c’est dans ces moments de semi-conscience, voire d’inconscience, qu’elle donne le meilleur d’elle-même. Donc, de nous…

 

Chiara Catalina

@Josselyn Pagliarini 03-DS. Oui, lâcher prise totalement, pour ne pas se limiter et accéder, peut-être, sans doute, à ce qui se trouve au-delà de nos trois petites dimensions... Belle journée. Chiara.

Publié le 25 Juillet 2019

Yep, "C'est quand la vérité nous est égale que nous en somme le plus proche. / On n'est jamais aussi proche de la vérité que lorsqu'on n'en tient pas compte." De même pour l'inspiration, elle n'aime pas qu'on la cherche, qu'on l'installe dans la rationalité.

Publié le 24 Juillet 2019

@lamish, oui, c'est parfois l'embouteillage en haut, mais, comme vous le dites, merveilleuse sensation. Amitiés. Chiara.

Publié le 24 Juillet 2019

Au travers de l'inspiration, notre cerveau démontre une fois de plus qu'il est le seul maître à bord. D'une idée, il est capable d'échafauder un scénario complet, dans le plus grand secret. Il dispense quelques éléments, histoire d'indiquer la direction, puis déverse par flux successifs au débit variable... Parfois nous avons l'impression qu'il va trop vite, que nous n'avons pas le temps de retranscrire. C'est l'angoisse, la peur que les données se perdent, mais c'est toujours une étonnante et merveilleuse sensation que de servir de récepteur à cette incroyable banque de données, de souvenirs et de sensations. Merci pour ce billet, Chiara. Amicalement, Michèle

Publié le 24 Juillet 2019

@Gene Macbreth, s'en doutent-ils sans oser se l'avouer ? C'est pourtant une belle et grande chose (sourire). Jolie fin de journée. Chiara.

Publié le 22 Juillet 2019

Merci @SanaTo, beaucoup...

Publié le 22 Juillet 2019

Merci Chiara pour ce joli texte.

Publié le 22 Juillet 2019

@Colette Bacro. Oui, c'est un sentiment étrange et agréable à la fois, que nous sommes probablement très nombreux à expérimenter. Les mystères de la création... Belle journée... Chiara.

Publié le 22 Juillet 2019

@Chiara Catalina. Je me retrouve dans votre réflexion et dans vos sensations. Il m'arrive de me dédoubler, moi aussi. C'est une autre qui répond à une stimulation sensorielle venue d'on ne sait où. Mais, même si je ne suis pas aux commandes, je canalise assez pour transcrire intelligiblement ce qui sort de mon subconscient ou de mes souvenirs. Merci pour ce joli billet...

Publié le 22 Juillet 2019