Interview
Le 29 sep 2019

Ou trouver son inspiration ?

Quand elle pense, Vera Seret nous invite à planer doucement dans sa tête, dans son esprit, dans son âme. Mais attention, quand vous êtes à bord, elle ne vous ménage pas, il faut s'attacher... C'est une fête foraine de réflexions, d'émotions, d'imagination, de nuances ; il faut s'attacher pour ne pas verser, tant les idées sont délicates et ambiguës. Elle nous invite cette fois ci à définir l'inspiration : "notre organique fidèle partenaire de vie"

L’inspiration.

***

Quel plaisir d'être invitée, chère équipe de monBestSeller, à parler d'inspiration sur votre site, ce tremplin mais aussi ce cocon, en ce lieu protégé ET ouvert qui prend tellement soin d'elle !

Et heureusement, tant elle est l'autre dans le binôme que l'on forme, faussement tout.e seul.e, quand on écrit. Tant elle est je crois cette amie intime, sensible, passionnée mais sélective, qui capte, qui doute ou s'enthousiasme pour un rien mais de tout, toujours imprévisible. Puissante et à la fois timide, envahissante puis réservée. S'invitant jusque dans nos rêves, habitant nos moindres instants, chaque pensée, dans notre peau et nos nuits à longueur de journées. Puis n'osant plus écrire, y croire et soudain fébrile pointer vers les autres le bout d'un chapitre, d'une seule phrase, de son nez. 

Si mouvante, vivante, émotive. 

Et pourtant infinie. 

Tant l'inspiration est à chaque seconde, presque avant tout le monde, notre organique et fidèle partenaire de vie.

La mienne me suit comme ça, comme je respire. 
Discrète mais volubile me prend et me surprend comme une bouffée d'idée. 

Juste une d'abord par un battement de cil ou d'aile d'une personne déclenchée, suivie à la vitesse du son que fait tout à coup mon cœur par une autre, puis d'autres, puis tant d'autres, trop vite, et toutes sœurs, se chuchotant et tramant sous mes yeux impuissants, intérieurs, le sujet évident puis l'histoire toute entière du bouquin que je vais, que je sais alors devoir avec elles, à leur place écrire.

Mon inspiration me prend comme une envie de crier de rire, tellement elle m'insuffle que ce bouquin va être vachement bien ! Comme une envie d'oser, d'essayer, de toucher avec des mots. De caresser au fil de leurs lignes. Et de leur musique. 

Comme une envie furieuse d'aimer et de le dire.

Plus sûre d'elle certains jours que d'autres mais... là, inséparable, indissociable de mes plus petits pas jusqu'à l'arrivée, le bout de mes doigts.

Je repense en vous répondant à la question toute proche de la votre, "Où trouvez-vous votre inspiration ?" que me posait récemment la journaliste Nelly Fouks pour un article qu'elle prépare autour de quatre auteures et romans dont "À l'instant même où l'on bouge", à laquelle je répondais ceci :

Partout. Dans la vie. Dans ma vie. 
Dans la rue, les lieux que je fréquente, les métros que je prends. 
L'inspiration est dans tout ce que je vois, perçois, ressens, surtout des gens. Dans le petit geste qui marche, les regards qui se croisent, le rythme des discussions comme l'expression des visages, toutes ces petites et vastes énergies humaines. 
Dans l'atmosphère. 
Dans l'air du temps et à chaque instant, ou presque !

Au fil des années, j'ai bien dû me faire à l'idée, la toute première, celle qui éclaire et autorise tout le reste, que je fonctionnais avant tout de façon émotionnelle. Que mon prisme de vision et d'enregistrement des choses, des événements, des personnes s'ouvre et se colore selon les émotions qui m'entourent, me traversent, me transportent ou me blessent. Que mon inspiration vient du monde, tout le monde, et de ce que moi et mes émotions en faisons après. 

Mais alors me direz-vous, laquelle garder ?

Quelle émotion, quelle personne, quelle idée ? 

Quel regard et infime geste ? Quel moment, mouvement, battement d'aile ou frémissement d'humanité ?

À quel moment précis, dans ma vie, je suis réellement inspirée, insufflée voire soufflée au point d'en rougir, de m'arrêter, de sourire comme une puce et de me dire Cette histoire-là, je ne peux pas passer à côté !? Quand exactement est-ce que je tombe amoureuse d'un roman dont je ne connais ni le nom, ni le ton, la voix, le visage encore, que je n'ai pas encore embrassé ? Quand ai-je plus que tout envie de vivre et écrire avec lui, des mois et des nuits qu'ensemble nous allons y passer ? De cette idée toute bête mais qui monte qui monte, qui monte dans ma tête puisque je l'ai déjà dans la peau ?

À quel instant je sais ?

... Je sens.

Quand l'émotion tout à coup est plus forte, et quand elle est réciproque.

Quand mon roman me choisit lui aussi, ne me quitte plus. Me parle de tout, me prend dans ses bras, l'air du temps et des gens. Quand il murmure en moi et résonne partout, dans le métro, à chaque pas, chaque personne, coin de rue.

Quand il me parle de moi en même temps, et profondément.

Quand ce qui me traverse à cet instant de ma vie, traverse la rue également.

Mon inspiration prend sa source dans ce qui me touche, de tout près comme autour.

Fait de tendres ou de drôles mais constants va-et-vient, crée d'intenses et intimes liens entre le monde et le mien. Des lignes. Puis un livre. Mots après mots après émotions...

Car ce sont bien elles qui m'inspirent, me parlent, me portent et écrivent.

 

 

Vera Seret

12 CommentairesAjouter un commentaire

Ooooh, merciiiii ma chère @Thalia Remmil pour ce retour qui me touche très sincèrement.
Je suis heureuse que tu te sois promenée dans cet article et reconnue dans cette inspiration particulière que l'on partage entre auteures, comme chez toi ! Tes lignes et ton ressenti sont à leur tour magiques pour moi. Et instructifs !
Merci vraiment. Continuons d'écrire et de nous lire, quoi de plus précieux, de plis inspirant et de plus chaleureux ?
Avec toute ma gratitude et ma complicité.
À tout bientôt, avec toujours le même franc et tendre plaisir.
Vera

Publié le 03 Octobre 2019

@Vera Seret, comme d'habitude, un texte poignant, tendre, rempli d'émotions, dans un style qui est le tien, et nous tient en haleine tant pour les très jolies phrases que tu nous offres que pour ce voyage que nous faisons en ta compagnie, tes notes subtiles et gracieuses, cette façon qui t'appartient de nous donner ce que ton coeur recèle de merveilleux. Ton monde devient le mien et j'ai envie de te rejoindre, et partager avec toi quelques instants magiques. Merci ! Affectueusement. Thalia

Publié le 02 Octobre 2019

Merci encore et infiniment @monbestseller pour votre invitation et publication de mon article.
Je le découvre aujourd'hui lundi avec plaisir...
Je profite de ce petit mot pour juste attirer votre attention, si vous ne l'avez pas vu déjà, sur la coquille à mon nom de famille en tout début d'article.
Et vous embrasse sincèrement.
Très belle semaine.
Avec toute ma gratitude.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

Merci à vous @Bruno Verdin, pour vos mots si INSPIRÉS ! Et très belle journée.
Chaleureusement.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

Ooh, quel joli commentaire chère @Nobody's qui me va droit au coeur... et à l'inspiration. Puisque, comme vous l'écrivez très justement, il y a un lien évident, intime et puissant, comme une musique oui, pour moi aussi, entre les deux. Entre ce que nous vivons, captons, écoutons puis écrivons. Entre nos poils qui frémissent puis nos plumes qui écrivent, finalement.
Même si, je vous le confie ici, j'écris toujours en silence, justement parce que la musique me touche, m'inspire beaucoup, presque trop. Peut m'emporter là où je ne m'entends plus penser donc écrire. Si je lui demande son aide, alors je la choisis très précisément, de la couleur ou du ton de mes personnages, de leurs émotions.
Peut-être faites-vous pareil avec les vôtres ?
Il me semble que ces derniers ont bien de la chance d'avoir pour les faire exister une auteure remplie de votre sensibilité. Nobody's mais aux émotions universelles...
Avec tout mon respect également.
Et ma complicité.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

Ooh, quel joli commentaire chère @Nobody's qui me va droit au coeur... et à l'inspiration. Puisque, comme vous l'écrivez très justement, il y a un lien évident, intime et puissant, comme une musique oui, pour moi aussi, entre les deux. Entre ce que nous vivons, captons, écoutons puis écrivons. Entre nos poils qui frémissent puis nos plumes qui écrivent, finalement.
Même si, je vous le confie ici, j'écris toujours en silence, justement parce que la musique me touche, m'inspire beaucoup, presque trop. Peut m'emporter là où je ne m'entends plus penser donc écrire. Si je lui demande son aide, alors je la choisis très précisément, de la couleur ou du ton de mes personnages, de leurs émotions.
Peut-être faites-vous pareil avec les vôtres ?
Il me semble que ces derniers ont bien de la chance d'avoir pour les faire exister une auteure remplie de votre sensibilité. Nobody's mais aux émotions universelles...
Avec tout mon respect également.
Et ma complicité.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

....Respect. Choux, magique,grand, cru et léger, beaux aux deux faces, belle à l' endroit, à l' envers. Jamais à perdre, à te relire à l' envie. Merci.

Publié le 30 Septembre 2019

Merci beaucoup @Colette Bacro pour votre retour pétillant de légèreté et de justesse. Tout comme l'est l'inspiration finalement, faisant de nous tous des Peter Pan chaque fois que nous nous envolons pour la saisir, ne pas la perdre, jouer et écrire avec elle.
Quelle jolie image que vous nous offrez !
Et bonne nouvelle je trouve, je crois, comme Peter Pan apprend à voler, nous apprenons à être inspirés ! À respecter nos idées, nos émotions, nos élans et ces infimes petites phrases qui nous tournent autour sans arrêt, qu'il nous suffit de "choper" et de poser sur papier pour ne plus qu'elles planent sans nous... et sans nous parler.
Au plaisir de lire les vôtres.
Très chaleureusement.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

C'est moi qui vous remercie infiniment cher @Michel Canal pour votre retour précis en plus d'être chaleureux... et même rassurant ! Car, comme vous le dites très bien, compte tenu du nombres d'articles fort intéressants qui paraissent ici, sur mBS, je suis ravie que mes quelques lignes puissent être à leur tour inspirantes.
C'est moi qui aie pris grand plaisir et respiration vous lire.
Merci.
Encore.
Et très sincèrement.
Vera

Publié le 30 Septembre 2019

@Vera Seret, des mots magnifiques et particulièrement justes.
J'aime beaucoup cette manière que vous avez d'approcher les mots et de décrire.
Je vous rejoint tout à fait sur l'idée que l'inspiration nous suit. Selon moi on la respire, on l'entend, on la vie et quelques fois certains éléments retiennent notre attention et là nous pouvons nous dire : C'est ça.
Personnellement et pour l'anecdote, l'inspiration vient principalement de la musique que j'entends, le rythme, parfois les paroles.
A chacun sa muse.
Avec tout mon respect.

Nobody'S.

Publié le 30 Septembre 2019

@Vera Seret. Vous me faites penser à Peter Pan, cherchant son ombre pour se la recoudre. Vous êtes arrivée à attraper la quintessence de votre inspiration plusieurs fois, pendant quelques secondes. Un exercice vibrionnant doublé d'une performance d'écriture. Michel Canal a raison, les définitions de l'inspiration ne tariront jamais, puisque chacun a la sienne !

Publié le 29 Septembre 2019

@Vera Seret, magnifique dissertation sur l'inspiration !
Compte tenu du nombre d'articles écrits dans cette rubrique "Actualités" au fil des semaines, on pense chaque fois que tout a été dit sur le sujet... mais non ! L'inspiration est un sujet inépuisable, propre à chacun. Vous venez d'en apporter la preuve et tous les auteurs qui vous liront vous en remercieront, secrètement ou concrètement dans un commentaire dédié.
Merci infiniment pour votre analyse qui m'entraîne à penser que décidément, l'inspiration propre à chacun n'a pas de source interdite, ce que confirme votre réponse à la journaliste Nelly Fouks et que vous dites si joliment quand vous parlez de l'autre dans le binôme que vous formez avec elle.
Avec toute ma sympathie et mon admiration. MC

Publié le 29 Septembre 2019