RIEN

Auteur
Du 29 juin 2020
au 29 juin 2020
François Mosset nous apprend un jeu sur la vacuité. Ce qui vient remplace ce qui était. Rien de plus. Et pourquoi toujours vouloir remplacer le vide par quelque chose. Un texte pour l'appel à l'écriture monBestSeller : Dorénavant. Merci. De rien.
Un Rien, c'est toutUn Rien, c'est tout

Dorénavant…

Dorénavant et à partir de maintenant… vous n’êtes plus rien !

À partir de maintenant et bien sûr demain, vous verrez : Rien n' aura son importance !

Demain comme le jour d’après et comme tous les autres à suivre…

Suivre les autres sans Rien paraitra difficile ! 

Suivre le même chemin pour partir de Rien sera quasi-impossible !

Rien ne se perd jamais et ne recule devant personne…

Il suffirait d’un petit virus de Rien pour que les moins-que-rien ne prennent le pouvoir…

Oui, mais voilà,

Dorénavant…

Dorénavant et à partir de maintenant… vous n’êtes plus rien entre ses mains !

On ne comprend plus rien à Rien. Seuls, les bons à Rien, poursuivent leur chemin…

Et puis…

Et puis maintenant, Rien devient visible partout !

Rien à la télévision.

Rien à la radio.

Rien dans les journaux.

Rien dans les banques.

Rien dans les hôpitaux.

Dorénavant…

Dorénavant et à partir de maintenant… vous devrez vivre avec Rien !

D’un petit pas grand-chose pour l’homme le monde en a fait un grand Rien pour l’humanité !

 

Oui, Mesdames et Messieurs, 

Nous sommes dorénavant assemblés en ce Tribunal pour assurer notre propre défense dans le dossier : Rien contre Tous. Sous nos masques et nos gants, j’entends notre colère sourde et muette s’élever contre Rien. Jusqu’à ce jour, notre méfiance envers Rien nous paraisse futile. Il faut bien admettre notre passivité face à Rien. Nous l’avons élu « Maître du Monde » sans nous consulter et sans deuxième tour. Maigre consolation : nous savons, désormais, qui mène ce monde !

Les bars et les restaurants sont fermés, les plages réglementées, nos vacances désorganisées. Notre économie est au plus mal. Mais les oiseaux chantent et la nature respire l’air de Rien. Nous apprenons chaque jour un peu plus à être dérangé pour Rien, à nous disputer pour Rien, à nous laver davantage pour être propre à Rien. 

Nous nous sommes toutes et tous faits coroner pour Rien.

Rien ne va plus ! Rien n’est plus pareil ! Auto-proclamé COVID le Dix-neuvième, Rien était acquis, Rien était certain. Difficile de penser à Rien.

Et pourtant…

Pourtant, pendant que Rien disparaissait des pensées de certains, Rien officiait chez d’autres. Je vous l’affirme, Mesdames et Messieurs, Rien était prêt pour le déconfinement…

L’importation des masques détournés pour Rien.

Les transports en commun en fonction pour Rien.

Ne jamais s’éloigner de Rien sans une autorisation dûment remplie.

Se faire verbaliser pour Rien.

Organiser des obsèques sans Rien ni personne.

N’oublions pas petits commerces et petites entreprises obligés de protéger leur personnel contre Rien.

Non, rien de Rien, non je n’oublierais jamais Rien. Merci Edith !

« Un Rien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l’auras. L’un est sûr, l’autre pas. » Jean de la Fontaine revisité mais oh, combien d’actualité ! Tout comme pour Antoine Lavoisier ! Nous pourrions alors écrire : « Tout se perd, tout se crée, Rien ne se transforme ».

Mesdames et messieurs, continuons comme si de Rien était.

Rien n' existe sans que nous le voulions. Alors arrêtons ! Arrêtons de compter pour Rien. Arrêtons de faire semblant de Rien car Rien est, de toute façon, dénué de toute signification, de tout but, de toute vérité compréhensible ou de toutes valeurs, dénué d’esprit, de bon sens, de toute dignité, de grâce, d’agrément...

Rien contrôle tout.

Et puis Rien, c’est également l’anagramme de nier.

On peut tout nier au nom de Rien.

Nier l’avant et le pendant de Rien.

Des experts de Rien sont nommés. Avoir peur de Rien est devenu une réalité.

Chaque soir, nous avons droit à la carte de l’évolution de Rien, commenté par le Directeur générale de la Santé. Histoire que chacun s’endorme avec l’angoisse d’attraper Rien pendant la nuit.

Rien aurait été importé de Chine. A Wuhan, tous les chinois chauves sourient. Le grand professeur Pang Golin serait à l’origine de Rien. L’enquête, plus de six mois après le début de l’épidémie, ne s’annonce pas simple. 

Dorénavant… et pour le bien de tous, je vous demande d’avoir le courage, Monsieur le Président, Madame le Procureur, Mesdames et Messieurs les Jurés, mes chers confrères et sœurs, de bien vouloir condamner à perpétuité Rien à redevenir rien c’est-à-dire passer de Rien à rien, pour la sauvegarde de l’humanité.

Ordonnez le si nous ne voulons pas voir se muter Rien en Pire…

Nous en sommes à une lettre près !

François Mosset

C'est vraiment une histoire de rien. Se faire verbaliser pour rien , c'est un semblant de maintient de l'ordre, ça c'est vrai. Nous sommes des riens qui ne faisons que passer Avec internet on communique partout et avec tout sans savoir à qui et à quoi et maintenant avec le masque nous sommes vraiment des inconnus. Nous manifestons pour un rien . Comme disait Piaf non rien de rien c'est déjà pas mal .Et il y a aussi le mont Valérien. Et beaucoup sont mort pour rien. Sans rien on a rien . C'est une histoire de rien qui n'en finit pas .Pour les coquilles Kroussar on s'en fou comme vous dites ce sont des petits riens dans un grand rien .Parler de rien c'est quand même quelque chose.Bon je stoppe ça ne mène à rien à si mène comme à la pétanque .Allez merci et de rien.

Publié le 03 Juillet 2020

Quatre coquilles, mais bon ! La langue française se perd dans les méandres de monBestSeller.
/n
Par contre l'humour au second degré est fort plaisant, moi qui considérais que Rien n'était qu'un bon à rien, même un moins que rien. Alors, pensez donc ! Que ce petit rien devienne un grand RIEN, j'en suis tout estourbi.

Publié le 30 Juin 2020